Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !
Logo du site
Dossier : Écologie : mobiliser les indécis

Apprendre des plus pauvres

© ATD Quart Monde
© ATD Quart Monde

Les personnes en situation de précarité subissent déjà les conséquences des changements climatiques. De quelle manière perçoivent-elles les injonctions à se mobiliser et à avoir un comportement vertueux en matière écologique ? Et si nous partions de ce qu’elles vivent pour construire un avenir désirable pour tous ?


En France comme ailleurs, les plus pauvres souffrent le plus des conséquences des changements climatiques. Ils sont les premiers impactés par la hausse des températures et par la dégradation de la qualité de l’air. Lors de la canicule de 2003, qui avait fait 15 000 victimes, les deux principaux critères de décès des personnes âgées étaient le degré d’autonomie et la catégorie socio-professionnelle1. L’élévation des températures touche davantage les personnes vivant dans des logements mal isolés et en situation de sur-occupation. Le réchauffement favorise le développement de maladies respiratoires chroniques qui, en France, concerne 57,3 pour mille bénéficiaires de la couverture maladie universelle complémentaire (CMU-C) contre 35,4 pour mille de la population générale.

« Les premiers écologistes, je pense que ce sont les pauvres. Parce que ce sont eux qui recyclent en allant fouiller dans les poubelles, en allant récupérer tout ce qui est bon pour être recyclé. »

En 2019, en France, plusieurs universités populaires Quart Monde ont choisi des thèmes de travail liés à l’écologie et aux changements climatiques. Un militant de Rennes raconte : « J’habite dans un pavillon à loyer modéré. C’est très mal isolé. L’humidité rentre, ça décolle les peintures, si on ne se couvre pas, on tombe malade (asthme, arthrose). Mais, en même temps, les premiers écologistes, je pense que ce sont les pauvres. Parce que ce sont eux qui recyclent en allant fouiller dans les poubelles, en allant récupérer tout ce qui est bon pour être recyclé (le cuivre, l’aluminium, la ferraille). Et donc, c’étaient les premiers recycleurs, ça remonte à loin. »

Les universités populaires qui ont travaillé ces sujets se sont posé la question de ce que les personne

Cet article est réservé à nos abonné·e·s

vous pouvez l’acheter à l’unité pour 3€
Pour accéder à cet article :

Déjà abonné·e ?

M'identifier

La Revue Projet donne gratuitement accès aux articles de plus de 3 ans.

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules