Logo du site
Dossier : Quel travail sans croissance ?

[VIDÉO] Michel Sapin : « Il faut apprendre à créer des emplois sans croissance »

©Aurore Chaillou/Revue Projet
©Aurore Chaillou/Revue Projet
L’inversion durable de la courbe du chômage n’a pas eu lieu. Les majorités de droite comme de gauche brandissent pour toute réponse un mot : « croissance ». La Revue Projet a posé la question autrement : Quel travail sans croissance ? Pour en débattre, Michel Sapin, ministre du Travail, François Soulage, président du Secours catholique et Dominique Méda, sociologue.

Nous sommes le 10 décembre 2013, dans la « salle de classe » de ce bar solidaire, tout en matériau de récupération, qu’est le Comptoir général. Il est 9h00. Malgré cette heure matinale pour des Parisiens, une cinquantaine de personnes, journalistes, fidèles de la Revue Projet, militants de l’emploi ou de l’économie sociale et solidaire, ont fait le déplacement. L’objet du débat ? « Quel travail sans croissance ? », question posée par la Revue Projet, en partenariat avec le Secours catholique et les Semaines sociales de France. La question est brûlante. L’inversion promise de la courbe du chômage n’est pas à l’ordre du jour. Or, jusqu’ici, les majorités de droite et de gauche ont pour toute réponse un mot supposément magique : « croissance ». Peut-on vraiment s’en contenter ?

Le ministre du Travail, Michel Sapin a accepté de venir en débattre. Face à lui : François Soulage, le président du Secours catholique, et la sociologue Dominique Méda, bien connue de nos lecteurs et pionnière en France de la contestation du Pib. Jean Merckaert, rédacteur en chef de la Revue Projet, anime le débat autour de trois questions.

Vers un droit à l’emploi opposable ?

Le dernier rapport du Secours catholique, « Emploi : quelle place pour les plus pauvres ? », montre que les personnes en grande pauvreté sont durablement exclues du marché du travail. Que les dispositifs de retour à l’emploi ne les atteignent pas ou peu. Le message ainsi envoyé à ces hommes et à ces femmes, à leur famille, est que la société n’a pas besoin d’elles. Un message vécu douloureusement par les personnes accueillies par le Secours catholique, comme le relate Jacques Lepage.

Face à ce constat, de nombreux acteurs proposent, innovent (Transfer IOD, ATD-Quart Monde…), en faisant le pari que la meilleure des réinsertions est l’emploi lui-même. Ne faut-il pas privilégier le financement d’emplois plutôt que l’accompagnement social ? Interrogé sur l’idée de « territoires zéro chômeur de longue durée », le ministre reconnaîtra l’importance d’expérimenter en ce domaine.


1/4 Débat "Quel travail sans croissance?" M... par cerasvideo

Créer des emplois avec 0,5% de croissance ?

Les économistes estiment qu’on ne crée de l’emploi qu’avec un minimum de 1,5 ou 2% de croissance du Pib. Comme on ne peut pas exclure le scénario d’une croissance durablement atone dans un pays comme la France, peut-on décemment continuer de tout miser sur la croissance du Pib pour résoudre le problème du chômage ? Passé de mode en France après l’épisode vivement critique des 35 heures, le partage du travail s’opère pourtant toujours aujourd’hui… mais de façon « sauvage » selon l’expression d’Anousheh Karvar. Comment imaginer une façon plus ordonnée de l’organiser ? Dominique Méda propose d’aller plus loin dans la réduction du temps de travail. Pour Michel Sapin, il faut apprendre à créer des emplois en période de croissance très faible, mais le partage du travail n’est pas à l’ordre du jour.


Débat "Quel travail sans croissance?" 2/4 par cerasvideo

L’empreinte écologique de l’emploi

La mise en concurrence des États et des marchés du travail à travers le monde incite la plupart des gouvernements à tout miser sur l’employabilité, la performance, l’adaptation des actifs aux besoins du marché mondial. Or, aujourd’hui, on rémunère l’activité humaine pour des activités conduisant le monde dans l’impasse écologique. Nous avons donc interrogé Michel Sapin, le gouvernement semblant affectionner la prospective : comment orienter le travail de façon à ce qu’il prenne en compte sa valeur sociale et écologique ? La réponse du ministre du Travail a le mérite d’être clair : « Nous avons, pour cela, un ministre de l’Environnement »…


Débat "Quel travail sans croissance?" 3/4 par cerasvideo

Et l’économie sociale et solidaire dans tout ça ?

Michel Sapin, appelé par d’autres obligations, a ensuite laissé ses interlocuteurs poursuivre le débat avec la salle. Il est alors question d’anticipation des politiques publiques, de transition et de formation professionnelle, d’expérimentation, de mondialisation, mais aussi d’économie sociale et solidaire (ESS) : comment permettre à ces multiples expérimentations, d’une grande valeur écologique et sociale, mais très localisées, de changer d’échelle ? Et François Soulage, président du Secours catholique mais aussi figure historique de l’ESS, de rétorquer : « Faites de la politique ! »


4/4 Débat "Quel travail sans croissance?" M... par cerasvideo

La couverture médiatique de l’événement organisé par la Revue Projet ne retiendra que les envolées de Michel Sapin contre EADS (devenu Airbus), qui vient alors d’annoncer 5800 suppressions d’emploi en Europe. La principale leçon du débat est sans doute ailleurs : les questions écologiques sont laissées aux gouvernements suivants. Qui, probablement, seront eux aussi happés par les urgences sociales – qui ne manqueront pas de s’accroître ou d’apparaître – et se défausseront, à leur tour, d’une de leurs tâches : sauvegarder un monde vivable pour leurs successeurs. Jusqu’à quand ?

Vidéos réalisées en partenariat avec le Secours catholique
Prise de vue : Secours catholique
Montage : Aurore Chaillou, Revue Projet

À lire aussi sur Revue-Projet.com :

Et ailleurs sur le web :

Les plus lus

L'homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Resumé Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des hommes. Une ...

Libéralisme et socialisme

Resumé Le libéralisme et le socialisme semblent s’opposer comme deux philosophies de l’homme et de la société. Pourtant, le socialisme est aussi une philosophie de la liberté. Les penseurs libéraux ne se sont pas privés d’attaquer violemment, dès ses premières formulations, la « présomption fatale » du socialisme, aussi bien dans son idée de buts assignés à l’activité économique et à la vie sociale que dans sa philosophie de l’homme et de la liberté 1.À partir des années 1930, et plus encore apr...

Le religieux face au politique

Resumé La société a-t-elle besoin du religieux ? Oui sans doute. Mais ce religieux est disséminé, vécu « à la carte » par l’individu. Quant au politique, il gère mais ne mobilise plus les citoyens. D’où la même relative faiblesse de l’Etat et des Eglises, le même déclin du militantisme. Le partage entre religion et politique, tel qu’il a été pensé depuis deux siècles, en France surtout, correspond à deux visions de base (certes en elles-mêmes très différenciées) du religieux et de ce qu’il repré...

Du même dossier

Loos-en-Gohelle, la conversion d’un territoire

Entretien - Au cœur d’un bassin minier sinistré, une petite commune du Pas-de-Calais mise sur la transition énergétique pour sortir de l’ornière. Un seul mot d’ordre : rester à l’écoute des habitants. Dans cet entretien, le maire de Loos-en-Gohelle nous retrace cette étonnante épopée. Loos-en-Gohelle est citée comme une ville pilote en matière de développement durable. Pour quelles raisons ?Jean-François Caron – Ce sont d’abord des scientifiques, à l’instar de Cyria Emelianoff, qui ont parlé de ...

La planète contre l’emploi ?

En 2013, l’humanité aura consommé plus d’une fois et demie ce que lui autorisent les ressources limitées de la planète – si toutefois nous tenons à la survie de l’espèce humaine. Le constat, même confusément, est connu. Mais de toute évidence, il peine à s’imposer avec la force nécessaire. Pourquoi notre monde poursuit-il sa fuite en avant ? Il suffit d’un mot, bien souvent, pour que ce défi réputé de long terme s’en trouve relégué sine die : chômage.Voyons plutôt le débat qui agite la classe p...

Réinventons notre modèle social

On ne travaille pas assez ? Les règles sont trop protectrices ? Les chômeurs coupables ? Les 35 heures un échec ? L’Europe doit se plier aux impératifs de l’austérité et se serrer la ceinture ? Anousheh Karvar bat en brèche ces idées reçues. Et appelle à tirer parti de la crise pour réinventer ensemble une économie de modération et de partage. La réduction du temps de travail est sortie des radars du débat public. Pourtant, les statistiques publiques sont formelles : elle est à l’œuvre en France...

Du même auteur

Jeunes pour le climat. Les liens de demain

Youth for Climate est né de la crise écologique. Les jeunes de ce mouvement entendent s’organiser là où les adultes ont échoué dans la préservation du vivant. Ils tâtonnent, se forment, pour créer une organisation à l’image de leur « monde d’après » et tisser les liens qui leur permettront d’affronter demain. Reportage. Un lundi de juillet, une douzaine de jeunes de 14 à 18 ans échange...

Des ressources insoupçonnées

Pour domestiquer un éléphant, on lui apprend l’impuissance : petit, la corde qui le retient est plus forte que lui. Devenu adulte, il n’essaie même plus de s’en libérer, alors qu’il en aurait les capacités. L’éléphant domestiqué a des ressources qu’il ne soupçonne plus. L’ampleur des crises que nous traversons – sanitaire, économique et environnementale – a de quoi susciter la sidération, fragiliser les individus et bousculer le sens du collectif. Mais, comme les éléphants, nous avons des resso...

L’écologie, une affaire sensible

« Vivre revient à accroître notre capacité à être affecté, donc notre spectre, notre amplitude à être touché, changé, ému. » Ainsi slame Alain Damasio, dans un morceau qui accompagne son roman de science-fiction Les furtifs (La Volte, 2019). De cette capacité à être affecté dépend, pour une part, notre puissance de vie, celle de la planète et celle de notre humanité.Depuis un demi-siècle, les scientifiques nous alertent sur les conséquences environnementales de notre modèle productiviste. À mes...

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules