Logo du site
Dossier : De Prométhée à Noé

Ouverture: D'autres modes de vie


Nous sommes sortis d’une ère où dominait la figure de Prométhée : celle d’un rêve de puissance, où l’homme arrachait aux dieux le pouvoir, sur l’énergie, sur l’information…, pour un progrès indéfini. Ce mythe n’est plus guère porteur aujourd’hui d’un projet qui ait un sens pour la construction d’un vivre ensemble. Il est devenu une mécanique, qui tourne pour elle-même et qui du coup s’avère destructrice – pour le lien social, pour la planète, pour la vie économique elle-même.

Faut-il que nous devenions des Noé ? Confrontés à l’urgence de mettre en sûreté les paysages, les cultures, les fo"rmes de sociabilité, les villes… menacés ? Mais non pas comme un repli frileux, mais pour un nouveau projet. Car ce qu’il s’agit de sauvegarder, c’est finalement la dignité humaine, une dignité créatrice.

Cela ne se fera pas sans la prise de conscience des possibilités de construire un monde partagé, dans la durée et pas seulement dans un jeu de jouissance et de compétition. C’est un vrai travail à la fois personnel et collectif qui se présente. Un travail sur tous les lieux, du plus proche au plus large : celui d’un immeuble, d’un quartier, d’une entreprise, d’un État, d’une planète. Ce travail n’est pas celui d’un programme à appliquer, mais d’une découverte d’autres voies possibles. Il suppose la participation la plus ouverte, pour que les choix ne soient pas dictés par le simple jeu de la concurrence et de la performance.

Les plus lus

L'homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Resumé Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des hommes. Une ...

Le religieux face au politique

Resumé La société a-t-elle besoin du religieux ? Oui sans doute. Mais ce religieux est disséminé, vécu « à la carte » par l’individu. Quant au politique, il gère mais ne mobilise plus les citoyens. D’où la même relative faiblesse de l’Etat et des Eglises, le même déclin du militantisme. Le partage entre religion et politique, tel qu’il a été pensé depuis deux siècles, en France surtout, correspond à deux visions de base (certes en elles-mêmes très différenciées) du religieux et de ce qu’il repré...

Libéralisme et socialisme

Resumé Le libéralisme et le socialisme semblent s’opposer comme deux philosophies de l’homme et de la société. Pourtant, le socialisme est aussi une philosophie de la liberté. Les penseurs libéraux ne se sont pas privés d’attaquer violemment, dès ses premières formulations, la « présomption fatale » du socialisme, aussi bien dans son idée de buts assignés à l’activité économique et à la vie sociale que dans sa philosophie de l’homme et de la liberté 1.À partir des années 1930, et plus encore apr...

Du même dossier

Introduction générale

Ce numéro spécial, qui reprend en grande partie les interventions de la dernière session du Ceras (février 2010), aurait pu s’intituler, comme celle-ci, « De la crise, sortir changés ». Mais autant l’on envisageait, en préparant cette session il y a plus d’un an, que la sortie de crise semblait proche, autant cette perspective s’est éloignée ! Le changement n’est plus une conséquence éventuelle de la crise, mais une condition nécessaire pour pouvoir en sortir. Et non seulement la crise n’est pa...

L'économie solidaire est-elle à la hauteur ?

L'enchaînement entre crise financière, crise économique et crise sociale et, en soi, un mécanisme auquel le développement de l'économie sociale et solidaire peut apporter une réponse, en ouvrant une véritable alternative et en posant des questions essentielles. Les coopératives de travail, les mutuelles, les coopératives agricoles, certaines banques coopératives, ont pu faire face aux conséquences de la crise dans de meilleures conditions car leurs moyens et leur logique étaient autres.Ces entre...

Réformer le capitalisme

La crise que nous venons de vivre, et qui n’est peut-être pas terminée, illustre les dysfonctionnements de notre système économique, le capitalisme. Loin que la recherche par chacun de son intérêt personnel permette d’améliorer le sort de tous, comme ses défenseurs le prétendent, des millions de chômeurs supplémentaires payent aujourd’hui l’esprit de lucre de quelques-uns. L’essor d’une finance débridée s’est terminé par un quasi effondrement bancaire que seule une très vigoureuse – et coûteuse...

Du même auteur

Mémoire vive d'une zone industrielle

Jean-Jacques Clément habite La Plaine, à Saint-Denis, un ancien secteur industriel en pleine métamorphose. Pour veiller à la mémoire de son quartier, il a choisi de le raconter. La rédaction de la Revue Projet se situe à La Plaine Saint-Denis. Vous êtes sans doute l’un des personnages que l’on croise le plus souvent dans le quartier…Je suis à La Plaine depuis l’an 2000. Et effectivement, je suis devenu un personnage un peu, parce que je circule beaucoup. C’est ...

Entendre la parole des victimes

Les victimes ont brisé le silence. Mais les écoutons-nous vraiment ? Au-delà de la plainte, c’est à un dialogue qu’elles nous invitent, pour renouer les liens que le traumatisme a rompus. Longtemps les victimes n’avaient pas la parole. On ne cherchait pas à les entendre ou elles ne parvenaient pas à s’exprimer. « Hosties » fut, en français, le premier mot pour les désigner : créatures offertes au destin, elles étaient silencieuses. Celui qui avait la parole, c’était le héros qui rétablissait la ...

Autonomie et solidarité

Autonomie, dépendance? Deux mots, à l’opposé l’un de l’autre, pour parler des enjeux autour de la vulnérabilité des personnes âgées! « Autonomie » parle de la dignité des personnes, « dépendance » de solidarité reconnue, acceptée. Les deux mots ne sont pas sans ambiguïté : l’autonomie comme exigence, où la vulnérabilité et les frustrations sont vécues comme un échec; la dépendance comme passivité et infantilisation…Notre espérance de vie à tous s’est heureusement allongée. Un temps libre pour s...

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules