Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !
Logo du site
Dossier : Extrême droite : écouter, comprendre, agir

Une laïcité avec les religions


Dans une commune de l’est francilien, chrétiens, musulmans, juifs et bouddhistes se rencontrent régulièrement, dans les moments de fête comme ceux de recueillement. Une manière fraternelle de dépasser ses préjugés.

À Bussy-Saint-Georges, commune de la ville nouvelle de Marne-la-Vallée, le vote d’extrême droite était de 17  % aux dernières élections régionales, contre 25  % dans les communes alentour. Une des principales explications me semble liée aux religions. Depuis 2012, un dialogue interreligieux très vivant s’est noué à Bussy. L’église Notre-Dame du Val est proche d’une mosquée, de deux pagodes bouddhistes, chinoise et lao. Une synagogue, encore en préfabriqué, doit être construite juste à côté de la mosquée ! Le diocèse va aussi édifier à proximité, avec l’Église protestante unie de France, un centre pastoral pour les jeunes, ainsi qu’une maison des familles. Les liens sont étonnamment fraternels, grâce aux relations de voisinage et à un projet commun, «  l’esplanade des religions  ». Rien à voir avec un « supermarché des religions » où chacun viendrait bricoler sa religion par syncrétisme. Tous ont appris à se connaître, à s’inviter pour les fêtes, à prier pour les autres communautés. Toutes les religions sont présentes aux grands événements municipaux.

Ces relations fraternelles nous ont permis d’agir ensemble après les attentats. En janvier 2015, le responsable de la mosquée a parlé au nom de tous et a invité les habitants à venir discuter à la mosquée. En novembre 2015, un concert interreligieux pour la paix et la sauvegarde de la planète fut organisé. Rassemblant dans l’église 1 200 personnes de toutes religions, des jeunes en particulier, il était préparé depuis un an, mais a pris alors une dimension symbolique très forte. Le dimanche après l’assassinat du père Jacques Hamel à St-Étienne-du-Rouvray, en juillet 2016, musulmans, juifs, protestants et bouddhistes sont venus à la messe et nous avons vécu un grand moment de recueillement en nous donnant la main, avant de chanter ensemble «  L’hymne à la joie  », l’hymne européen. Farid, le responsable de la mosquée, a proposé qu’une délégation aille à St-Étienne-du-Rouvray se recueillir et exprimer notre solidarité aux paroissiens et aux musulmans1. Nous avons organisé ensuite, lors des Journées du patrimoine, des portes ouvertes des lieux de culte avec un jeu de piste et la lecture de poèmes pour la paix.

Quand les religions sont unies et interviennent ensemble de façon visible et pacifique dans la vie publique, elles représentent une vraie force sociale.

Quand les religions interviennent ensemble de façon visible et pacifique dans la vie publique, elles représentent une vraie force sociale. Moins soumis à la peur, les habitants peuvent résister aux jugements simplistes. Il y a quelques mois, le préfet, en visite dans notre ville, a voulu rencontrer les responsables des religions pour comprendre comment pouvait se réaliser cette fraternité exemplaire. Dans la conversation, j’ai glissé  : «  Vous voyez, la laïcité ne doit pas se vivre contre les religions, elle ne doit pas se vivre sans les religions, mais avec elles. Sans ce changement de culture, la cohésion sociale restera fragile.  »

Dans le projet du Secours catholique, plusieurs critères sont avancés pour faire vivre cette cohésion sociale dans notre pays. Les institutions, quelles qu’elles soient, ne seront crédibles et légitimes qu’à trois conditions  : qu’elles renforcent la capacité d’agir des gens, qu’elles travaillent en partenariat et en réseau et qu’elles prennent en compte la dimension spirituelle de la vie des personnes, croyantes ou non. Ce que nous essayons de vivre à Bussy-Saint-Georges peut être vécu ailleurs, comme cela s’est révélé après l’assassinat du père Hamel. Apprendre aux jeunes à découvrir et cultiver cette dimension spirituelle qu’ils portent en eux, à en parler avec des camarades d’autres convictions, voilà un vrai remède contre les idées de l’extrême droite.



J'achète Le numéro !
Extrême droite : écouter, comprendre, agir
Je m'abonne dès 3.90 € / mois
Abonnez vous pour avoir accès au numéro
Les plus lus

Les Marocains dans le monde

En ce qui concerne les Marocains, peut-on parler de diaspora ?On assiste à une mondialisation de plus en plus importante de la migration marocaine. On compte plus de 1,8 million de Marocains inscrits dans des consulats à l’étranger. Ils résident tout d’abord dans les pays autrefois liés avec le Maroc par des accords de main-d’œuvre (la France, la Belgique, les Pays-Bas), mais désormais aussi, dans les pays pétroliers, dans les nouveaux pays d’immigration de la façade méditerranéenne (Italie et ...

L’homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des...

Aux origines du patriarcat

On entend parfois que le patriarcat serait né au Néolithique, près de 5 000 ans avant notre ère. Avant cela, les femmes auraient été libres et puissantes. Les données archéologiques mettent en doute cette théorie. De très nombreux auteurs, de ce siècle comme des précédents, attribuent la domination des hommes sur les femmes à l’essor de l’agriculture, lors du Néolithique. Cette idée est largement reprise dans les médias, qui p...

Du même dossier

Dans le monde catholique, la relative banalisation du vote FN

La hiérarchie catholique, clairement opposée au Front national, fut longtemps suivie par les pratiquants. Depuis les élections régionales de 2015, ce n’est plus le cas. Éléments d’explication. Depuis ses premiers succès électoraux dans les années 1980, le Front national est régulièrement dénoncé par les évêques français. Cette opposition atteindra son acmé symbolique en novembre 1998, dans le diocèse de Poitiers, quand Mgr Albert Rouet décide...

Les constantes du vote Front national

L’électorat du Front national progresse, mais évolue peu : très à droite au plan idéologique, il recrute davantage dans les milieux populaires et peu instruits. Phénomène nouveau, il perce aussi dans la fonction publique, chez les catholiques, dans les tranches d’âge intermédiaires, et tend à se féminiser. Depuis que Marine Le Pen est à sa tête, le Front national (FN) a connu une progression électorale spectaculaire, frôlant 28 % des suffrages exprimés au premier tour des régionales de 2015 et r...

« Il faut repenser la protection sociale »

Le ressentiment envers les « assistés », dont certains partis politiques font leur miel, s’enracine dans un système de solidarité à deux étages. Au lieu de gérer la pauvreté, on ferait mieux, pour le sociologue Nicolas Duvoux, de la combattre et de refonder une protection sociale qui bénéficie à tous. On entend souvent que l’injustice sociale fait le lit de l’extrême droite. Qu’en pensez-vous ?Nicolas Duvoux - Le creusement des inégalités est une réalité en France. Pendant que les très riches s’...

Du même auteur

Aux chrétiens tentés par le Front national

L’extrême droite peut séduire des chrétiens, sur le fondement d’une interprétation de principes hérités du christianisme (sur la famille, le respect de la vie naissante, la valorisation du patriotisme…). Or l’extrême droite charrie des valeurs opposées à l’Évangile et à la pensée sociale chrétienne. Des intellectuels chrétiens ont pris la plume : pour eux, il s’agit de ne pas se tromper d’espérance. Longtemps, les convictions des catholiques (du moins les « pratiquants ») ont semblé faire barrag...

Cultes, portes ouvertes

Resumé Une reconnaissance réciproque, relais d’une réinterprétation du patrimoine de chacun. ASaint-Fons, dans cette banlieue qui jouxte les Minguettes, la synagogue, la mosquée, le temple réformé et l’église Père Chevrier se trouvent dans un même rayon de cent mètres. Je l’ai découvert en y arrivant en 2004. Catholiques et protestants y travaillent ensemble depuis longtemps. Grâce aux amitiés nouées depuis longtemps par Christian Delorme quand il était jeune prêtre, la paroisse avait accepté de...

Madeleine Delbrêl a cent ans

Pour le centenaire de la naissance de Madeleine Delbrêl, une « fête des gens ordinaires » était organisée le 23 octobre 2004, à Ivry sur Seine, dans cette ville où elle était venue « vivre la charité de Jésus » pendant 30 ans. Nous avons vécu un événement étonnant, au moment où nous allions commémorer un autre centenaire, celui de la loi de séparation des Eglises et de l’Etat.Le maire avait annoncé cette fête lors de ses vœux en janvier. La mairie a mis à notre disposition locaux, sonorisation,...

1 Voir les reportages de ces événements sur le site www.notredameduval.fr.


Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules