Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !
Logo du site
Dossier : Quand nos aînés déclarent la dépendance

Une personne âgée dépendante reste un sujet désirant

©kamshots/Flickr/CC
©kamshots/Flickr/CC
RésuméEntretien – Face au choc que provoque la dépendance d’un proche âgé, que faire? Au-delà des arbitrages économiques, cette situation interroge notre relation à l’autre fragilisé. Pour le Dr Dal Palu, psychologue, il est primordial de respecter la dignité de la personne et de l’accueillir en tant que sujet désirant.

C omment les familles accueillent-elles la dépendance d’une personne âgée?

Bruno Dal Palu – Le plus fréquemment, comme une catastrophe qu’il va falloir assumer, une injustice contre nature. C’est d’ailleurs ce qui en fait le caractère traumatisant. En effet, ce qui est inacceptable, voire intolérable, c’est d’observer que ceux qui nous ont encouragés à être autonome prennent le chemin inverse. Les repères sont bousculés. Enfants, frères et sœurs, neveux, sont amenés à endosser le rôle de parent vis-à-vis de celui ou celle qui, quelques années plus tôt, était pour eux un référent. Désormais, tout en étant là, la personne n’est plus du tout ce qu’elle était. Ce deuil symbolique impossible à faire rend l’acceptation de la dépendance très difficile. Même si, dans la plupart des cas, le principe de réalité s’impose par la « pénibilité » que représente la prise en charge de la personne âgée dépendante, le déni est à l’œuvre chez les proches. Il est l’expression d’une fragilité qui s’exprime par différents refus : celui d’une aide à domicile, d’un établissement, l’abandon d’un travail ou de relations, etc.

Les familles cherchent le plus souvent à être le « bon » objet, en voulant le meilleur pour cette personne âgée qui se fait de plus en plus « mauvais » objet de l’autre (incontinence, perte de la mémoire, immobilisation progressive…). Dès lors, elles exigent que l’on fasse tout pour ralentir cette descente vers plus de dépendance. Et leurs revendications, dans un déni de réalité, s’adressent en premier lieu à la personne âgée elle-même, en refusant qu’elle ne fasse plus telle tâche, qu’elle oublie tel nom, telle date, etc. Elles se placent alors en frein de la dégénérescence par accélération des stimulations. Ces familles souhaitent qu’on oblige leur parent à faire des gestes qu’il savait faire, qu’on le sorte le plus régulièrement possible, qu’on le stimule le plus possible par des jeux… Elles adoptent la posture d’agitateurs de la dépendance, en espérant retarder le processus en marche. Or, la plupart du temps, en croyant bien faire, elles appuient précisément là où cela fait mal et deviennent maltraitantes, car leurs exigences ne prennent en compte ni les besoins de repos de la personne âgée ni sa souffrance.

Comment sont effectués les arbitrages économiques et temporels?

Bruno Dal Palu – Généralement, la phase de déni de la famille est assez longue, alléguant que la personne âgée est mieux chez elle et doit se « débrouiller » seule. Ce n’est que lorsqu’elle se met en danger ou peut nuire à son voisinage qu’on opte pour une prise en charge par un ou des tiers. Les arbitrages économiques tiennent toujours compte d’un double facteur : le coût en temps et en énergie que la famille assume et le coût financier qu’implique de s’en remettre à des spécialistes. Sachant que, le plus souvent, les familles prennent la décision pour la personne dépendante à travers leurs propres projections de ses désirs. Avec des arguments du genre : « Ce sera mieux pour toi », « On peut pas faire autrement », « Tu peux pas rester comme ça », etc. Dans le cas de familles dispersées, très fréquemment, un membre se dévoue et devient l’aidant parental. Il coordonne les décisions et les arbitrages en tenant la personne âgée au plus près de lui, pour intervenir lorsque c’est nécessaire, être une présence régulière et symboliser qu’elle n’est pas abandonnée. Cette responsabilité fait parfois l’objet de sordides tractations, mais cela reste encore l’exception.

Comment se passe la prise en charge des personnes relativement autonomes?

Bruno Dal Palu – Le plus souvent, trois choix sont possibles : rester à son domicile, vivre chez un proche (enfant, neveu, etc.), ou habiter dans une résidence pour personnes âgées. Le choix le plus pertinent, pour ralentir le processus de dépendance, est évidemment de laisser la personne âgée à son domicile. Au milieu de ses repères familiers et d’un environnement connu et reconnu, elle évolue avec moins de stress et moins de risques de se faire mal. Ensuite, si ce n’est pas possible, il y a l’hypothèse de vivre au domicile d’un membre de sa famille avec plus ou moins d’autonomie. Mais cette situation est souvent stressante, fatigante voire culpabilisante, car la personne âgée se perçoit comme un fardeau pour son entourage. Elle peut parfois se rendre insupportable pour sortir de cette impasse relationnelle. La résidence pour personnes âgées est une troisième solution, avant le placement en Établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad). Ces résidences, parfois luxueuses, proposent un ensemble de services à la personne et cherchent à recréer un domicile au sein d’une communauté de fragilités, tout en apportant sécurité et veille sur la dépendance prévisible. Quand les moyens financiers le permettent, c’est souvent une vraie alternative au maintien à domicile, et parfois un havre de paix apprécié de la personne âgée comme de sa famille.

Les familles acceptent-elles l’intervention de professionnels qui deviennent parfois des confidents?

Bruno Dal Palu – On rencontre deux types de réactions : la confiance ou la défiance. Dans le premier cas, les familles acceptent que leur proche âgé ait une intimité et puisse y introduire qui il veut. Il se sent alors en capacité de partager ses ressentis ou ses interrogations sans pour autant être jugé, ou avoir le sentiment de faire du mal à l’autre. À l’inverse, d’autres familles considèrent qu’elles connaissent mieux que quiconque « leur » personne âgée, comme si le temps passé avec elle leur donnait ipso facto un droit d’analyse et de contrôle supérieur à toute compétence professionnelle. Dès lors, ces familles sont souvent dans une position d’exigence et peuvent devenir maltraitantes par maladresse ou par bonnes intentions mal placées. Les unes sont dans un amour qui libère le sujet âgé, les autres dans un amour possessif d’un autre dépendant qu’ils infantilisent.

Que se passe-t-il quand on devient « parent de ses parents »?

Bruno Dal Palu – C’est d’abord un choc, par la dimension inacceptable d’une telle situation. Puis c’est une posture qui se construit pour chercher à devenir le plus bientraitant possible. Mais le bon sens n’est pas toujours bon conseiller. Lorsque la famille est dans la parentification, elle a tendance à infantiliser la personne âgée et non à la reconnaître comme un sujet adulte, que la perte de fonctions rend dépendant, mais qui reste malgré tout un sujet à respecter. L’erreur la plus fréquente est de vouloir à tout prix ramener la personne à la réalité présente, voire passée : « Avant tu savais le faire », « Pourquoi tu ne le fais plus? », « Fais un effort », « Arrête de répéter toujours la même chose », « Il y a longtemps que cela n’existe plus », etc. Or le présent difficile de la personne qui devient dépendante de l’autre occulte, ou au mieux modifie, les rapports au temps présent, passé et futur. Dès lors, la personne âgée dépendante éprouve un besoin constant d’évoquer le passé : c’est un repère stable et rassurant qu’il convient d’accueillir, plutôt que de rabrouer des propos qui peuvent nous sembler désuets ou obsolètes.

Il y a là tout un champ de conseils à inventer pour les aidants parentaux. Si le métier de parents ne s’apprend pas, celui d’aidant parental encore moins. Mais dans les deux cas, le conseil permet d’éviter quelques maltraitances par simple effet de méconnaissance.

Quel soutien est proposé aux aidants familiaux?

Bruno Dal Palu – Les établissements spécialisés adhèrent de plus en plus à des protocoles de bientraitance, mais en dehors d’une écoute et de prestations qui soulagent la famille, il n’y a pas ou peu de soutiens apportés aux aidants familiaux. J’essaie, pour ma part, de leur donner une première information sur la bientraitance des personnes âgées dépendantes, que je résume en trois points :

  • Préserver la dignité. La personne âgée dépendante reste un sujet adulte à part entière et ne doit pas être traitée comme quelqu’un qui régresse au stade de l’enfance. Il est déjà suffisamment dégradant de devenir dépendant d’un autre adulte. Dans les établissements que je supervise, je fais une « chasse » à tout ce qui peut infantiliser la personne âgée : certaines formes d’altercation qui traitent celle-ci comme un enfant, des exercices de stimulations cognitives repris des manuels pour enfants, etc.
  • Accueillir la personne telle qu’elle est. Rappeler sans cesse à la personne ce qu’elle ne fait plus et qu’elle pourrait faire s’apparente souvent, sans le savoir, à de la maltraitance. J’insiste : la personne âgée dépendante vit une réalité insoutenable, il est donc très violent de la ramener sans cesse au fait que de plus en plus « elle se laisse aller », « elle oublie des choses importantes », etc. Espérer qu’en l’obligeant à revenir à la réalité on lui permettrait de mieux la gérer est inefficace, mais c’est surtout une forme de violence qui n’engendre que de la violence.
  • Valider les désirs de la personne âgée dépendante. Face à des requêtes ou des discours extravagants qui peuvent confiner à la psychorigidité ou à la démence, il est plus efficient d’être moins exigeant et de valider le discours de la personne dépendante, que de chercher à corriger ses comportements. Cette démarche, inspirée de la technique de « validation » de Naomi Feil1, permet d’appréhender la personne comme un sujet désirant à part entière, même si elle est diminuée. C’est de plus une expérience tout à fait enrichissante pour l’aidant parental, invité à accueillir l’autre de manière plus inconditionnelle.

Si chaque aidant parental adoptait a minima ces trois principes de relation d’aide, la prise en charge serait moins lourde et plus respectueuse de la souffrance psychique de la personne âgée dépendante.

Notes

Les plus lus

Les Marocains dans le monde

En ce qui concerne les Marocains, peut-on parler de diaspora ?On assiste à une mondialisation de plus en plus importante de la migration marocaine. On compte plus de 1,8 million de Marocains inscrits dans des consulats à l’étranger. Ils résident tout d’abord dans les pays autrefois liés avec le Maroc par des accords de main-d’œuvre (la France, la Belgique, les Pays-Bas), mais désormais aussi, dans les pays pétroliers, dans les nouveaux pays d’immigration de la façade méditerranéenne (Italie et ...

L'homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Resumé Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des hommes. Une ...

Chili, page blanche constitutionnelle

Investie en juillet 2021, l’Assemblée constituante chilienne porte en elle la rémission d’un pays profondément fracturé. Quatre de ses représentants témoignent. Des bancs de l’ancien Congrès national de Santiago s’écrira la future Constitution du Chili. Vidé de ses parlementaires au lendemain du coup d’État du 11 septembre 1973, le lieu n’en avait revu aucun depuis la fin de la dictature militaire d’Augusto Pinochet, en 1990. Le 4 juillet 202...

Du même dossier

Quand nos aînés déclarent la dépendance (introduction)

RésuméLa prise en charge de la dépendance des personnes âgées n’est pas qu’une question de porte-monnaie. Le vieillissement croissant de la population et la perte d’autonomie de certains questionnent évidemment la gestion des ressources publiques, mais aussi les mécanismes de solidarité, au sein de la famille et au-delà, les limites du don de soi, nos capacités à travailler ensemble et à construire une société accueillant les plus fragiles. Mesure promise par le candidat Nicolas Sarkozy en 2007,...

Non à la privatisation de la dépendance

RésuméEntretien – Pour les rapporteurs du Conseil économique, social et environnemental en charge de la question de la dépendance des personnes âgées, le problème n’est pas tant la somme allouée que sa gestion. Ils prônent une meilleure coordination entre professionnels et davantage de prévention. Quelle option a été soutenue par le Conseil économique, social et environnemental (Cese) pour financer la dépendance des personnes âgées?Yves Vérollet – Nous avons eu un long débat. Notre hypothèse éta...

Les rapports sur la dépendance

RésuméL’avis du Conseil économique, social et environnemental s’inscrit dans une longue liste de débats sur la solidarité, visant à assurer à tous les anciens des conditions de vie dignes et une place dans la vie sociale. Pour les uns, la perte d’autonomie est affaire de responsabilité individuelle et familiale; chacun doit s’y préparer par l’épargne, l’assurance et la solidarité intergénérationnelle. Pour les autres, elle est un risque à couvrir par la solidarité nationale. L’avis du Conseil éc...

(1) Technique développée par Naomi Feil à partir des années 1960 consistant à reconnaître la réalité des émotions et des sentiments exprimés par les personnes très âgées désorientées.


Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules