Logo du site
Dossier : Quand nos aînés déclarent la dépendance

Quand nos aînés déclarent la dépendance (introduction)


RésuméLa prise en charge de la dépendance des personnes âgées n’est pas qu’une question de porte-monnaie. Le vieillissement croissant de la population et la perte d’autonomie de certains questionnent évidemment la gestion des ressources publiques, mais aussi les mécanismes de solidarité, au sein de la famille et au-delà, les limites du don de soi, nos capacités à travailler ensemble et à construire une société accueillant les plus fragiles.

Mesure promise par le candidat Nicolas Sarkozy en 2007, la réforme de la dépendance a sans cesse était reportée. Nouveau champ de la protection sociale, la perte d’autonomie deviendra-t-elle un cinquième risque, aux côtés des autres « risques » de la vie : maladie, accidents du travail, retraite et famille? Le vieillissement de la population (de 17 % de 65 ans et plus en 2010 nous passerions à 27 % en 2050 selon l’Insee) et le nombre croissant de personnes en perte d’autonomie invitent à repenser notre système de prise en charge. Pour les rapporteurs du Conseil économique, social et environnemental sur la dépendance, c’est d’abord une meilleure gestion des sommes qui y sont affectées qui s’impose (cf.Y. Vérollet et M. Weber). Mais, au-delà de la question financière, cette situation interroge notre modèle de société : quelle place faisons-nous aux plus fragiles? Ne sont-ils qu’un poids à gérer? Malgré l’individualisation des comportements, nous ne serions pas moins solidaires à l’égard de nos proches dépendants (cf. R. Fontaine). Les aidants, familiaux ou bénévoles, supportent d’ailleurs en grande partie l’accompagnement des personnes âgées dépendantes (cf. J.-F. Serres). Il est urgent de leur reconnaître un véritable statut et de valoriser le care, le soin mutuel (cf. S. Guérin). De permettre l’information et la formation de ces aidants, afin d’éviter des situations de maltraitance involontaire (cf. B. Dal Palu) ou que des individus sacrifient leur vie sociale et professionnelle pour soutenir l’autre fragilisé. De nouveaux modèles de soin sont à inventer, dans une complémentarité entre professionnels, bénévoles et aidants familiaux. Des risques doivent être pris : s’affranchir des normes, quand celles-ci deviennent absurdes (cf. P. Vézignol). Oser, surtout, la solidarité.

La rédaction de Projet remercie vivement le groupe de travail qui l’a aidée à piloter ce dossier : Dominique Balmary (Uniopss), Albert Evrard (jésuite), Marie-Ève Joël et Bernadette Moreau (CNSA), Jean-François Serres (les petits frères des Pauvres).

Les plus lus

L'homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Resumé Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des hommes. Une ...

Rôle et nature de l'actionnariat dans la vie des entreprises

Resumé Si la croissance rentable est le principal objectif pour les actionnaires, elle ne peut être leur seule visée. Il importe de mettre en œuvre des processus qui précisent les modes de relation avec les dirigeants de l’entreprise. Celle-ci a les actionnaires qu’elle mérite : seront-ils les partenaires du développement social ? De nombreuses situations récentes ont montré l’influence grandissante des actionnaires. Dernier exemple en date, en France, celui de Danone : après avoir renoncé à acq...

« Les religions diffèrent, mais les questions sont universelles »

Pour l’anthropologue Maurice Godelier, l’idée que les religions puissent disparaître de nos sociétés n’est pas crédible. Elles occupent une place unique, sans concurrencer directement le politique. Qu’est-ce qui est « au fondement des sociétés humaines », si ce n’est la parenté ?Maurice Godelier – La parenté est fondamentale pour le développement de chaque être humain : on naît dans une famille, on ne peut pas survivre sans des adultes qui s’occupent de nous et nous transmettent quelque chose, c...

Du même dossier

Dépendance : au-delà des coûts

RésuméNous devons, certes, trouver une façon pérenne de financer la perte d’autonomie d’un nombre croissant de personnes âgées. Mais au-delà de la question économique, la dépendance doit être envisagée de manière collective, car elle questionne notre conception de la famille, de la solidarité ou de la ville. Comment organiser et financer un système d’aide et de soins pour des personnes âgées qui ne parviennent plus à effectuer les actes essentiels de la vie et dont le nombre est croissant? Le dé...

Autonomie et solidarité

Autonomie, dépendance? Deux mots, à l’opposé l’un de l’autre, pour parler des enjeux autour de la vulnérabilité des personnes âgées! « Autonomie » parle de la dignité des personnes, « dépendance » de solidarité reconnue, acceptée. Les deux mots ne sont pas sans ambiguïté : l’autonomie comme exigence, où la vulnérabilité et les frustrations sont vécues comme un échec; la dépendance comme passivité et infantilisation…Notre espérance de vie à tous s’est heureusement allongée. Un temps libre pour s...

Une personne âgée dépendante reste un sujet désirant

RésuméEntretien – Face au choc que provoque la dépendance d’un proche âgé, que faire? Au-delà des arbitrages économiques, cette situation interroge notre relation à l’autre fragilisé. Pour le Dr Dal Palu, psychologue, il est primordial de respecter la dignité de la personne et de l’accueillir en tant que sujet désirant. C omment les familles accueillent-elles la dépendance d’une personne âgée?Bruno Dal Palu – Le plus fréquemment, comme une catastrophe qu’il va falloir assumer, une injustice cont...

Du même auteur

Jeunes pour le climat. Les liens de demain

Youth for Climate est né de la crise écologique. Les jeunes de ce mouvement entendent s’organiser là où les adultes ont échoué dans la préservation du vivant. Ils tâtonnent, se forment, pour créer une organisation à l’image de leur « monde d’après » et tisser les liens qui leur permettront d’affronter demain. Reportage. Un lundi de juillet, une douzaine de jeunes de 14 à 18 ans échange...

La dérégulation, un défi pour les territoires ?

Alors que les multinationales dictent de plus en plus les règles du jeu à l’échelle internationale, les États semblent avoir renoncé à soutenir leurs citoyens les plus fragiles et le développement de leurs territoires. Des leviers existent pourtant, pour les collectivités comme pour les individus. Entretien avec les économistes Mathilde Dupré et Pierre Veltz. Deux termes reviennent souvent depuis le confinement : territo...

Des ressources insoupçonnées

Pour domestiquer un éléphant, on lui apprend l’impuissance : petit, la corde qui le retient est plus forte que lui. Devenu adulte, il n’essaie même plus de s’en libérer, alors qu’il en aurait les capacités. L’éléphant domestiqué a des ressources qu’il ne soupçonne plus. L’ampleur des crises que nous traversons – sanitaire, économique et environnementale – a de quoi susciter la sidération, fragiliser les individus et bousculer le sens du collectif. Mais, comme les éléphants, nous avons des resso...

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules