Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !
Logo du site
Dossier : Richesse : les nouveaux indicateurs

Introduction Ce qui compte vraiment


Les conditions sont aujourd’hui réunies pour s’affranchir du produit intérieur brut (PIB), ce fameux indicateur aveugle aux limites de la planète, mais tout-puissant aux yeux des dirigeants. Cette conviction se dégage de la seconde édition du Forum international pour le bien-vivre qui se tenait sur le campus grenoblois en juin dernier.

Trois jours durant, près de 1 000 personnes ont vécu au rythme de tables rondes, ateliers et conférences… Des acteurs politiques, associatifs, économiques et académiques soucieux de penser une autre vision du monde et de partager les leçons que l’on peut tirer de la mise en œuvre de nouveaux indicateurs de richesse.

« Les indicateurs sont des boussoles nécessaires pour orienter nos actions et nos politiques vers le bien-vivre pour tous et pour la planète. Ils ne peuvent être le seul fondement du projet de société, mais ils peuvent contribuer à le dessiner. Outils d’information et de pilotage, ils façonnent le réel et structurent notre vision du monde en nous montrant la direction à regarder », souligne le manifeste du 1er juillet 20221.

Le champ des indicateurs de richesse n’est pas une planète de doux rêveurs. La Revue Projet propose dans ce dossier de revenir plus spécialement sur deux expériences : les Indicateurs de bien-être soutenable territorialisés (Ibest) sur le territoire de la Métropole grenobloise, et le Donut à l’échelle de la région Bruxelles-capitale. Élaboré par l’économiste britannique Kate Raworth, ce modèle du Donut était déjà exploré dans la première édition du Forum de 2018 ; quatre ans plus tard, une cinquantaine de municipalités européennes sont engagées dans cette dynamique !

Cet indicateur aux vertus pédagogiques remplace la croissance du PIB par un autre objectif : stabiliser l’activité économique entre deux « frontières », celle des besoins humains de base comme « plancher » et celle de la préservation de l’environnement comme « plafond ». Une manière d’allier les enjeux de justice sociale aux enjeux environnementaux.

La question des indicateurs, certes ambitieuse et parfois technique, ne conduit pas seulement à repenser l’économie, mais à sortir du dualisme humain/non humain. Deux auteurs nous encouragent à imaginer la nature comme sujet de droit : Alberto Acosta, économiste équatorien et l’un des premiers théoriciens du « buen vivir », puis l’urbaniste Pascal Ferren, qui revient sur l’expérience inédite du Parlement de Loire.

La prise en compte du vivant ne peut plus se limiter à l’espèce humaine. Si le contrat social de Jean-Jacques Rousseau se fait exclusivement d’homme à homme, le contrat naturel du philosophe Michel Serres appelle à une nouvelle coexistence entre les humains et les autres vivants pour réapprendre à habiter la Terre. Construire des indicateurs, ce n’est pas seulement choisir des outils de mesure et de pilotage ; c’est fondamentalement un choix de société.

Repères vingt ans de mobilisation pour le bien-vivre

2002
Le rapport officiel « Reconsidérer la richesse », commandé par le Secrétariat d’État à l’économie solidaire et écrit par Patrick Viveret, est publié.

2008
Le Forum pour d’autres indicateurs de richesse (Fair), coprésidé par Célina Whitaker, voit le jour à Grenoble.

2012
Le « réseau Richesses » est créé à Grenoble à l’initiative de bénévoles du CCFD-Terre solidaire. Ce réseau assure une veille des nouveaux indicateurs de richesses et œuvre à les rendre accessibles à un large public.

2015
Le Center for Bhutan Studies invite le réseau Richesses à participer à la 6e conférence internationale sur le bonheur national brut (BNB).

2018
Le premier Forum international pour le bien-vivre, « Richesse(s), bonheur : quels indicateurs pour inventer demain ? », est organisé à Grenoble. Il est porté par des organisations de la société civile, des collectivités locales et des chercheurs.

2020
Le site ressource « Cap bien-vivre » est créé.
www.capbienvivre.org

2022
Le second Forum international pour le bien-vivre, « Tenir ensemble le cap d’une société juste et soutenable », est organisé à Grenoble. Le « manifeste du bien-vivre » est publié et ouvert pour signature.

Sommaire du dossier

Les plus lus

Les Marocains dans le monde

En ce qui concerne les Marocains, peut-on parler de diaspora ?On assiste à une mondialisation de plus en plus importante de la migration marocaine. On compte plus de 1,8 million de Marocains inscrits dans des consulats à l’étranger. Ils résident tout d’abord dans les pays autrefois liés avec le Maroc par des accords de main-d’œuvre (la France, la Belgique, les Pays-Bas), mais désormais aussi, dans les pays pétroliers, dans les nouveaux pays d’immigration de la façade méditerranéenne (Italie et ...

L’homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des...

Un héritage tentaculaire

Depuis les années 1970 et plus encore depuis la vague #MeToo, il est scruté, dénoncé et combattu. Mais serait-il en voie de dépassement, ce patriarcat aux contours flottants selon les sociétés ? En s’emparant du thème pour la première fois, la Revue Projet n’ignore pas l’ampleur de la question.Car le patriarcat ne se limite pas à des comportements prédateurs des hommes envers les femmes. Il constitue, bien plus, une structuration de l’humanité où pouvoir, propriété et force s’assimilent à une i...

Du même dossier

Matérialiser les interdépendances

La crise écologique et sociale souligne la profonde interdépendance des territoires. Les indicateurs de bien-vivre peuvent-ils matérialiser cette intrication des échelles ? Il est clair aujourd’hui que répondre en un seul lieu à la crise sociale et environnementale en cours ne suffit pas, au vu de son caractère global. Mais, pour les chercheurs, prendre en compte et quantifier les interdépendances territoriales (actuelles et historiques) pose une vraie difficul...

Reflet d’un possible

Le Parlement de Loire, expérience unique en France, entend doter le fleuve d’une personnalité juridique. Le but : trouver une mécanique politique de la représentation des éléments naturels. Entretien avec Pascal Ferren, l’un des protagonistes de l’initiative. Le Parlement de Loire, de quoi s’agit-il concrètement ?En fait, il n’y a pas de Parlement de Loire. Ce qui a existé, ce sont des auditions s’inscrivant dans un processus non...

Devant le PIB, l’indice panier

Le PIB, indicateur de référence, ne prend en compte ni la répartition équitable des ressources ni la couverture des besoins de base des habitants d’un pays. L’« indice panier » l’y confronte. L’édition 2022 du Forum international pour le bien-vivre l’aura rappelé : il n’y a pas d’avenir sur cette planète en surchauffe pour une humanité qui considère la vie comme un projet d’ascension personnelle ou identitaire fondé sur une croissance mat...

Du même auteur

La flemme ou la flamme ?

Certaines idées reçues ont la vie dure : les jeunes seraient moins investis au travail, voire ne voudraient plus travailler. En un mot, ils seraient devenus paresseux ou, tout simplement, obsédés par les RTT, le télétravail et les loisirs. Ces préjugés envers la jeunesse ne sont pas nouveaux.Pourtant, le récent rapport de l’Apec (Association pour l’emploi des cadres) et de l’institut Terra nova dépeint une réalité tout autre : les moins de 30 ans sont « tout aussi investis dans leur travail et ...

L’entreprise : un enjeu démocratique

Face à la perte de sens de nombreux salariés vis-à-vis de leur travail, François Ruffin, journaliste et député, et Jean-Noël Barrot, ministre délégué chargé de l’Europe, appellent à redonner du pouvoir de décision aux travailleurs.  Cet entretien croisé entre François Ruffin et Jean-Noël Barrot a eu lieu dans le cadre de l’université populaire d’Esprit civique, les 14 et 15 octobre 2023 à Cluny, e...

Cinq ans de sagacité

Le Pacte du pouvoir de vivre fête ses cinq ans d’activité en ce mois de mars. Cet anniversaire est réconfortant, car il témoigne de la vitalité du Pacte et de sa capacité à fabriquer de l’unité entre des associations, des fondations, des mutuelles ou encore des syndicats engagés pour une société plus écologique, sociale et démocratique.Plus de soixante-cinq organisations parmi les plus importants acteurs des solidarités sont réunies dans ce collectif. Chacun des membres est invité à dépasser so...

1 Le manifeste « Prendre le cap du bien-vivre : compter ce qui compte » a été proposé à signature lors de la clôture du deuxième Forum international pour le bien-vivre.


Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules