Logo du site

[VIDÉO] Michel Sapin : « Il faut apprendre à créer des emplois sans croissance »

Aurore Chaillou et Jean Merckaert
L'équipe de rédaction

L’inversion durable de la courbe du chômage n’a pas eu lieu. Les majorités de droite comme de gauche brandissent pour toute réponse un mot : « croissance ». La Revue Projet a posé la question autrement : Quel travail sans croissance ? Pour en débattre, Michel Sapin, ministre du Travail, François Soulage, président du Secours catholique...

Réinventons notre modèle social

Anousheh Karvar
Acteur de terrain

On ne travaille pas assez ? Les règles sont trop protectrices ? Les chômeurs coupables ? Les 35 heures un échec ? L’Europe doit se plier aux impératifs de l’austérité et se serrer la ceinture ? Anousheh Karvar bat en brèche ces idées reçues. Et appelle à tirer parti de la crise pour réinventer ensemble une économie de modération et...

Travail : la stratégie du temps retrouvé

Juliet Schor
Chercheur

Une majorité d’Américains a tout misé sur le travail et les revenus qui y sont associés. La vie sociale, le sommeil, la santé ? Sacrifiés. Quand l’emploi disparaît, que reste-t-il ? Travailler moins pour le marché et investir le temps retrouvé dans de nouvelles activités productives : telle est, pour Juliet Schor, la voie de la raison...

La planète contre l’emploi ?

Jean Merckaert
L'équipe de rédaction

En 2013 l'humanité aura consommé plus d'une fois et demie ce que lui autorisent les ressources limitées de la planète si toutefois nous tenons à la survie de l'espèce humaine Le constat même confusément est connu Mais de toute évidence il peine à s'imposer avec la force nécessaire Pourquoi notre monde poursuit il sa fuite en avant Il su...

Travailler plus pour produire moins

Bernard Perret
Chercheur

« Moins de biens, plus de liens » : avec le concept de démarchandisation, l’économiste Bernard Perret rejoint à bien des égards ce leitmotiv écologiste. Mais il refuse d’opposer un travail marchand qui serait nécessairement aliénant à des activités hors marché épanouissantes. Et invite à travailler plus… pour sauver la planète ...

Réduire le temps de travail reste la solution !

Dominique Méda
Chercheur

Face à la crise de l’emploi et aux mutations du travail, attendre un hypothétique retour de la croissance est un leurre, nous dit la sociologue Dominique Méda. Mieux vaut réaliser un partage contrôlé du travail, lui redonner du sens et se projeter au-delà de la croissance. Face à la crise de l'emploi et aux mutations du travail attendre u...

L’économie sociale et solidaire, une réponse à la crise ?

Philippe Frémeaux
Chercheur

L’économie sociale et solidaire est parée de mille vertus en raison de la promesse qu’elle porte : celle d’une économie gouvernée démocratiquement, dont l’objectif n’est pas de faire du profit mais de satisfaire les besoins. En pratique, cette promesse n’est pas toujours tenue. Tour d’horizon des défis auxquels l’économie soc...

Chômeurs : la parole niée

Gérard Marle
Droit de cité

Né à l’aube des années 1980, le Mouvement national des chômeurs et des précaires n’a imposé sa voix dans le débat public que de façon très passagère. Parce que ses questions dérangeaient ? Gérard Marle revient sur cette épopée avec émotion. Né à l'aube des années 1980 le Mouvement national des chômeurs et des précaires n'a i...

Chercher l’emploi où il se trouve

Olivier Foschia
Acteur de terrain

« Personne n’est inemployable. » Fort de cette conviction, le réseau Transfer a élaboré une méthode : l’intervention sur les offres et demandes. Son pari ? Plutôt que d’agir sur les « freins sociaux » à l’emploi, plaider directement auprès des entreprises la cause des chômeurs de longue durée. Personne n'est inemployable Fort d...

Partage du travail : perspectives interreligieuses

Pierre Martinot-Lagarde
Question de sens

Le christianisme, comme l’islam, le judaïsme ou le bouddhisme insistent sur la dignité de l’homme au travail, sur son inscription dans une communauté. L’idée d’un partage du travail est diversement accueillie. Partager avec qui ? Pourquoi ? L’auteur appelle à un engagement interreligieux concret sur le sujet. Le christianisme comme l...

Loos-en-Gohelle, la conversion d’un territoire

Jean-François Caron
Responsable politique

Entretien - Au cœur d’un bassin minier sinistré, une petite commune du Pas-de-Calais mise sur la transition énergétique pour sortir de l’ornière. Un seul mot d’ordre : rester à l’écoute des habitants. Dans cet entretien, le maire de Loos-en-Gohelle nous retrace cette étonnante épopée. Entretien Au cœur d'un bassin minier sinistr...

Pour des territoires « zéro chômeur de longue durée »

Patrick Valentin
Droit de cité

Combien coûte à la collectivité le chômage de longue durée ? L’État l’ignore, mais ATD Quart Monde a fait le calcul. Avec 30 milliards d’euros annuels en jeu, le mouvement propose une expérience originale pour rendre aux exclus du marché du travail ce que la Constitution conçoit comme un droit : l’emploi. Combien coûte à la colle...

Les emplois verts : mythe ou réalité ?

Alain Lipietz
Chercheur

Faut-il choisir entre la planète et l’emploi ? Pour l’économiste et ancien eurodéputé Alain Lipietz, la réponse est assurément négative. Chiffres à l’appui, il explique qu’accroître l’activité humaine (et donc le Pib) tout en diminuant l’empreinte écologique, c’est possible ! N’en déplaise aux décroissants. Faut il choi...

S’adapter au marché mondial du travail… jusqu’où ?

Monique Boutrand et François Malhaire
Acteur de terrain

Dans cet entretien croisé, une représentante de la CFDT-Cadres et un membre du mouvement des Entrepreneurs et dirigeants chrétiens nous livrent leur vision du travail et de son évolution. Pour la première, il s’agit d’inventer un nouveau modèle. Pour le second, d’être toujours plus compétitif, en innovant ou en s’adaptant à de nouv...

« J’ai envie de travailler ! »

Jacques Lepage
Droit de cité

Des rencontres organisées par le Secours catholique ont permis à des personnes en recherche d’emploi d’exprimer leurs points de vue : elles nous disent combien le regard d’autrui peut blesser, à quel point le travail est essentiel pour se sentir utile aux autres, tisser des relations, avoir la force de vivre… Des rencontres organisées p...

Salarié, une espèce en voie de disparition ?

Jacques Le Goff
Chercheur

Le travail salarié serait condamné. Alors que les CDI se font plus rares, les contrats plus précaires, le travail indépendant prend de l’ampleur, que les travailleurs y consentent ou s’en accommodent. Le travail lui-même se métamorphose, obligeant le travailleur à devenir plus flexible, plus compétent, plus autonome… et facilement jet...

Survivre en temps de crise. Une perspective historique

Laurence Fontaine
Chercheur

Comment les plus pauvres survivent-ils ? Les stratégies déployées au XVIIIe siècle (multiplication des activités, développement des réseaux sociaux et épargne) témoignent d’une volonté farouche de s’en sortir sans dépendre de la charité d’autrui, stigmatisante et aléatoire. Un état d’esprit vivace en temps de crise. Comment le...

Dossier : Quel travail sans croissance ?

La planète contre l’emploi ?


En 2013, l’humanité aura consommé plus d’une fois et demie ce que lui autorisent les ressources limitées de la planète – si toutefois nous tenons à la survie de l’espèce humaine. Le constat, même confusément, est connu. Mais de toute évidence, il peine à s’imposer avec la force nécessaire. Pourquoi notre monde poursuit-il sa fuite en avant ? Il suffit d’un mot, bien souvent, pour que ce défi réputé de long terme s’en trouve relégué sine die : chômage.

Voyons plutôt le débat qui agite la classe politique française. Le chef de l’État veut qu’on le juge à l’aune d’une inversion de la courbe du chômage espérée fin 2013. Et il appelle à son secours la croissance du produit intérieur brut (Pib) – non pas même les chiffres annuels, mais les soubresauts trimestriels ! À sa gauche, on le taxe d’user de la méthode Coué, car à trop donner de gages de sérieux budgétaire à Bruxelles, il en viendrait à étouffer la croissance. À sa droite, on réclame baisses d’impôts et réforme du droit du travail pour « libérer » cette croissance. Ailleurs en Europe, le débat se fait plus vif encore – le chômage dépasse 26 % en Espagne et en Grèce. Reste que ces différentes lignes convergent sur un point : le moteur de l’emploi, c’est la croissance. De rares voix crient à qui veut l’entendre que l’on ne saurait croître indéfiniment dans un monde fini. En vain. Car la tension semble indépassable : s’agit-il de choisir entre la planète et l’emploi ?

Qu’une alternative pareille un de ces quatre jours m’échoie, je laisse le dilemme à Corneille, j’élargis la palette des choix. Gare aux simplismes ! Car la question est mal posée. Qu’est-ce qui, dans l’une et l’autre option, est vraiment inacceptable ? Le chômage, d’abord. Attention aux mots : la perte temporaire d’un emploi n’est pas condamnable en soi ; moins encore le dispositif de solidarité qui permet de pallier les périodes de creux dans un parcours professionnel (cf. P. Valentin). C’est bien le chômage d’exclusion qu’une société doit refuser si elle se veut humaine : cette situation vécue pas des millions de personnes auxquelles il est dit « vous ne servez à rien » et qui en prennent honte devant leurs enfants (cf. les témoignages recueillis par J. Lepage). Ce drame que beaucoup commentent mais dont on réduit les victimes au silence (cf. G. Marle). Nous ne saurions davantage accepter de glisser inexorablement vers l’anéantissement des ressources de notre planète. Mais là non plus, ne nous trompons pas de cible. Il serait absurde de voir dans le Pib l’ennemi à abattre. Il est en revanche acquis que cet indicateur ne suffit pas à dessiner un horizon désirable, encore moins l’horizon des possibles. La question de savoir s’il doit décroître en termes absolus reste ouverte, mais il s’agit bien d’en repenser le contenu : si une production doit croître, ce ne saurait être indéfiniment celle des biens matériels. Partant de ce double refus, nous pourrions reformuler ainsi notre question : que devient l’emploi dans une société viable ? Ou, pour dire les choses de façon plus crue, à quoi occupera-t-on les hommes si ce n’est à détruire la planète ? Cette question méritait bien un numéro double.

D’abord parce que nous nous situons à un moment très particulier de l’épopée humaine. Quels modes de vie, quels modèles économiques et sociaux inventer dans le respect des générations présentes et à venir ? C’est à notre génération qu’il revient de répondre. À son échelle, la Revue Projet tente d’y contribuer, non pas en théoricienne du monde à venir, mais en point de rencontre et de frottement entre le monde académique, celui de la décision politique ou économique, les préoccupations bien réelles des personnes humiliées ou exclues et de celles et ceux qui se battent à leurs côtés. En maïeuticienne ? Depuis deux ans, cette quête nous a amenés à nous interroger sur l’emprise du modèle productiviste, sur la justesse des caps que se fixent nos pays et nos entreprises, sur les voies d’un dépassement de la société de compétition, sur la capacité de nos démocraties représentatives à répondre aux défis écologiques, ou encore sur le lent verdissement de nos agricultures1.

Mais nul besoin d’avoir le souci écologique chevillé au corps pour prendre la question au sérieux. Le souci des vivants suffit. Le Secours catholique comme le Comité chrétien de solidarité avec les chômeurs ou la CFDT, avec qui nous avons préparé ce numéro, entendent depuis trente ans les gouvernements successifs répondre par le mot « croissance » au scandale du chômage. En trente ans, le nombre de chômeurs a plus que doublé. Le contrat de travail ne cesse d’être détricoté (cf. J. Le Goff). Et si les 1,5 à 2 % de croissance jugés nécessaires par les économistes à la création d’emplois n’étaient pas au rendez-vous ? L’hypothèse est-elle si farfelue qu’il faille s’interdire de l’envisager ? N’est-il pas temps de quitter le registre de l’incantation pour observer (avec D. Méda) que la parenthèse euphorique des Trente Glorieuses est bel et bien refermée ? Et imaginer d’autres réponses ?

Il est d’ores et déjà des façons innovantes de ménager l’emploi en période de vaches maigres, que ce soit dans les entreprises françaises ou à l’étranger (cf. le débat entre M. Boutrand et F. Malhaire). Non sans écueils, l’économie sociale et solidaire propose des modes d’organisation de l’entreprise privilégiant l’utilité sociale à la rentabilité pour l’actionnaire (cf. P. Frémeaux). Convaincues que personne n’est inemployable et que l’emploi permet de s’intégrer bien plus que tout parcours de réinsertion, des associations frappent à la porte des entreprises et obtiennent des CDI pour des chômeurs de longue durée (cf. O. Foschia).

D’autres se tournent vers l’État pour demander un basculement des milliards dépensés à « accompagner socialement » le chômage vers la remise dans l’emploi de ceux qui en sont exclus (cf. P. Valentin). Des pouvoirs publics, Alain Lipietz attend pour sa part qu’ils investissent résolument dans la transition écologique : efficacité énergétique (isolement thermique en particulier) et énergies renouvelables pourraient créer plus de 600 000 emplois nets d’ici 2030 ! Certaines collectivités ont devancé le mouvement avec succès, à l’instar de Loos-en-Gohelle, petite commune du bassin minier du Pas-de-Calais (cf. J.-F. Caron).

Si les « emplois verts » ne sauraient constituer à eux seuls une politique de l’emploi, il est en revanche une idée que l’on pouvait croire enterrée et qui revient avec force dans ce numéro : la réduction du temps de travail. Au lieu de la répartition « sauvage » à l’œuvre aujourd’hui, marquée par la pressurisation des uns et la précarisation des autres, un partage « ordonné » du travail n’est-il pas préférable, s’interroge Anousheh Karvar ? Inscrivant son analyse dans la longue durée, Dominique Méda répond méthodiquement aux objections que suscite cette proposition et en fait un axe central pour une société libérée du diktat de la croissance. À rebours, Bernard Perret estime qu’une société viable exigera non pas moins mais plus de travail : un travail davantage relationnel et moins consommateur de matière.

Deux articles élargissent encore l’horizon. Observant les stratégies déployées par les exclus du travail à Détroit (États-Unis), Juliet Schor voit l’annonce d’un retrait progressif du marché. L’intérêt pour les plus fragiles ? Devenir moins vulnérables aux caprices du marché du travail. Produire soi-même ou en communauté de quoi subvenir à ses besoins permettrait de diversifier les risques tout en enrichissant sa vie sociale. Un calcul auquel font étrangement écho les pratiques des femmes pauvres au XVIIIe siècle, dont Laurence Fontaine montre comment (bien avant leboncoin.fr !) elles réinvestissaient le marché de diverses façons, quand bien même celui-ci ne voulait pas d’elles.

Car une chose est clairement réaffirmée : le travail répond à un besoin matériel, mais aussi à un besoin social. Les grandes traditions religieuses ont en commun d’y voir une marque de la dignité humaine. Par le travail, l’être humain doit avoir les moyens de faire vivre son entourage, de s’inscrire dans une collectivité. Il exprime aussi sa créativité, poursuivant ainsi, pour les croyants, « l’œuvre du Créateur » (cf. P. Martinot-Lagarde). Si planète et emploi participent d’un même mouvement, alors pourquoi les opposer ? Pour peu que l’on ne considère pas l’ordre économique actuel comme immuable, l’homme peut employer ses talents à bien autre chose qu’à savonner la planche de ses descendants.


Du même auteur

Pour une économie relationnelle

Jean Merckaert
L'équipe de rédaction

On peut en savoir beaucoup sur quelqu'un à ses chaussures où il va où il est allé qui il est qui il cherche à donner l'impression qu'il est À cette observation de Forrest Gump dans le film éponyme1 on pourrait ajouter Quel monde il invente Car l'analyse du secteur de la chaussure objet du quotidien s'il en est en dit long sur notre système économique Un système qui divise À commencer par les humains quel acheteur est capable de mettre un visage derrière la fabrication de sa paire de...

Libérons-nous de la prison !

Jean Merckaert
L'équipe de rédaction

Nous aurions pu comme en 1990 intituler ce numéro Dépeupler les prisons Projet n 222 Car de l'inventaire dressé alors il n'y a pas grand chose à retirer Les conditions de vie en détention notamment pour les courtes peines et les détenus en attente de jugement restent indignes d'un pays qui se veut patrie des droits de l'homme Mais à la surpopulation carcérale on préfère encore et toujours répondre par la construction de nouvelles prisons Sans mesurer que plus le parc pénitentiaire s...

Le logement n’est pas une marchandise

Jean Merckaert
L'équipe de rédaction

Nada mejor que volver a casa chante le Cubain Raúl Paz Rien de mieux que de rentrer chez soi Un chez soi digne de ce nom c'est un point d'ancrage qui nous sécurise un lieu de repli nécessaire à notre équilibre C'est de cela que sont privées les 4 millions de personnes mal logées en France Parmi elles 900 000 n'ont pas même un logement à elles un chiffre qui ne cesse d'augmenter1 Pour peu que l'on puisse rentrer chez soi en mesure t on encore toute la valeur À moins que nous en ayons u...

1 Cf. respectivement les numéros 324-325, 330, 329, 331, 332 de la Revue Projet.


Vous devez être connecté pour commenter cet article

6 réactions pour « La planète contre l’emploi ? »

Jacques Galand
06 January 2014

Je suis sceptique face à la promesse d'une création de de 600 000 emplois verts nets d'ici 2030. Les études faites en Allemagne montrent que les créations d'emplois dans les énergies nouvelles peinent à compenser les destructions d'emploi dans les énergies anciennes. Voir l'article Frondel et al., « Economic Impacts from the Promotion of Renewable Energy Technologies : The German Experience », Ruhr Economic Papers, #156, 2009 : http://repec.rwi-essen.de/files/REP_09_156.pdf

marc humbert
05 December 2013

Encore un effort: l'ordre économique actuel doit être bouleversé car il asservit la société. Il a réduit la participation créative à la vie commune de chacun de nous, membres de la multitude ordinaire (auquel échappent le 1% des stars et élites de toutes sortes) à un travail décompté, acheté, précarisé, ne permettant qu'un accès réduit aux ressources créées au détriment de la destruction progressive de la planète. Nous avons non seulement besoin de réhabiliter, de voir reconsidérer, tout ce que nous faisons, tout ce que nous créons pour notre vie commune et que le PNB ne compte pas, mais surtout, il faut absolument que ce que nous créons avec du travail salarié soit et moins destructeur de la planète et plus destiné à améliorer la situation matérielle de tant d'entre nous dont la vie quotidienne est si difficile et cela passe bien sûr, entre autres, par une réorganisation de ce travail.
Nous avons atteint la limite du paradigme dans lequel nous sommes, pas de plan qui puisse réussir, même réduire le temps de travail et son partage fait maintenant partie d'expédients qui pourrait amener au mieux une bouffée d'air.
Les changements nécessaires pour éviter de continuer notre longue descente et la révolte doivent être radicaux.
Tous ces textes le montrent en filigrane. Il faut le dire. Nous devons changer d'orientation, reprendre notre cheminement sur l'axe qui nous mène vers plus de convivialité.

Veronique Lacoste
01 December 2013

Bravo !

Pascal LEGRIS
20 November 2013

Il serait peut-être temps de se poser la question de ce qui a de la valeur à nos yeux. Cette question est très importante car elle conditionne le fonctionnement de notre économie par la valeur de la monnaie. La valeur d'une monnaie n'existe que par la confiance qu'on peut lui accorder et celle-ci dépend des contre-parties qui sont mise en face de cette monnaie.
Dans ce domaine, il n'existe pas de règle universelle et on peut dire que toute monnaie a ses spécificités dans ce domaine.
La valeur de l'Euro est principalement basé sur la confiance que nous pouvons avoir dans la capacité des emprunteurs à rembourser leurs emprunts, la création monétaire se faisant par le crédit.
A une autre époque, nous financions les centrales nucléaires, les Airbus et TGV par une création de capitaux permanents mis au Capital des entreprises nationales. Personnes ne demandaient le remboursement et la France n'était donc pas endettée. la valeur de la monnaie était basée sur la valeur des investissements. L'érosion monétaire nous rappelait que ces investissements s'usaient, mais surtout que la création monétaire se faisait avec des contrôles insuffisants. La loi de 73, puis la création de l'Euro ont amélioré le contrôle mais ont empêché l'investissement long (retour >2 ans) et c'est une des causes de la crise actuelle. Nous voyons bien que les PPP où l'augmentation du prix de l'électricité sont des béquilles pour permettre un peu d'investissement.
Une sortie par le haut de la crise passe par un changement de règles dans la création monétaire.
Nous devons donner une valeur monétaire a ce qui a de la valeur à nos yeux. Il existe beaucoup de formes différentes de richesses et nous pouvons créer plusieurs monnaies pour suivre le développement de chacune de ces formes de richesse. Les moyens électroniques de paiement permettent de rendre un fonctionnement multi-monnaies presque totalement transparent. A titre d'exemple, la Suisse vit avec deux monnaies depuis les années 30. Le Franc Wir n'est pas très connu en France, mais représente 10% environ du PIB suisse.
Le Bitcoin est très loin d'être une monnaie éthique, mais il a l'avantage de montrer que le monopole des banques centrales n'est pas une fatalité. Il nous faudrait des monnaies avec plus de transparence que le BitCoin, mais pour cela, il faudrait aussi que les Banques Centrales acceptent la concurrence ou acceptent de gérer plusieurs monnaies simultanément.

emmanuel coux
20 November 2013

Votre article parle sans le dire du fait qu'une solution serait de déconnecter l'activité avec le revenu. En effet, le chômage fait peur car nous avons tous besoin d'un revenu. Le revenu de base fait parti des solutions innovantes.

En ce moment, il y a une pétition (initiative citoyenne européenne) pour que l'Europe prenne le revenu de base en compte : http://basicincome2013.eu/ubi/fr/

Jules Mat
20 November 2013

Merci Jean. Le travail c'est également ceci :

http://carnetsauvages.wordpress.com/2013/10/10/le-travail-un-concept-obsolete-et-malsain/

http://carnetsauvages.wordpress.com/2013/11/10/inversion-des-valeurs-via-le-travail/

En fin d'article : https://mamannnnnnn.wordpress.com/2013/11/19/19-novembre-2013-1410/

Donc il convient d'apporter des solutions en fonction de paramètres déterminés par la nature de l'homme, pas seulement portée à faire le bien autour, mais aussi cherchant à exclure, prendre la place et dominer. Les activités en dépendent, la solidarité, comme les libertés et la justice.

Il est nécessaire de proposer déjà, un arsenal assez vaste ou synthétique (c'est selon les appréciations, donc relatif) de principes ou convictions :

- Pour le R.E.U. sans conditions
- Pour la suppression de la subordination au coeur du Code du travail
- Pour exister socialement autrement que par une fonction, et la recherche d'excellence
- Pour voter directement sur les décisions, les lois, et pas sur les personnes
- Se battre face au cloisonnement, un des principes abscons du pouvoir
- Créer du lien là où il n'y en a pas

Mais aussi de répondre à toutes sortes de travers humains, les nommer, à tous les échelons. Comme cette quête d'excellence et de compétitivité, alibi à l'ostracisme, ou prétexte aux prises de pouvoir, de toutes parts.

Enfin, pour conclure, les hiérarchies professionnelles ne sont vraiment pas légitimes, et ne font pas intelligence. La Tower Colliery l'a démontré.

Autant suivre un modèle réellement en rupture avec l'ordre mondial actuel, et qui fonctionne, bien plus "démocratiquement".

Avec des statuts autorisant les votes et discussions de chacun(e), certes difficiles quotidiennement, mais une rigueur nécessaire, concernant les choix et stratégies des actions collectives, vis à vis de biens partagés et créés, au sein de structures de services, ou de productions de marchandises, etc...

La base de l'équité sociale passe par ce minimum là, exigeant, parfois risqué, mais néanmoins efficace pour le bien être et l'harmonie en société.

Bien à toi

* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules