Logo du site

Les pauvres, alibis à des politiques de courte vue

Jean-Charles Hourcade
Chercheur

Notre société actuelle se fonde sur des prix de l’énergie bas. Alors quand il s’agit d’opérer notre transition énergétique, les pauvres sont un alibi de poids… pour maintenir le statu quo. Il est donc urgent d’instaurer un nouveau contrat social. Notre société actuelle se fonde sur des prix de l'énergie bas Alors quand il s'agit ...

Pascal Canfin : « Lisez la Revue Projet... jusqu'au bout ! »

Pascal Canfin
Responsable politique

Le ministre délégué au développement était ce matin l’invité de la matinale sur France Culture. Pris à parti par un chroniqueur, il s'en est sorti grâce à sa lecture assidue de la Revue Projet ! Le ministre délégué au développement était ce matin l'invité de la matinale sur France Culture Pris à parti par un chroniqueur il s'en es...

Explosion des impayés : que faire ?

François Boulot, Olivier Favard et Thierry Saniez
Acteur de terrain

Comment expliquez vous la montée des impayés de factures d'électricité et de gaz l'augmentation du nombre de gens qui demandent des délais des échéanciers Est ce la montée des prix de l'énergie l'état du parc Y a t il d'autres raisons Olivier Favard C'est surtout la crise et la montée de la précarité dans son ensemble qui sont à l'or...

« La priorité ? Diminuer la consommation »

Jean Desessard
Responsable politique

Entretien - Une commission d’enquête du Sénat s’est enquise du prix « réel » de l’électricité. La hausse semble inéluctable. Dès lors, et le diagnostic fait consensus, il n’y a guère d’autre solution que de réduire la consommation. Entretien avec Jean Desessard, le sénateur qui a mené l’enquête. Entretien Une commission d'...

Contre la précarité énergétique, quel est le bon échelon ?

Brigitte Fouilland
Chercheur

La précarité énergétique, débattue en France grâce aux associations, est devenue une préoccupation des pouvoirs publics avec Grenelle II. Mais cette question majeure nécessite aujourd’hui un cadre d’analyse solide, l’engagement d’acteurs dotés de moyens d’agir et un traitement aux niveaux adéquats, à l’échelle des villes et ...

La transition énergétique comme solution

Emmanuel Combet
Chercheur

Derrière la récente et rapide explosion du nombre d'impayés d'énergie c'est un mouvement de long terme que l'on peut décrypter une dynamique qui contraint les trajectoires individuelles Cette vision sur une période longue est nécessaire pour en saisir les principaux moteurs anticiper l'émergence de nouvelles précarités et tenter d'enraye...

Aides au logement : « Mieux accompagner »

Gérard Dechy, Bertrand Lapostolet et Michel Pelenc
Acteur de terrain

Les aides à la rénovation existent. Cependant, le reste à charge est dissuasif et faire un emprunt, impossible pour certains propriétaires. D’autres ignorent l’existence même de ces dispositifs ou s’en méfient. Comment rendre ces aides plus efficaces ? L’accompagnement, l’information et la formation offrent quelques pistes. Les aide...

« Les tarifs sociaux ne suffisent plus »

Denis Merville
Acteur de terrain

Entretien - Quels problèmes l’énergie pose-t-elle aux Français ? Comment faire évoluer la facturation ? Comment faire payer le coût réel sans exclure des millions de ménages ? Que penser des lois en discussion ? En observateur aguerri, le médiateur national de l’énergie Denis Merville répond à nos questions. Entretien Quels problème...

On ne soigne pas un symptôme

Jean Merckaert
L'équipe de rédaction

Été 2012 Premier test social pour le nouveau gouvernement les prix à la pompe flambent Chaque jour les médias se font l'écho de la grogne qui enfle chez les automobilistes et les professionnels Une vision de long terme aurait dicté moyennant quelques aménagements d'entériner cette hausse des prix Le gouvernement a préféré baisser les ta...

Précarité énergétique : vigilance et clairvoyance

Jérôme Vignon
Chercheur

La précarité énergétique concernait près de 4 millions de ménages de profils très divers en France en 2006. Le président de l’Observatoire national de la précarité énergétique décrit ici précisément le phénomène, en progression constante. Il analyse les réponses politiques et pointe le défi central : la transition écologique i...

C'est quoi la « précarité énergétique » ?

Jérôme Vignon
Pour en savoir plus

C'est au Royaume Uni que le vocable de fuel poverty fait son apparition au lendemain des premiers chocs pétroliers En découle une première définition précise et chiffrable Seront considérées précaires énergétiques les familles contraintes pour les usages domestiques de dépenser plus de 10 de leurs ressources pour acquitter les factures ...

Énergie : quand le Secours catholique paie la facture

François Boulot
Acteur de terrain

En 2011, 300 000 personnes accueillies par le Secours catholique faisaient face à des impayés d’énergie. La facture devient lourde pour l’association, qui a entrepris d’en étudier les ressorts. Les résultats de l’étude, publiés ici, montrent combien la faiblesse des ressources des familles est en cause, et l’aide publique, insuffis...

L’énergie, révélateur récent d’inégalités anciennes

Éric Lagandré
Acteur de terrain

Oui, la précarité énergétique aggrave les inégalités, nous confirme Éric Lagandré, de l’Agence nationale pour l’amélioration de l’habitat. Non sans émettre une double recommandation. Attention à ne pas en masquer les causes structurantes (explosion des prix de l’immobilier, relégation spatiale, etc.), et en direction des pouvoir...

Quand la voiture devient contrainte

Jean-Pierre Orfeuil
Chercheur

Commerces, logements, emplois… le succès massif de la voiture au XXe siècle a structuré l’espace. Menant dans l’impasse de nombreux Américains, étranglés entre des charges en hausse (logement, transport) et des revenus en baisse. Fragilisant aussi les Français vivant dans le périurbain ou le rural. Tout un modèle à repenser. Commerc...

« Elle a payé son loyer plutôt que le gaz et l’électricité »

Geneviève Silberstein
Acteur de terrain

À l'accueil social de Montpellier le nombre des personnes en situation de précarité énergétique qui sollicitent une aide pour payer leurs factures d'électricité et de gaz a tellement augmenté que le Secours catholique a dû repenser sa façon de les accueillir et de traiter leurs demandes Depuis décembre 2012 une demi journée est réserv...

Petit louis/Flickr/CC
Petit louis/Flickr/CC

On ne soigne pas un symptôme


Été 2012. Premier test social pour le nouveau gouvernement : les prix à la pompe flambent. Chaque jour, les médias se font l’écho de la grogne qui enfle chez les automobilistes et les professionnels. Une vision de long terme aurait dicté, moyennant quelques aménagements, d’entériner cette hausse des prix. Le gouvernement a préféré baisser les taxes sur les carburants pendant trois mois. Essuyant au passage une perte de 500 millions d’euros. Bienvenue dans le monde de la précarité énergétique ! Car l’épisode est significatif : fallait-il sacrifier le social sur l’autel de l’environnement et du long terme ?

La vulnérabilité aux prix de l’énergie n’est pas un phénomène marginal. La voiture devient une contrainte pour beaucoup – notamment dans le rural et le périurbain – quand l’accès à l’emploi ou aux services publics en dépend (cf. J.-P. Orfeuil). Surtout, plus de 8 millions de personnes en France peinent aujourd’hui à se chauffer ou à régler leurs factures de gaz, d’électricité ou de fioul. Les énergéticiens s’inquiètent de la hausse des non-recouvrements. Devant l’insuffisance des aides publiques, les associations sont appelées à la rescousse, à l’instar du Secours catholique dont le budget énergie a crû de 90 % depuis 2004 (cf. F. Boulot).

Mais formuler ainsi le problème mène dans une impasse. Le pétrole bon marché se raréfie (« Pas assez d’essence pour faire la route dans l’autre sens » !) et les prix mondiaux de l’énergie vont, malgré des accalmies temporaires, continuer d’augmenter. De plus, au rythme actuel, notre monde va tout droit vers un réchauffement de la planète de + 4 °C à + 6 °C d’ici la fin du siècle (le scénario le plus sombre esquissé par le Giec). Si l’on veut dévier de cette trajectoire, la France devra y contribuer en réduisant de 70 % ses émissions de gaz à effet de serre d’ici 2050, ce qui suppose une diminution drastique de sa consommation énergétique.

Freiner cette transition au nom des plus précaires, c’est aussi se défausser un peu vite. Tous les dispositifs de sobriété énergétique sont pensés pour les mieux lotis (cf. nos deux tables rondes) ! Leur dire que cela va s’arranger serait leur mentir. Et à bien d’autres aussi, car la vulnérabilité aux prix de l’énergie traverse toutes les classes sociales (cf. J. Vignon). Et elle pèse lourdement sur les comptes du pays : en 2012, les importations de gaz et de pétrole (69 milliards d’euros, en progression de 11 % par rapport à 2011) expliquent à elles seules le déficit commercial de la France (67 milliards).

Quant à la précarité, sa dimension énergétique n’en est finalement que le révélateur. Elle est ressentie plus douloureusement chez certaines populations, bien sûr. Mais pourquoi ? Ce n’est pas tant que les prix de l’énergie aient (encore) explosé. Si le voyant énergétique clignote, c’est que les ménages sont pris en tenaille entre des variables beaucoup plus lourdes : le tassement et la variabilité des revenus, l’explosion des prix de l’immobilier (cf. É. Lagandré), un aménagement du territoire facteur d’une forte dépendance à la voiture. Pour les quelque 621 000 familles modestes touchées par la précarité énergétique, il est urgent de repenser la péréquation entre consommateurs. La loi énergie adoptée par le Parlement en mars 2013 a bien étendu les tarifs sociaux. Mais on est encore loin de la redistribution opérée dans une ville comme Bogota, où le prix de l’électricité est 2,5 fois plus élevé dans les quartiers riches que dans les quartiers pauvres.

Qui plus est, cette réponse, bien que nécessaire, ne traite que le symptôme là où le mal est plus profond. À quand une taxe carbone pour anticiper la hausse des prix ? Comment assurer des ressources minimales aux plus modestes (cf. E. Combet) ? Faut-il laisser le marché fixer seul le prix de l’immobilier ? Quelle réponse des territoires au piège énergétique qui se referme sur les populations enclavées (cf. B. Fouilland) ? On ne saurait esquiver plus avant ces questions structurantes. Mais cessons de brandir le fanion de la justice sociale contre celui de la transition énergétique. Et la planète et les plus pauvres y perdraient.

Du même auteur

Pour une économie relationnelle

Jean Merckaert
L'équipe de rédaction

On peut en savoir beaucoup sur quelqu'un à ses chaussures où il va où il est allé qui il est qui il cherche à donner l'impression qu'il est À cette observation de Forrest Gump dans le film éponyme1 on pourrait ajouter Quel monde il invente Car l'analyse du secteur de la chaussure objet du quotidien s'il en est en dit long sur notre système économique Un système qui divise À commencer par les humains quel acheteur est capable de mettre un visage derrière la fabrication de sa paire de...

Libérons-nous de la prison !

Jean Merckaert
L'équipe de rédaction

Nous aurions pu comme en 1990 intituler ce numéro Dépeupler les prisons Projet n 222 Car de l'inventaire dressé alors il n'y a pas grand chose à retirer Les conditions de vie en détention notamment pour les courtes peines et les détenus en attente de jugement restent indignes d'un pays qui se veut patrie des droits de l'homme Mais à la surpopulation carcérale on préfère encore et toujours répondre par la construction de nouvelles prisons Sans mesurer que plus le parc pénitentiaire s...

Le logement n’est pas une marchandise

Jean Merckaert
L'équipe de rédaction

Nada mejor que volver a casa chante le Cubain Raúl Paz Rien de mieux que de rentrer chez soi Un chez soi digne de ce nom c'est un point d'ancrage qui nous sécurise un lieu de repli nécessaire à notre équilibre C'est de cela que sont privées les 4 millions de personnes mal logées en France Parmi elles 900 000 n'ont pas même un logement à elles un chiffre qui ne cesse d'augmenter1 Pour peu que l'on puisse rentrer chez soi en mesure t on encore toute la valeur À moins que nous en ayons u...

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules