Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !
Logo du site
Dossier : Pourquoi est-il si bon de consommer ?

Déliaisons dangereuses


« Tout le plaisir est pour vous ! » Avec ce nouveau slogan, les supermarchés Leader Price promettent à leur clientèle une « expérience magasin » réinventée, grâce à des produits nouveaux : une « zone 100 % plaisir » offrant produits bio, papeterie, téléphonie et cosmétiques. Qu’est-ce qui s’exprime dans cette quête insatiable de nouveauté et de plaisir ? Pourquoi est-il si bon de pouvoir consommer ?

Dans l’après-guerre en France, l’essor de la consommation de masse, notamment grâce à la généralisation de l’électroménager dans les foyers (lave-linge, réfrigérateur), a d’abord signifié une amélioration des conditions de vie du plus grand nombre et une libération, en particulier pour les femmes (cf. J.-C. Daumas). Le téléviseur a incarné la démocratisation de la culture, l’accès de tous, ou presque, à une société de loisirs.

À travers nos achats, se révélerait notre liberté de choix. Et l’une de nos principales aspirations : « Ne dépendre de personne, et surtout pas de nos proches, pour la satisfaction de nos besoins » (cf. B. Perret). Car via les objets qui peuplent notre quotidien se dit une quête d’être, tout autant que d’avoir. Nous acquérons telle paire de chaussures pour avoir l’air cool, à la mode ou écolo et être ainsi reconnus par nos semblables pour ce que nous sommes ou aimerions être. Et offrir quelque chose, c’est se rendre « présent » à l’autre (cf. A. Caillé). Pouvoir faire soi-même des cadeaux à ses proches est essentiel pour se sentir digne, les personnes qui vivent la précarité le savent bien. Surtout en cette période de Noël. Consommer, c’est aussi, quand les lieux traditionnels d’appartenance – comme le travail – s’effacent, un moyen pour participer à la société (cf. J. Lazarus). Une manière de se relier aux autres.

Mais, dès 1970, Jean Baudrillard nous alertait sur les dérives de cette société de consommation, pointant le fait que nos interactions quotidiennes n’impliquaient plus tant des échanges avec nos semblables que des interactions avec une multitude d’objets et de messages. Si, à cette époque, la publicité s’affichait clairement comme telle, elle s’insinue aujourd’hui avec subtilité dans notre quotidien (cf. R. Fossard et J. Intartaglia). Nous recevons chaque jour des milliers d’incitations à l’achat, pas toujours identifiées comme telles. Combien de films, par exemple, sont peuplés d’objets et de logos grâce auxquels les entreprises se rappellent à nous, l’air de rien ? L’immense frustration engendrée par ce système peut être difficile à gérer, notamment pour les enfants (cf. M. de Larrard). Alors, sommes-nous libres lorsque nous achetons telle marque de vêtement ou choisissons telle voiture ?

De plus, si consommer génère du plaisir, c’est un plaisir éphémère : il y aura toujours un objet plus neuf ou une invention « révolutionnaire » pour susciter notre désir. Un désir qui demandera d’être constamment renouvelé, comme les objets eux-mêmes. Ces derniers sont d’ailleurs conçus désormais pour ne pas durer. L’obsolescence programmée permet ainsi aux industriels de s’assurer une clientèle perpétuelle. La mode participe de ce phénomène (cf. S. Sauvage).

Mais le niveau de consommation actuel des pays occidentaux épuise les ressources de la planète (cf. B. Perret) tout en privant les pays moins fortunés et les générations futures de ce dont elles auraient besoin pour vivre (cf. H. Noisette). En encourageant la logique du « utilise et jette », en accaparant notre temps, notre attention, notre disponibilité aux autres, le consumérisme menace la qualité de nos liens.

Alors consommons autrement ! En privilégiant la qualité de la relation, via les circuits courts, les achats d’occasion ou le prêt d’une perceuse. En retrouvant le sens du matérialisme authentique (cf. A. Chirat), en privilégiant le réparable sur le prêt-à-jeter, l’expérience collective sur l’individuelle. En reprenant le pouvoir sur le monde des choses, grâce à la réparation ou à l’auto-production. Car les liens ainsi créés seront source d’une joie plus durable (cf. M. Mangot). Ils dessinent une société bien plus désirable.

Les plus lus

Les Marocains dans le monde

En ce qui concerne les Marocains, peut-on parler de diaspora ?On assiste à une mondialisation de plus en plus importante de la migration marocaine. On compte plus de 1,8 million de Marocains inscrits dans des consulats à l’étranger. Ils résident tout d’abord dans les pays autrefois liés avec le Maroc par des accords de main-d’œuvre (la France, la Belgique, les Pays-Bas), mais désormais aussi, dans les pays pétroliers, dans les nouveaux pays d’immigration de la façade méditerranéenne (Italie et ...

L’homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des...

Un héritage tentaculaire

Depuis les années 1970 et plus encore depuis la vague #MeToo, il est scruté, dénoncé et combattu. Mais serait-il en voie de dépassement, ce patriarcat aux contours flottants selon les sociétés ? En s’emparant du thème pour la première fois, la Revue Projet n’ignore pas l’ampleur de la question.Car le patriarcat ne se limite pas à des comportements prédateurs des hommes envers les femmes. Il constitue, bien plus, une structuration de l’humanité où pouvoir, propriété et force s’assimilent à une i...

Du même dossier

Sortir du consumérisme est devenu vital

Nos modes de consommation actuels sont insoutenables pour l’environnement et menacent la qualité du vivre ensemble. Il est aujourd'hui indispensable de penser autrement notre rapport aux objets, car à travers eux se jouent nos relations aux autres et à la nature. L’humanité vit au-dessus de ses moyens. Le jour de dépassement de la Terre (Earth overshoot day), date où l’humanité a consommé son crédit annuel de ressources naturelles, arrive de plus en plus tôt : le 7 décembre en 1990, le 1er nove...

[À écouter] Peut-on éviter le consumérisme ?

À l'occasion de la sortie de la "Revue Projet" "Pourquoi est-il si bon de consommer ?", deux auteurs du numéro et la rédactrice en chef adjointe de la revue étaient invités à débattre sur RCF. À écouter : Peut-on éviter le consumérisme ?Une émission animée par Antoine Bellier sur RCF le 12 décembre 2018 à réécouter en ligne.Invités :Aurore Chaillou, rédactrice en chef adjointe de la Revue Projet, auteure de l’article « Déliaisons dangereuses », Revue Projet, n°367.Mickaël Mangot, économiste, en...

Pour le pape François, le consumérisme est une addiction

En juin 2015, le pape François lance un appel vigoureux pour la sauvegarde de notre planète dans l’encyclique « Laudato si’ ». Sans se contenter de recenser les dégâts que nous lui infligeons, il se penche sur les causes profondes de la crise socio-environnementale. Parmi elles : le consumérisme. Nous avons fait du progrès technique et de la croissance économique des fins en soi. Quand il analyse les causes de la crise écologique dans l’encyclique Laudato si’, le pape François dénonce la prégnan...

Du même auteur

Créer de la proximité : un défi collectif

Santé, logement, revenu de solidarité… Aujourd’hui, en France, des millions de personnes en précarité peinent à accéder à leurs droits. Le fossé entre ces personnes et l’action publique se creuse. Parmi celles qui pourraient toucher le RSA, 34 % ne le perçoivent pas. Ce constat, partagé par le Conseil d’État1 et les acteurs associatifs, appelle à recréer de la proximité avec les personnes en précarité. C’est le défi de l’« aller vers ».L’expression désigne, pour les acteurs de l’action sociale,...

L’aide sociale reprend la rue

Près de Lille, l’association La Sauvegarde du Nord tente de sortir Claude, Radhouane ou Mario de la rue. Si les « permanences camion » et les maraudes à vélo permettent la rencontre, une maison à la campagne leur offre le répit nécessaire pour envisager d’autres possibles. Claude, 42 ans, yeux bleus et sourcils broussailleux, vient à Houplin pour être tranquille. Depuis sept mois, il vit dans une tente, à Loos, près de Lille. Il a...

Un camping-car pour faire du lien

En Indre-et-Loire, un camping-car, le Bureau itinérant et solidaire, va à la rencontre des gens du voyage pour les aider à accéder à leurs droits. Une solution associative essentielle, que les services publics devraient reprendre à leur compte. Comment est née l’idée de ce Bureau itinérant et solidaire (BIS) ?Romain Crochet – Après la crise du Covid-19, nous avons répondu à un appel à projets dans le cadre du plan gouvernemental France relance. On y a vu...

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules