Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !
Logo du site
Dossier : Alimentation : l’autre affaire du siècle

Faim et suite Introduction

© Tiny Wasteland. Instagram : @tinywasteland
© Tiny Wasteland. Instagram : @tinywasteland

En ce début de XXIe siècle, la faim est toujours là, et même en hausse structurelle depuis moins d’une décennie. Selon les estimations onusiennes, près de 800 millions de personnes sont, à ce jour, sous-alimentées.

Cette réalité ne se réduit pas à l’imagerie tragique d’enfants dénutris du Sahel. En 2020, deux milliards et demi d’individus – soit le tiers de l’humanité – se sont trouvés en état d’insécurité alimentaire. Autrement dit, selon les critères de la FAO (l’organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture), hors de « l’accès régulier à suffisamment d’aliments sains et nutritifs pour une croissance et un développement normaux et une vie active et saine ».

L’année 2020 a été dominée par la crise sanitaire et ses conséquences sur la production et le ravitaillement des populations. Le moment a également précipité une hausse moyenne de 30 % du coût des denrées alimentaires, couplée à la flambée des factures énergétiques. Dans le sillage des « émeutes de la faim » de 2008-2009 et de la crise des prix de 2011-2012, ce ter repetita signe-t-il l’épuisement de nos modèles alimentaires ? Réalisé avec le CCFD-Terre solidaire et le Secours Catholique-Caritas France, le présent dossier de la Revue Projet tente de répondre à la question.

Car l’enjeu alimentaire souligne l’incidence des politiques publiques sur notre quotidien. Or s’agit-il de lutter contre l’« insécurité » ou la « précarité » alimentaire ? Dominique Paturel lève d’emblée la confusion entre les deux notions et pointe les choix, parfois contestables, qu’elles induisent. Dont celui d’une philanthropie de l’aide alimentaire toujours adossée au productivisme.

Des solutions existent pour garantir à tous et toutes une alimentation saine et durable.

Des solutions existent pour garantir à tous et toutes une alimentation saine et durable, ainsi qu’un revenu décent à celles et ceux qui la produisent. Mais au nom d’une prétendue sécurité alimentaire, ces solutions se trouvent sacrifiées sur l’autel du libre jeu des marchés, rappelle Morgan Ody. Qui produit, et pour qui ?

C’est de là que se pose le défi d’une véritable souveraineté alimentaire, brandie dans le débat public, mais diversement interprétée, met en garde Matthieu Brun. D’ores et déjà, des leviers de régulation des marchés permettraient d’éviter l’envolée répétée des prix agricoles, selon l’analyse de Franck Galtier, en dialogue avec Olivier De Schutter.

Force doit aussi rester à la loi – et à la volonté politique – fait valoir Christophe Golay en montrant comment le Brésil et l’Inde ont imposé le droit à l’alimentation dans leurs corpus juridiques. Laura Petersell et Kévin Certenais vont plus loin, invoquant un régime de sécurité sociale de l’alimentation sur le modèle de la « Sécu » mise en place en France après-guerre.

Las, observe Anaïs Marie, les interdépendances nées de la mondialisation se paient au prix fort en temps d’invasion de l’Ukraine par la Russie, le sort de deux milliards de personnes étant suspendu à ces deux puissances agricoles. La tragédie d’outre-Dniestr contraindra-t-elle à repenser une gouvernance alimentaire mondiale ? Benjamin Clémenceau parie plutôt sur une démocratie alimentaire, dont le citoyen (et consommateur) constitue l’acteur central.

Sommaire du dossier

  • « Insécurité ou précarité, épithètes de la faim » par Dominique Paturel, chercheuse à l'Institut national de recherche pour l'agriculture, l'alimentation et l'environnement (INRAE).
  • « Histoire d’une impasse » par Morgan Ody, paysanne et coordinatrice générale de La Via Campesina. 
  • « Le glas de la globalisation ? » par Matthieu Brun, directeur scientifique de la Fondation pour l’agriculture et la ruralité dans le monde (Farm). 
  • « Prix agricoles, flambées à réguler » propos recueillis par Benoît Hervieu-Léger. Entretien avec Franck Galtier, économiste au Centre international de coopération et de recherche agronomique pour le développement (Cirad), et Olivier De Schutter, rapporteur spécial de l’Onu sur l’extrême pauvreté et les droits de l’homme. 
  • « Un droit humain » par Christophe Golay, chargé de recherche à l’Académie de droit international humanitaire et de droits humains à Genève.
  • « Vers une Sécu alimentaire ? » propos recueillis par Benoît Hervieu-Léger. Entretien avec Laura Petersell et Kévin Certenais, membres de l’association « Réseau salariat ».
  • « Ukraine, bombe alimentaire » par Anaïs Marie, chargée des publications et des études au Club Demeter. 
  • « Une marchandise pas comme les autres » par Benjamin Clémenceau, docteur en droit public et enseignant associé à Paris 8 Vincennes-Saint-Denis.
  • « L’autre affaire du siècle, quatre points saillants » par Valentin Brochard, chargé de plaidoyer souveraineté alimentaire au CCFD-Terre solidaire, et Marie Drique, docteure en science politique et chargée de projet « accès digne à l’alimentation » au Secours Catholique-Caritas France.
Les plus lus

L'homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Resumé Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des hommes. Une ...

Rôle et nature de l'actionnariat dans la vie des entreprises

Resumé Si la croissance rentable est le principal objectif pour les actionnaires, elle ne peut être leur seule visée. Il importe de mettre en œuvre des processus qui précisent les modes de relation avec les dirigeants de l’entreprise. Celle-ci a les actionnaires qu’elle mérite : seront-ils les partenaires du développement social ? De nombreuses situations récentes ont montré l’influence grandissante des actionnaires. Dernier exemple en date, en France, celui de Danone : après avoir renoncé à acq...

Religion et conflits

Resumé Quand la religion est phagocytée par la menace et la peur, elle ne peut plus se mettre à distance de la violence souveraine. Existe-t-il des conflits à proprement parler religieux ? A priori, on serait tenté de répondre de manière affirmative au vu des incidents sanglants qui opposent des groupes et des communautés, se réclamant, de par le monde, de leurs croyances religieuses pour défendre et promouvoir des intérêts politiques. L’actualité internationale évoque avec constance ces guerres...

Du même dossier

Bombe alimentaire

L’alimentation de plus de deux milliards d’individus dépend de la Russie et de l’Ukraine. Les autres pays exportateurs ne pourront compenser seuls les déséquilibres suscités par la guerre. L’invasion de l’Ukraine par la Russie a replacé l’alimentation au cœur des préoccupations mondiales, alors que les deux pays engagés dans les combats sont d’importants producteurs et exportateurs de céréales et d’oléoprotéagineux. Dotés de terres noires très fertil...

L’autre affaire du siècle

Nos modèles alimentaires mondialisés se trouvent aujourd’hui au bord de la déflagration. Les risques du laisser-faire sont à la mesure des changements attendus : vertigineux. Retour sur les enseignements de ce dossier en quatre points saillants. Entre les millions de personnes sujettes à l’aide alimentaire en France en 2020 et les deux à quatre milliards risquant de souffrir d’insécurité alimentaire d’ici 2023 selon la FAO, le constat est effrayant. Il es...

Vers une Sécu alimentaire?

Appliquer le principe d’une sécurité sociale au domaine de l’alimentation est l’horizon pour lequel plaident Laura Petersell et Kévin Certenais dans un récent ouvrage. Une révolution qui n’irait pas sans remise à plat de la filière. Comment vos activités respectives vous ont-elles amenés à cette thématique de la sécurité sociale de l’alimentation ?Kévin Certenais – Je travaille dans la production, la transformation et la di...

Du même auteur

Au- delà des fractures

La Nouvelle union populaire, écologique et sociale a pris corps lors des législatives de 2022 malgré de fortes dissensions entre ses composantes. L’historien Gilles Candar nous rappelle que la gauche a toujours combiné oppositions et convergences. Que vous inspire la récente formule des « deux gauches irréconciliables », qui continue d’ailleurs de diviser ?Qu’elle n’est qu’un bon mot d’un politique et qu’elle a eu une grande fortune médiatique. Certes, l’histoir...

Violences : symptôme ou système ?

La vulgate médiatique ou politique réduit la violence à sa plus simple expression : directe, aveugle et a priori dépourvue de sens. La violence se déplore et se condamne. Oser la comprendre, serait-ce l’excuser ? Ce numéro de la Revue Projet, coordonné en lien avec le pôle formation du Ceras, récuse le sous-entendu de cette question.Aucune violence ne s’affronte sans être nommée et, ainsi, approchée. Car approcher la violence pour la dépasser, c’est aussi s’emparer de l’autre enjeu fondamental ...

Fauteur de paix

Animateur social et enseignant, Yazid Kherfi a lancé avec Médiation nomade une formule originale de pacification dans les quartiers réputés sensibles. L’ancien braqueur fait mentir, à son échelle, des politiques publiques contre-productives. Reportage. C’est une camionnette d’allure peu banale, qui cherche son stationnement en cet après-midi parisien caniculaire. Ses portières arrière arborent un portrait tagué de Martin Luther King, assorti de l’u...

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules