Logo du site

Trois pistes pour refonder la représentation

Alain Cugno
Chercheur

Fonctionnement en circuit fermé, sacralisation du vote, oubli des non-humains… Nombreux sont les écueils qui menacent la représentation. Le philosophe Alain Cugno propose trois pistes pour refonder cette notion essentielle à notre démocratie. Fonctionnement en circuit ferme sacralisation du vote oubli des n...

Représenter la nature

Damien de Blic
Chercheur

Comment représenter la nature dans la vie de la Cité ? Les non-humains peuvent-ils et doivent-ils y être représentés ? Retour sur quelques expérimentations mêlant spectacle vivant, avancées législatives et réflexion universitaire. Comment representer la nature dans la...

La CCC : une expérience de représentation délibérative

Dimitri Courant
Chercheur

La Convention citoyenne pour le climat s’est trouvée sous le feu des projecteurs à la suite de la crise du coronavirus. Mais quel était son fonctionnement ? Une analyse fine de cette forme nouvelle de démocratie représentative et délibérative permettra d’en entrevoir les inté...

Retrouver la confiance

Yohan Dubigeon
Chercheur

Depuis les années 1980, le système représentatif traverse une crise aiguë de confiance. Pour comprendre ce que recouvre ce constat, il convient de contextualiser les éléments de cette crise, afin d’en déterminer les aspects les plus saillants. Depuis les annees 1980 le systeme representatif trave...

La grande remise en question des Petits frères des pauvres

Jean-François Serres
Acteur de terrain

En 2004, l’association des Petits frères des pauvres s’est emparée de la question de la représentation. Objectif : prendre réellement en considération l’ensemble des acteurs, salariés, bénévoles et personnes âgées accompagnées. Une expérience c...

Fragile représentation syndicale

Sophie Béroud
Chercheur

Les syndicats français sont-ils encore représentatifs ? Et de qui ? Si les réformes successives ont simplifié les instances représentatives, elles ont aussi réduit le nombre de représentants, tout en les éloignant de leur base. Les syndicats francais sont ils encore representatif...

Un monstre en gestation ?

Benoît Guillou
L'équipe de rédaction

Le vieux monde se meurt le nouveau monde tarde a apparaitre et dans ce clair obscur surgissent les monstres Cette citation d'Antonio Gramsci peut nous aider a comprendre la situation politique que nous traversons actuellement en France Le niveau d'abstention historique lors des dernieres elections municipales met a mal la legitimite des elus locau...

« Les citoyens sont des colégislateurs à part entière »

Karima Delli
Responsable politique

On pense souvent que les élus au Parlement européen négligent les contributions des citoyens de l’Union européenne. Pourtant, certaines innovent et expérimentent de nouveaux espaces délibératifs, comme les agoras citoyennes. On pense souvent que les elus au Parlement europeen negligent les cont...

Reprendre les rênes de la démocratie

Frédéric Gilli
Acteur de terrain

Comment les citoyens peuvent-ils retrouver le goût de la participation à la vie collective ? Face à la crise de la représentation, des initiatives bousculent les institutions démocratiques et aspirent à les revivifier de l’intérieur. Entretien avec Frédéric Gilli, spé...

« Notre démocratie ne représente que les plus riches »

Julia Cagé
Chercheur

Il n’y a quasiment plus de représentants des catégories populaires parmi les élus, et ce sont essentiellement les plus riches qui financent les partis et les campagnes électorales. Face à ce véritable problème démocratique, la création de « bons pour l’égal...

Démocratie et représentation

Yohan Dubigeon
Chercheur

Depuis les révolutions politiques des XVIIIe et XIXe siècles, la représentation est indissociable de nos régimes. Pour autant, elle n’est pas une condition suffisante, ni même nécessaire, de la démocratie. Quelles conceptions de la représentation ont jalonné l’histoire d...

Représentation : La parole à deux députés

Pierre Dharréville et Barbara Pompili
Responsable politique

Élus au suffrage universel direct, les députés sont les représentants du peuple et des territoires qui les ont élus. Pour autant, reflètent-ils la diversité de notre société ? Les lois qu’ils élaborent sont-elles toujours l’expression de la « volonté g&ea...

Église catholique : où sont les femmes ?

Monique Baujard
Acteur de terrain

Les femmes, omniprésentes dans l’Église catholique, restent invisibles dans les lieux de décision. Malgré les difficultés et les résistances, une évolution semble pourtant se dessiner. Les femmes omnipresentes dans l'Eglise catholique restent invisibles dans les lieux de decision Malgre les dif...

Dossier : En notre nom. La représentation en question
© Didier Bauweraerts
© Didier Bauweraerts

« Les citoyens sont des colégislateurs à part entière » Tribune de Karima Delli


On pense souvent que les élus au Parlement européen négligent les contributions des citoyens de l’Union européenne. Pourtant, certaines innovent et expérimentent de nouveaux espaces délibératifs, comme les agoras citoyennes.


Il est grand temps que les citoyens européens fassent entendre leur voix ! En ce sens, je me réjouis du rebond de participation que nous avons connu en France lors des élections européennes de 2019. Pour autant, il s’agit du scrutin qui intéresse le moins les citoyens. Sans doute parce que la plupart des partis politiques ont construit leurs programmes sur des enjeux nationaux. Le phénomène est d’ailleurs renforcé par le passage à des listes nationales, alors qu’il serait plus intéressant que le scrutin européen se construise autour de listes transnationales. En ce sens, les écologistes avaient réussi à bâtir un programme européen pour faire campagne sur les mêmes propositions, que ce soit en France, en Allemagne ou en Belgique.

Élus européens, sommes-nous suffisamment à l’écoute des citoyens ? Le Parlement est certes doté d’un bureau pour les pétitions. Et, si une initiative citoyenne rassemble un million de signatures d’au moins sept pays, la commission parlementaire doit s’en saisir. On en reçoit énormément et c’est très heureux ! Pourtant, alors qu’une pétition pour demander l’interdiction du glyphosate avait réuni les conditions nécessaires, la majorité des députés n’a pas soutenu cette initiative ! C’est quand même aberrant : comment être si peu attentifs aux attentes des citoyens ? D’autant plus sur des sujets qui les concernent directement. Aujourd’hui, à la suite de la crise sanitaire, l’Europe prépare un plan de relance, mais a-t-on seulement consulté les citoyens ? Leur a-t-on demandé dans quel secteur nous devions investir demain ? Les représentants européens élus au Parlement ne devraient pas oublier que leur mandat leur a été accordé par les citoyens. Pour ma part, j’entends formuler ma mission en répondant à cette simple question : est-ce que je travaille bien pour l’intérêt général et non pour des intérêts économiques ? Si la réponse est claire à mes yeux, je n’ai malheureusement pas l’impression que tous mes collègues partagent cette conviction.

Des « agoras citoyennes »

Les citoyens européens doivent se sentir mieux intégrés au sein du processus décisionnel et cette représentation ne se réduit pas à une délégation de pouvoir. Elle suppose aussi de considérer les citoyens comme des colégislateurs à part entière. Ils ont de très bonnes idées, écoutons-les ! C’est la raison pour laquelle j’ai ouvert, en 2018, la Commission des transports et du tourisme que je préside, pour créer des « agoras citoyennes ». Celles-ci ont lieu deux fois par an et ouvrent 150 places aux citoyens européens qui en font la demande. Désormais, les députés de la commission jouent les porte-parole de cette initiative dans leur pays et peuvent mobiliser des profils très variés. Les débuts furent, certes, difficiles avant que l’idée ne soit admise par mes collègues : les élus conservateurs, notamment, n’y étaient pas prêts. Or l’expérience s’est vite révélée enrichissante pour tout le monde. Les participants aux agoras proposent chaque fois une dizaine de sujets, comme les transports gratuits, le vélo, la voiture autonome… Ils ne manquent pas d’interpeller les élus, en demandant pourquoi on a voté telle loi et non telle autre. Si nous sommes élus, nous avons à les écouter et à leur rendre des comptes. Lors de la première édition, au bout de trois heures de séance, personne ne voulait s’arrêter, mais il fallait rendre la salle !

Il s’agit aussi d’une démarche d’humilité de notre part, élus politiques : nous avons conscience que nous n’avons ni tous les pouvoirs, ni toutes les solutions.

Le débat est particulièrement intéressant car les citoyens ont bien conscience que nous travaillons sur des décisions qui sont intimement liées à leur vie quotidienne. Pour reprendre l’exemple de la voiture autonome, leur crainte principale portait sur l’usage qui serait fait de leurs données personnelles. Charge donc à nous, députés, d’être à l’écoute ! Et lorsque le sujet sera débattu au Parlement, de défendre leurs droits. L’enjeu est de construire la démocratie européenne de demain : de faire confiance aux citoyens et de leur montrer que nous sommes attentifs à leur quotidien. D’où le nom d’agora : ils participent et nous analysons ensemble comment intégrer cet apport. Il s’agit aussi d’une démarche d’humilité de notre part, élus politiques : nous avons conscience que nous n’avons ni tous les pouvoirs, ni toutes les solutions.

Or je suis aujourd’hui la seule présidente de commission à porter ce genre d’initiative qui, pourtant, devrait couler de source. Mais je le ressens comme une obligation. Face au risque de délitement de l’Union européenne, il est plus nécessaire que jamais de fortifier notre sentiment d’appartenance à la famille européenne.

Propos recueillis par Martin Monti-Lalaubie.

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules