Logo du site

Jeunes pour le climat : en coulisses, ça continue !

Matisse Bonzon et Anne-Laure Romanet
Acteur de terrain

L’Accélérateur de la mobilisation accompagne depuis un an les Jeunes pour le climat. Au-delà des grandes marches médiatisées, comment ce mouvement décentralisé s’organise-t-il ? Quels défis se posent à lui aujourd’hui ? L'Accelerateur de la mobilisation a...

Les entreprises, l’État, le climat et moi : chacun sa part

César Dugast et Alexia Soyeux
Coup de projecteur

Face à l’urgence climatique, beaucoup se dédouanent en disant : ce n’est pas à mon niveau que cela se joue… En effet, les citoyens, les entreprises et l’État n’ont ni les mêmes responsabilités ni les mêmes leviers d’action. Qu’attendre des petits gestes...

Et que durent tes aventures !

Martin Kopp
Question de sens

Ce qui suit n’est ni une recette, ni une liste exhaustive. Un témoignage plutôt, quelques conseils pour éviter l’essoufflement. Pour faire durer ses engagements, joyeusement et collectivement. Ce qui suit n'est ni une recette ni une liste exhaustive Un temoignage plutot quelques conseils pour eviter l'essoufflement Pour faire durer ses engag...

Abandonner la voiture : mission impossible ?

Anaïs Rocci
Chercheur

Lorsqu’il s’agit de se déplacer autrement pour réduire son impact environnemental, chacun se heurte à des contraintes dépassant parfois les arbitrages individuels. Alors comment analyser nos difficultés et nos résistances pour trouver des alternatives à la voiture ? Lorsqu'il s'agit de se deplacer autrement pour reduire son impact envi...

Les Églises se mettent au vert

Robin Sautter
Acteur de terrain

En 2017, catholiques, protestants et orthodoxes de France ont créé le label « Église verte » pour encourager la « conversion écologique ». En 2017 catholiques protestants et orthodoxes de France ont cree le label Eglise verte pour encourager la conversion ecologique Quelles sont selon vous...

À l’heure de la mobilisation des cathos écolos

Noëlie Djimadoumbaye et Hélène Noisette
L'équipe de rédaction

Il est indéniable qu’il existe aujourd’hui un courant catholique fortement engagé sur le terrain de l’écologie. Maintenant, certaines résistances se font encore sentir, notamment en France. Quelles sont-elles ? Comment les expliquer ? Il est indeniable qu'il existe aujourd'hui un courant c...

Apprendre des plus pauvres

Jeanne Cadiou et Geoffrey Renimel
Acteur de terrain

Les personnes en situation de précarité subissent déjà les conséquences des changements climatiques. De quelle manière perçoivent-elles les injonctions à se mobiliser et à avoir un comportement vertueux en matière écologique ? Et si nous partions de ce qu’elle...

De la fin du mois à la fin du monde

Sara Lickel
Acteur de terrain

Quand la lutte contre la pauvreté croise celle contre les changements climatiques : au cœur même de sa mission auprès des plus démunis, le Secours Catholique en a fait l’expérience. Quand la lutte contre la pauvrete croise celle contre les changements climatiques au coeur meme de sa mission aupre...

Pour une écologie décoloniale

Malcom Ferdinand
Chercheur

Pour Malcom Ferdinand, les dégradations environnementales sont indissociables des rapports de domination raciale. Elles découlent de notre mode d’habiter la Terre, d’un sentiment de légitimité à se l’approprier. Au regard du passé, il nous revient de le réinventer. Pour Malcom Ferdi...

Qui a peur de l’effondrement ?

Loïc Steffan et Pierre-Éric Sutter
Chercheurs

Face aux discours sur un effondrement prochain du monde, nous ne réagissons pas tous de la même manière. Loin de dicter une façon d’agir, la collapsologie enjoint à une conversion du regard et une mise en mouvement. Face aux discours sur un effondrement prochain du monde nous ne reagissons pas tous de la meme...

Climat : agir local dans un monde global

Hervé Le Treut
Chercheur

Depuis un demi-siècle, les scientifiques tirent la sonnette d’alarme sur les enjeux climatiques. Face à une situation qui n’a pas cessé de se dégrader, le physicien Hervé Le Treut a saisi l’opportunité d’agir localement, sur un territoire qui lui tient à cœur : la...

L’écologie, une affaire sensible

Aurore Chaillou
L'équipe de rédaction

Vivre revient a accroitre notre capacite a etre affecte donc notre spectre notre amplitude a etre touche change emu Ainsi slame Alain Damasio dans un morceau qui accompagne son roman de science fiction Les furtifs La Volte 2019 De cette capacite a etre affecte depend pour une part notre puissance de vie celle de la planete et celle de notre humani...

Dossier : Écologie : mobiliser les indécis
Fauchage d'un champ de canne à sucre par le collectif indigène nasa
Fauchage d'un champ de canne à sucre par le collectif indigène nasa "Liberación de la Madre Tierra" en Colombie. © Martin Monti-Lalaubie

Pour une écologie décoloniale


Pour Malcom Ferdinand, les dégradations environnementales sont indissociables des rapports de domination raciale. Elles découlent de notre mode d’habiter la Terre, d’un sentiment de légitimité à se l’approprier. Au regard du passé, il nous revient de le réinventer.


On accuse souvent les activités humaines de l’ère industrielle d’être responsables des dégradations environnementales en cours. Or vous soulignez que cette manière de voir occulte les rapports de domination à l’œuvre depuis des siècles. L’imaginaire occidental de la crise écologique effacerait-il le fait colonial ?

Je suis loin d’être le premier à mettre en évidence le lien entre les inégalités sociales et les dégradations environnementales : c’est l’objet de l’écologie sociale, de l’écologie politique, de l’écoféminisme… Mais l’angle que je propose, lier ces questions au legs raciste, reste peu travaillé (sauf par les mouvements de justice environnementale).

Destruction de la nature et oppression sociale ont toujours été liées. Pourtant, dans l’appel à l’urgence climatique, on continue de voir des slogans dépourvus de pensée sociale. Cela permet à d’autres de s’approprier l’injonction environnementale et d’y donner une réponse technocratique : résoudre la pollution et le manque de ressources par la géo-ingénierie ou le marché carbone…

Vous faites remonter l’origine de la crise environnementale au XVe siècle, à l’époque de la colonisation…

Il y a eu plusieurs accélérations des dégradations environnementales (XIXe et XXe siècles en particulier), mais la crise écologique commence plus tôt que cela. Elle vient d’un certain mode d’habiter la Terre, une manière de se penser sur Terre en ayant la légitimité de se l’approprier pour le profit de quelques-uns. En partant des Caraïbes, je fais commencer cet « habiter colonial » à la fin du XVe, au moment où Christophe Colomb arrive en Amérique (sachant que le modèle de la plantation existait bien avant encore, par exemple à Madère).

La rencontre violente des Européens avec lesdits Amérindiens coïncide avec le moment où l

Cet article est réservé aux abonné.e.s

vous pouvez l'acheter à l'unité ou par Dossier
Pour accéder à cet article :

Déjà abonné.e ?

M'identifier

Revue-Projet.com offre l'accès gratuit aux articles de moins de 2 mois ou plus de 4 ans.

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules