Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !
Logo du site
Dossier : Tous assistés ? La solidarité en débat

Pas de société sans solidarité Introduction


La pandémie du Covid-19, qui a donné lieu à bien des actes de solidarité, a permis un retour en force de l’État providence. En d’autres termes, en période de naufrage, l’État a retrouvé son rôle de protecteur et de régulateur du modèle économique. Simple parenthèse heureuse ? On a l’impression à présent que l’on « repart comme en quarante ». En témoigne le retour fortement médiatisé de la vieille rhétorique sur les « assistés » et les « paresseux ». Même la gauche – on l’a vu à la « fête de l’Huma » –, se déchire sur l’« assistanat »1.

Face à l’accumulation de crises, il serait irresponsable de se limiter au registre de l’urgence et des petits gestes individuels. Quel modèle économique et social voulons-nous construire ? Plus que jamais, la notion de solidarité mérite d’être décortiquée et débattue. Souvent caricaturée, elle reste le socle indispensable de toute vie sociale. Ce dossier de la Revue Projet invite à redessiner cette forme si singulière du lien social : à l’aune des défis contemporains, pourquoi être solidaire ? Avec qui, et à quelle échelle ?

Pour répondre à ces questions, nous donnons la parole à des chercheurs issus de différentes disciplines : sociologue, historien, anthropologue, économiste… Parmi ces derniers, plusieurs partagent leurs questionnements et hypothèses à l’occasion de la sortie d’un ouvrage : le sociologue Serge Paugam présente les coulisses d’une vaste enquête internationale et les raisons pour lesquelles l’attachement social peut nous aider à repenser les fondements de la solidarité humaine. Quant à l’anthropologue Michel Agier, il part de son essai sur l’indésirabilité. Si les politiques de la peur et de la haine des autres détruisent tout élan de solidarité, l’auteur convoque trois notions africaines pour retrouver le sens et le courage de la vie commune.

Ce dossier revient également sur le mouvement des Gilets jaunes, la situation à Calais ou encore les sociétés nordiques, trop souvent idéalisées en matière de solidarité. En guise de conclusion et d’ouverture, nous proposons quatre points saillants. Un autre monde est possible. La solidarité renvoie, par définition, aux modes de gouvernance de la cité et, par conséquent, aux choix politiques que nous faisons, ou pas.

Sommaire du dossier

  • « L’attachement à plein régime » propos recueillis par Benoît Guillou. Entretien avec Serge Paugam, sociologue, directeur de recherche au CNRS et directeur du Centre Maurice Halbwachs (EHESS).
  • « Vie commune. Ici et ailleurs » par Michel Agier, anthropologue et ethnologue, directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales.
  • « Le lien par le lieu » par Mathilde Caro, docteure en sociologie de l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS). Chargée d’études à la Ville de Paris.
  • « La dette humaine » par Virgile Chassagnon, économiste, directeur de l’école doctorale de sciences économiques à l’Université Grenoble Alpes, spécialiste de l’histoire de la pensée économique et du lien entre capitalisme et inégalités.
  • « Impôt de solidarité » propos recueillis par Jean-Baptiste Seby, doctorant au Massachusetts Institute of Technology (MIT). Entretien avec Lucas Chancel, économiste, spécialiste des inégalités et de l’environnement, co-directeur du Laboratoire sur les inégalités mondiales à l’École d’économie de Paris.
  • « Perspectives nordiques » par Linda Haapajärvi, chercheuse en sociologie à l’Université de Tampere (Finlande), chercheuse affiliée au Centre Maurice Halbwachs (CNRS-ENS-EHESS) et à l’Institut Convergences Migrations.
  • « Fraternité entravée » par Patrick Henriot, magistrat honoraire et secrétaire général du Groupe d’information et de soutien des immigrés (Gisti)
  • « Histoire d’un projet politique » par Axelle Brodiez-Dolino, historienne, chargée de recherche au CNRS, spécialiste de la précarité, de l’humanitaire et du bénévolat.
  • « Solidarité à repolitiser » par Bruno Frère, philosophe, sociologue, directeur de recherches au Fonds de la recherche scientifique (FNRS), directeur du laboratoire Pragmapolis et professeur à l’Université de Liège et Jean-Louis Laville, sociologue, professeur au Conservatoire national des arts et métiers, titulaire de la chaire Économie solidaire, membre du laboratoire HT2S.
  • « Arme de démocratisation massive » par Marie-Laure Sourp-Taillardas, sociologue et ingénieure d’études au CNRS.
Les plus lus

L'homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Resumé Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des hommes. Une ...

Religion et conflits

Resumé Quand la religion est phagocytée par la menace et la peur, elle ne peut plus se mettre à distance de la violence souveraine. Existe-t-il des conflits à proprement parler religieux ? A priori, on serait tenté de répondre de manière affirmative au vu des incidents sanglants qui opposent des groupes et des communautés, se réclamant, de par le monde, de leurs croyances religieuses pour défendre et promouvoir des intérêts politiques. L’actualité internationale évoque avec constance ces guerres...

Rôle et nature de l'actionnariat dans la vie des entreprises

Resumé Si la croissance rentable est le principal objectif pour les actionnaires, elle ne peut être leur seule visée. Il importe de mettre en œuvre des processus qui précisent les modes de relation avec les dirigeants de l’entreprise. Celle-ci a les actionnaires qu’elle mérite : seront-ils les partenaires du développement social ? De nombreuses situations récentes ont montré l’influence grandissante des actionnaires. Dernier exemple en date, en France, celui de Danone : après avoir renoncé à acq...

Du même dossier

La dette humaine

L’homme politique Léon Bourgeois concevait la solidarité comme une dette de chacun envers tous. Retour sur les fondements d’une solidarité nationale redistributive. Notre société a connu une succession de grands bouleversements économiques, sociaux, environnementaux, sanitaires et sécuritaires depuis le mouvement social des Gilets jaunes. Et force est de constater que l’une des manifestations de ces bouleversements s’observe à travers l’usage, désormais régulier,...

Impôt de solidarité

Face à la recrudescence des inégalités en France ces trente dernières années, l’impôt semble s’imposer comme un puissant outil redistributif. Intelligemment aiguillé, il est à même d’incarner une économie de la solidarité. Entretien. Qu’est-ce que la solidarité pour un économiste ?Du point de vue des tendances historiques, la solidarité pourrait se définir comme le montant de tout ce qui est produit par ...

Perspectives nordiques

La cohésion sociale dans les pays nordiques se serait en partie construite sur une homogénéité culturelle et ethnique, aujourd’hui plébiscitée par l’extrême droite. Pourtant, le terrain révèle des solidarités nouvelles, féministes et antiracistes. Pour vivre heureux, vivons égaux ? Les pays nordiques tendent à confirmer cette thèse. Les écarts de revenus, bien que croissants, y restent raisonnables, et on y o...

Du même auteur

L’attachement à plein régime

Notion clé de l’œuvre de Serge Paugam, l’attachement social articule mémoire collective, contrôle social et prédispositions à agir. La prise en compte de ces dimensions donne matière à renouveler une solidarité indispensable à nos existences.  Pour quelles raisons la question de la solidarité est-elle devenue un objet central de vos travaux de recherche ?À la fin des années 1990, j’ai commencé à étudier la quest...

Bousculer l’entreprise

Il y a cinquante ans, en 1972, quatre jeunes chercheurs américains du Massachusetts Institute of Technology (MIT) alertaient pour la première fois sur les risques d’une croissance économique infinie dans un monde aux ressources limitées. Intitulé Les limites à la croissance, leur texte, plus connu sous le nom de rapport Meadows, devient rapidement un ouvrage de référence traduit en trente langues1. Malheureusement, au temps des Trente Glorieuses, ces travaux sont inaudibles : la course après la...

À la croisée des mondes

Pour conduire durablement le changement, c’est un subtil jeu entre sphères politique, économique et militante qu’il faut mener, conjuguant confrontation et coopération. Un regard sociologique. Comment saisir la diversité des interactions entre mondes militants et mondes économiques ?Les interactions entre ces deux mondes ont une trajectoire longue dont on peut retracer les grandes lignes. Pour parler de la période récente, on note dans les années 1990 une premièr...

1 Pour savoir de quoi on parle lorsqu’on évoque la pauvreté en France, lire les éditions 2022 du rapport du Secours catholique « L’État de la pauvreté en France » et du « Rapport sur la pauvreté en France » de l’Observatoire des inégalités.


Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules