Logo du site

Mobiliser l’énergie sociale


2009. Le consensus s’impose pour tous les acteurs du Grenelle de l’environnement : l’avènement d’un modèle soutenable passe par une taxe carbone. Mais la mesure n’est guère expliquée. Le concert des protestations s’organise. La société française n’est pas prête. L’avis contraire du Conseil constitutionnel sur les modalités de mise en œuvre viendra opportunément justifier le retrait du projet. Ce diagnostic, posé par J.-C. Hourcade dans son article « La taxe carbone, post-mortem » (Revue Projet, n° 330, oct. 2012), fut pour nous un déclic. D’évidence, la transition énergétique ne serait pas menée à l’encontre de la société – surtout si le piège devait se refermer d’abord sur ses franges les plus fragiles (cf. Revue Projet, n° 334), ni à son insu. Elle serait sociale ou ne serait pas.

Avec des chercheurs, des acteurs du champ éducatif, caritatif, syndical, des cadres d’entreprises, nous avons voulu mesurer la portée de ce constat. Déceler, par une recherche-action et un colloque (en septembre 2014), les enjeux de justice sociale derrière la question apparemment technique de l’énergie. Ce numéro est le fruit de ce processus. Si les défis techniques sont indéniables, autour de l’isolation des bâtiments ou des infrastructures nécessaires à la nouvelle géographie de la production énergétique que dessinent les renouvelables (cf. D. Maillard), l’on peut penser que l’intelligence humaine saura les relever, pourvu que la volonté politique et les financements soient au rendez-vous.

Mais la question de l’énergie traverse plus profondément l’ensemble des secteurs de notre société. Quand le seul choix qui reste est se chauffer, se nourrir ou se déplacer, ce sont les relations humaines qui sont menacées (cf. les réflexions de l’association Magdala). Pensée à l’âge du pétrole bon marché, la mobilité est devenue une nécessité professionnelle, scolaire, relationnelle. La concevoir comme un droit suppose de reconsidérer nos modes de transport, notre aménagement du territoire (cf. J.-P. Orfeuil). L’étalement urbain lui-même résulte notamment de l’explosion des prix du foncier, qui a relégué les ménages sans héritage loin des centres. Densifier la ville, la rendre moins dépendante à l’énergie demandera de revoir à la baisse la part des dépenses de logement dans le budget des ménages (cf. É. Lagandré et V. Renard). Et sans doute, à la hausse, celle de l’alimentation, dès lors qu’elle serait le fruit d’une agriculture moins gourmande en pétrole (cf. C. Couturier). Quand la précarité énergétique (logement ou transport) est déjà une réalité pour près d’un quart des Français, l’inscription dans la loi d’un droit d’accès aux services énergétiques est une bonne nouvelle. Mais, au-delà du chèque énergie, énième dispositif palliatif sectoriel, c’est à une refonte du système de protection sociale qu’invite l’affirmation d’un tel droit (cf. S. Rivoalan et F. Tocqué).

La fin souhaitable d’énergies fossiles bon marché bouscule, plus radicalement, nos imaginaires. Comment remettre en cause le consumérisme sans contester aussi l’affirmation de soi par l’avoir et le rêve de la société d’abondance (cf. D. Méda) ? Celles et ceux qui tentent de vivre ou d’échafauder d’autres rêves sauront-ils convaincre ? Séduire ? C’est finalement à l’invention d’un nouveau récit collectif que nous sommes conviés (cf. S. Lavelle). Le chantier est immense. Passionnant aussi. Si nous prenions le temps d’en débattre, afin que chacun y trouve un sens, une place ? Sauf que débattre requiert du temps. Or nous n’en avons plus guère, avertit B. Villalba, qui prédit une contraction démocratique. L’urgence est bien là, pas tant par manque de ressources fossiles (cf. J.-C. Hourcade et N. Nakicenovic) que parce que les menaces pour le climat et la biodiversité nous interdisent de toutes les exploiter. Avec le CO2 contenu dans les seules réserves en gaz de schiste, nous aurions trois fois de quoi provoquer un réchauffement de 2°C !

2015. Année décisive pour le climat. Beaucoup regardent hébétés le monde qui les fait vivre se détruire sous l’effet de leur propre action. Les dirigeants tergiversent. D’où l’impératif que nous, citoyens, déjouions le risque de paralysie : en montrant qu’autre chose est possible et, plus encore, en recourant à la seule émotion qui permette de surpasser la peur : la joie (cf. P. Viveret). Une chance que cette énergie soit renouvelable !

À lire dans la question en débat
« Aura-t-on l’énergie d’une transition juste ? »


Et aussi sur Revue-Projet.com

Les plus lus

L'homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Resumé Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des hommes. Une ...

Ce que l’écologie fait à la politique

Un demi-siècle après les premières alertes scientifiques, l’écologie a bel et bien trouvé un débouché politique : de nouvelles instances, de nouveaux partis sont régulièrement mis sur pied. Mais pour faire advenir des changements politiques à la hauteur des enjeux, c’est notre cadre de pensée qu’il nous faut révolutionner. 1 « Écologisation » du politiqueLes enjeux écologiques sont désorm...

L’envol de la chouette

Le confinement mis en place pour contenir l’épidémie s’est traduit par toute une série de restrictions : limitation des déplacements, couvre-feu, port du masque… Comme les secouristes de haute montagne, nos comportements étaient dictés par une injonction à ne pas penser pour éviter une chute fatale. Un vent de liberté souffle à présent et l’on se réjouit de retrouver, petit à petit, nos libertés suspendues.Mais n’avançons-nous pas en terrain miné ? L’histoire nous enseigne que c’est dans les te...

Du même dossier

Quels indicateurs pour éclairer la précarité énergétique transport ?

L’automobile est aujourd’hui le mode de transport dominant des déplacements locaux. En 2008, en France, 65 % d’entre eux étaient réalisés en voiture (l’équivalent de 83 % des distances parcourues en France). Si les transports en commun, la marche, le vélo forment des alternatives durables à la voiture, elles ne sont ni toujours accessibles ni toujours adaptées aux besoins, de sorte que parmi les ménages actifs occupés, 62 % déclarent ne pas avoir le choix lorsqu’ils utilisent la voiture pour se...

Droit à l’énergie, progrès ou illusion ?

Un Français sur cinq est en situation de précarité énergétique. Une situation qui risque de s’aggraver lorsque les prix de l’énergie augmenteront. Garantir l’accès à l’énergie de tous est donc plus que jamais une nécessité. En France, une partie des ménages est fragilisée par la hausse régulière des dépenses contraintes, celles que l’on peut difficilement remettre à plus tard (loyer, remboursement d’emprunts, assurances diverses, etc.). Entre 1979 et 2005, leur poids dans le budget des catégorie...

Les renouvelables, entre privatisation et projet citoyen

En Wallonie, un projet d’éoliennes soutenu par des habitants a été repris en main par le secteur privé. Mais les citoyens étaient-ils réellement au cœur du dispositif ? Retour sur la genèse de ce projet. Dans le cadre d’un programme de libéralisation promu par l’Union européenne, la privatisation du secteur de l’énergie est effective en Belgique depuis 2005. Cette année-là Electrabel, jusque-là une société d’énergie d’État, était vendue à la multinationale française Suez. Ce transfert privatisai...

Du même auteur

Chocolat amer

L’or brun. En Côte d’Ivoire, les fèves de cacao font vivre une bonne partie de la population. Mais elles aiguisent aussi les appétits. Non sans conséquences sur les fuites de capitaux, l’impossibilité de déloger la classe dirigeante et la violence  armée. C’est ce que révèle cette enquête… au goût amer. Un seul pays d’Afrique est leader mondial dans l’exportation d’une matière première a...

Pour une économie relationnelle

« On peut en savoir beaucoup sur quelqu’un à ses chaussures ; où il va, où il est allé ; qui il est ; qui il cherche à donner l’impression qu’il est ». À cette observation de Forrest Gump dans le film éponyme1, on pourrait ajouter : « Quel monde il invente ». Car l’analyse du secteur de la chaussure, objet du quotidien s’il en est, en dit long sur notre système économique. Un système qui divise. À commencer par les humains : quel acheteur est capable de mettre un visage derrière la fabrication ...

Libérons-nous de la prison !

Nous aurions pu, comme en 1990, intituler ce numéro « Dépeupler les prisons » (Projet, n° 222). Car de l’inventaire dressé alors, il n’y a pas grand-chose à retirer. Les conditions de vie en détention, notamment pour les courtes peines et les détenus en attente de jugement, restent indignes d’un pays qui se veut « patrie des droits de l’homme ». Mais à la surpopulation carcérale, on préfère encore et toujours répondre par la construction de nouvelles prisons. Sans mesurer que plus le parc pénit...

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules