Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !
Logo du site
Dossier : Quand nos aînés déclarent la dépendance

Quand nos aînés déclarent la dépendance (introduction)


RésuméLa prise en charge de la dépendance des personnes âgées n’est pas qu’une question de porte-monnaie. Le vieillissement croissant de la population et la perte d’autonomie de certains questionnent évidemment la gestion des ressources publiques, mais aussi les mécanismes de solidarité, au sein de la famille et au-delà, les limites du don de soi, nos capacités à travailler ensemble et à construire une société accueillant les plus fragiles.

Mesure promise par le candidat Nicolas Sarkozy en 2007, la réforme de la dépendance a sans cesse était reportée. Nouveau champ de la protection sociale, la perte d’autonomie deviendra-t-elle un cinquième risque, aux côtés des autres « risques » de la vie : maladie, accidents du travail, retraite et famille? Le vieillissement de la population (de 17 % de 65 ans et plus en 2010 nous passerions à 27 % en 2050 selon l’Insee) et le nombre croissant de personnes en perte d’autonomie invitent à repenser notre système de prise en charge. Pour les rapporteurs du Conseil économique, social et environnemental sur la dépendance, c’est d’abord une meilleure gestion des sommes qui y sont affectées qui s’impose (cf.Y. Vérollet et M. Weber). Mais, au-delà de la question financière, cette situation interroge notre modèle de société : quelle place faisons-nous aux plus fragiles? Ne sont-ils qu’un poids à gérer? Malgré l’individualisation des comportements, nous ne serions pas moins solidaires à l’égard de nos proches dépendants (cf. R. Fontaine). Les aidants, familiaux ou bénévoles, supportent d’ailleurs en grande partie l’accompagnement des personnes âgées dépendantes (cf. J.-F. Serres). Il est urgent de leur reconnaître un véritable statut et de valoriser le care, le soin mutuel (cf. S. Guérin). De permettre l’information et la formation de ces aidants, afin d’éviter des situations de maltraitance involontaire (cf. B. Dal Palu) ou que des individus sacrifient leur vie sociale et professionnelle pour soutenir l’autre fragilisé. De nouveaux modèles de soin sont à inventer, dans une complémentarité entre professionnels, bénévoles et aidants familiaux. Des risques doivent être pris : s’affranchir des normes, quand celles-ci deviennent absurdes (cf. P. Vézignol). Oser, surtout, la solidarité.

La rédaction de Projet remercie vivement le groupe de travail qui l’a aidée à piloter ce dossier : Dominique Balmary (Uniopss), Albert Evrard (jésuite), Marie-Ève Joël et Bernadette Moreau (CNSA), Jean-François Serres (les petits frères des Pauvres).

J'achète Le numéro !
Dossier : Quand nos aînés déclarent la dépendance
Je m'abonne dès 3.90 € / mois
Abonnez vous pour avoir accès au numéro
Les plus lus

Les Marocains dans le monde

En ce qui concerne les Marocains, peut-on parler de diaspora ?On assiste à une mondialisation de plus en plus importante de la migration marocaine. On compte plus de 1,8 million de Marocains inscrits dans des consulats à l’étranger. Ils résident tout d’abord dans les pays autrefois liés avec le Maroc par des accords de main-d’œuvre (la France, la Belgique, les Pays-Bas), mais désormais aussi, dans les pays pétroliers, dans les nouveaux pays d’immigration de la façade méditerranéenne (Italie et ...

L’homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des...

Aux origines du patriarcat

On entend parfois que le patriarcat serait né au Néolithique, près de 5 000 ans avant notre ère. Avant cela, les femmes auraient été libres et puissantes. Les données archéologiques mettent en doute cette théorie. De très nombreux auteurs, de ce siècle comme des précédents, attribuent la domination des hommes sur les femmes à l’essor de l’agriculture, lors du Néolithique. Cette idée est largement reprise dans les médias, qui p...

Du même dossier

Dépendance : au-delà des coûts

RésuméNous devons, certes, trouver une façon pérenne de financer la perte d’autonomie d’un nombre croissant de personnes âgées. Mais au-delà de la question économique, la dépendance doit être envisagée de manière collective, car elle questionne notre conception de la famille, de la solidarité ou de la ville. Comment organiser et financer un système d’aide et de soins pour des personnes âgées qui ne parviennent plus à effectuer les actes essentiels de la vie et dont le nombre est croissant? Le dé...

Les aidants, cœur du système social

Sans les aidants bénévoles, le système de santé s’écroule. Faut-il reconnaître un statut, octroyer une formation à ces accompagnateurs de la dépendance ? Une société ne se transforme pas seulement par ses institutions, par ses règles et ses principes. Elle a aussi besoin de voir évoluer ses représentations, ses valeurs, ses références. Surtout, les évolutions proviennent très largement des usages au sein de la société civile, des manières dont les acteurs sociaux s’adaptent et bricolent, pour ré...

Soutenir ses parents, jusqu'où ?

RésuméL’individualisation de la société ne va pas nécessairement de pair avec un effritement des solidarités familiales. Mais accompagner un proche âgé et dépendant a un coût, en argent, en temps, pour sa vie sociale et sa santé. Autant d’éléments à prendre en compte pour réformer la politique de prise en charge de la perte d’autonomie. En 1982, la revue Gérontologie et société consacrait un numéro au thème « Famille et générations ». Paul Paillat, démographe et fondateur de la revue, y faisait ...

Du même auteur

Créer de la proximité : un défi collectif

Santé, logement, revenu de solidarité… Aujourd’hui, en France, des millions de personnes en précarité peinent à accéder à leurs droits. Le fossé entre ces personnes et l’action publique se creuse. Parmi celles qui pourraient toucher le RSA, 34 % ne le perçoivent pas. Ce constat, partagé par le Conseil d’État1 et les acteurs associatifs, appelle à recréer de la proximité avec les personnes en précarité. C’est le défi de l’« aller vers ».L’expression désigne, pour les acteurs de l’action sociale,...

L’aide sociale reprend la rue

Près de Lille, l’association La Sauvegarde du Nord tente de sortir Claude, Radhouane ou Mario de la rue. Si les « permanences camion » et les maraudes à vélo permettent la rencontre, une maison à la campagne leur offre le répit nécessaire pour envisager d’autres possibles. Claude, 42 ans, yeux bleus et sourcils broussailleux, vient à Houplin pour être tranquille. Depuis sept mois, il vit dans une tente, à Loos, près de Lille. Il a...

Un camping-car pour faire du lien

En Indre-et-Loire, un camping-car, le Bureau itinérant et solidaire, va à la rencontre des gens du voyage pour les aider à accéder à leurs droits. Une solution associative essentielle, que les services publics devraient reprendre à leur compte. Comment est née l’idée de ce Bureau itinérant et solidaire (BIS) ?Romain Crochet – Après la crise du Covid-19, nous avons répondu à un appel à projets dans le cadre du plan gouvernemental France relance. On y a vu...

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules