Logo du site
Dossier : Pourquoi est-il si bon de consommer ?

Consommer pour faire partie de la société

© Wikimedia Commons/Claude Truong-Ngoc
© Wikimedia Commons/Claude Truong-Ngoc
Quels rapports les plus démunis entretiennent-ils avec la consommation ? L’espoir des Trente Glorieuses était qu’ils s’intégreraient à terme dans une société où le mode de vie des classes moyennes aurait été généralisé. La crise et le chômage ont brisé ce schéma. Dans une société organisée essentiellement autour du travail, la consommation peut sembler être le seul lien qui rattache les plus défavorisés à la société.

L’avènement de la société industrielle puis post-industrielle a produit de nouveaux contrastes sociaux. De fait, la pauvreté qui caractérisait la majorité de la population de la société préindustrielle s’est muée en une pauvreté relative. C’est en comparaison avec la consommation des classes moyennes que l’on peut qualifier de « pauvre » la consommation de certains ménages démunis ; y compris lorsqu’ils possèdent un toit, de quoi se nourrir et quelques biens statutaires, tels un écran plat ou un téléphone portable dernier cri.

La consommation : le fil des « désaffiliés » ?

Au XXe siècle, le Front populaire puis la naissance de l’État providence ont conduit à ce que le travail soit un moyen d’obtenir un revenu stable et d’accéder aux protections collectives. La misère semblait éradiquée. Avec la fin des Trente Glorieuses et la crise économique, la pauvreté a changé de visage. Le mouvement ouvrier s’est affaibli et l’appartenance de classe a de moins en moins structuré les identités. Depuis le début des années 1980 et l’apparition des « nouveaux pauvres », ce sont des membres intégrés de la société de consommation (qui suivaient le mode de vie habituel de consommateurs moyens et d’accédants à la propriété) qui sont les premiers touchés par le chômage. La maison devait être vendue, le couple se fragilisait souvent et les espoirs d’ascension sociale pour les enfants étaient émoussés. Ces nouveaux pauvres ressemblaient à tout le monde. Leur misère était d’autant plus difficile à vivre qu’ils étaient socialisés dans un monde d’abondance, auquel ils avaient d’ailleurs participé tant que leur situation le leur avait permis.

Si les Trente Glorieuses furent des années d’intégration sociale, les trente années suivantes furent celles de la « d�

Cet article est réservé aux abonné.e.s

vous pouvez l'acheter à l'unité ou par Dossier
Pour accéder à cet article :

Déjà abonné.e ?

M'identifier

Revue-Projet.com offre l'accès gratuit aux articles de moins de 2 mois ou plus de 4 ans.

Vous devez être connecté pour commenter cet article

1 réactions pour « Consommer pour faire partie de la société »

Fabrice GEISTLICH
01 April 2019

Bonjour,

Je suis abonné mais ne parviens pas à télécharger l'article "Consommer pour être reconnu", est ce normal ? Pourriez vous, s'il vous plaît, m'indiquer la marche à suivre car je crains de ne pas la voir (j'étais pourtant connecté à mon espace personnel).
En vous remerciant par avance de votre bienveillance.
Très belle journée à vous.
Fabrice Geistlich

Réponse de La rédaction

Bonjour,

Désolé mais notre site est encore en rodage. La gestion des abonnements n'a pas encore terminé le passage des "anciens abonnés" papier à une version d'abonnement "papier & numérique". Normalement, cela devrait fonctionner maintenant. Marcel Rémon Directeur de la Revue.

* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules