Logo du site

« La priorité ? Diminuer la consommation »

Centre des sciences de Montréal/Flickr/CC
Centre des sciences de Montréal/Flickr/CC
Entretien - Une commission d’enquête du Sénat s’est enquise du prix « réel » de l’électricité. La hausse semble inéluctable. Dès lors, et le diagnostic fait consensus, il n’y a guère d’autre solution que de réduire la consommation. Entretien avec Jean Desessard, le sénateur qui a mené l’enquête.

Vous avez présidé une commission d’enquête sur le prix réel de l’électricité. Qu’appelez-vous prix « réel » ? Est-il condamné à augmenter ?

Jean Desessard – Un certain « flou » subsiste aujourd’hui encore quant au prix de l’électricité en France : reflète-il réellement l’ensemble des coûts ? La commission d’enquête a permis de faire la lumière sur le prix « réel », qui comprend le prix de production, celui du transport et toutes les taxes. Il faut savoir que le prix de l’électricité s’est établi selon deux modalités : à partir d’un tarif réglementé, fixé par les services publics (loi NOME, « nouvelle organisation du marché de l’électricité ») et à partir d’un niveau déterminé par le marché à l’échelle européenne.

Au coût de production (32 % de la facture totale) s’ajoute le prix du transport et de la distribution de l’électricité, gérés par ERDF (36 %) et financés par le tarif d’utilisation des réseaux publics d’électricité. Enfin, quatre taxes constituent la dernière composante (32 %) : la contribution au service public de l’électricité (CSPE), les taxes sur la consommation finale d’électricité, la contribution tarifaire d’acheminement, et la TVA.

Le prix continuera d’augmenter, puisque, dans les trois secteurs de production d’électricité, les coûts sont en hausse. C’est vrai pour les énergies fossiles comme pour le nucléaire, tandis que les filières d’énergies renouvelables (hormis l’éolien terrestre) n’ont pas encore atteint la rentabilité du marché. La hausse concerne aussi le coût du transport, pour tenir compte des nombreux investissements nécessaires dans les réseaux, ainsi que la CSPE, pour financer le développement des filières durables et la lutte contre la précarité énergétique.

Comment faire payer ce « coût réel » sans accroître davantage encore le nombre de foyers en précarité énergétique ?

La facture est le produit du prix du kilowattheure par la quantité d’électricité consommée. Le seul moyen de ne pas voir le montant de la facture monter en flèche est de diminuer la consommation. Plusieurs solutions existent et doivent se concrétiser le plus rapidement possible. Un grand plan d’isolation thermique des logements anciens et de nouvelles normes pour les logements en construction doit être mis en place1, afin de diminuer l’utilisation du chauffage électrique, une spécificité française.

La diminution de la consommation d’électricité « spécifique » doit constituer une autre priorité. L’électricité spécifique correspond aux usages pour lesquels aucune autre source d’énergie n’est possible, comme l’éclairage et le fonctionnement des appareils électroménagers et audiovisuels. Il faut savoir qu’un ménage français consomme beaucoup plus qu’un ménage allemand. Il s’agit d’améliorer l’information des consommateurs (étiquettes énergies avec des notations de E à A +++), et d’adopter une réglementation plus stricte sur la consommation des appareils électroménagers et audiovisuels, avec un système de « bonus-malus » pénalisant les appareils énergivores.

Enfin, il est urgent de sensibiliser les personnes au « consommer mieux », en incitant la consommation aux heures creuses, qui permet de bénéficier de tarifs avantageux et d’éviter de provoquer des pointes de consommation. Dans la même veine, le développement des smart grids ou « réseaux intelligents » doit permettre le rapprochement entre consommation et production. Des compteurs électriques nouvelle génération permettraient aux ménages de devenir des consom’acteurs, capables de gérer leur consommation.

Toutes ces mesures d’urgence pour réduire la consommation d’électricité ont fait consensus au sein de la Commission. La seule divergence a porté sur les différents scénarios de production, à savoir la part du nucléaire dans la production d’électricité.

Quel peut être le rôle des collectivités, des associations qui travaillent auprès de personnes en précarité énergétique ?

Le rôle des collectivités locales et des associations pour lutter contre la précarité énergétique est multiple. Elles octroient une aide financière aux personnes qui disposent de faibles revenus, en allégeant leur facture énergétique. Il peut s’agir de tarifs sociaux de l’énergie (tarif de première nécessité pour l’électricité, tarif spécial de solidarité pour le gaz) ou de remboursements des impayés auprès des fournisseurs d’énergie via le Fonds de solidarité pour le logement.

Les collectivités locales et les associations peuvent participer aussi à la rénovation thermique des logements. Et donc faire de la prévention, au-delà de l’assistance. Les collectivités subventionnent les travaux qui serviront à augmenter la performance énergétique de l’habitat (isolation des combles, remplacement de chaudières…). Des subventions sont aussi attribuées pour de plus petits travaux d’amélioration de la performance énergétique (achat d’ampoules basse consommation, pose de double vitrage, petites réparations, etc.). Des mesures qu’il faut coupler, de plus en plus, à un travail de prévention et d’accompagnement des ménages précaires sur le terrain. Plusieurs initiatives pédagogiques ont été lancées, telles que la sensibilisation à la maîtrise de l’énergie.

Les acteurs jouent enfin un rôle de médiation auprès des fournisseurs d’énergie, afin d’obtenir des négociations d’échéanciers et des facilités de paiement. Cependant, la proportion de ces dispositifs reste encore faible au regard du nombre croissant de foyers en situation de précarité énergétique, d’où l’urgence de les amplifier.


Les plus lus

L'homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Resumé Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des hommes. Une ...

Le religieux face au politique

Resumé La société a-t-elle besoin du religieux ? Oui sans doute. Mais ce religieux est disséminé, vécu « à la carte » par l’individu. Quant au politique, il gère mais ne mobilise plus les citoyens. D’où la même relative faiblesse de l’Etat et des Eglises, le même déclin du militantisme. Le partage entre religion et politique, tel qu’il a été pensé depuis deux siècles, en France surtout, correspond à deux visions de base (certes en elles-mêmes très différenciées) du religieux et de ce qu’il repré...

Religion et conflits

Resumé Quand la religion est phagocytée par la menace et la peur, elle ne peut plus se mettre à distance de la violence souveraine. Existe-t-il des conflits à proprement parler religieux ? A priori, on serait tenté de répondre de manière affirmative au vu des incidents sanglants qui opposent des groupes et des communautés, se réclamant, de par le monde, de leurs croyances religieuses pour défendre et promouvoir des intérêts politiques. L’actualité internationale évoque avec constance ces guerres...

Du même dossier

Contre la précarité énergétique, quel est le bon échelon ?

La précarité énergétique, débattue en France grâce aux associations, est devenue une préoccupation des pouvoirs publics avec Grenelle II. Mais cette question majeure nécessite aujourd’hui un cadre d’analyse solide, l’engagement d’acteurs dotés de moyens d’agir et un traitement aux niveaux adéquats, à l’échelle des villes et des territoires. Selon la Fondation Abbé Pierre, plus de 8 millions de Français, soit 15 % de la population, se trouvent aujourd’hui en situation de « précarité énergétique »...

C'est quoi la « précarité énergétique » ?

C’est au Royaume-Uni que le vocable de « fuel poverty » fait son apparition, au lendemain des premiers chocs pétroliers. En découle une première définition précise et chiffrable. Seront considérées précaires énergétiques les familles contraintes, pour les usages domestiques, de dépenser plus de 10 % de leurs ressources pour acquitter les factures d’énergie. Est ainsi défini un taux d’effort énergétique pour le chauffage, jugé problématique dès lors qu’il représente le double de l’effort consent...

Les pauvres, alibis à des politiques de courte vue

Notre société actuelle se fonde sur des prix de l’énergie bas. Alors quand il s’agit d’opérer notre transition énergétique, les pauvres sont un alibi de poids… pour maintenir le statu quo. Il est donc urgent d’instaurer un nouveau contrat social. « Laissez les pauvres tranquilles », s’indignait Gandhi. Comme une invitation à ne pas s’enfermer dans la « bien-pensance ». À propos de la transition énergétique, de quelle façon le sentiment de justice, et donc les « pauvres », risquent-ils d’être ins...

1 La loi Duflot, prévue pour septembre 2013, doit doter les logements anciens d’une isolation thermique de qualité dans le but de juguler la hausse des dépenses d’énergie, et d’encourager la construction de logements neufs performants afin de diminuer la consommation liée au chauffage électrique.


Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules