Logo du site
Dossier : De Prométhée à Noé

Changer de référentiels


Changer de modes de vie ? Je prends appui pour répondre sur deux composantes de ma vie publique, au gouvernement et au parlement. La première est la responsabilité que j’ai exercée en 2004-2005 lorsque j’étais en charge de la politique du handicap. Non seulement le handicap physique, sensoriel ou mental mais aussi le handicap cognitif – je pense en particulier à l’autisme – et le handicap psychique, la maladie mentale. En m’immergeant dans le dossier de la participation et de la citoyenneté de nos compatriotes handicapés, j’ai profondément modifié ma vision de la politique. La seconde concerne mon travail actuel à l’Assemblée nationale où je suis rapporteur des comptes de la Sécurité sociale à la Commission des finances. Deux enjeux se télescopent ici, le point de vue du social et celui des finances publiques, dont l’articulation est parfois douloureuse.

Paradoxalement, nous avons toujours eu les éléments pour comprendre la crise, la prévoir et l’extrapoler ! J’ai le souvenir, à l’été 2007, alors que je travaillais sur les comptes sociaux et que j’auditionnais à la Commission des finances un certain nombre d’interlocuteurs, de découvrir que l’Agence centrale des organismes de Sécurité sociale, qui gère la trésorerie pour obtenir les financements nécessaires (ils risquaient d’atteindre à l’époque des pics avoisinant les 35 milliards, comme ils avoisineront à l’automne prochain les 65 milliards d’euros/jour), avait dû recourir au marché. Mais les négociations se faisaient avec des taux qui brusquement s’étaient mis à grimper du fait de la défaillance des liquidités. On connaissait déjà tous les ingrédients des difficultés récentes : défaut de liquidités, évolution des taux, etc. On n’ignorait pas non plus que la compétition internationale et le contexte de globalisation conduisaient à une pression sur les salaires, tellement forte et inédite dans les économies développées que la solution la plus simple était d’assumer une dette privée en tolérant que le crédit la « solvabilise », mais aussi en occultant les dangers d’un recours à des instruments mal adossés fragilisant tout l’édifice. On fait porter la responsabilité sur les outils ou sur leur utilisateur, mais ce fut la décision même des États, d’arbitrer en ce sens et de laisser faire, qui a conduit précisément à la crise des subprimes. Nous avons appris que nous étions fragiles. Nous nous sommes fait très peur et nous devrions continuer à nous faire peur, compte tenu des déficits publics en Grèce, en Espagne, au Portugal, en Italie. Or nous savions depuis longtemps ce que nous avions à savoir et nous n’avons pas été en capacité de formuler une anticipation tellement la peur, le risque sont indicibles sur ces questions.

Penser la transition

Le politique qui annonce « Ce sera dur ! Nous allons être très malheureux » est très vite contré par le politique d’en face qui explique combien son propos est inepte. Nous sommes dans un système fermé, qui ne dispose pas – alors même qu’il pourrait mettre au jour les données du problème – d’en tirer les conséquences et les mesures nécessaires. C’est la raison pour laquelle je pense qu’il faut opposer au politique de l’échéance électorale, au politique du court terme, la nécessité d’investir dans de nouvelles doctrines collectives. Sans prétendre imaginer que l’on sache définir les doctrines du long terme, tenter au moins de définir ce que pourraient être les doctrines politiques de la transition. Car nous sommes dans un monde en mutation et le malentendu réside précisément dans un défaut d’articulation des référentiels. Nous ne parlons pas de la même chose, nous ne savons pas ce que nous devrions savoir, nous ne comprenons pas ce que nous devrions comprendre. Les systèmes d’information pourtant n’ont jamais été aussi performants !

Quelques illustrations pour être plus précis. Les politiques publiques ont bougé sur la question du handicap, afin de s’organiser collectivement pour que les plus fragiles ne restent pas sur le bord de la route, parce que cela coûte très cher et que cela concerne la représentation de notre solidarité collective. Or nous sommes toujours sur un constat d’échec. Sur l’emploi des personnes handicapées, par exemple, nous piétinons toujours. Je préside l’Agence Entreprise et Handicap, qui associe des patrons d’entreprises et des chercheurs pour essayer de comprendre ces mécanismes. Nous sommes persuadés qu’il existe ici beaucoup de non dits. Nous avons un discours politique, un discours patronal, un discours syndical de dénégation sur la question du handicap (« il n’est de richesse que d’hommes »…), mais les stéréotypes, les peurs primaires, les archaïsmes, renvoient à des freins collectifs considérables. Comment lever un coin du voile et oser nommer ces freins ? À propos de la crise, le défi à relever est du même ordre : oser nommer les mécanismes sous-jacents. Dominique Bourg a pointé un certain nombre d’hypothèses, difficiles à exprimer pour le politique, mais qui sont des pistes à suivre. Les politiques se décrédibilisent s’ils ne peuvent pas faire état de ces référentiels sous-jacents qui font obstacle aux évolutions collectives.

Sur la question des retraites, il va bien falloir poser la question selon un périmètre de définition des problèmes différent de celui qui nous est proposé. Nous aurons les plus grandes difficultés à apporter une solution qui ne soit pas seulement le déplacement d’un curseur pour une réforme qui ne résoudrait rien sur le moyen terme. Il ne faudrait pas que le politique, dans son incapacité à définir les problèmes, se lance dans des arbitrages de court terme, au détriment de cette construction à moyen et long terme. Nous courons le risque de contradictions parce que nous ne nous donnons pas suffisamment les moyens pour redéfinir les termes de la complexité d’un système à repenser.

Des capacités nouvelles

Et pourtant, au quotidien, nos compatriotes, dans leurs organisations, nous donnent des signes d’une réelle créativité. C’est vrai dans le domaine de la recherche, dans le domaine médico–social, dans le domaine économique… Nous voyons poindre des systèmes qui sont de véritables ovnis socio–économiques, qui semblent porteurs d’une capacité réformatrice extraordinaire. Mais du fait de la confusion des référentiels nous ne savons pas les intégrer à nos possibilités d’action collective. Prenons des exemples précis, modestes (ils n’engagent pas les finances publiques sur des montants considérables ou des centaines de milliers de nos compatriotes). Je pense ainsi, dans le cadre de la santé mentale, à ces structures innovantes que sont les groupes d’entraide mutuelle (les GEM), où se réunissent des personnes fragilisées par la maladie psychique. Ces personnes sortent des urgences psychiatriques, elles sont incapables de travailler, ont une vie extrêmement décousue, difficile, elles sont parfois marginalisées. Mais dans ces structures associatives où elles jouent un rôle, elles apprennent par l’échange, le partage des gestes quotidiens, à retrouver l’estime de soi qui leur permet de continuer à observer les traitements qui leur sont prescrits pour leur propre sécurité, et de repartir sur des projets. Il existe aujourd’hui dans notre pays des centaines de GEM. On sait les financer parce que le législateur a bien voulu leur accorder une ligne budgétaire, mais on ne sait pas évaluer leur capacité réformatrice ni celle d’un transfert de ces mécanismes à d’autres systèmes, d’autres cercles, d’autres enjeux. Si les élus veulent retrouver un niveau de confiance, de transparence, de dialogue avec leurs compatriotes, il va falloir que, de manière volontariste, ils cessent d’en rester aux anathèmes, aux mots d’ordre ou aux slogans simplificateurs. Pour cela, il faut revisiter la complexité des référentiels sous–jacents de nos organisations et de nos fonctions sociales. Ce travail ingrat est indispensable. La clef de tout cela me semble être les nouvelles données de ce qui pourrait faire fraternité. Au–delà d’un slogan, se cache une réalité profonde qui invite à partager le même diagnostic et à remettre à jour les choses à partir desquelles nous pouvons faire société. Aujourd’hui, en France, l’emploi ne correspond plus à la définition que nous en donnons communément, le revenu ne correspond plus à ce que nous en savons, la solidarité ne correspond plus, dans la réalité des pratiques, des convictions humaines, à ce que nous croyons en savoir quand nous décidons collectivement. Ces malentendus sont tragiques car ils nous éloignent les uns des autres et éloignent le politique de ceux qu’il est censé représenter.

Je milite pour une refondation à partir de cette question d’une politique de transition. Nous n’en ferons pas l’économie et c’est peut–être ce qui nous permettrait de parler ensemble sans nous écharper, sans nous agonir, de questions telles que – soyons fous – la décroissance !


Les plus lus

L'homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Resumé Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des hommes. Une ...

Le religieux face au politique

Resumé La société a-t-elle besoin du religieux ? Oui sans doute. Mais ce religieux est disséminé, vécu « à la carte » par l’individu. Quant au politique, il gère mais ne mobilise plus les citoyens. D’où la même relative faiblesse de l’Etat et des Eglises, le même déclin du militantisme. Le partage entre religion et politique, tel qu’il a été pensé depuis deux siècles, en France surtout, correspond à deux visions de base (certes en elles-mêmes très différenciées) du religieux et de ce qu’il repré...

Libéralisme et socialisme

Resumé Le libéralisme et le socialisme semblent s’opposer comme deux philosophies de l’homme et de la société. Pourtant, le socialisme est aussi une philosophie de la liberté. Les penseurs libéraux ne se sont pas privés d’attaquer violemment, dès ses premières formulations, la « présomption fatale » du socialisme, aussi bien dans son idée de buts assignés à l’activité économique et à la vie sociale que dans sa philosophie de l’homme et de la liberté 1.À partir des années 1930, et plus encore apr...

Du même dossier

Le microcrédit, pour sortir de la pauvreté

C’est une situation méconnue : cinq à six millions de personnes, en France, sont exclues de tout ou partie des services bancaires. Le sentiment général est qu’en ce domaine, « on ne prend du temps qu’avec ceux qui ont de l’argent ». Mais les racines de cette exclusion bancaire ne sont pas uniquement dans l’accès au crédit, ou dans la clôture ou le refus d’ouverture de comptes, mais essentiellement dans l’accès à l’information, qui fait que les victimes resteront toujours celles et ceux qui n’on...

L’Europe face à la crise

La sortie de la crise ne se fera pas dans l’isolement. L’Europe est la première expérience institutionnelle, encore incomplète, pour affronter les enjeux d’une croissance durable. Comparée à un séisme, la crise peut être décrite comme l’interaction de trois mouvements tectoniques. L’un, plus superficiel, est la panique financière qui s’est emparée du marché, à partir de septembre 2008 (en réalité, elle était déjà installée en août 2007) et qui a duré jusqu’au printemps 2009. Ce phénomène collect...

Croissance verte ou développement humain ?

La croissance économique n’est-elle pas condamnée à se briser tôt ou tard sur le mur des contraintes écologiques ? Quiconque prend le temps de réfléchir à l’avenir de la planète – et donc aussi à celui du pays et de nos enfants –, sans s’arrêter à ses intérêts immédiats ou aux soubresauts de la conjoncture économique, rencontre inévitablement cette interrogation. Les dirigeants l’écartent en général d’un revers de main, mais cela ne veut pas dire qu’elle ne les hante pas. On comprend leur embar...

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules