Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !
Logo du site
Dossier : Écologie : mobiliser les indécis

L’écologie, une affaire sensible Introduction

© Chloé Alméras (illustration)
© Chloé Alméras (illustration)

« Vivre revient à accroître notre capacité à être affecté, donc notre spectre, notre amplitude à être touché, changé, ému. » Ainsi slame Alain Damasio, dans un morceau qui accompagne son roman de science-fiction Les furtifs (La Volte, 2019). De cette capacité à être affecté dépend, pour une part, notre puissance de vie, celle de la planète et celle de notre humanité.

Depuis un demi-siècle, les scientifiques nous alertent sur les conséquences environnementales de notre modèle productiviste. À mesure que les changements climatiques deviennent de plus en plus tangibles, des personnes ou des mouvements, touchés par cette nouvelle donne, passent à l’acte, quitte, parfois, à adopter des modes d’action plus radicaux, face à des gouvernements qui paraissent toujours de marbre. Cependant, le passage à l’action demeure le fait d’une minorité. Nous avons souhaité, avec plusieurs associations et mouvements dont les membres sont déjà affectés par l’ampleur des bouleversements à l’œuvre, interroger les résistances et les leviers d’une vraie conversion écologique. Le défi étant d’embarquer le plus grand nombre, de mobiliser les indécis.

Force est de le constater : nous sommes accros au pétrole et à ses dérivés. Et savoir que cela nous mène à notre perte ne suffit pas à remettre en cause nos habitudes. Si la connaissance est indispensable pour informer notre agir, elle peut aussi être source d’anxiété ! Mais être profondément impressionné, indigné, peut nous pousser à l’action, d’autant plus quand d’autres nous ouvrent le chemin. Et agir, écrivait Saint-Exupéry, nous délivre de la mort.

Remporter ensemble une première victoire, c’est reconquérir son pouvoir d’agir, amplifier sa puissance de vie.

Élargir avec d’autres le champ des expériences possibles peut être l’occasion d’une véritable conversion écologique. Certains découvriront, au cours de la distribution de légumes de leur Amap, de nouvelles manières de se relier à la consommation, au monde agricole, à leurs voisins et voisines. D’autres ressentiront, lors d’une action collective ou d’une marche, une joie intense, voire une forme d’exaltation, le sentiment d’appartenir à un groupe mobilisé autour d’un projet commun. Remporter ensemble une première victoire – faire passer la cantine de son école au 100 % bio par exemple –, c’est reconquérir son pouvoir d’agir, amplifier sa puissance de vie.

Mais la manière de se mobiliser face à l’urgence climatique présente au moins deux risques. D’abord, celui de conforter un entre soi, d’exclure, parfois sans le vouloir, celles et ceux qui souffrent déjà le plus des conséquences des changements climatiques en cours. Un autre risque est celui de l’épuisement des personnes mobilisées dans ces luttes. Il est certes indispensable d’évaluer la responsabilité de chacun face à ces défis et de ne pas tout faire reposer sur les individus. L’État, les entreprises, doivent prendre leur part. Et, en tant que militant ou militante de la cause écologique, il importe de prendre soin de soi. La route est longue, rappelle Martin Kopp en clôture de ce dossier (en ligne le 14 mai). Dans un texte poétique adressé à vous, nos lecteurs et lectrices, il livre un témoignage sensible pour que durent vos aventures…

 

Sommaire du dossier

Les plus lus

Les Marocains dans le monde

En ce qui concerne les Marocains, peut-on parler de diaspora ?On assiste à une mondialisation de plus en plus importante de la migration marocaine. On compte plus de 1,8 million de Marocains inscrits dans des consulats à l’étranger. Ils résident tout d’abord dans les pays autrefois liés avec le Maroc par des accords de main-d’œuvre (la France, la Belgique, les Pays-Bas), mais désormais aussi, dans les pays pétroliers, dans les nouveaux pays d’immigration de la façade méditerranéenne (Italie et ...

L’homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des...

Aux origines du patriarcat

On entend parfois que le patriarcat serait né au Néolithique, près de 5 000 ans avant notre ère. Avant cela, les femmes auraient été libres et puissantes. Les données archéologiques mettent en doute cette théorie. De très nombreux auteurs, de ce siècle comme des précédents, attribuent la domination des hommes sur les femmes à l’essor de l’agriculture, lors du Néolithique. Cette idée est largement reprise dans les médias, qui p...

Du même dossier

De la fin du mois à la fin du monde

Quand la lutte contre la pauvreté croise celle contre les changements climatiques : au cœur même de sa mission auprès des plus démunis, le Secours Catholique en a fait l’expérience. Sans doute, beaucoup n’attendaient pas le Secours Catholique – Caritas France sur les enjeux climatiques ! Peut-être que les 66 000 bénévoles et les quelque 1 000 salariés de l’association eux-mêmes n’imaginaient pas de prime abord à quel point les enjeux de pauvre...

Et que durent tes aventures !

Ce qui suit n’est ni une recette, ni une liste exhaustive. Un témoignage plutôt, quelques conseils pour éviter l’essoufflement. Pour faire durer ses engagements, joyeusement et collectivement. Voilà, tu y es. Les deux pieds dedans. Et même les jambes, le torse, les bras, la tête et tout ton être. Ta prise de conscience fut progressive ou subite. Qu’importe le déclic. Ton combat, c’est le zéro déchet, la condition animale ou la justice climatique. Qu’importe la cause écologique. À présent, tu ent...

À l’heure de la mobilisation des cathos écolos

Il est indéniable qu’il existe aujourd’hui un courant catholique fortement engagé sur le terrain de l’écologie. Maintenant, certaines résistances se font encore sentir, notamment en France. Quelles sont-elles ? Comment les expliquer ? Dans leur ensemble, les catholiques de France ont mis beaucoup de temps à prendre au sérieux les questions écologiques. Mais il est indéniable que les choses bougent ces dernières années. L’année 2015 a co...

Du même auteur

Créer de la proximité : un défi collectif

Santé, logement, revenu de solidarité… Aujourd’hui, en France, des millions de personnes en précarité peinent à accéder à leurs droits. Le fossé entre ces personnes et l’action publique se creuse. Parmi celles qui pourraient toucher le RSA, 34 % ne le perçoivent pas. Ce constat, partagé par le Conseil d’État1 et les acteurs associatifs, appelle à recréer de la proximité avec les personnes en précarité. C’est le défi de l’« aller vers ».L’expression désigne, pour les acteurs de l’action sociale,...

L’aide sociale reprend la rue

Près de Lille, l’association La Sauvegarde du Nord tente de sortir Claude, Radhouane ou Mario de la rue. Si les « permanences camion » et les maraudes à vélo permettent la rencontre, une maison à la campagne leur offre le répit nécessaire pour envisager d’autres possibles. Claude, 42 ans, yeux bleus et sourcils broussailleux, vient à Houplin pour être tranquille. Depuis sept mois, il vit dans une tente, à Loos, près de Lille. Il a...

Un camping-car pour faire du lien

En Indre-et-Loire, un camping-car, le Bureau itinérant et solidaire, va à la rencontre des gens du voyage pour les aider à accéder à leurs droits. Une solution associative essentielle, que les services publics devraient reprendre à leur compte. Comment est née l’idée de ce Bureau itinérant et solidaire (BIS) ?Romain Crochet – Après la crise du Covid-19, nous avons répondu à un appel à projets dans le cadre du plan gouvernemental France relance. On y a vu...

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules