Logo du site

La Revue Projet, c'est...

Une revue bimestrielle, exigeante et accessible, au croisement entre le monde de la recherche et les associations de terrain.

« Elle a payé son loyer plutôt que le gaz et l’électricité »


À l’accueil social de Montpellier, le nombre des personnes en situation de précarité énergétique qui sollicitent une aide pour payer leurs factures d’électricité et de gaz a tellement augmenté que le Secours catholique a dû repenser sa façon de les accueillir et de traiter leurs demandes.

Depuis décembre 2012, une demi-journée est réservée aux questions d’énergie. Chaque mois, une trentaine de personnes sont reçues : elles bénéficient d’un atelier collectif suivi d’un entretien individuel avec un bénévole pour étudier leur situation et trouver des solutions appropriées. Cela a pu se mettre en place grâce à la signature de deux conventions : l’une, au plan national, entre EDF et le Secours catholique (novembre 2010), l’autre, au plan local, entre GDF-Suez et la délégation du Secours catholique de l’Hérault (janvier 2012).

Dans le cadre de ces partenariats, les fournisseurs ont mis en place une formation pour une dizaine de nos bénévoles. Quels gestes permettent de maîtriser sa consommation d’énergie ? Comment lire et comprendre ses factures ? Quels sont les dispositifs de délais de paiement ? Quels tarifs sociaux permettent aux personnes à faibles ressources de réduire leurs factures de gaz ou d’électricité ?… Autant de sujets maintenant abordés dans les ateliers hebdomadaires.

Par ailleurs, nous avons des échanges privilégiés avec les pôles solidarité d’EDF et GDF-Suez, qui rendent accessibles aux travailleurs sociaux et aux associations partenaires le suivi des dossiers des clients en difficulté. Nous pouvons ainsi, en cas de coupure, faire rétablir le gaz et l’électricité moyennant le paiement d’environ 20 % de la facture, ou éviter la coupure pendant deux mois, le temps de chercher une solution, mettre en place des échéanciers de paiement ou des plans d’apurement de dettes (jusqu’à douze mensualités). Cette démarche se fait avec l’accord et la participation des familles : nous les accompagnons donc sur une longue durée.

Je prendrai l’exemple de cette jeune femme qui élève seule ses deux enfants. Reconnue travailleur handicapé à 50 %, elle travaillait comme aide à domicile chez un couple de personnes très âgées. Elle n’a pu continuer ce travail pour raison médicale et son contrat de travail a été rompu d’un commun accord. Aujourd’hui, elle cherche un reclassement avec l’appui de Pôle emploi. Ses ressources mensuelles sont d’environ 1000 euros (allocations retour à l’emploi, familiales et logement) pour 835 euros de charges fixes. Avec le « reste à vivre », 165 euros, elle doit nourrir et vêtir trois personnes. Comment, dès lors, payer toutes ses charges courantes, surtout quand l’allocation d’aide au retour à l’emploi est versée tardivement ? Elle a privilégié le paiement de son loyer et n’a pas acquitté ses factures d’électricité et de gaz d’octobre à décembre (390 euros au total). Nous l’avons rencontrée à la demande de son assistante sociale et lui avons accordé une aide financière de 200 euros. Lors d’un deuxième entretien, nous avons discuté avec elle des modalités de paiement du reste de la dette et négocié, avec les pôles solidarité d’EDF et GDF-Suez, un étalement du remboursement sur dix mois, pour que les mensualités n’excédent pas 20 euros. Nous avons mis en place un règlement par mandat cash plutôt que par virement et choisi les dates de paiement pour s’assurer de l’approvisionnement du compte bancaire. Nous avons ensuite obtenu son inscription à l’épicerie solidaire du Secours catholique pour trois mois, lui donnant ainsi accès à des provisions à prix modiques le temps qu’elle rééquilibre son budget. Des rencontres régulières permettent de suivre les remboursements et d’aborder l’ensemble de sa situation. Ainsi, lorsque la facture d’énergie du mois de février (165 euros) est arrivée, nous avons obtenu un étalement de paiement sur deux mois.

Le bilan de ces partenariats, réalisé une à deux fois par an au cours de rencontres entre les bénévoles de notre accueil énergie et les correspondants solidarité d’EDF et GDF-Suez, est positif. Pouvoir accompagner les familles sur du long terme, avec leur participation active, avec l’assurance que l’aide du Secours catholique permettra de maintenir la fourniture de gaz et d’électricité au-delà de la période hivernale (1er novembre-15 mars), est un réel progrès pour tous. Nous restons toutefois vigilants, en faisant part régulièrement de notre inquiétude aux fournisseurs de gaz et d’électricité face à la hausse des prix et à l’augmentation du nombre de familles en précarité énergétique.

Les plus lus

L'homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Resumé Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des hommes. Une ...

Endettement, maux et bienfaits

Resumé L’endettement est devenu le levier le levier de l’économie. L’ouverture qu’il propose sur l’avenir est aussi un risque, une chaîne, inégalement supportés. Au début du XVIIIe siècle, Bernard de Mandeville avait fait scandale en publiant la Fable des abeilles : il y expliquait que la dépense ostentatoire des uns permettait de faire travailler les autres, donc contribuait à faire fonctionner la société correctement. Il en est de même aujourd’hui de l’endettement. Sans lui, l’économie contemp...

L'engagement politique dans la chaîne des générations

Dans un climat politique désenchanté, les jeunes s’engagent de façon intermittente, protestataire, pragmatique. A la question de savoir si les jeunes générations d’aujourd’hui sont plus ou moins politisées, plus ou moins engagées, que celles qui les ont précédées, on ne peut répondre de façon simple et univoque. Car toute génération nouvelle reprend en partie les usages de la citoyenneté et les modes de participation politique de celles qui l’ont précédée, mais elle les recompose et les réinvent...

Du même dossier

La transition énergétique comme solution

Derrière la récente et rapide explosion du nombre d’impayés d’énergie, c’est un mouvement de long terme que l’on peut décrypter, une dynamique qui contraint les trajectoires individuelles. Cette vision sur une période longue est nécessaire pour en saisir les principaux moteurs, anticiper l’émergence de nouvelles précarités et tenter d’enrayer un processus qui risque de se développer.Un phénomène complexe de redistributionL’accroissement du nombre de précaires énergétiques n’est pas dû à une pro...

Pascal Canfin : « Lisez la Revue Projet... jusqu'au bout ! »

Le ministre délégué au développement était ce matin l’invité de la matinale sur France Culture. Pris à parti par un chroniqueur, il s'en est sorti grâce à sa lecture assidue de la Revue Projet ! Interrogé, ce mercredi 18 septembre 2013, par le chroniqueur Brice Couturier sur la transition énergétique qui serait un « piège pour les pauvres », comme le titrait la Revue Projet dans son numéro de juin 2013 (sous forme interrogative), Pascal Canfin a vivement réagi :« Vous l’avez lue, la Revue Projet...

Explosion des impayés : que faire ?

Comment expliquez-vous la montée des impayés de factures d’électricité et de gaz, l’augmentation du nombre de gens qui demandent des délais, des échéanciers ? Est-ce la montée des prix de l’énergie, l’état du parc ? Y a-t-il d’autres raisons ?Olivier Favard – C’est surtout la crise et la montée de la précarité dans son ensemble qui sont à l’origine de cette situation. Les personnes les plus en difficulté (avec des ressources inférieures aux charges) sont naturellement confrontées à la précarité...

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules