Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !
Logo du site
Dossier : Violences. Symptôme ou système ?

Violences : symptôme ou système ? Introduction

©Charles Monier
©Charles Monier

La vulgate médiatique ou politique réduit la violence à sa plus simple expression : directe, aveugle et a priori dépourvue de sens. La violence se déplore et se condamne. Oser la comprendre, serait-ce l’excuser ? Ce numéro de la Revue Projet, coordonné en lien avec le pôle formation du Ceras, récuse le sous-entendu de cette question.

Aucune violence ne s’affronte sans être nommée et, ainsi, approchée. Car approcher la violence pour la dépasser, c’est aussi s’emparer de l’autre enjeu fondamental qu’elle induit : ménager un espace au conflit dans une société démocratique qui en a, par essence, besoin.

Les imageries et émotions associées à la violence empêchent d’en percer les ressorts. Christian Mellon opère, à ce titre, un distinguo nécessaire : si la violence directe se révèle souvent le symptôme d’un mal-être social ou d’une injustice, elle peut aussi être l’instrument d’une stratégie rodée.

Animateur social et ancien braqueur, Yazid Kherfi s’attelle surtout au premier cas de figure : la violence par dépit d’une jeunesse désœuvrée, aux prises avec une société qui s’en méfie. Ce travail patient, au contact de mineurs délinquants, constitue le quotidien de la Protection judiciaire de la jeunesse (PJJ) que relate Angelina Chapin.

Ce cadre aux visées éducatives ne s’adresse malheureusement pas à tous les mineurs. La charge des jeunes exilés non accompagnés revient en général à une administration froide et procédurale. La sociologue Noémie Paté en décrit les mécanismes tournés vers un unique objectif : convertir ces mineurs en majeurs pour mieux les expulser.

Une autre violence se dessine, organisée et institutionnelle. Elle aussi reçoit l’attention médiatique dans ses expressions les plus visibles, en l’occurrence les violences policières. Instrumentalisée à l’excès par une classe dirigeante meublant son impuissance, la force publique perd la confiance des citoyens, relève Anthony Caillé, lui-même policier.

Pis, ce dévoiement de la « violence légitime » rejaillit sur l’armature de notre système pénal, analyse la magistrate Kim Reuflet. Dans leurs évolutions récentes, les doctrines du maintien de l’ordre finissent par inverser le lien de subordination entre les forces de l’ordre et l’autorité judiciaire chargée de les contrôler.

La survie démocratique se joue désormais dans le traitement des violences. C’est toute l’équation qu’a eue à résoudre la Cour d’assises spéciale chargée de juger les attentats du 13 Novembre et dont l’ancien juge Denis Salas a suivi les 148 jours de débat. Face à l’ampleur et la portée du crime commis s’imposait une réponse pénale allant bien au-delà de la punition d’une infraction.

Repoussée ou refoulée, la violence porte en elle notre propre fascination à son endroit. C’est en la démystifiant que nous parviendrons à la réduire, estime Bernard Perret, afin de remettre le conflit à sa juste place. C’est aussi en semant des graines de non-violence, méthode éprouvée que nous rappelle Jacques Semelin, qu’une légitime contestation peut prendre corps.

Sommaire du dossier

Les plus lus

Les Marocains dans le monde

En ce qui concerne les Marocains, peut-on parler de diaspora ?On assiste à une mondialisation de plus en plus importante de la migration marocaine. On compte plus de 1,8 million de Marocains inscrits dans des consulats à l’étranger. Ils résident tout d’abord dans les pays autrefois liés avec le Maroc par des accords de main-d’œuvre (la France, la Belgique, les Pays-Bas), mais désormais aussi, dans les pays pétroliers, dans les nouveaux pays d’immigration de la façade méditerranéenne (Italie et ...

L’homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des...

Aux origines du patriarcat

On entend parfois que le patriarcat serait né au Néolithique, près de 5 000 ans avant notre ère. Avant cela, les femmes auraient été libres et puissantes. Les données archéologiques mettent en doute cette théorie. De très nombreux auteurs, de ce siècle comme des précédents, attribuent la domination des hommes sur les femmes à l’essor de l’agriculture, lors du Néolithique. Cette idée est largement reprise dans les médias, qui p...

Du même dossier

Un procès pacificateur

Le procès des attentats du 13 Novembre a traduit l’effort de reconstitution d’une société éprouvée par la violence extrême. Le regard d’un ancien juge, historien de la justice, sur ces 148 jours d’audience. Sous le coup de la terreur causée par les attentats de 2015, le rideau de protection de l’État, en se déchirant, a laissé déferler une violence extrême – sans pour autant provoquer le chaos espéré par les assaillants. Assez rapi...

« Je n'ai peur de rien »

La Protection judiciaire de la jeunesse a pour charge d’accompagner les mineurs délinquants. Comment parvient-elle à les arracher à la violence ? Entretien avec une directrice de service. Quelles sont vos fonctions au sein de la PJJ et comment cette institution a-t-elle été créée ?Angelina Chapin – Je dirige un service territorial en milieu ouvert (Stemo) en Seine Saint-Denis, qui compte trois unités (cinq cents jeunes au total, au Raincy, à Noisy-le-Grand et à ...

Une place à ménager

Le dérèglement climatique appelle une coopération sociale inédite. Pour relever ce défi, il est impératif de démystifier la violence et d’offrir aux conflits sociaux des débouchés politiques. Notre culture politique et sociale est une culture du conflit. Depuis le XIXe siècle, le progrès social a été rendu possible par des luttes ouvrières parfois non exemptes de violence. Pendant les Trente Glorieuses, la croissance et le prog...

Du même auteur

Une égalité à construire

La généralisation du télétravail à la faveur de la pandémie n’est pas vécue de la même façon selon le genre et le poste occupé. Gage d’autonomie et d’indépendance pour les plus favorisés, il accentue, pour d’autres, les inégalités. Entretien. Pouvez-vous dresser brièvement un état des lieux de l’extension du télétravail depuis les années 2000 ?Gabrielle Schütz – Insignifiant d...

Sous haute tension

L’amour dure sept ans, veut croire l’adage. C’est également l’échéance moyenne d’un désamour professionnel. Le journalisme use de plus en plus vite des carrières embrassées par passion ou vocation. L’attrait pour le métier ne se dément pas, alors que les motifs de découragement pour l’exercer se multiplient. Aussi disputée que décriée, la place du journalisme serait-elle condamnée ?La Revue Projet, avec le Syndicat national des journalistes-CGT1, a choisi de décortiquer cette question sous troi...

« Informer est devenu plus compliqué »

Entre violences et défiance, l’ère connectée pose aux journalistes de nouvelles difficultés. Comment les écoles de journalisme s’adaptent-elles aux évolutions du métier ? Entretien avec Alice Antheaume, directrice de l’École de journalisme de Sciences Po Paris. Le numérique a profondément modifié les pratiques journalistiques. Comment votre école a-t-elle incorporé cette réalité à la formation qu’elle dispense ?Alic...

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules