Logo du site
Dossier : En notre nom. La représentation en question

« Notre démocratie ne représente que les plus riches » Entretien avec Julia Cagé

Julia Cagé est économiste, spécialisée dans l'économie politique. © Céline Bansart
Julia Cagé est économiste, spécialisée dans l'économie politique. © Céline Bansart

Il n’y a quasiment plus de représentants des catégories populaires parmi les élus, et ce sont essentiellement les plus riches qui financent les partis et les campagnes électorales. Face à ce véritable problème démocratique, la création de « bons pour l’égalité démocratique » pourrait être une solution.


En quoi le problème de la représentativité est-il lié au financement de notre démocratie ?

Julia Cagé – Deux exemples peuvent nous éclairer. Tout d’abord, celui du Parti travailliste au Royaume-Uni. Créé par des syndicats, il a été principalement financé par eux durant plusieurs décennies. Pendant toute la seconde moitié du XXe siècle, en moyenne 40 % à 50 % des élus du parti étaient issus des catégories populaires. Au tournant des années 1990, Margaret Thatcher a fait passer des réformes pour faire en sorte qu’il soit plus difficile pour les syndicats de financer le Parti travailliste, puis Tony Blair a mis en œuvre une politique favorisant les dons privés. Par quoi cela s’est-il traduit ? D’une part, par une augmentation des dons provenant d’individus riches et d’entreprises et, d’autre part, par un effondrement des représentants issus des classes populaires. Tant que le parti était financé par les syndicats, on voyait ces représentants qui progressaient au sein du parti. À partir du moment où les sources de financement ont évolué, les origines des membres ont suivi.

Si vous souhaitez être candidat·e et faire campagne, il vous faudra avancer entre 15 000 € et 20 000 € environ.

Le cas de la France est tout aussi intéressant. Grâce aux limitations des dépenses et des dons, ainsi qu’au remboursement des frais de campagne, nous avons l’impression d’avoir mis en place un système démocratique auquel tout le monde pourrait participer. Mais regardons ce qui se passe pour une élection municipale dans une ville moyenne. Si vous souhaitez être candidat·e et surtout être en mesure de faire campagne, il vous faudra avancer – car le remboursement n’est pas une avance – entre 15 000 € et 20 000 € environ, avec le risque de ne pas être remboursé si vous

Cet article est réservé aux abonné.e.s

vous pouvez l'acheter à l'unité ou par Dossier
Pour accéder à cet article :

Déjà abonné.e ?

M'identifier

Revue-Projet.com offre l'accès gratuit aux articles de moins de 2 mois ou plus de 4 ans.

Vous devez être connecté pour commenter cet article

1 réactions pour « « Notre démocratie ne représente que les plus riches » »

laurent gantner
01 November 2020

Ainsi en est devenue la vie syndicale des Comités d'Ouvriers et de Directions politiques et syndicales, paysannes et ouvrières, depuis que Giscard, arrivé à l'Élysée en 1974, décide de la renvoyer aux cagibis des vestiaires, là où Mitterrand les enfermera à double tour en 1981.

* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules