Logo du site
Dossier : Écologie : mobiliser les indécis

Qui a peur de l’effondrement ?

Curtis Simmons (CC BY-NC 2.0)
Curtis Simmons (CC BY-NC 2.0)

Face aux discours sur un effondrement prochain du monde, nous ne réagissons pas tous de la même manière. Loin de dicter une façon d’agir, la collapsologie enjoint à une conversion du regard et une mise en mouvement.


Les informations sur l’état de la planète bousculent et effraient parfois au point d’infléchir attitudes et comportements. Les personnes éprouvent des peurs qui tantôt les immobilisent, tantôt les mobilisent. Le mot « collapsologie » (de l’anglais collapse, s’effondrer, et du grec logos, discours) se réfère à une étude pluridisciplinaire de l’effondrement potentiel de notre civilisation industrielle. Le « logos », discours rationnel sur le collapse, aussi fondé soit-il, peut être source d’un « pathos », souffrance principalement mentale (peur, anxiété ou angoisse) et donc influer sur « l’ethos », la conduite à tenir. Tout l’enjeu de la narration collapsologique est là : comment canaliser cette peur pour qu’elle pousse à agir à bon escient, avant qu’il ne soit trop tard ?

La perspective d’un effondrement suscite quatre réactions type, identifiées par l’Observatoire des vécus du collapse (voir encadré ci-dessous). Ce dernier étudie les réactions des Français confrontés à la narration collapsologique en combinant diverses approches (questionnaires quantitatifs et entretiens qualitatifs). Il en résulte que, si certains sont paralysés par la peur et pensent toute action vaine (pessimistes passifs), d’autres s’en remettent aux experts et à la science (optimistes passifs). D’autres encore cherchent une solution pour eux-mêmes, en marge de la société (pessimistes actifs). Les « optimistes actifs », eux, croient au pouvoir de l’action collective et cherchent à faire société en intégrant la perspective du collapse. Ce sont ces derniers qui nous intéressent dans cet article.

Vous êtes plutôt collapsosophe ou collapsophobe ?

En analysant les réactions à la narration collapsologique, l’Observatoire des vécus du collapse cerne quatre profils types d’attitudes comportementale

Cet article est réservé à nos abonné·e·s

vous pouvez l’acheter à l’unité pour 3€
Pour accéder à cet article :

Déjà abonné.e ?

M'identifier

La Revue Projet donne gratuitement accès aux articles de plus de 3 ans.

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules