Logo du site
Dossier : De Prométhée à Noé

Ouverture: La croissance autrement


« Autrement », l’adverbe irrite ceux qui ne pensent qu’en termes binaires : il faudrait être pour ou contre la croissance. Pourtant, prôner « le retour à la croissance », sans plus, c’est mépriser le grave risque de voir revenir les errements d’hier, annonciateurs de catastrophes plus graves encore. Prôner la « décroissance » dans un monde qui doit, d’ici 2050, accueillir 3 milliards d’habitants supplémentaires, et où les besoins fondamentaux d’une très grande partie des habitants sont loin d’être satisfaits, n’est guère plus satisfaisant. Il n’y a pas d’échappatoire : pour que notre planète ait un avenir, et que ses habitants fassent mieux qu’y survivre, il faut que l’activité économique continue à croître, mais moyennant de nombreux et profonds changements.

Certains de ces changements – microcrédit, commerce équitable, « entreprises citoyennes » – sont expérimentés depuis quelques décennies déjà. On en mesure l’importance, mais aussi les limites, dès lors qu’il s’agit d’évaluer leurs apports face aux défis globaux de demain. Par delà les expérimentations, des changements plus structurels sont nécessaires, touchant aux limites du capitalisme, comme à celles de l’exploitation des ressources naturelles et humaines. Il ne s’agit pas d’aménagements mineurs, mais bien de réorientations très exigeantes. Cet « autrement » de la croissance, le voulons–nous assez pour le mettre en œuvre ? On ne peut qu’espérer en la vertu pédagogique de la crise, et reconnaître avec Jean Monnet que « les hommes n’acceptent le changement que dans la nécessité et ils ne voient la nécessité que dans la crise »

Les plus lus

L'homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Resumé Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des hommes. Une ...

Le religieux face au politique

Resumé La société a-t-elle besoin du religieux ? Oui sans doute. Mais ce religieux est disséminé, vécu « à la carte » par l’individu. Quant au politique, il gère mais ne mobilise plus les citoyens. D’où la même relative faiblesse de l’Etat et des Eglises, le même déclin du militantisme. Le partage entre religion et politique, tel qu’il a été pensé depuis deux siècles, en France surtout, correspond à deux visions de base (certes en elles-mêmes très différenciées) du religieux et de ce qu’il repré...

Libéralisme et socialisme

Resumé Le libéralisme et le socialisme semblent s’opposer comme deux philosophies de l’homme et de la société. Pourtant, le socialisme est aussi une philosophie de la liberté. Les penseurs libéraux ne se sont pas privés d’attaquer violemment, dès ses premières formulations, la « présomption fatale » du socialisme, aussi bien dans son idée de buts assignés à l’activité économique et à la vie sociale que dans sa philosophie de l’homme et de la liberté 1.À partir des années 1930, et plus encore apr...

Du même dossier

Innover, grâce au commerce équitable

Pour aborder un sujet aussi complexe que le commerce équitable, il est indispensable de décrire le paysage politique, social et économique dans lequel il agit. Le concept même de commerce équitable a pour finalité de modifier ce paysage et de mettre « le commerce au service du développement ! »1.Les effets pervers de la mondialisation sont de plus en plus perceptibles : les phénomènes de spécialisation, d’échelle, les coûts liés à la mise en place du nouvel ordre économique mondial laissent des...

Entre changements personnels et changements politiques

La question du changement de modes de vie évoque, pour moi, un texte de 1982 ! Déjà à l’époque, les évêques français lançaient un appel qui a rencontré un véritable écho : « pour de nouveaux modes de vie ». Certes, ce texte s’inscrit dans un contexte politique ou sociétal qui n’est plus le nôtre. On n’y trouve pas de référence à la mondialisation, à l’Europe, ni aux pays émergents. Bref à tout ce qui, aujourd’hui, structure ou « corsette » notre monde, nos réflexions ou nos actions individuelle...

L'économie solidaire est-elle à la hauteur ?

L'enchaînement entre crise financière, crise économique et crise sociale et, en soi, un mécanisme auquel le développement de l'économie sociale et solidaire peut apporter une réponse, en ouvrant une véritable alternative et en posant des questions essentielles. Les coopératives de travail, les mutuelles, les coopératives agricoles, certaines banques coopératives, ont pu faire face aux conséquences de la crise dans de meilleures conditions car leurs moyens et leur logique étaient autres.Ces entre...

Du même auteur

Arme nucléaire : en débattre, enfin ?

Le décès de M. Giscard d’Estaing, il y a quelques mois, a offert l’occasion de remettre sur le tapis une question qui semble avoir disparu de nos écrans : les armes nucléaires de la France. De tous nos anciens présidents – qui peuvent seuls « appuyer sur le bouton » – Giscard est l’unique à avoir reconnu, dans ses mémoires, qu’il aurait refusé d’accomplir le geste que prévoit pourtant la doctrine stratégique officielle en cas de grave menace sur le pays : « Quoi qu’il arrive, je ne prendrai jam...

Assouplissons les catégories migratoires !

Si les catégories actuelles sont désajustées par rapport à ce que vivent les personnes migrantes, comment les faire évoluer ? Selon quels critères et quelles nécessités ? Deux chercheuses et deux acteurs de la société civile invitent à adoucir les catégories actuelles, pour traiter avec plus d’humanité les personnes. Raoul, interviewé pour ce dossier de la Revue Projet, nous confiait : ...

Migrants : arrêtons de les mettre dans des cases !

Qui ne connaît un temps d’hésitation au moment de choisir un adjectif ou un substantif pour désigner une personne « venue d’ailleurs » ? Vais-je dire migrant, réfugié, étranger, demandeur d’asile, exilé, sans-papiers, expatrié… ? La question ne mériterait pas un dossier de la Revue Projet s’il ne s’agissait que d’exactitude lexicale ! Mais chacun perçoit que toute application d’une catégorie à une personne a d’importants enjeux : juridiques, politiques, sociaux, relationnels, culturels, etc.C’e...

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules