Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !
Logo du site
Dossier : Quand nos aînés déclarent la dépendance

Les rapports sur la dépendance


RésuméL’avis du Conseil économique, social et environnemental s’inscrit dans une longue liste de débats sur la solidarité, visant à assurer à tous les anciens des conditions de vie dignes et une place dans la vie sociale. Pour les uns, la perte d’autonomie est affaire de responsabilité individuelle et familiale; chacun doit s’y préparer par l’épargne, l’assurance et la solidarité intergénérationnelle. Pour les autres, elle est un risque à couvrir par la solidarité nationale.

L’avis du Conseil économique, social et environnemental s’inscrit dans une longue liste de débats sur la solidarité, visant à assurer à tous les anciens des conditions de vie dignes et une place dans la vie sociale. Pour les uns, la perte d’autonomie est affaire de responsabilité individuelle et familiale; chacun doit s’y préparer par l’épargne, l’assurance et la solidarité intergénérationnelle. Pour les autres, elle est un risque à couvrir par la solidarité nationale.

Le débat a été nourri par de nombreux rapports1, en particulier ceux de parlementaires. Celui, à l’Assemblée, de Valérie Rosso-Debord (juin 2010) a fait du bruit. Il proposait de supprimer du bénéfice de l’Apa les personnes relevant du Gir 4 (les moins dépendantes), tout en accentuant une politique de prévention. Cette catégorie est, en effet, très diverse, avec des situations contrastées selon les départements. Ce sont pourtant des personnes en perte d’autonomie : les accompagner pour qu’elles restent à domicile, c’est éviter qu’elles n’aillent trop vite en établissement. Le rapport s’appuie sur une analyse financière solide mais souligne la contradiction d’un système tourné surtout sur la prise en compte des cas « aigus », alors qu’il s’agit souvent de maladies chroniques.

Les rapports du sénateur Marini (2nd rapport en juin 2011) insistent aussi sur la prévention : consultation gratuite, soutien aux aidants informels, diffusion des bonnes pratiques. Ils soulignent le rôle accru des agences régionales de santé à côté des conseils généraux. Mais il omet de parler d’un autre acteur de la prévention (en particulier pour les Gir 5 et 6) que sont les caisses de retraite.

Le rapport du Conseil d’analyse stratégique (juin 2011), lui, donne un éclairage à partir de comparaisons internationales. Pour le logement des personnes âgées, on est en France dans un système binaire : domicile/établissement. Des alternatives existent, avec des formes de logement variées donnant accès à des services partagés. Le rapport évoque aussi la mise en place de coordinateurs, « gestionnaires de cas », comme on commence à le faire en France avec les maisons pour l’autonomie et l’intégration des malades d’Alzheimer.

Dans les pays où l’on parle de « soins de longue vie » plutôt que de dépendance, l’aide aux aidants est une dimension essentielle. Même en Suède où la tradition est de considérer l’État comme responsable de la protection sociale. Sur ce sujet, finalement, les deux modèles sont appelés à se rejoindre : celui d’une prise en charge publique et celui d’une prise en charge familiale.

Six niveaux de dépendanceLa grille Aggir (autonomie gérontologie groupe iso-ressources) répartit les personnes dépendantes en six groupes. L’allocation personnalisée d’autonomie est versée, sous conditions de ressources, à celles qui relèvent des niveaux 1 à 4.
Gir 1 - Personnes nécessitant une présence indispensable et continue d’intervenants
Gir 2 - Grabataires, détérioration mentale grave
Gir 3 - Personnes dont l’activité mentale et partiellement l’activité locomotrice est handicapée
Gir 4 - Personnes qui ont besoin d’une aide pour des activités corporelles
Gir 5 - Personnes qui ont besoin d’aides ménagères
Gir 6 - Personnes en capacité de mener une vie courante

Notes


J'achète Le numéro !
Dossier : Quand nos aînés déclarent la dépendance
Je m'abonne dès 3.90 € / mois
Abonnez vous pour avoir accès au numéro
Les plus lus

Les Marocains dans le monde

En ce qui concerne les Marocains, peut-on parler de diaspora ?On assiste à une mondialisation de plus en plus importante de la migration marocaine. On compte plus de 1,8 million de Marocains inscrits dans des consulats à l’étranger. Ils résident tout d’abord dans les pays autrefois liés avec le Maroc par des accords de main-d’œuvre (la France, la Belgique, les Pays-Bas), mais désormais aussi, dans les pays pétroliers, dans les nouveaux pays d’immigration de la façade méditerranéenne (Italie et ...

L’homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des...

Aux origines du patriarcat

On entend parfois que le patriarcat serait né au Néolithique, près de 5 000 ans avant notre ère. Avant cela, les femmes auraient été libres et puissantes. Les données archéologiques mettent en doute cette théorie. De très nombreux auteurs, de ce siècle comme des précédents, attribuent la domination des hommes sur les femmes à l’essor de l’agriculture, lors du Néolithique. Cette idée est largement reprise dans les médias, qui p...

Du même dossier

Quand nos aînés déclarent la dépendance (introduction)

RésuméLa prise en charge de la dépendance des personnes âgées n’est pas qu’une question de porte-monnaie. Le vieillissement croissant de la population et la perte d’autonomie de certains questionnent évidemment la gestion des ressources publiques, mais aussi les mécanismes de solidarité, au sein de la famille et au-delà, les limites du don de soi, nos capacités à travailler ensemble et à construire une société accueillant les plus fragiles. Mesure promise par le candidat Nicolas Sarkozy en 2007,...

Dépendance, place aux bénévoles

La solitude des personnes âgées aggrave les risques de dépendance. La complémentarité entre professionnels et réseaux de proximité est un facteur essentiel de prévention. Elle replace les relations dans une situation plus juste et soulage les familles. Entre l’État et l’individu, les associations donnent voix à un engagement, à une fraternité. L’enjeu majeur d’une réforme, annoncée puis reportée au cours de l’année 2011, était bien, pour nous, de promouvoir une politique publique qui, pour attei...

Une personne âgée dépendante reste un sujet désirant

RésuméEntretien – Face au choc que provoque la dépendance d’un proche âgé, que faire? Au-delà des arbitrages économiques, cette situation interroge notre relation à l’autre fragilisé. Pour le Dr Dal Palu, psychologue, il est primordial de respecter la dignité de la personne et de l’accueillir en tant que sujet désirant. C omment les familles accueillent-elles la dépendance d’une personne âgée?Bruno Dal Palu – Le plus fréquemment, comme une catastrophe qu’il va falloir assumer, une injustice cont...

Du même auteur

Mémoire vive d'une zone industrielle

Jean-Jacques Clément habite La Plaine, à Saint-Denis, un ancien secteur industriel en pleine métamorphose. Pour veiller à la mémoire de son quartier, il a choisi de le raconter. La rédaction de la Revue Projet se situe à La Plaine Saint-Denis. Vous êtes sans doute l’un des personnages que l’on croise le plus souvent dans le quartier…Je suis à La Plaine depuis l’an 2000. Et effectivement, je suis devenu un personnage un peu, parce que je circule beaucoup. C’est ...

Entendre la parole des victimes

Les victimes ont brisé le silence. Mais les écoutons-nous vraiment ? Au-delà de la plainte, c’est à un dialogue qu’elles nous invitent, pour renouer les liens que le traumatisme a rompus. Longtemps les victimes n’avaient pas la parole. On ne cherchait pas à les entendre ou elles ne parvenaient pas à s’exprimer. « Hosties » fut, en français, le premier mot pour les désigner : créatures offertes au destin, elles étaient silencieuses. Celui qui avait la parole, c’était le héros qui rétablissait la ...

Autonomie et solidarité

Autonomie, dépendance? Deux mots, à l’opposé l’un de l’autre, pour parler des enjeux autour de la vulnérabilité des personnes âgées! « Autonomie » parle de la dignité des personnes, « dépendance » de solidarité reconnue, acceptée. Les deux mots ne sont pas sans ambiguïté : l’autonomie comme exigence, où la vulnérabilité et les frustrations sont vécues comme un échec; la dépendance comme passivité et infantilisation…Notre espérance de vie à tous s’est heureusement allongée. Un temps libre pour s...

(1) . Ceux d’Hélène Gisserot, pour la Cour des comptes, ceux du Haut conseil de la famille, du Haut conseil pour l’avenir de l’assurance maladie, ceux des quatre groupes de travail mis en place par Roselyne Bachelot.


Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules