Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !
Logo du site
Dossier : Le vrai pouvoir des maires

Le « blues des maires » : la faute de l’interco ?

Crédits : Ocean Prod / iStock
Crédits : Ocean Prod / iStock

L’intercommunalité suscite de nombreux débats parmi les maires de France. Entretien avec David Guéranger, sociologue.


Que pensent les maires de l’élaboration et du fonctionnement des intercommunalités ?

On observe un clivage à ce sujet. Celui-ci se voit très bien dans la bataille à laquelle se livrent deux associations. D’un côté, l’Assemblée des communautés de France (AdCF) est composée de maires qui promeuvent l’intercommunalité, la voient comme une institution légitime et ont pour objectif de la rendre plus visible (voir l’article d’Apolline Prêtre, conseillère à l’AdCF) ; de l’autre côté, l’Association des maires de France et des présidents d’intercommunalités (AMF) tient un discours plus critique. Selon elle, la crise des vocations mayorales, inédite dans l’histoire, serait en partie due au renforcement de cet échelon intercommunal. Tous les maires n’ont donc pas le même point de vue sur l’intercommunalité !

Il y a un clivage entre les maires des villes (grandes ou moyennes) et ceux des petites communes qui, en pratique, n’exercent pas du tout le même métier…

Cette dissension recoupe pour partie un clivage démographique entre les maires des villes (grandes ou moyennes) et ceux des petites communes qui, en pratique, n’exercent pas du tout le même métier… Ainsi, lorsque l’AdCF martèle qu’on ne reviendra pas sur le développement des métropoles et des communautés, elle s’adresse surtout aux maires des grandes villes qui, avec les réformes successives, ont tiré leur épingle du jeu. Mais la réalité est différente pour les communes plus petites.

Pour ces élus des petites communes, le « blues des maires » serait alors lié à l’échelon intercommunal ?

L’intercommunalité peut signifier des choses très différentes. Pour certains, qui s’y investissent, elle est synonyme de nouvelles responsabilités, de moyens nouveaux, parfois d’indemnités supplémentaires. Pour ceux qui ne s’y investissent pas, en revanche, c’est plutôt une couche supplémentaire, plus éloignée, dont le développement menace leur commune. Ajoutons que plus la commune est grande, plus le maire est incité à siéger dans les structures intercommunales. On comprend ici pourquoi les maires des petites communes sont, tendanciellement, plus critiques à l’endroit de l’intercommunalité.
Mais la critique ne vise pas seulement l’interco. À mon sens, le « blues des maires » (qui est bien un « blues des maires des petites communes ») vient plutôt d’un sentiment de décalage. En effet, beaucoup d’entre eux se sont engagés dans leur mandat par conviction, pour rendre service, pour répondre à une sollicitation, de manière quasi bénévole bien souvent. Or la gestion publique locale s’est considérablement complexifiée ; elle subit en outre un désengagement de l’État : des dotations qui ne cessent de se réduire, des normes qui se multiplient, des services qui désertent le territoire. Il devient de plus en plus difficile de tenir son rôle quand on manque de moyens, de temps et d’interlocuteurs pour le faire. Pour moi, c’est à un sentiment d’impuissance que tient le « blues des maires ». Certes, l’intercommunalité n’arrange rien à l’affaire, mais ce n’est pas la cause première.

Les intercommunalités cultivent un apolitisme qui, comme souvent, sert une idéologie libérale.

Dans vos travaux, vous soulignez la recherche de consensus comme écueil des intercommunalités. Le consensus n’est-il pas utile en politique ?

Pour paraphraser le philosophe Alain : « Le consensus fait la force, mais la force de qui ? » Dans nos travaux avec Fabien Desage, nous avons d’abord voulu montrer que le consensus se construit : il y a derrière des négociations, des compromis, des ajustements, qui traduisent finalement une véritable absence de consensus ! Dans le même temps, ces compromis bénéficient rarement aux populations les plus vulnérables. Avec un consensus intercommunal, comment obliger un maire à construire des logements sociaux sur sa commune, par exemple ? De même, comment obtenir le rééquilibrage entre les territoires riches et les territoires pauvres ? Ce n’est pas impossible, mais très compliqué. Bien souvent, la recherche du consensus rend invisible les plus pauvres, elle les prive de leurs capacités à se faire représenter. Les intercommunalités cultivent un apolitisme qui, comme souvent, sert une idéologie libérale et penche plutôt à droite.

L’élection directe des élus communautaires par scrutin fléché ne change-t-elle pas la donne ?

Attention à ce scrutin : ce n’est pas un vote comme les autres. Vous ne pouvez pas déchirer votre bulletin en deux pour voter communiste aux municipales et écolo ou LREM à l’intercommunalité. En outre, ce scrutin, instauré en 2010, vient lui-même d’un compromis entre le gouvernement de l’époque, l’AdCF et l’AMF. La priorité du gouvernement n’était pas alors de démocratiser l’intercommunalité, mais de supprimer la taxe professionnelle, un impôt perçu par les collectivités locales. L’AdCF a vu dans le scrutin fléché une manière d’obtenir un quitus sur le lancinant problème de « déficit démocratique » de l’intercommunalité. Quant à l’AMF, elle a estimé qu’elle avait sauvé les meubles en écartant l’hypothèse d’un scrutin de liste ou d’une élection directe du président de l’intercommunalité. Selon le point de vue, le scrutin fléché apparaît donc comme une avancée ou un ajournement. Par ailleurs, le suffrage est loin de subsumer la démocratie locale. Celle-ci a également besoin, pour fonctionner, d’une participation politique forte (au-delà du vote), d’enjeux qui incitent à aller voter, de médias locaux qui sachent intéresser…

Propos recueillis par Martin Monti-Lalaubie le 19 novembre 2019.

Pour aller + loin

Fabien Desage, David Guéranger, « La démocratisation de l’intercommunalité n’aura pas lieu », Savoir/Agir, n° 11, 2010, pp. 19-27.

« Municipales 2020 : manifeste pour une démocratie locale réelle », mediacites.fr, 2019.

Les plus lus

Les Marocains dans le monde

En ce qui concerne les Marocains, peut-on parler de diaspora ?On assiste à une mondialisation de plus en plus importante de la migration marocaine. On compte plus de 1,8 million de Marocains inscrits dans des consulats à l’étranger. Ils résident tout d’abord dans les pays autrefois liés avec le Maroc par des accords de main-d’œuvre (la France, la Belgique, les Pays-Bas), mais désormais aussi, dans les pays pétroliers, dans les nouveaux pays d’immigration de la façade méditerranéenne (Italie et ...

L’homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des...

Un héritage tentaculaire

Depuis les années 1970 et plus encore depuis la vague #MeToo, il est scruté, dénoncé et combattu. Mais serait-il en voie de dépassement, ce patriarcat aux contours flottants selon les sociétés ? En s’emparant du thème pour la première fois, la Revue Projet n’ignore pas l’ampleur de la question.Car le patriarcat ne se limite pas à des comportements prédateurs des hommes envers les femmes. Il constitue, bien plus, une structuration de l’humanité où pouvoir, propriété et force s’assimilent à une i...

Du même dossier

Le garant de la fraternité

Nombre de questions sociales ne relèvent plus de l’échelon municipal. Les départements auraient-ils siphonné le pouvoir du maire ? Non. Car en tant qu’acteur local de référence, ce dernier doit veiller à ce que chaque citoyen accède à ses droits. Le maire est souvent le dernier recours de ceux qui se sentent oubliés. La crise des « gilets jaunes » et le grand débat ont particulièrement mis en évidence la figure emb...

Être maire, « la plus compliquée et la plus belle des fonctions »

Longtemps maire de Grande-Synthe (Hauts-de-France), Damien Carême est aujourd’hui député européen. Évoquer ce changement d’échelle, c’est interroger la capacité d’agir de nos élus et parler du vrai pouvoir des maires… Comment voyez-vous la fonction du maire comme élu politique ?Le maire est l’élu qui bénéficie encore aujourd’hui d’une confiance importante auprès de sa population. Il ne doit ni la tromper, ni en...

La révolution municipale

En 1790 sont organisées les premières élections municipales françaises. Cet échelon devient décisif pour l’« apprentissage de la démocratie » : c’est historiquement à ce niveau que s’imposent progressivement les idées républicaines. Le constat est partagé depuis longtemps par les historiens : si l’idée démocratique et républicaine n’avait emporté l’adhésion que dans les grands centres urbai...

Du même auteur

« Le passage par l'art nous rend sensibles »

La politique peut se nourrir d’expérimentations artistiques. À Sciences Po, l’idée a fourni son concept à un cursus dédié. Entretien avec sa directrice Frédérique Aït-Touati. Un master consacré aux arts politiques à Sciences Po ne va pas de soi. Quelle est sa raison d’être ?Créé par le philosophe Bruno Latour, ce master est né d’une conviction simple : l’art doit avoir une place dans la réflexion et la décision politiques. ...

La politique des rêves

Aujourd’hui, séries, jeux vidéo et romans à succès produisent une synchronisation inédite de nos imaginaires, canalisant la rêverie. Une tendance à rebours des sociétés chamaniques, où les rêves sont analysés en tant qu’objets politiques. Entretien avec un anthropologue. Nos sociétés occidentales contemporaines ont-elles dépolitisé le rêve ?Le rêve est un puissant révélateur de la façon dont les collect...

La politique empêchée

La politique peine à faire de l’imagination un véritable outil de transformation sociale. Pour Corinne Morel Darleux, ex-politicienne et romancière, s’en priver condamne à l’impuissance.  Une personne élue a-t-elle le temps et l’espace, mais aussi le droit et les moyens, d’être imaginative ?Mon premier constat, après quinze ans d’engagement, est que nous manquons cruellement de renouvellement des horizons politiques, que ce soit dans les partis ...

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules