Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !
Logo du site
Dossier : Tous assistés ? La solidarité en débat

Pas de société sans solidarité Introduction


La pandémie du Covid-19, qui a donné lieu à bien des actes de solidarité, a permis un retour en force de l’État providence. En d’autres termes, en période de naufrage, l’État a retrouvé son rôle de protecteur et de régulateur du modèle économique. Simple parenthèse heureuse ? On a l’impression à présent que l’on « repart comme en quarante ». En témoigne le retour fortement médiatisé de la vieille rhétorique sur les « assistés » et les « paresseux ». Même la gauche – on l’a vu à la « fête de l’Huma » –, se déchire sur l’« assistanat »1.

Face à l’accumulation de crises, il serait irresponsable de se limiter au registre de l’urgence et des petits gestes individuels. Quel modèle économique et social voulons-nous construire ? Plus que jamais, la notion de solidarité mérite d’être décortiquée et débattue. Souvent caricaturée, elle reste le socle indispensable de toute vie sociale. Ce dossier de la Revue Projet invite à redessiner cette forme si singulière du lien social : à l’aune des défis contemporains, pourquoi être solidaire ? Avec qui, et à quelle échelle ?

Pour répondre à ces questions, nous donnons la parole à des chercheurs issus de différentes disciplines : sociologue, historien, anthropologue, économiste… Parmi ces derniers, plusieurs partagent leurs questionnements et hypothèses à l’occasion de la sortie d’un ouvrage : le sociologue Serge Paugam présente les coulisses d’une vaste enquête internationale et les raisons pour lesquelles l’attachement social peut nous aider à repenser les fondements de la solidarité humaine. Quant à l’anthropologue Michel Agier, il part de son essai sur l’indésirabilité. Si les politiques de la peur et de la haine des autres détruisent tout élan de solidarité, l’auteur convoque trois notions africaines pour retrouver le sens et le courage de la vie commune.

Ce dossier revient également sur le mouvement des Gilets jaunes, la situation à Calais ou encore les sociétés nordiques, trop souvent idéalisées en matière de solidarité. En guise de conclusion et d’ouverture, nous proposons quatre points saillants. Un autre monde est possible. La solidarité renvoie, par définition, aux modes de gouvernance de la cité et, par conséquent, aux choix politiques que nous faisons, ou pas.

Sommaire du dossier

  • « L’attachement à plein régime » propos recueillis par Benoît Guillou. Entretien avec Serge Paugam, sociologue, directeur de recherche au CNRS et directeur du Centre Maurice Halbwachs (EHESS).
  • « Vie commune. Ici et ailleurs » par Michel Agier, anthropologue et ethnologue, directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales.
  • « Le lien par le lieu » par Mathilde Caro, docteure en sociologie de l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS). Chargée d’études à la Ville de Paris.
  • « La dette humaine » par Virgile Chassagnon, économiste, directeur de l’école doctorale de sciences économiques à l’Université Grenoble Alpes, spécialiste de l’histoire de la pensée économique et du lien entre capitalisme et inégalités.
  • « Impôt de solidarité » propos recueillis par Jean-Baptiste Seby, doctorant au Massachusetts Institute of Technology (MIT). Entretien avec Lucas Chancel, économiste, spécialiste des inégalités et de l’environnement, co-directeur du Laboratoire sur les inégalités mondiales à l’École d’économie de Paris.
  • « Perspectives nordiques » par Linda Haapajärvi, chercheuse en sociologie à l’Université de Tampere (Finlande), chercheuse affiliée au Centre Maurice Halbwachs (CNRS-ENS-EHESS) et à l’Institut Convergences Migrations.
  • « Fraternité entravée » par Patrick Henriot, magistrat honoraire et secrétaire général du Groupe d’information et de soutien des immigrés (Gisti)
  • « Histoire d’un projet politique » par Axelle Brodiez-Dolino, historienne, chargée de recherche au CNRS, spécialiste de la précarité, de l’humanitaire et du bénévolat.
  • « Solidarité à repolitiser » par Bruno Frère, philosophe, sociologue, directeur de recherches au Fonds de la recherche scientifique (FNRS), directeur du laboratoire Pragmapolis et professeur à l’Université de Liège et Jean-Louis Laville, sociologue, professeur au Conservatoire national des arts et métiers, titulaire de la chaire Économie solidaire, membre du laboratoire HT2S.
  • « Arme de démocratisation massive » par Marie-Laure Sourp-Taillardas, sociologue et ingénieure d’études au CNRS.
Les plus lus

Les Marocains dans le monde

En ce qui concerne les Marocains, peut-on parler de diaspora ?On assiste à une mondialisation de plus en plus importante de la migration marocaine. On compte plus de 1,8 million de Marocains inscrits dans des consulats à l’étranger. Ils résident tout d’abord dans les pays autrefois liés avec le Maroc par des accords de main-d’œuvre (la France, la Belgique, les Pays-Bas), mais désormais aussi, dans les pays pétroliers, dans les nouveaux pays d’immigration de la façade méditerranéenne (Italie et ...

L’homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des...

Un héritage tentaculaire

Depuis les années 1970 et plus encore depuis la vague #MeToo, il est scruté, dénoncé et combattu. Mais serait-il en voie de dépassement, ce patriarcat aux contours flottants selon les sociétés ? En s’emparant du thème pour la première fois, la Revue Projet n’ignore pas l’ampleur de la question.Car le patriarcat ne se limite pas à des comportements prédateurs des hommes envers les femmes. Il constitue, bien plus, une structuration de l’humanité où pouvoir, propriété et force s’assimilent à une i...

Du même dossier

Impôt de solidarité

Face à la recrudescence des inégalités en France ces trente dernières années, l’impôt semble s’imposer comme un puissant outil redistributif. Intelligemment aiguillé, il est à même d’incarner une économie de la solidarité. Entretien. Qu’est-ce que la solidarité pour un économiste ?Du point de vue des tendances historiques, la solidarité pourrait se définir comme le montant de tout ce qui est produit par ...

Histoire d’un projet politique

Au tournant du XX e siècle, la solidarité comme projet de société a abouti, en France, à la volonté de garantir au plus grand nombre soins et sécurité. Retour en dates sur l’héritage concret d’une notion polysémique. La solidarité (du latin solidus, qui signifie solide, compact, mais aussi durable) n’est rien moins que ce qui fait tenir ensemble les membres d’une société. L’ampleur potentielle des idéologies et pra...

Perspectives nordiques

La cohésion sociale dans les pays nordiques se serait en partie construite sur une homogénéité culturelle et ethnique, aujourd’hui plébiscitée par l’extrême droite. Pourtant, le terrain révèle des solidarités nouvelles, féministes et antiracistes. Pour vivre heureux, vivons égaux ? Les pays nordiques tendent à confirmer cette thèse. Les écarts de revenus, bien que croissants, y restent raisonnables, et on y o...

Du même auteur

L’Empire au milieu

Il y a près d’un an, le vingtième congrès du Parti communiste chinois actait la reconduite de Xi Jinping pour un troisième mandat. Le dirigeant de 69 ans, au pouvoir depuis 2012, règne à présent en maître absolu sur un gigantesque pays de près de un milliard et demi de personnes.Chef de file des anti-occidentaux, le président chinois entend faire de son pays une puissance incontournable et donne la priorité à la scène internationale. Déterminé à promouvoir une communauté de destin dans la régio...

L’UE fait la force

Alors que la Chine entend imposer un nouvel ordre international, l’Union européenne revoit sa stratégie diplomatique, entre exigences éthiques et réalités économiques. Regard sans concessions d’un ancien ambassadeur. Comment qualifier la nature du régime chinois ?Je suis arrivé en Chine en juillet 2017, juste avant le 19e congrès du Parti communiste, qui a vu l’instauration du régime autoritaire de Xi Jinping. Disons les choses clairement : c...

Ce qui compte vraiment

Les conditions sont aujourd’hui réunies pour s’affranchir du produit intérieur brut (PIB), ce fameux indicateur aveugle aux limites de la planète, mais tout-puissant aux yeux des dirigeants. Cette conviction se dégage de la seconde édition du Forum international pour le bien-vivre qui se tenait sur le campus grenoblois en juin dernier.Trois jours durant, près de 1 000 personnes ont vécu au rythme de tables rondes, ateliers et conférences… Des acteurs politiques, associatifs, économiques et acad...

1 Pour savoir de quoi on parle lorsqu’on évoque la pauvreté en France, lire les éditions 2022 du rapport du Secours catholique « L’État de la pauvreté en France » et du « Rapport sur la pauvreté en France » de l’Observatoire des inégalités.


Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules