Logo du site
Dossier : Pourquoi est-il si bon de consommer ?

Pour une consommation de viande profitable à tous

© iStockphoto.com/torwai
© iStockphoto.com/torwai

La viande occupe une forte place symbolique dans les menus des restaurants, des repas collectifs et des fêtes. Il est pourtant urgent de réduire sa consommation, pour des raisons de justice environnementale et sociale (tout le monde doit pouvoir manger à sa faim et de la nourriture de qualité). Comment se défaire d’une habitude alimentaire aussi prégnante dans nos cultures et nos histoires familiales ?


L’été dernier nous l’a encore démontré : le dérèglement climatique est toujours plus dévastateur (incendies, inondations, sécheresses, ouragans…). Or notre système agricole et alimentaire est responsable d’un tiers des émissions françaises de gaz à effet de serre. En cause, l’élevage, et en particulier la production industrielle de viande (la fermentation entérique des ruminants, la gestion des déjections animales, la fabrication et le transport des aliments destinés aux animaux). En revanche, l’élevage extensif, qui a peu ou pas recours aux produits chimiques et préserve les écosystèmes est beaucoup moins nocif pour l’environnement et produit des viandes de meilleure qualité.

Une viande émettrice de gaz à effet de serre

Pour réduire notre empreinte climatique, le premier levier est donc celui de la diminution de notre consommation de viande issue d’élevages industriels ou transformée en plats préparés. L’enjeu est, d’ici à 2050, de diviser par deux notre consommation de viande et de lait et de multiplier par quatre celle de légumineuses afin d’atteindre les objectifs climatiques de la France1. À l’échelle mondiale, une récente étude parle même de la nécessité de réduire de 90 % la consommation de viande dans les pays développés2. Mais quelles mesures mettre en place pour réduire collectivement cette consommation de la façon la plus juste possible ?

La bonne nouvelle est que cette future assiette « climat-compatible » est désirable meilleure pour la santé3 (et donc pour la sécurité sociale4), elle est aussi moins ch

Cet article est réservé aux abonné.e.s

vous pouvez l'acheter à l'unité ou par Dossier
Pour accéder à cet article :

Déjà abonné.e ?

M'identifier

Revue-Projet.com offre l'accès gratuit aux articles de moins de 2 mois ou plus de 4 ans.

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules