Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !
Logo du site
Dossier : Écologie : mobiliser les indécis

Les Églises se mettent au vert

© Église verte
© Église verte

En 2017, catholiques, protestants et orthodoxes de France ont créé le label « Église verte » pour encourager la « conversion écologique ».


Quelles sont, selon vous, les spécificités de l’engagement écologique au sein d’une paroisse ?

La particularité d’un engagement paroissial tient à la possibilité d’articuler mobilisation personnelle, mobilisation collective (en brassant les générations, les cultures et les milieux sociaux) et transcendance. Les communautés chrétiennes bénéficient par ailleurs de la richesse d’une expérience communautaire plurimillénaire ; c’est un vrai atout pour conjuguer le local avec le global. Enfin, ces communautés se rassemblent autour d’une bonne nouvelle, qui les met en route pour lutter contre le fatalisme et la désespérance : quoiqu’il arrive, la vie est plus forte que la mort !

En quoi consiste le label Église verte et à qui s’adresse-t-il ?

Le label Église verte s’adresse à toutes celles et ceux souhaitant s’engager dans une démarche de conversion écologique : paroisses, Églises locales, mais aussi œuvres, mouvements, monastères et établissements chrétiens. Un questionnaire, à renouveler chaque année, permet d’accompagner la progression de chaque groupe dans l’atteinte de quatre niveaux d’engagement écologique.

Le label a, au départ, été conçu pour les paroisses. En tant que lieu de rassemblement pour le culte ou l’enseignement, en tant que lieu où se vivent des manifestations de fraternité et de solidarité, elles permettent de mettre en œuvre concrètement la dimension collective des enjeux écologiques : alimentation, énergie, gestion des déchets, analyse des enjeux actuels de justice, dialogue entre générations et catégories socio-professionnelles différentes. Mais, très vite après le lancement, des monastères ont manifesté leur intérêt : ils travaillent en ce moment à une déclinaison qui soit plus adaptée à leur réalité. Aujourd’hui, plus de 400 communautés sont déjà engagées dans la démarche.

Quoi de plus stimulant aujourd’hui pour l’Église que de se confronter au monde dans lequel nous vivons ?

Quels sont les freins et les moteurs pour permettre de mobiliser l’ensemble des membres d’une paroisse ou d’une communauté ?

Il y a, à mon avis, bien plus de moteurs que de freins ! Le frein, c’est principalement le poids des habitudes. Mais le moteur est celui de la participation à un défi vital. Quoi de plus stimulant aujourd’hui pour l’Église que de se confronter au monde dans lequel nous vivons ? Cela n’a-t-il pas toujours été le cas ? L’Église n’a-t-elle pas toujours cherché à formuler un message d’espérance face aux détresses de son époque ? Finalement, l’enjeu n’est pas tant de mobiliser ceux qui sont éloignés des préoccupations écologiques que d’accompagner ceux qui sont éloignés de l’Église en les rejoignant sur le terrain des préoccupations sociales et écologiques. Plus précisément, je dirais que le rôle de l’Église est principalement d’accompagner spirituellement toutes les personnes courageuses qui cherchent à changer leur mode de vie et les structures injustes de notre société. En entrant dans une démarche écologique, l’Église cherche à se convertir elle-même, d’une pour part pour mieux dénoncer les attitudes égoïstes de ceux qui refusent de se remettre en question et d’autre part pour mieux témoigner de l’espérance chrétienne auprès des militants menacés par le découragement.

Les plus lus

Les Marocains dans le monde

En ce qui concerne les Marocains, peut-on parler de diaspora ?On assiste à une mondialisation de plus en plus importante de la migration marocaine. On compte plus de 1,8 million de Marocains inscrits dans des consulats à l’étranger. Ils résident tout d’abord dans les pays autrefois liés avec le Maroc par des accords de main-d’œuvre (la France, la Belgique, les Pays-Bas), mais désormais aussi, dans les pays pétroliers, dans les nouveaux pays d’immigration de la façade méditerranéenne (Italie et ...

L’homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des...

Aux origines du patriarcat

On entend parfois que le patriarcat serait né au Néolithique, près de 5 000 ans avant notre ère. Avant cela, les femmes auraient été libres et puissantes. Les données archéologiques mettent en doute cette théorie. De très nombreux auteurs, de ce siècle comme des précédents, attribuent la domination des hommes sur les femmes à l’essor de l’agriculture, lors du Néolithique. Cette idée est largement reprise dans les médias, qui p...

Du même dossier

Jeunes pour le climat : en coulisses, ça continue !

L’Accélérateur de la mobilisation accompagne depuis un an les Jeunes pour le climat. Au-delà des grandes marches médiatisées, comment ce mouvement décentralisé s’organise-t-il ? Quels défis se posent à lui aujourd’hui ? Comment en êtes-vous venus à accompagner les Jeunes pour le climat, via l’Accélérateur de la mobilisation ? Et comment travaillez-vous avec eux ?Anne-Laure Romanet - La Fondation europé...

Apprendre des plus pauvres

Les personnes en situation de précarité subissent déjà les conséquences des changements climatiques. De quelle manière perçoivent-elles les injonctions à se mobiliser et à avoir un comportement vertueux en matière écologique ? Et si nous partions de ce qu’elles vivent pour construire un avenir désirable pour tous ? En France comme ailleurs, les plus pauvres souffrent le plus des conséquences d...

Pour une écologie décoloniale

Pour Malcom Ferdinand, les dégradations environnementales sont indissociables des rapports de domination raciale. Elles découlent de notre mode d’habiter la Terre, d’un sentiment de légitimité à se l’approprier. Au regard du passé, il nous revient de le réinventer. On accuse souvent les activités humaines de l’ère industrielle d’être responsables des dégradations environnementales en cours. Or vous soulignez que cette manière de ...

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules