Logo du site
Dossier : En notre nom. La représentation en question

Représentation : La parole à deux députés

© Assemblée nationale
© Assemblée nationale

Élus au suffrage universel direct, les députés sont les représentants du peuple et des territoires qui les ont élus. Pour autant, reflètent-ils la diversité de notre société ? Les lois qu’ils élaborent sont-elles toujours l’expression de la « volonté générale » ? Deux députés de sensibilité différente répondent à nos questions*.


* Une grille de questions commune a été soumise aux deux députés, un entretien croisé n’ayant pas été possible.

Quand on est élu.e, y a-t-il des moments où la Nation s’incarne particulièrement, où l’on ressent pleinement cette fonction de représentant.e ?

Barbara Pompili – J’ai toujours accordé une grande importance au terme « représentant de la Nation » car la Nation est par essence ce que nous avons en commun. Certains moments l’incarnent plus que d’autres. Je pense immédiatement aux commémorations républicaines : leur côté solennel rappelle qu’on est là pour incarner une part de la République. Il y a également des votes qui marquent plus que d’autres et donnent le sentiment de participer à un moment qui restera dans l’Histoire. Par exemple, le vote du mariage pour tous, une question sociétale majeure sur laquelle j’étais engagée depuis très longtemps et qui restera un moment fort de mon premier mandat.

Pierre Dharréville – C’est un sentiment qui ne me quitte pas. Je le porte. C’est une exigence qui m’habite en permanence : celle d’être à la hauteur des attentes, celle d’être le plus utile possible. Après, il peut y avoir des moments plus symboliques : lorsqu’on vote la confiance, lorsqu’on dépose une motion de censure, lorsqu’on est devant un monument aux morts. Mais aussi lorsqu’on est à la porte d’une entreprise, dans une manifestation… J’ai été élu pour mener bataille, pour proposer, pour promouvoir le bien commun, c’est un mandat de tous les instants.

L’Assemblée aujourd’hui

Les métiers de l’Assemblée

À l’Assemblée nationale, on trouve 2,6 % d’agriculteurs, 8,5 % de professions libérales, 9 % d’artisans et de commerçants, 22,5 % de fonctionna

Cet article est réservé à nos abonné·e·s

vous pouvez l’acheter à l’unité pour 3€
Pour accéder à cet article :

Déjà abonné.e ?

M'identifier

La Revue Projet donne gratuitement accès aux articles de plus de 3 ans.

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules