Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !
Logo du site
Dossier : Alimentation : l’autre affaire du siècle

Faim et suite Introduction

© Tiny Wasteland. Instagram : @tinywasteland
© Tiny Wasteland. Instagram : @tinywasteland

En ce début de XXIe siècle, la faim est toujours là, et même en hausse structurelle depuis moins d’une décennie. Selon les estimations onusiennes, près de 800 millions de personnes sont, à ce jour, sous-alimentées.

Cette réalité ne se réduit pas à l’imagerie tragique d’enfants dénutris du Sahel. En 2020, deux milliards et demi d’individus – soit le tiers de l’humanité – se sont trouvés en état d’insécurité alimentaire. Autrement dit, selon les critères de la FAO (l’organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture), hors de « l’accès régulier à suffisamment d’aliments sains et nutritifs pour une croissance et un développement normaux et une vie active et saine ».

L’année 2020 a été dominée par la crise sanitaire et ses conséquences sur la production et le ravitaillement des populations. Le moment a également précipité une hausse moyenne de 30 % du coût des denrées alimentaires, couplée à la flambée des factures énergétiques. Dans le sillage des « émeutes de la faim » de 2008-2009 et de la crise des prix de 2011-2012, ce ter repetita signe-t-il l’épuisement de nos modèles alimentaires ? Réalisé avec le CCFD-Terre solidaire et le Secours Catholique-Caritas France, le présent dossier de la Revue Projet tente de répondre à la question.

Car l’enjeu alimentaire souligne l’incidence des politiques publiques sur notre quotidien. Or s’agit-il de lutter contre l’« insécurité » ou la « précarité » alimentaire ? Dominique Paturel lève d’emblée la confusion entre les deux notions et pointe les choix, parfois contestables, qu’elles induisent. Dont celui d’une philanthropie de l’aide alimentaire toujours adossée au productivisme.

Des solutions existent pour garantir à tous et toutes une alimentation saine et durable.

Des solutions existent pour garantir à tous et toutes une alimentation saine et durable, ainsi qu’un revenu décent à celles et ceux qui la produisent. Mais au nom d’une prétendue sécurité alimentaire, ces solutions se trouvent sacrifiées sur l’autel du libre jeu des marchés, rappelle Morgan Ody. Qui produit, et pour qui ?

C’est de là que se pose le défi d’une véritable souveraineté alimentaire, brandie dans le débat public, mais diversement interprétée, met en garde Matthieu Brun. D’ores et déjà, des leviers de régulation des marchés permettraient d’éviter l’envolée répétée des prix agricoles, selon l’analyse de Franck Galtier, en dialogue avec Olivier De Schutter.

Force doit aussi rester à la loi – et à la volonté politique – fait valoir Christophe Golay en montrant comment le Brésil et l’Inde ont imposé le droit à l’alimentation dans leurs corpus juridiques. Laura Petersell et Kévin Certenais vont plus loin, invoquant un régime de sécurité sociale de l’alimentation sur le modèle de la « Sécu » mise en place en France après-guerre.

Las, observe Anaïs Marie, les interdépendances nées de la mondialisation se paient au prix fort en temps d’invasion de l’Ukraine par la Russie, le sort de deux milliards de personnes étant suspendu à ces deux puissances agricoles. La tragédie d’outre-Dniestr contraindra-t-elle à repenser une gouvernance alimentaire mondiale ? Benjamin Clémenceau parie plutôt sur une démocratie alimentaire, dont le citoyen (et consommateur) constitue l’acteur central.

Sommaire du dossier

  • « Insécurité ou précarité, épithètes de la faim » par Dominique Paturel, chercheuse à l'Institut national de recherche pour l'agriculture, l'alimentation et l'environnement (INRAE).
  • « Histoire d’une impasse » par Morgan Ody, paysanne et coordinatrice générale de La Via Campesina. 
  • « Le glas de la globalisation ? » par Matthieu Brun, directeur scientifique de la Fondation pour l’agriculture et la ruralité dans le monde (Farm). 
  • « Prix agricoles, flambées à réguler » propos recueillis par Benoît Hervieu-Léger. Entretien avec Franck Galtier, économiste au Centre international de coopération et de recherche agronomique pour le développement (Cirad), et Olivier De Schutter, rapporteur spécial de l’Onu sur l’extrême pauvreté et les droits de l’homme. 
  • « Un droit humain » par Christophe Golay, chargé de recherche à l’Académie de droit international humanitaire et de droits humains à Genève.
  • « Vers une Sécu alimentaire ? » propos recueillis par Benoît Hervieu-Léger. Entretien avec Laura Petersell et Kévin Certenais, membres de l’association « Réseau salariat ».
  • « Ukraine, bombe alimentaire » par Anaïs Marie, chargée des publications et des études au Club Demeter. 
  • « Une marchandise pas comme les autres » par Benjamin Clémenceau, docteur en droit public et enseignant associé à Paris 8 Vincennes-Saint-Denis.
  • « L’autre affaire du siècle, quatre points saillants » par Valentin Brochard, chargé de plaidoyer souveraineté alimentaire au CCFD-Terre solidaire, et Marie Drique, docteure en science politique et chargée de projet « accès digne à l’alimentation » au Secours Catholique-Caritas France.
Les plus lus

Les Marocains dans le monde

En ce qui concerne les Marocains, peut-on parler de diaspora ?On assiste à une mondialisation de plus en plus importante de la migration marocaine. On compte plus de 1,8 million de Marocains inscrits dans des consulats à l’étranger. Ils résident tout d’abord dans les pays autrefois liés avec le Maroc par des accords de main-d’œuvre (la France, la Belgique, les Pays-Bas), mais désormais aussi, dans les pays pétroliers, dans les nouveaux pays d’immigration de la façade méditerranéenne (Italie et ...

L’homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des...

Un héritage tentaculaire

Depuis les années 1970 et plus encore depuis la vague #MeToo, il est scruté, dénoncé et combattu. Mais serait-il en voie de dépassement, ce patriarcat aux contours flottants selon les sociétés ? En s’emparant du thème pour la première fois, la Revue Projet n’ignore pas l’ampleur de la question.Car le patriarcat ne se limite pas à des comportements prédateurs des hommes envers les femmes. Il constitue, bien plus, une structuration de l’humanité où pouvoir, propriété et force s’assimilent à une i...

Du même dossier

Marchandise ordinaire ?

Les habitudes alimentaires, profondément enracinées, ne plaident pas en faveur d’une gouvernance mondiale. La promotion d’une démocratie alimentaire portée par les citoyens consommateurs fait néanmoins son chemin. Le philosophe et poète américain Henry David Thoreau (1817-1862) soutenait l’idée que « le gouvernement le meilleur est celui qui gouverne le moins  ». La formule n’a certes pas empêché l’avènement de nombreux modèles d’État-providence. Il...

L’autre affaire du siècle

Nos modèles alimentaires mondialisés se trouvent aujourd’hui au bord de la déflagration. Les risques du laisser-faire sont à la mesure des changements attendus : vertigineux. Retour sur les enseignements de ce dossier en quatre points saillants. Entre les millions de personnes sujettes à l’aide alimentaire en France en 2020 et les deux à quatre milliards risquant de souffrir d’insécurité alimentaire d’ici 2023 selon la FAO, le constat est effrayant. Il es...

Le glas de la globalisation ?

La souveraineté alimentaire mobilise de plus en plus les esprits à l’aune des déséquilibres des systèmes en vigueur. Jusqu’à remettre en cause la mondialisation ? Apparu dans les mouvements altermondialistes des années 1990 et 2000, le concept de souveraineté alimentaire connaît aujourd’hui un renouveau conceptuel. Depuis la pandémie mondiale de Covid-19 et, aujourd’hui, l’invasion de l’Ukraine par la Russie, la notion s’affiche partout sur l...

Du même auteur

Sous haute tension

L’amour dure sept ans, veut croire l’adage. C’est également l’échéance moyenne d’un désamour professionnel. Le journalisme use de plus en plus vite des carrières embrassées par passion ou vocation. L’attrait pour le métier ne se dément pas, alors que les motifs de découragement pour l’exercer se multiplient. Aussi disputée que décriée, la place du journalisme serait-elle condamnée ?La Revue Projet, avec le Syndicat national des journalistes-CGT1, a choisi de décortiquer cette question sous troi...

« Informer est devenu plus compliqué »

Entre violences et défiance, l’ère connectée pose aux journalistes de nouvelles difficultés. Comment les écoles de journalisme s’adaptent-elles aux évolutions du métier ? Entretien avec Alice Antheaume, directrice de l’École de journalisme de Sciences Po Paris. Le numérique a profondément modifié les pratiques journalistiques. Comment votre école a-t-elle incorporé cette réalité à la formation qu’elle dispense ?Alic...

Lente diversité

Si le profil des jeunes journalistes évolue, il est bien loin d’être à l’image de la société. Les réflexes discriminatoires perdurent. Entretien avec une membre de l’Association des journalistes antiracistes et racisés (Ajar). L’homogénéité sociale des promotions d’écoles de journalisme1 a souvent été pointée du doigt. Voyez-vous une évolution dans le profil des étudiantes et étudiants, plus favorable à ce qu’on appelle la « diver...

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules