Logo du site
Dossier : Écologie : mobiliser les indécis

L’écologie, une affaire sensible Introduction

© Chloé Alméras (illustration)
© Chloé Alméras (illustration)

« Vivre revient à accroître notre capacité à être affecté, donc notre spectre, notre amplitude à être touché, changé, ému. » Ainsi slame Alain Damasio, dans un morceau qui accompagne son roman de science-fiction Les furtifs (La Volte, 2019). De cette capacité à être affecté dépend, pour une part, notre puissance de vie, celle de la planète et celle de notre humanité.

Depuis un demi-siècle, les scientifiques nous alertent sur les conséquences environnementales de notre modèle productiviste. À mesure que les changements climatiques deviennent de plus en plus tangibles, des personnes ou des mouvements, touchés par cette nouvelle donne, passent à l’acte, quitte, parfois, à adopter des modes d’action plus radicaux, face à des gouvernements qui paraissent toujours de marbre. Cependant, le passage à l’action demeure le fait d’une minorité. Nous avons souhaité, avec plusieurs associations et mouvements dont les membres sont déjà affectés par l’ampleur des bouleversements à l’œuvre, interroger les résistances et les leviers d’une vraie conversion écologique. Le défi étant d’embarquer le plus grand nombre, de mobiliser les indécis.

Force est de le constater : nous sommes accros au pétrole et à ses dérivés. Et savoir que cela nous mène à notre perte ne suffit pas à remettre en cause nos habitudes. Si la connaissance est indispensable pour informer notre agir, elle peut aussi être source d’anxiété ! Mais être profondément impressionné, indigné, peut nous pousser à l’action, d’autant plus quand d’autres nous ouvrent le chemin. Et agir, écrivait Saint-Exupéry, nous délivre de la mort.

Remporter ensemble une première victoire, c’est reconquérir son pouvoir d’agir, amplifier sa puissance de vie.

Élargir avec d’autres le champ des expériences possibles peut être l’occasion d’une véritable conversion écologique. Certains découvriront, au cours de la distribution de légumes de leur Amap, de nouvelles manières de se relier à la consommation, au monde agricole, à leurs voisins et voisines. D’autres ressentiront, lors d’une action collective ou d’une marche, une joie intense, voire une forme d’exaltation, le sentiment d’appartenir à un groupe mobilisé autour d’un projet commun. Remporter ensemble une première victoire – faire passer la cantine de son école au 100 % bio par exemple –, c’est reconquérir son pouvoir d’agir, amplifier sa puissance de vie.

Mais la manière de se mobiliser face à l’urgence climatique présente au moins deux risques. D’abord, celui de conforter un entre soi, d’exclure, parfois sans le vouloir, celles et ceux qui souffrent déjà le plus des conséquences des changements climatiques en cours. Un autre risque est celui de l’épuisement des personnes mobilisées dans ces luttes. Il est certes indispensable d’évaluer la responsabilité de chacun face à ces défis et de ne pas tout faire reposer sur les individus. L’État, les entreprises, doivent prendre leur part. Et, en tant que militant ou militante de la cause écologique, il importe de prendre soin de soi. La route est longue, rappelle Martin Kopp en clôture de ce dossier (en ligne le 14 mai). Dans un texte poétique adressé à vous, nos lecteurs et lectrices, il livre un témoignage sensible pour que durent vos aventures…

 

Sommaire du dossier

Les plus lus

L'homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Resumé Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des hommes. Une ...

Le religieux face au politique

Resumé La société a-t-elle besoin du religieux ? Oui sans doute. Mais ce religieux est disséminé, vécu « à la carte » par l’individu. Quant au politique, il gère mais ne mobilise plus les citoyens. D’où la même relative faiblesse de l’Etat et des Eglises, le même déclin du militantisme. Le partage entre religion et politique, tel qu’il a été pensé depuis deux siècles, en France surtout, correspond à deux visions de base (certes en elles-mêmes très différenciées) du religieux et de ce qu’il repré...

Endettement, maux et bienfaits

Resumé L’endettement est devenu le levier le levier de l’économie. L’ouverture qu’il propose sur l’avenir est aussi un risque, une chaîne, inégalement supportés. Au début du XVIIIe siècle, Bernard de Mandeville avait fait scandale en publiant la Fable des abeilles : il y expliquait que la dépense ostentatoire des uns permettait de faire travailler les autres, donc contribuait à faire fonctionner la société correctement. Il en est de même aujourd’hui de l’endettement. Sans lui, l’économie contemp...

Du même dossier

Qui a peur de l’effondrement ?

Face aux discours sur un effondrement prochain du monde, nous ne réagissons pas tous de la même manière. Loin de dicter une façon d’agir, la collapsologie enjoint à une conversion du regard et une mise en mouvement. Les informations sur l’état de la planète bousculent et effraient parfois au point d’infléchir attitudes et comportements. Les personnes éprouvent des peurs qui tantôt les immobilisent, tantôt les mobilisent. Le mot « collapsologie » (de l’angl...

Climat : agir local dans un monde global

Depuis un demi-siècle, les scientifiques tirent la sonnette d’alarme sur les enjeux climatiques. Face à une situation qui n’a pas cessé de se dégrader, le physicien Hervé Le Treut a saisi l’opportunité d’agir localement, sur un territoire qui lui tient à cœur : la Nouvelle-Aquitaine. Entretien. Pourquoi jugez-vous qu’un discours catastrophiste peut être contre-productif ?Ce discours nous rappelle fortement la r...

Pour une écologie décoloniale

Pour Malcom Ferdinand, les dégradations environnementales sont indissociables des rapports de domination raciale. Elles découlent de notre mode d’habiter la Terre, d’un sentiment de légitimité à se l’approprier. Au regard du passé, il nous revient de le réinventer. On accuse souvent les activités humaines de l’ère industrielle d’être responsables des dégradations environnementales en cours. Or vous soulignez que cette manière de ...

Du même auteur

Jeunes pour le climat. Les liens de demain

Youth for Climate est né de la crise écologique. Les jeunes de ce mouvement entendent s’organiser là où les adultes ont échoué dans la préservation du vivant. Ils tâtonnent, se forment, pour créer une organisation à l’image de leur « monde d’après » et tisser les liens qui leur permettront d’affronter demain. Reportage. Un lundi de juillet, une douzaine de jeunes de 14 à 18 ans échange...

Des ressources insoupçonnées

Pour domestiquer un éléphant, on lui apprend l’impuissance : petit, la corde qui le retient est plus forte que lui. Devenu adulte, il n’essaie même plus de s’en libérer, alors qu’il en aurait les capacités. L’éléphant domestiqué a des ressources qu’il ne soupçonne plus. L’ampleur des crises que nous traversons – sanitaire, économique et environnementale – a de quoi susciter la sidération, fragiliser les individus et bousculer le sens du collectif. Mais, comme les éléphants, nous avons des resso...

Les trottoirs de Solange

La Revue Projet vous emmène à la rencontre d’une figure inspirante. Quels sont ses points d’appui, qu’est-ce qui la fait tenir dans ses engagements aujourd’hui ? Solange, religieuse et infirmière à la retraite, partage son expérience de la rencontre des personnes en situation de prostitution. « Je fais le trottoir rue Saint-Denis à Paris. » Elle esquisse un sourire, ses yeux bleus pétillent. « C’est ce que je réponds quand on me dem...

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules