Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !
Logo du site
Dossier : De Prométhée à Noé

Ouverture: La croissance autrement


« Autrement », l’adverbe irrite ceux qui ne pensent qu’en termes binaires : il faudrait être pour ou contre la croissance. Pourtant, prôner « le retour à la croissance », sans plus, c’est mépriser le grave risque de voir revenir les errements d’hier, annonciateurs de catastrophes plus graves encore. Prôner la « décroissance » dans un monde qui doit, d’ici 2050, accueillir 3 milliards d’habitants supplémentaires, et où les besoins fondamentaux d’une très grande partie des habitants sont loin d’être satisfaits, n’est guère plus satisfaisant. Il n’y a pas d’échappatoire : pour que notre planète ait un avenir, et que ses habitants fassent mieux qu’y survivre, il faut que l’activité économique continue à croître, mais moyennant de nombreux et profonds changements.

Certains de ces changements – microcrédit, commerce équitable, « entreprises citoyennes » – sont expérimentés depuis quelques décennies déjà. On en mesure l’importance, mais aussi les limites, dès lors qu’il s’agit d’évaluer leurs apports face aux défis globaux de demain. Par delà les expérimentations, des changements plus structurels sont nécessaires, touchant aux limites du capitalisme, comme à celles de l’exploitation des ressources naturelles et humaines. Il ne s’agit pas d’aménagements mineurs, mais bien de réorientations très exigeantes. Cet « autrement » de la croissance, le voulons–nous assez pour le mettre en œuvre ? On ne peut qu’espérer en la vertu pédagogique de la crise, et reconnaître avec Jean Monnet que « les hommes n’acceptent le changement que dans la nécessité et ils ne voient la nécessité que dans la crise »

J'achète Le numéro !
De Prométhée à Noé
Je m'abonne dès 3.90 € / mois
Abonnez vous pour avoir accès au numéro
Les plus lus

Les Marocains dans le monde

En ce qui concerne les Marocains, peut-on parler de diaspora ?On assiste à une mondialisation de plus en plus importante de la migration marocaine. On compte plus de 1,8 million de Marocains inscrits dans des consulats à l’étranger. Ils résident tout d’abord dans les pays autrefois liés avec le Maroc par des accords de main-d’œuvre (la France, la Belgique, les Pays-Bas), mais désormais aussi, dans les pays pétroliers, dans les nouveaux pays d’immigration de la façade méditerranéenne (Italie et ...

L’homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des...

Aux origines du patriarcat

On entend parfois que le patriarcat serait né au Néolithique, près de 5 000 ans avant notre ère. Avant cela, les femmes auraient été libres et puissantes. Les données archéologiques mettent en doute cette théorie. De très nombreux auteurs, de ce siècle comme des précédents, attribuent la domination des hommes sur les femmes à l’essor de l’agriculture, lors du Néolithique. Cette idée est largement reprise dans les médias, qui p...

Du même dossier

Entre changements personnels et changements politiques

La question du changement de modes de vie évoque, pour moi, un texte de 1982 ! Déjà à l’époque, les évêques français lançaient un appel qui a rencontré un véritable écho : « pour de nouveaux modes de vie ». Certes, ce texte s’inscrit dans un contexte politique ou sociétal qui n’est plus le nôtre. On n’y trouve pas de référence à la mondialisation, à l’Europe, ni aux pays émergents. Bref à tout ce qui, aujourd’hui, structure ou « corsette » notre monde, nos réflexions ou nos actions individuelle...

Quelle gouvernance mondiale ?

Pour articuler les réponses aux enjeux monétaires, énergétiques, climatiques et alimentaires, l’article propose de mettre en place une devise internationale ancrée dans la réalité, sur des critères écologiques. Les ministres des finances du G20 et les banquiers centraux, réunis début juin, décidaient de laisser à l’appréciation de chaque pays la résolution de l’équation qui associe relance économique et « consolidation budgétaire » – entendre : coupes claires dans les budgets des États. Le « G20...

Changer de comportements, tout un programme

Projet – Changer de modes de vie, est-ce un programme concret ou un slogan ?Dominique Bourg – Changer nos modes de vie n’est pas un slogan. Cela pourrait être un programme, mais nous en sommes encore loin : il faut faire en sorte qu’il le devienne. Beaucoup ne voient derrière le mot environnement que des questions liées à la pollution de l’air ou de l’eau. Et l’on s’en remet aux nombreuses techniques qui existent déjà pour y répondre : les filtres pour les usines, les moteurs basse consommation...

Du même auteur

Bon sens et désobéissance

Fin septembre, le Conseil municipal de Poitiers a accordé à l’association Alternatiba une subvention que le préfet de la Vienne entend faire annuler, au motif que cette association non violente organise des formations à la désobéissance civile. Peu après, un collectif de « scientifiques en rébellion », spécialistes du climat, déclarait que les actes de désobéissance civile sont légitimes pour « alerter la population, les décideur·ses et les entreprises sur l’urgence de la situation ». Ces affai...

L’embarras des mots

Les multiples expressions de la violence favorisent la confusion autour du terme même. Pour éviter les chausse-trappes sémantiques, un éclaircissement lexical s’impose. Le champ sémantique du mot « violence » recouvre plusieurs notions assez proches qu’il importe pourtant de distinguer – en particulier, celles de force et d’agressivité. Quant à la notion même de violence, elle est loin d’être univoque. Des clarifications semblent donc nécessaires.Quand une person...

Désobéir, un acte politique

Face aux inerties gouvernementales dans la lutte contre le dérèglement climatique, les jeunes multiplient les actions de désobéissance civile. Refus de la politique ou nouvelle forme de l’engagement citoyen ? Des mobilisations de plus en plus fréquentes, de jeunes notamment, intègrent des actions de désobéissance civile dans leurs luttes contre le réchauffement climatique. Certains décrochent des portraits du président de la République dans les mairies, d’a...

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules