Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !
Logo du site

Quels indicateurs pour éclairer la précarité énergétique transport ?


L’automobile est aujourd’hui le mode de transport dominant des déplacements locaux. En 2008, en France, 65 % d’entre eux étaient réalisés en voiture (l’équivalent de 83 % des distances parcourues en France). Si les transports en commun, la marche, le vélo forment des alternatives durables à la voiture, elles ne sont ni toujours accessibles ni toujours adaptées aux besoins, de sorte que parmi les ménages actifs occupés, 62 % déclarent ne pas avoir le choix lorsqu’ils utilisent la voiture pour se rendre à leur lieu de travail ou d’étude. Avec l’augmentation du prix de l’énergie, la capacité d’un ménage à remplir ses besoins de mobilité pose alors question.

La mobilité, aujourd’hui essentielle dans notre société, est un besoin difficile à quantifier. On observe de grandes disparités dans les pratiques, aussi bien en fonction des caractéristiques socio-économiques des ménages, géographiques du territoire que techniques des véhicules utilisés. Les enjeux de la précarité énergétique transport sont multidimensionnels et la dépense en carburant pourrait engendrer des difficultés de mobilité qui se situent au croisement de trois causes : un prix élevé du carburant, des ressources financières limitées et l’inadéquation de ses conditions de mobilité.

Identifier l’ampleur du phénomène et les populations à risque est essentiel pour mettre en place des politiques ciblées et pour garantir une transition énergétique équitable dans la durée. Si des indicateurs existent déjà pour quantifier la précarité énergétique dans le logement, leur transposition au domaine du transport est difficile quand il s’agit de prendre en compte les combinaisons de facteurs qui mettent les ménages en difficulté. Aussi bien, un « indicateur composite » est proposé afin de mieux refléter ces combinaisons sous un unique indicateur.

Cette analyse, réalisée à partir de l’Enquête nationale transports et déplacements 2008, concerne les ménages utilisant un mode motorisé privé (elle ignore ceux qui se privent de toute utilisation de la voiture) dans leur mobilité contrainte régulière, plus particulièrement pour se rendre sur leur lieu de travail ou d’étude. La précarité énergétique transport se traduit par une forte dépense en carburant ou par une restriction d’usage (partielle) de la voiture. Un seuil est fixé afin de se concentrer sur les ménages limités par leurs ressources financières. 4 % des ménages français sont identifiés précaires dans leurs déplacements motorisés1. Il est intéressant de mettre en relief ce résultat avec les conditions de mobilité des ménages, en particulier la distance à parcourir, les offres d’alternatives et l’efficacité énergétique des véhicules utilisés. Cela permet d’éclairer l’adaptabilité des ménages. 11 % d’entre eux sont alors identifiés vulnérables dans leur mobilité contrainte régulière. L’insuffisance de leur situation actuelle (revenus modestes et inadéquation des conditions de mobilité) peut donner prise à des difficultés futures, en particulier face à un changement de situation (nouvel enfant, changement de lieu de travail, etc.). 15 % sont identifiés dépendants à l’utilisation de la voiture (dépense en carburant élevée et inadéquation des conditions de mobilité). Ces ménages peuvent être contraints financièrement sur le court terme (remboursement de prêt, garde des enfants, etc.), si bien que des dépenses en carburant importantes peuvent devenir pénalisantes face à une forte augmentation du prix de l’essence.

Ainsi, renforcer dès à présent les capacités d’adaptation des ménages semble essentiel, d’une part pour assurer les besoins de mobilité des Français (garantir l’accès aux services essentiels et préserver l’inclusion sociale), d’autre part pour répondre aux enjeux d’équité sociale et spatiale de la transition énergétique (adopter une approche plus inclusive de la mobilité et développer des solutions de mobilité adaptées aux différents contextes géographiques et socio-économiques).

À lire dans la question en débat
« Aura-t-on l’énergie d’une transition juste ? »

Et aussi sur Revue-Projet.com



Les plus lus

L'homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Resumé Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des hommes. Une ...

Rôle et nature de l'actionnariat dans la vie des entreprises

Resumé Si la croissance rentable est le principal objectif pour les actionnaires, elle ne peut être leur seule visée. Il importe de mettre en œuvre des processus qui précisent les modes de relation avec les dirigeants de l’entreprise. Celle-ci a les actionnaires qu’elle mérite : seront-ils les partenaires du développement social ? De nombreuses situations récentes ont montré l’influence grandissante des actionnaires. Dernier exemple en date, en France, celui de Danone : après avoir renoncé à acq...

Religion et conflits

Resumé Quand la religion est phagocytée par la menace et la peur, elle ne peut plus se mettre à distance de la violence souveraine. Existe-t-il des conflits à proprement parler religieux ? A priori, on serait tenté de répondre de manière affirmative au vu des incidents sanglants qui opposent des groupes et des communautés, se réclamant, de par le monde, de leurs croyances religieuses pour défendre et promouvoir des intérêts politiques. L’actualité internationale évoque avec constance ces guerres...

Du même dossier

L’énergie au XXIe siècle, le sens des limites

Les énergies fossiles menacées d’épuisement ? Du point de vue climatique, il y en a trop. Si nous les exploitions toutes, l’atmosphère et la biodiversité ne pourraient en supporter les rejets. Ce n’est pas le « pic » des fossiles qui nous forcera à changer de modèles énergétiques, mais notre désir de voir émerger un autre développement. Les enjeux énergétiques au XXIe siècle sont trop sérieux pour laisser ce dossier englué dans un sentiment de doute généralisé. D’un côté, on appelle l’opinion pu...

Remunicipaliser l’électricité : le modèle allemand

Le marché des énergies connaît une vague de remunicipalisation en Allemagne. Ce mouvement, étudié ici à Hambourg, se donne pour objectif de rendre le contrôle du secteur aux citoyens et d’améliorer la justice énergétique. Une dynamique envisageable en France ? Dans les médias français, l’Energiewende (la transition énergétique) allemande semble se résumer à la décision prise en 2011 par la chancelière Angela Merkel d’accélérer l’abandon de l’électronucléaire. Pourtant, outre-Rhin, elle représent...

Écologie : pourquoi bouge-t-on si peu ?

Notre maison brûle, nos sociétés marchent sur la tête, mais l’on regarde ailleurs. Pourquoi ? La sidération se conjugue avec l’illusion qu’on aura le temps et l’incapacité à imaginer d’autres issues. D’où l’importance de démontrer, par l’exemple, qu’autre chose est possible. Et enthousiasmant. On peut lire les grands enjeux de notre temps à travers le prisme de trois grandes insoutenabilités (financière, sociale, écologique)1. Si cette dernière n’est guère perceptible à l’aune du seul produit in...

Du même auteur

[VIDEO] Comment garantir la mobilité de tous ?

Comment s’émanciper de la voiture individuelle sans fragiliser à court terme les plus démunis ? Quelles politiques d’accompagnement et d’aménagement du territoire émergent pour contrer cette dépendance à long terme ? Entre société hyper-mobile et immobile, les contours d’un droit à la mobilité sont-ils à dessiner ? Jean-Pierre Orfeuil, urbaniste, Bénédicte Tilloy, directrice générale de SNCF-Transilien, Sandrine De-Boras, représentante de Transdev, et Audrey Berry, doctorante au Cired, ont débat...

1 Si l’on utilise le « taux d’effort énergétique » (la part budgétaire consacrée à l’achat de carburant), ce sont 11 % des ménages qui sont identifiés comme précaires énergétiques transport.


Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules