Logo du site

Pour une consommation de viande profitable à tous

Cyrielle Denhartigh
Acteur de terrain

La viande occupe une forte place symbolique dans les menus des restaurants, des repas collectifs et des fêtes. Il est pourtant urgent de réduire sa consommation, pour des raisons de justice environnementale et sociale (tout le monde doit pouvoir manger à sa faim et de la nourriture de qualité). Comment se défaire d...

De quelle liberté voulons-nous ?

Jean Caron
Question de sens

« Consomme et tu seras libre ! » À la liberté d’assouvir immédiatement nos désirs par l’acte d’achat, qui cache le piège d’une dépendance, la philosophie oppose une liberté plus profonde, fondée sur l’affranchissement des injonctions à consommer...

Oser la frugalité

Julien Vidal
Acteur de terrain

Julien Vidal est parti en volontariat de solidarité internationale en Colombie puis aux Philippines. À son retour en France, il lance l’initiative « Ça commence par moi », un catalogue en ligne regroupant « 400 manières de changer le monde à l’échelle de l’individu ». Julien Vidal est parti en volontariat de solidarité internat...

Consommer pour faire partie de la société

Jeanne Lazarus
Chercheur

Quels rapports les plus démunis entretiennent-ils avec la consommation ? L’espoir des Trente Glorieuses était qu’ils s’intégreraient à terme dans une société où le mode de vie des classes moyennes aurait été généralisé. La crise et le chômage ont brisé ce schéma. Dans une société organisée essentiellement autour du travail, ...

Pour le pape François, le consumérisme est une addiction

Hélène Noisette
Question de sens

En juin 2015, le pape François lance un appel vigoureux pour la sauvegarde de notre planète dans l’encyclique « Laudato si’ ». Sans se contenter de recenser les dégâts que nous lui infligeons, il se penche sur les causes profondes de la crise socio-environnementale. Parmi elles : le consumérisme. En juin 2015 le pape François lance un a...

Faites durer le plaisir : consommez durable !

Samuel Sauvage
Acteur de terrain

Nos objets ne sont pas faits pour durer. Cette obsolescence programmée s’accompagne d’une frénésie consommatrice qui génère des plaisirs éphémères. Faire durer un bien, c’est faire durer le plaisir ! Nos objets ne sont pas faits pour durer Cette obsolescence programmée s'accompagne d'une frénésie consommatrice qui génère des plai...

Face à la publicité, où s’arrête notre liberté?

Julien Intartaglia
Chercheur

Quels sont les leviers d’une publicité efficace ? En alliant matraquage publicitaire, relation au consommateur et émotion, les annonceurs bénéficient d’outils d’influence particulièrement puissants. Quelle place ces nouvelles stratégies laissent-elles au libre arbitre du consommateur ? Quels sont les leviers d'une publicité efficace En...

[À écouter] Peut-on éviter le consumérisme ?

Antoine Bellier, Aurore Chaillou, Renaud Fossard et Mickaël Mangot
Pour en savoir plus

À l'occasion de la sortie de la "Revue Projet" "Pourquoi est-il si bon de consommer ?", deux auteurs du numéro et la rédactrice en chef adjointe de la revue étaient invités à débattre sur RCF. À l'occasion de la sortie de la Revue Projet Pourquoi est il si bon de consommer deux auteurs du numéro et la rédactrice en chef adjointe de la re...

Faut-il consommer pour être heureux ?

Mickaël Mangot
Chercheur

Si l’argent ne fait pas le bonheur, la consommation pourrait-elle s’en charger ? Selon les économistes du bonheur, toutes les consommations ne se valent pas. Celles qui rendent le plus heureux durablement sont celles qui renforcent notre identité et notre connexion aux autres. Si l'argent ne fait pas le bonheur la consommation pourrait elle s...

Déliaisons dangereuses

Aurore Chaillou
L'équipe de rédaction

Tout le plaisir est pour vous Avec ce nouveau slogan les supermarchés Leader Price promettent à leur clientèle une expérience magasin réinventée grâce à des produits nouveaux une zone 100 plaisir offrant produits bio papeterie téléphonie et cosmétiques Qu'est ce qui s'exprime dans cette quête insatiable de nouveauté et de plaisir Pour...

De l’extension du domaine de la pub

Renaud Fossard
Acteur de terrain

Nous sommes exposés chaque jour à des milliers d’incitations à consommer. Si certaines publicités s’affichent comme telles, les marques ont désormais recours à une vaste gamme de stratégies pour se rappeler à nous tout au long de la journée. Nous sommes exposés chaque jour à des milliers d'incitations à consommer Si certaines public...

Qui consomme quoi ?

Pascale Hébel
Pour en savoir plus

« Dis-moi comment tu consommes, je te dirais qui tu es. » Nos habitudes de consommation se sont transformées ces vingt-cinq dernières années et sont fortement marquées par des critères sociaux et générationnels. Achat de services plutôt que de biens, usage plutôt que propriété, pratiques collaboratives... Quelles sont aujourd’hui l...

Enfants : affronter la frustration

Marguerite de Larrard
Question de sens

On sait aujourd’hui que les jeunes enfants n’ont pas les capacités cérébrales pour faire face à la frustration. Le marketing qui leur est destiné utilise cette fragilité, proposant sans cesse de nouveaux jouets, de nouvelles friandises. Dans un tel contexte, comment aider les tout-petits à gérer leurs émotions et leurs désirs ? Margue...

« La consommation est impulsée par notre désir de reconnaissance »

Alain Caillé
Chercheur

Entretien – Dans quelle mesure la consommation, plus qu’une accumulation « d’avoir », nous permet-elle aussi « d’être » ? La quête de reconnaissance via la consommation est-elle vouée à l’échec ? Entretien Dans quelle mesure la consommation plus qu'une accumulation d'avoir nous permet elle aussi d'être La quête de reconnai...

Nous ne sommes pas assez matérialistes !

Alexandre Chirat
Chercheur

Soyons matérialistes ! Il y a plus d’un siècle, l’économiste américain Thorstein Veblen nous invitait à considérer les objets pour l’usage qu’ils satisfont, plutôt que pour leur valeur d’échange. Sa pensée reste d’une grande actualité. Elle nous invite à rompre avec le consumérisme. Soyons matérialistes Il y a plus d'un si...

Sortir du consumérisme est devenu vital

Bernard Perret
Question de sens

Nos modes de consommation actuels sont insoutenables pour l’environnement et menacent la qualité du vivre ensemble. Il est aujourd'hui indispensable de penser autrement notre rapport aux objets, car à travers eux se jouent nos relations aux autres et à la nature. Nos modes de consommation actuels sont insoutenables pour l'environnement et men...

Les Trente Glorieuses ou le bonheur par la consommation

Jean-Claude Daumas
Chercheur

L’avènement de la société de consommation a représenté pour les Français une véritable révolution de la vie quotidienne. Synonyme de modernité, de confort et d’émancipation, elle ne s’est cependant pas accompagnée d’une uniformisation des modes de consommation. L'avènement de la société de consommation a représenté pour les ...

Question en débat : Pourquoi est-il si bon de consommer ?
© Wikimedia Commons/Claude Truong-Ngoc
© Wikimedia Commons/Claude Truong-Ngoc

Consommer pour faire partie de la société


Quels rapports les plus démunis entretiennent-ils avec la consommation ? L’espoir des Trente Glorieuses était qu’ils s’intégreraient à terme dans une société où le mode de vie des classes moyennes aurait été généralisé. La crise et le chômage ont brisé ce schéma. Dans une société organisée essentiellement autour du travail, la consommation peut sembler être le seul lien qui rattache les plus défavorisés à la société.

L’avènement de la société industrielle puis post-industrielle a produit de nouveaux contrastes sociaux. De fait, la pauvreté qui caractérisait la majorité de la population de la société préindustrielle s’est muée en une pauvreté relative. C’est en comparaison avec la consommation des classes moyennes que l’on peut qualifier de « pauvre » la consommation de certains ménages démunis ; y compris lorsqu’ils possèdent un toit, de quoi se nourrir et quelques biens statutaires, tels un écran plat ou un téléphone portable dernier cri.

La consommation : le fil des « désaffiliés » ?

Au XXe siècle, le Front populaire puis la naissance de l’État providence ont conduit à ce que le travail soit un moyen d’obtenir un revenu stable et d’accéder aux protections collectives. La misère semblait éradiquée. Avec la fin des Trente Glorieuses et la crise économique, la pauvreté a changé de visage. Le mouvement ouvrier s’est affaibli et l’appartenance de classe a de moins en moins structuré les identités. Depuis le début des années 1980 et l’apparition des « nouveaux pauvres », ce sont des membres intégrés de la société de consommation (qui suivaient le mode de vie habituel de consommateurs moyens et d’accédants à la propriété) qui sont les premiers touchés par le chômage. La maison devait être vendue, le couple se fragilisait souvent et les espoirs d’ascension sociale pour les enfants étaient émoussés. Ces nouveaux pauvres ressemblaient à tout le monde. Leur misère était d’autant plus difficile à vivre qu’ils étaient socialisés dans un monde d’abondance, auquel ils avaient d’ailleurs participé tant que leur situation le leur avait permis.

Si les Trente Glorieuses furent des années d’intégration sociale, les trente années suivantes furent celles de la « d�

Cet article est réservé aux abonné.e.s

vous pouvez l'acheter à l'unité ou par Question en débat
Pour accéder à cet article :

Déjà abonné.e ?

M'identifier

Revue-Projet.com offre l'accès gratuit aux articles de moins de 2 mois ou plus de 4 ans.

Vous devez être connecté pour commenter cet article

1 réactions pour « Consommer pour faire partie de la société »

Fabrice GEISTLICH
01 April 2019

Bonjour,

Je suis abonné mais ne parviens pas à télécharger l'article "Consommer pour être reconnu", est ce normal ? Pourriez vous, s'il vous plaît, m'indiquer la marche à suivre car je crains de ne pas la voir (j'étais pourtant connecté à mon espace personnel).
En vous remerciant par avance de votre bienveillance.
Très belle journée à vous.
Fabrice Geistlich

Réponse de La rédaction

Bonjour,

Désolé mais notre site est encore en rodage. La gestion des abonnements n'a pas encore terminé le passage des "anciens abonnés" papier à une version d'abonnement "papier & numérique". Normalement, cela devrait fonctionner maintenant. Marcel Rémon Directeur de la Revue.

* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules