Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !
Logo du site
Dossier : Pourquoi est-il si bon de consommer ?

Oser la frugalité

© Julien Vidal
© Julien Vidal
Julien Vidal est parti en volontariat de solidarité internationale en Colombie puis aux Philippines. À son retour en France, il lance l’initiative « Ça commence par moi », un catalogue en ligne regroupant « 400 manières de changer le monde à l’échelle de l’individu ».

En quatre ans, j’ai effectué deux volontariats de solidarité internationale avec la Délégation catholique pour la coopération (DCC). D’abord en Colombie, à partir de novembre 2011, puis aux Philippines à partir de février 2014. Aux Philippines, j’ai pris une énorme claque : celle du réchauffement climatique. Là-bas, c’est une réalité très tangible, que j’ai vécue dans ma chair. Désormais, les Philippins ne disposent plus de suffisamment de lettres dans l’alphabet pour baptiser les typhons qui touchent le pays ! Sans parler des inondations, ni des températures qui dépassent allégrement les 40 °C. Face à cela, le volontariat induit une simplicité évidente. En vivant dans les bidonvilles ou à proximité, j’ai découvert ce que veut dire organiser différemment son quotidien, sa consommation, sa relation au temps et au bonheur.

Après cette expérience, j’avais l’impression de tout voir avec un œil nouveau, parce qu’en arrivant dans une autre culture, je remettais sans cesse tout en question : « Pourquoi font-ils ça ? Pourquoi mangent-ils ça ? » Et cette attitude de questionnement, je n’ai pas pu m’empêcher de la conserver en rentrant en France : « Pourquoi nous retrouvons-nous à vivre de cette manière ? » J’avoue avoir imaginé le retour au pays comme une fête. Mais je l’ai vécu comme un choc ! Toute cette abondance de biens… Je me souvenais avec tristesse de la magie des rares fois où, à l’étranger, j’avais dégusté du vin et du fromage. En France, c’était redevenu tout à fait banal.

Une autre prise de conscience explique que depuis deux ans et demi, je n’ai pas quitté la France pour une expérience touristique. Je suis affolé à l’idée de repartir à l’étranger pour une courte durée. Je sens, je sais que je ne pourrai pas vivre cette expérience avec l’intensité de ce que j’ai vécu en Colombie et aux Philippines. J’ai compris que, à chaque fois que des amis venaient me rendre visite pour découvrir ces endroits magnifiques, il y avait une différence fondamentale entre eux, qui étaient des touristes, et moi, qui vivait ce volontariat : celle du rapport au temps. Mes amis étaient organisés, avaient un planning, une envie et un besoin d’efficacité. Moi, présent depuis plusieurs mois, parfois plusieurs années, j’étais à la recherche d’autre chose. Et finalement, c’est de cet « autre chose » que l’on parle une fois rentré. Pendant quelques minutes, on décrit les endroits magnifiques qu’on a vus ; ensuite, pendant une heure, on raconte les rencontres extraordinaires que l’on a faites. Pour moi, il était indispensable de laisser toute la place à ces rencontres. Voilà longtemps que l’on me dit : « Viens en Inde ! » Et j’ai l’opportunité d’y aller pour une activité qui ne soit pas uniquement du tourisme. Mais je redoute de ne pas avoir le temps suffisant pour vivre l’expérience qui m’intéresse, celle de rencontres qui me décentrent et me permettent de me découvrir à travers le regard de l’autre.

Pour toutes ces raisons, j’ai lancé à mon retour l’initiative : « Ça commence par moi ». Avec mon regard neuf sur notre société, j’ai interrogé nos modes de vie. Sommes-nous vraiment obligés d’avoir des moteurs électriques pour remonter nos volets ? D’utiliser de l’eau potable pour nos toilettes ? De surchauffer nos bureaux en hiver et de les climatiser en été ? D’acheter des fruits et légumes qui ont tous la même forme ? À partir de ces interrogations, j’ai listé 365 défis que je me suis imposés pour développer de nouvelles habitudes de vie : coller un « Stop pub » sur ma boîte aux lettres, utiliser un moteur de recherche écologique, acheter mes vêtements dans des friperies, installer des mousseurs sur mes robinets, faire mon compost, manger végétarien, changer de banque, rejoindre un supermarché coopératif, passer chez un fournisseur d’électricité verte, fabriquer mes produits d’entretien, aller au travail à vélo…

Ma conviction de départ ? Le changement est en cours dans nos sociétés et nous avons déjà la réponse au défi écologique qui s’annonce. On nous dit qu’en 2030, il faudrait que nous ayons tous divisé par quatre notre empreinte carbone pour pouvoir vivre de manière pérenne sur cette planète. Aujourd’hui, ce « facteur 4 », je l’ai plus que dépassé. Si tout le monde vivait comme moi, nous n’aurions plus besoin que des ressources de 0,8 planète (alors qu’actuellement, si tout le monde vivait comment des Français, nous aurions besoin de 2,9 planètes). Pourtant, je n’ai rien inventé ! Les actions que j’ai adoptées dans mon quotidien sont aussi expérimentées par d’autres. J’ai simplement poussé la logique des petits pas un peu plus loin. Je donne une touche plus jeune et plus urbaine à la sobriété heureuse de Pierre Rabhi : on peut être un colibri en vivant en ville.

De cette expérience, je retiens deux points de vigilance. Le premier concerne la relation à l’entourage. J’ai toujours eu l’impression d’être le « mouton noir » de ma famille sur ces questions de transition écocitoyenne. À chaque fois qu’on abordait ces sujets, mon entourage se refermait et je m’énervais parce qu’on ne m’écoutait pas. Puis j’ai découvert cette phrase : « L’expérience est une lumière qui n’éclaire que celui qui la porte » et je me suis promis de ne plus essayer de changer les gens. J’ai décidé agir et de ne parler de ce que je fais qu’aux gens qui me questionnent. Rien de plus. Paradoxalement, je ne me suis jamais senti aussi influent. Ce doit être la puissance de l’exemplarité. Aller au bout des choses, mettre en cohérence mes valeurs et mes actes, cela participe à mon bonheur. Et, forcément, cela interpelle mon entourage.

Le second point de vigilance concerne le fait d’opposer action individuelle et action collective. Au risque d’être un peu brutal, je trouve que c’est une erreur. L’un ne va pas sans l’autre. Peut-on reprocher à un musicien de s’entraîner chez lui avant de jouer dans un orchestre symphonique ? Cela n’a pas de sens ! D’un côté, l’urgence est telle que chaque geste compte. De l’autre, l’enjeu collectif est si colossal que nous devons être solides individuellement pour pouvoir réorienter profondément et durablement la direction prise par notre société. Personnellement, j’ai d’abord eu besoin de comprendre mon rôle au niveau individuel avant d’envisager un changement systémique. Ce qui ne veut pas dire qu’on ne peut pas aussi faire la démarche inverse. Il y a autant de bonnes manières d’agir que de personnes sur Terre. L’important, c’est d’avancer. Et vite !

Cet article a notamment été rédigé à partir d’une intervention de Julien Vidal le 5 décembre 2017 lors du colloque « Le volontariat au défi de la transition écologique et solidaire » organisé au Ministère des Affaires étrangères et européennes par la DCC pour ses 50 ans.

Les plus lus

L'homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Resumé Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des hommes. Une ...

Rôle et nature de l'actionnariat dans la vie des entreprises

Resumé Si la croissance rentable est le principal objectif pour les actionnaires, elle ne peut être leur seule visée. Il importe de mettre en œuvre des processus qui précisent les modes de relation avec les dirigeants de l’entreprise. Celle-ci a les actionnaires qu’elle mérite : seront-ils les partenaires du développement social ? De nombreuses situations récentes ont montré l’influence grandissante des actionnaires. Dernier exemple en date, en France, celui de Danone : après avoir renoncé à acq...

Libéralisme et socialisme

Resumé Le libéralisme et le socialisme semblent s’opposer comme deux philosophies de l’homme et de la société. Pourtant, le socialisme est aussi une philosophie de la liberté. Les penseurs libéraux ne se sont pas privés d’attaquer violemment, dès ses premières formulations, la « présomption fatale » du socialisme, aussi bien dans son idée de buts assignés à l’activité économique et à la vie sociale que dans sa philosophie de l’homme et de la liberté 1.À partir des années 1930, et plus encore apr...

Du même dossier

Faites durer le plaisir : consommez durable !

Nos objets ne sont pas faits pour durer. Cette obsolescence programmée s’accompagne d’une frénésie consommatrice qui génère des plaisirs éphémères. Faire durer un bien, c’est faire durer le plaisir ! À défaut de procurer du bonheur, l’acte de consommer génère du plaisir. Un plaisir furtif, certes, mais qui peut être retrouvé facilement si l’on consomme beaucoup ou fréquemment. Mais comment consommer souvent, quand on a déjà acheté tous les biens dont on avait besoin1? Pour multiplier les achats ...

Faut-il consommer pour être heureux ?

Si l’argent ne fait pas le bonheur, la consommation pourrait-elle s’en charger ? Selon les économistes du bonheur, toutes les consommations ne se valent pas. Celles qui rendent le plus heureux durablement sont celles qui renforcent notre identité et notre connexion aux autres. Pourquoi consomme-t-on ? Pour gagner en confort (une plus grande voiture), asseoir son statut social (un sac griffé), socialiser (un dîner au restaurant) ou marquer son appartenance (un maillot de foot), concrétiser un pro...

Sortir du consumérisme est devenu vital

Nos modes de consommation actuels sont insoutenables pour l’environnement et menacent la qualité du vivre ensemble. Il est aujourd'hui indispensable de penser autrement notre rapport aux objets, car à travers eux se jouent nos relations aux autres et à la nature. L’humanité vit au-dessus de ses moyens. Le jour de dépassement de la Terre (Earth overshoot day), date où l’humanité a consommé son crédit annuel de ressources naturelles, arrive de plus en plus tôt : le 7 décembre en 1990, le 1er nove...

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules