Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !
Logo du site
Dossier : À quel prix sauver l’euro ?

Hériter librement La revue « Projet », l'euro et le projet européen


Il est des héritages qui obligent. On sait le défi de s’affirmer soi-même face à l’une ou l’autre figure parentale, parfois encombrante mais dont on a reçu la vie. La culture, les valeurs, la vision du monde demandent elles aussi à être interrogées, bousculées. Mais elles ne vivent que d’être habitées, pratiquées, renouvelées. Entre révolte et conservation d’un patrimoine, la liberté avec laquelle chacun envisage le rapport à l’héritage est bien souvent le curseur autour duquel se forment les clivages au sein des familles, des entreprises, des courants politiques ou artistiques. Et l’on se définira tantôt ancien ou moderne, tantôt conservateur ou progressiste.

L’héritage européen cristallise clairement ce type d’opposition. Toute une génération, légitimement fière d’avoir contribué à l’édification d’une construction unique dans l’histoire, et garante sur le Vieux Continent d’une paix qui n’a pas de prix, semble incapable d’en faire l’inventaire. La filiation Schuman-Monnet-Schmidt-Delors semble si forte que tout recul critique est perçu comme une trahison. Le débat sur l’euro, en particulier, manque de sérénité parce qu’il met en jeu le grand œuvre que des générations ont voulu léguer. Comme si poser la question de sa survie relevait du crime de lèse-majesté. Nous avons choisi, avec nos revues partenaires en Europe1, de la prendre à bras-le-corps.

Soyons clairs : la revue Projet est favorable dans son principe à la monnaie unique en ce qu’elle symbolise l’alliance de peuples, si longtemps déchirés, autour d’un projet commun ancré dans les valeurs de paix, de dignité humaine et de solidarité. D’autant qu’elle présente l’intérêt économique évident de réduire les incertitudes de change. Mais l’euro n’est pas une fin en soi. Il reste un outil au service d’un projet. Or il est temps, manifestement, d’expliciter à nouveau, voire de réinventer ce projet commun, car un accord sur un tour de vis budgétaire ne saurait en tenir lieu.

On ne sauvera pas ce symbole monétaire à n’importe quel prix (cf. Gaël Giraud). Car c’est d’abord le prix de la devise européenne qui est en jeu : s’il permet à l’Allemagne d’engranger des excédents commerciaux, il est en revanche surévalué pour beaucoup d’autres. Tantôt venant d’Espagne (cf. Joan Majó Cruzate) et tantôt d’Italie (cf. Marco Lossani), le mistral et la tramontane de la colère soufflent en Europe du Sud. Comment ne pas alourdir encore les dettes publique et privée si aucun surplus n’est envisagé sur le front des exportations ? Les règles de la zone euro interdisant un ajustement par la monnaie, sauf à revenir à la monnaie commune (cf. André-Jacques Holbecq), ces pays n’ont, pour tenter de recouvrer leur compétitivité, que les coupes dans la dépense publique, la réduction des salaires et des niveaux de protection sociale, et le chômage (cf. Jacques Sapir). Pour Arnaud Montebourg, le coût social s’annonce si élevé que la zone euro n’y survivra pas sans une solidarité accrue des peuples européens et sans la possibilité pour la Banque centrale européenne de créer de la monnaie au bénéfice des États. Pour Jean Peyrelevade, la seule solution pour sortir de la crise par le haut est d’avancer vers le fédéralisme budgétaire. Jean-Pierre Jouyet en appelle lui aussi à un véritable gouvernement économique de la zone euro pour desserrer la contrainte exercée par les marchés, dont il dénonce l’opacité. Ou, comment honorer l’intuition des concepteurs de la monnaie unique.

27 avril 2012



J'achète Le numéro !
À quel prix sauver l'euro ?
Je m'abonne dès 3.90 € / mois
Abonnez vous pour avoir accès au numéro
Les plus lus

Les Marocains dans le monde

En ce qui concerne les Marocains, peut-on parler de diaspora ?On assiste à une mondialisation de plus en plus importante de la migration marocaine. On compte plus de 1,8 million de Marocains inscrits dans des consulats à l’étranger. Ils résident tout d’abord dans les pays autrefois liés avec le Maroc par des accords de main-d’œuvre (la France, la Belgique, les Pays-Bas), mais désormais aussi, dans les pays pétroliers, dans les nouveaux pays d’immigration de la façade méditerranéenne (Italie et ...

L’homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des...

Aux origines du patriarcat

On entend parfois que le patriarcat serait né au Néolithique, près de 5 000 ans avant notre ère. Avant cela, les femmes auraient été libres et puissantes. Les données archéologiques mettent en doute cette théorie. De très nombreux auteurs, de ce siècle comme des précédents, attribuent la domination des hommes sur les femmes à l’essor de l’agriculture, lors du Néolithique. Cette idée est largement reprise dans les médias, qui p...

Du même dossier

La monnaie, une affaire d’États

Brandissant l’épouvantail de l’inflation, les monétaristes ont convaincu les dirigeants européens de confier la planche à billets aux banques privées et à la Banque centrale, instance n’ayant aucun compte à rendre aux États. Ce mode de création monétaire est un facteur clé du surendettement des États. Et si battre la monnaie redevenait un outil de politique économique, voire un outil de transition écologique ? Par-delà son volet financier, la crise que nous traversons traduit la fin d’un modèle ...

« L'euro est un acte de foi politique »

La monnaie unique est facteur d’union et de paix entre les pays européens. Si la crise des dettes souveraines fragilise la zone euro, le repli national ne ferait que l’aggraver. C’est donc le moment de se montrer solidaire et d’instaurer une gouvernance politique et économique forte. Pensez-vous que les mesures d’austérité imposées à la Grèce lui permettront de résoudre durablement son problème de dette publique ?Peut-on reprocher aux partenaires européens de la Grèce d’avoir exigé des garanties...

Euro : chronique d'une mort annoncée

Les heures de l’euro, qui freine la croissance et alourdit les dettes publiques, sont comptées. Faute d’institutions fédérales, son sauvetage ne pourra s’opérer qu’au prix d’une explosion du chômage. Intenable. En dépit de l’optimisme qui prévaut aujourd’hui, la situation de la zone euro demeure critique. Les mesures prises sous l’effet du pic de la crise que nous avons connue en décembre 2011 commencent à s’estomper. En témoigne la lente remontée des taux d’intérêts espagnols et italiens. Les r...

Du même auteur

Chocolat amer

L’or brun. En Côte d’Ivoire, les fèves de cacao font vivre une bonne partie de la population. Mais elles aiguisent aussi les appétits. Non sans conséquences sur les fuites de capitaux, l’impossibilité de déloger la classe dirigeante et la violence  armée. C’est ce que révèle cette enquête… au goût amer. Un seul pays d’Afrique est leader mondial dans l’exportation d’une matière première a...

Pour une économie relationnelle

« On peut en savoir beaucoup sur quelqu’un à ses chaussures ; où il va, où il est allé ; qui il est ; qui il cherche à donner l’impression qu’il est ». À cette observation de Forrest Gump dans le film éponyme1, on pourrait ajouter : « Quel monde il invente ». Car l’analyse du secteur de la chaussure, objet du quotidien s’il en est, en dit long sur notre système économique. Un système qui divise. À commencer par les humains : quel acheteur est capable de mettre un visage derrière la fabrication ...

Libérons-nous de la prison !

Nous aurions pu, comme en 1990, intituler ce numéro « Dépeupler les prisons » (Projet, n° 222). Car de l’inventaire dressé alors, il n’y a pas grand-chose à retirer. Les conditions de vie en détention, notamment pour les courtes peines et les détenus en attente de jugement, restent indignes d’un pays qui se veut « patrie des droits de l’homme ». Mais à la surpopulation carcérale, on préfère encore et toujours répondre par la construction de nouvelles prisons. Sans mesurer que plus le parc pénit...

1 / Aggiornamenti sociali (Italie), En question (Belgique), Working Notes (Irlande), Cuadernos CJ (Espagne).


Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules