Logo du site
Dossier : Quand nos aînés déclarent la dépendance

Autonomie et solidarité


Autonomie, dépendance? Deux mots, à l’opposé l’un de l’autre, pour parler des enjeux autour de la vulnérabilité des personnes âgées! « Autonomie » parle de la dignité des personnes, « dépendance » de solidarité reconnue, acceptée. Les deux mots ne sont pas sans ambiguïté : l’autonomie comme exigence, où la vulnérabilité et les frustrations sont vécues comme un échec; la dépendance comme passivité et infantilisation…

Notre espérance de vie à tous s’est heureusement allongée. Un temps libre pour s’inscrire différemment dans la société, un temps, aussi, où les fragilités et les relations entre les générations prennent une place nouvelle. Le vieillissement n’engage pas seulement les personnes qui le vivent, il interroge les choix de la société que nous formons : nos solidarités – publiques et de proximité –, la reconnaissance d’une place pour chacun…

La question de la prise en charge de la dépendance a trop souvent été réduite à sa dimension technique, financière ou médicale. Pourtant ce n’est pas le vieillissement qui occasionne le plus la croissance des dépenses de santé1. Et le maintien en autonomie ne se fera pas seulement à l’aide de normes de sécurité ou par l’invention de nouveaux robots et de dispositifs d’alerte ou de surveillance. Il s’inscrit dans des dépendances familiales, des réciprocités proches renouvelées et confortées.

Cette interdépendance réelle, qui contredit la doxa d’un individualisme dominant, se vit déjà autour des personnes les plus fragiles (les jeunes comme les anciens). Mais, pour ne pas s’essouffler, elle demande d’être davantage reconnue par des institutions collectives qui la soutiennent et permettent ainsi de tirer parti de toute sa richesse.

Une nouvelle complémentarité entre présence de proximité et solidarité publique se cherche. On les a trop considérées comme exclusives. Ce doit être aujourd’hui une des préoccupations des responsables politiques, nationaux, départementaux, municipaux : aider les personnes à garder une présence, leurs droits, leur capital social, donner un statut aux aidants, familiaux ou associatifs…

Malgré tous les déficits qui peuvent l’affecter, la dimension « transcendante » de la personne n’a pas disparu. Son identité ne se résume pas à sa fonction, elle se décline au présent. Sa qualité de vie ne répond peut-être pas aux idées préétablies, elle peut cependant être la sienne avec ses propres attentes. Cette présence arrache notre société au modèle dominant de la concurrence, de la compétition. Elle donne un tout autre fondement à une véritable solidarité. Les personnes dépendantes participent à notre monde. Elles ne sont pas des fardeaux, que nous devons soutenir, elles ne sont pas de malheureux objets de compassion, mais objets de considération. Elles interrogent notre modèle du lien social, celui de l’avantage mutuel2.

Il ne s’agit plus là de solidarité mise en œuvre à travers des prestations impersonnelles mais de la reconnaissance, à partir de l’accompagnement de la dépendance, d’une nécessaire réflexion pour toute la société. Comment apprend-elle la fraternité dans la rencontre des faiblesses et des limites? Même dépendante, la personne vulnérable appelle une relation au-delà d’une intervention sanitaire. Une relation, certes, asymétrique et cependant source de richesse pour tous.

Cette relation n’est pas seulement d’empathie, de compassion; elle est rencontre autour de l’acte même d’aider et de soigner, attentive aux besoins, à la recherche des leviers – techniques d’abord – pour y répondre. Elle n’oublie pas la réalité de la dépendance, au nom de l’autonomie. Elle est consciente aussi de ses propres limites, de ses incompréhensions : l’autre est autonome aussi en ce qu’il nous échappe!

Notes


Les plus lus

L'homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Resumé Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des hommes. Une ...

Ce que l’écologie fait à la politique

Un demi-siècle après les premières alertes scientifiques, l’écologie a bel et bien trouvé un débouché politique : de nouvelles instances, de nouveaux partis sont régulièrement mis sur pied. Mais pour faire advenir des changements politiques à la hauteur des enjeux, c’est notre cadre de pensée qu’il nous faut révolutionner. 1 « Écologisation » du politiqueLes enjeux écologiques sont désorm...

L’envol de la chouette

Le confinement mis en place pour contenir l’épidémie s’est traduit par toute une série de restrictions : limitation des déplacements, couvre-feu, port du masque… Comme les secouristes de haute montagne, nos comportements étaient dictés par une injonction à ne pas penser pour éviter une chute fatale. Un vent de liberté souffle à présent et l’on se réjouit de retrouver, petit à petit, nos libertés suspendues.Mais n’avançons-nous pas en terrain miné ? L’histoire nous enseigne que c’est dans les te...

Du même dossier

Dépendance, sortir du carcan réglementaire

RésuméDavantage que le travail auprès de personnes en fin de vie, c’est la profusion de normes contraignantes qui serait à l’origine du malaise des personnels soignants. Pour cette directrice d’établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes, il faut entrer en désobéissance, avec raison. La fonction de directeur d’établissements médico-sociaux se professionnalise de plus en plus. Depuis plusieurs années, les formations universitaires, obligatoires pour assumer ces missions, doivent...

Soutenir ses parents, jusqu'où ?

RésuméL’individualisation de la société ne va pas nécessairement de pair avec un effritement des solidarités familiales. Mais accompagner un proche âgé et dépendant a un coût, en argent, en temps, pour sa vie sociale et sa santé. Autant d’éléments à prendre en compte pour réformer la politique de prise en charge de la perte d’autonomie. En 1982, la revue Gérontologie et société consacrait un numéro au thème « Famille et générations ». Paul Paillat, démographe et fondateur de la revue, y faisait ...

Les aidants, cœur du système social

Sans les aidants bénévoles, le système de santé s’écroule. Faut-il reconnaître un statut, octroyer une formation à ces accompagnateurs de la dépendance ? Une société ne se transforme pas seulement par ses institutions, par ses règles et ses principes. Elle a aussi besoin de voir évoluer ses représentations, ses valeurs, ses références. Surtout, les évolutions proviennent très largement des usages au sein de la société civile, des manières dont les acteurs sociaux s’adaptent et bricolent, pour ré...

Du même auteur

Mémoire vive d'une zone industrielle

Jean-Jacques Clément habite La Plaine, à Saint-Denis, un ancien secteur industriel en pleine métamorphose. Pour veiller à la mémoire de son quartier, il a choisi de le raconter. La rédaction de la Revue Projet se situe à La Plaine Saint-Denis. Vous êtes sans doute l’un des personnages que l’on croise le plus souvent dans le quartier…Je suis à La Plaine depuis l’an 2000. Et effectivement, je suis devenu un personnage un peu, parce que je circule beaucoup. C’est ...

Entendre la parole des victimes

Les victimes ont brisé le silence. Mais les écoutons-nous vraiment ? Au-delà de la plainte, c’est à un dialogue qu’elles nous invitent, pour renouer les liens que le traumatisme a rompus. Longtemps les victimes n’avaient pas la parole. On ne cherchait pas à les entendre ou elles ne parvenaient pas à s’exprimer. « Hosties » fut, en français, le premier mot pour les désigner : créatures offertes au destin, elles étaient silencieuses. Celui qui avait la parole, c’était le héros qui rétablissait la ...

Les rapports sur la dépendance

RésuméL’avis du Conseil économique, social et environnemental s’inscrit dans une longue liste de débats sur la solidarité, visant à assurer à tous les anciens des conditions de vie dignes et une place dans la vie sociale. Pour les uns, la perte d’autonomie est affaire de responsabilité individuelle et familiale; chacun doit s’y préparer par l’épargne, l’assurance et la solidarité intergénérationnelle. Pour les autres, elle est un risque à couvrir par la solidarité nationale. L’avis du Conseil éc...

(1) Cf. Brigitte Dormont, « Le vieillissement ne fera pas exploser les dépenses de santé », Esprit, juillet 2010.

(2) Cf. Martha Nussbaum, Frontiers of Justice, Harvard University Press, 2007 et Corinne Peluchon, « La vieillesse et l’amour du monde », Esprit, juillet 2010.


Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules