Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !
Logo du site
Dossier : À quel prix sauver l’euro ?

Hériter librement La revue « Projet », l'euro et le projet européen


Il est des héritages qui obligent. On sait le défi de s’affirmer soi-même face à l’une ou l’autre figure parentale, parfois encombrante mais dont on a reçu la vie. La culture, les valeurs, la vision du monde demandent elles aussi à être interrogées, bousculées. Mais elles ne vivent que d’être habitées, pratiquées, renouvelées. Entre révolte et conservation d’un patrimoine, la liberté avec laquelle chacun envisage le rapport à l’héritage est bien souvent le curseur autour duquel se forment les clivages au sein des familles, des entreprises, des courants politiques ou artistiques. Et l’on se définira tantôt ancien ou moderne, tantôt conservateur ou progressiste.

L’héritage européen cristallise clairement ce type d’opposition. Toute une génération, légitimement fière d’avoir contribué à l’édification d’une construction unique dans l’histoire, et garante sur le Vieux Continent d’une paix qui n’a pas de prix, semble incapable d’en faire l’inventaire. La filiation Schuman-Monnet-Schmidt-Delors semble si forte que tout recul critique est perçu comme une trahison. Le débat sur l’euro, en particulier, manque de sérénité parce qu’il met en jeu le grand œuvre que des générations ont voulu léguer. Comme si poser la question de sa survie relevait du crime de lèse-majesté. Nous avons choisi, avec nos revues partenaires en Europe1, de la prendre à bras-le-corps.

Soyons clairs : la revue Projet est favorable dans son principe à la monnaie unique en ce qu’elle symbolise l’alliance de peuples, si longtemps déchirés, autour d’un projet commun ancré dans les valeurs de paix, de dignité humaine et de solidarité. D’autant qu’elle présente l’intérêt économique évident de réduire les incertitudes de change. Mais l’euro n’est pas une fin en soi. Il reste un outil au service d’un projet. Or il est temps, manifestement, d’expliciter à nouveau, voire de réinventer ce projet commun, car un accord sur un tour de vis budgétaire ne saurait en tenir lieu.

On ne sauvera pas ce symbole monétaire à n’importe quel prix (cf. Gaël Giraud). Car c’est d’abord le prix de la devise européenne qui est en jeu : s’il permet à l’Allemagne d’engranger des excédents commerciaux, il est en revanche surévalué pour beaucoup d’autres. Tantôt venant d’Espagne (cf. Joan Majó Cruzate) et tantôt d’Italie (cf. Marco Lossani), le mistral et la tramontane de la colère soufflent en Europe du Sud. Comment ne pas alourdir encore les dettes publique et privée si aucun surplus n’est envisagé sur le front des exportations ? Les règles de la zone euro interdisant un ajustement par la monnaie, sauf à revenir à la monnaie commune (cf. André-Jacques Holbecq), ces pays n’ont, pour tenter de recouvrer leur compétitivité, que les coupes dans la dépense publique, la réduction des salaires et des niveaux de protection sociale, et le chômage (cf. Jacques Sapir). Pour Arnaud Montebourg, le coût social s’annonce si élevé que la zone euro n’y survivra pas sans une solidarité accrue des peuples européens et sans la possibilité pour la Banque centrale européenne de créer de la monnaie au bénéfice des États. Pour Jean Peyrelevade, la seule solution pour sortir de la crise par le haut est d’avancer vers le fédéralisme budgétaire. Jean-Pierre Jouyet en appelle lui aussi à un véritable gouvernement économique de la zone euro pour desserrer la contrainte exercée par les marchés, dont il dénonce l’opacité. Ou, comment honorer l’intuition des concepteurs de la monnaie unique.

27 avril 2012



Les plus lus

L'homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Resumé Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des hommes. Une ...

Rôle et nature de l'actionnariat dans la vie des entreprises

Resumé Si la croissance rentable est le principal objectif pour les actionnaires, elle ne peut être leur seule visée. Il importe de mettre en œuvre des processus qui précisent les modes de relation avec les dirigeants de l’entreprise. Celle-ci a les actionnaires qu’elle mérite : seront-ils les partenaires du développement social ? De nombreuses situations récentes ont montré l’influence grandissante des actionnaires. Dernier exemple en date, en France, celui de Danone : après avoir renoncé à acq...

Religion et conflits

Resumé Quand la religion est phagocytée par la menace et la peur, elle ne peut plus se mettre à distance de la violence souveraine. Existe-t-il des conflits à proprement parler religieux ? A priori, on serait tenté de répondre de manière affirmative au vu des incidents sanglants qui opposent des groupes et des communautés, se réclamant, de par le monde, de leurs croyances religieuses pour défendre et promouvoir des intérêts politiques. L’actualité internationale évoque avec constance ces guerres...

Du même dossier

« Nous servons d’animaux de laboratoire au néolibéralisme »

Entretien - Ira Sinigalia, journaliste grecque et porte-parole du mouvement pour un audit citoyen de la dette grecque dit sa colère contre la capture des richesses de son pays, son amertume devant la facture sociale payée pour prix du maintien d’Athènes dans l’euro, et son inquiétude face à la percée du fascisme. Vous participez, en Grèce, à la campagne pour l’audit de la dette. En quoi consiste votre mouvement ?Ira Sinigalia – Plutôt que des actions coup de poing, nous avons choisi de mener des...

Zone euro : annulons les dettes publiques !

La crise des dettes publiques en zone euro reste entière. Pourquoi ne pas annuler ces dettes ? La proposition est iconoclaste. Mais l’économiste Gérard Thoris y voit la condition pour permettre aux pays de l’Europe du Sud de construire un avenir. Et le préalable à un saut fédéral. Jusque-là, l’euro était une évidence. Puis, à l’été 2012, le président de la Banque centrale européenne (BCE), Mario Draghi, a dû s’engager à le secourir coûte que coûte1. Aujourd’hui, la monnaie unique reste en suspen...

Prendre l'euro par les cornes. La crise, version espagnole

Dans une Espagne qui affiche une bonne santé économique, l’assèchement international du crédit en 2008 fait éclater la bulle immobilière, plongeant le pays dans la récession, le chômage de masse et le déficit. Plombée dans ses exportations par un euro surévalué, ne pouvant compter sur la solidarité des gagnants de la zone euro, l’Espagne voit s’effriter rapidement l’adhésion populaire au projet européen. L’Espagne a, autant ou plus encore que d’autres États, tout intérêt à sauver l’euro. L’hypot...

Du même auteur

Chocolat amer

L’or brun. En Côte d’Ivoire, les fèves de cacao font vivre une bonne partie de la population. Mais elles aiguisent aussi les appétits. Non sans conséquences sur les fuites de capitaux, l’impossibilité de déloger la classe dirigeante et la violence  armée. C’est ce que révèle cette enquête… au goût amer. Un seul pays d’Afrique est leader mondial dans l’exportation d’une matière première a...

Pour une économie relationnelle

« On peut en savoir beaucoup sur quelqu’un à ses chaussures ; où il va, où il est allé ; qui il est ; qui il cherche à donner l’impression qu’il est ». À cette observation de Forrest Gump dans le film éponyme1, on pourrait ajouter : « Quel monde il invente ». Car l’analyse du secteur de la chaussure, objet du quotidien s’il en est, en dit long sur notre système économique. Un système qui divise. À commencer par les humains : quel acheteur est capable de mettre un visage derrière la fabrication ...

Libérons-nous de la prison !

Nous aurions pu, comme en 1990, intituler ce numéro « Dépeupler les prisons » (Projet, n° 222). Car de l’inventaire dressé alors, il n’y a pas grand-chose à retirer. Les conditions de vie en détention, notamment pour les courtes peines et les détenus en attente de jugement, restent indignes d’un pays qui se veut « patrie des droits de l’homme ». Mais à la surpopulation carcérale, on préfère encore et toujours répondre par la construction de nouvelles prisons. Sans mesurer que plus le parc pénit...

1 / Aggiornamenti sociali (Italie), En question (Belgique), Working Notes (Irlande), Cuadernos CJ (Espagne).


Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules