Logo du site
Dossier : Comment mesurer le bien vivre ?

Pour le meilleur ou pour le « Pib »

© Cellular immunity/Flickr
© Cellular immunity/Flickr

« Quels indicateurs pour inventer demain ?  » Dix ans après la crise financière, qui a démontré combien notre monde était déboussolé, Grenoble accueille sur cette question un «  Forum international pour le bien vivre  », du 6 au 8 juin 2018. L’initiative en revient à la ville, à la métropole et à l’université de la capitale iséroise, mais aussi à des associations (CCFD-Terre Solidaire, Forum pour d’autres indicateurs de richesse). Et elle tombe à point nommé, car l’obsession d’une majorité de nos «  experts  » et de nos politiques pour la croissance confine aujourd’hui à l’absurde.

La critique de la croissance – celle du produit intérieur brut (PIB, aussi prononcé Pib), instruite par quelques voix prophétiques depuis les années 1970, fait quasiment consensus, depuis dix ans, jusqu’au sein des enceintes qui influent sur l’économie mondiale (Union européenne, Onu, Banque mondiale, OCDE…) : le PIB, qui ne dit rien des inégalités, du travail non rémunéré, des enjeux écologiques… s’avère un piètre guide pour gouverner. Et pourtant, on continue de ne jurer que par sa croissance pour nous assurer prospérité, emploi et cohésion sociale. Comme si, dans le cockpit, les pilotes avaient les yeux rivés sur la vitesse de l’appareil et ne se souciaient ni de la pression atmosphérique, ni du niveau de carburant, ni de la direction, sans parler des tensions entre passagers…

Heureusement, le déni n’est pas généralisé. Des collectivités locales, au Brésil, aux États-Unis, en France, tentent de suivre une autre voie, en élaborant leur propre tableau de bord. L’objectif : mieux comprendre la réalité de leur territoire, orienter et évaluer les politiques publiques en fonction d’autres boussoles (le bien-être de la population, la situation des plus précaires, les dégradations environnementales, etc.). Le grand mérite de ces démarches est d’avoir permis une profonde respiration démocratique, en associant les citoyens à la recherche d’un dessein commun. Non sans impact concret : ici, priorité sera donnée à la dépollution d’une rivière, là, au développement des transports en commun ou à l’octroi de budgets éducatifs ciblés. Mais l’impact est-il à la hauteur des enjeux ? Aussi déterminée soit-elle, une collectivité n’est pas omnipotente sur son territoire, et changer de cap demande du temps, un temps que n’offre pas toujours le jeu des alternances politiques.

Or les scientifiques du monde entier clament qu’il sera bientôt trop tard pour préserver l’habitabilité de la planète. L’heure est venue pour l’économie mondiale de changer de cap. Ce qui suppose d’entrer dans une nouvelle ère des indicateurs de bien-être. Après le temps du débat intellectuel, après celui des expérimentations, est venu celui de l’efficience, pour que la prise en compte de la santé de notre société et de notre planète ait une incidence réelle sur l’agir de nos États et de nos entreprises.

Jamais un indicateur ne sera parfait. Comment mesurer le bonheur, la liberté, la fraternité ? Un indicateur n’est qu’une aide qui suggère un chemin. Qu’un État inscrive le «  buen vivir  » dans sa Constitution ne garantit en rien sa réalisation (cf. P. Solón). N’attendons pas non plus l’indice magique qui résoudrait toutes nos tensions. Les 17 objectifs du développement durable (ODD) fixés par les Nations unies sont d’ailleurs loin de les évacuer. Mais ils ont la force de l’universalité. Et le rôle des indicateurs alternatifs n’est-il pas précisément, en rendant visible ce qui ne l’était pas, faute d’être mesuré, de révéler des aspirations ou des impératifs contradictoires, ouvrant ainsi la voie à un approfondissement démocratique ? Qu’ils deviennent un élément clé du débat sur le budget de l’État (cf. É. Laurent) et les parlementaires pourront mesurer combien certaines politiques creusent une dette écologique à côté de laquelle le déficit budgétaire fait pâle figure ! Si l’environnement et la santé sociale fondaient une nouvelle comptabilité des entreprises (cf. P. Viveret), certaines, bien que rentables, seraient amenées à déposer le bilan environnemental, tandis que d’autres seraient sauvées de la faillite grâce au bénéfice écologique et social de leur activité !

Les plus lus

L'homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Resumé Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des hommes. Une ...

Rôle et nature de l'actionnariat dans la vie des entreprises

Resumé Si la croissance rentable est le principal objectif pour les actionnaires, elle ne peut être leur seule visée. Il importe de mettre en œuvre des processus qui précisent les modes de relation avec les dirigeants de l’entreprise. Celle-ci a les actionnaires qu’elle mérite : seront-ils les partenaires du développement social ? De nombreuses situations récentes ont montré l’influence grandissante des actionnaires. Dernier exemple en date, en France, celui de Danone : après avoir renoncé à acq...

« Les religions diffèrent, mais les questions sont universelles »

Pour l’anthropologue Maurice Godelier, l’idée que les religions puissent disparaître de nos sociétés n’est pas crédible. Elles occupent une place unique, sans concurrencer directement le politique. Qu’est-ce qui est « au fondement des sociétés humaines », si ce n’est la parenté ?Maurice Godelier – La parenté est fondamentale pour le développement de chaque être humain : on naît dans une famille, on ne peut pas survivre sans des adultes qui s’occupent de nous et nous transmettent quelque chose, c...

Du même dossier

Le « buen vivir », une autre vision du monde

Pour les peuples indigènes des Andes, nulle frontière entre humains et nature, entre matériel et spirituel. Nulle place, non plus, pour une vision linéaire du progrès. Dans le « buen vivir », les tensions existent et sont assumées, mais c’est l’équilibre qui est recherché, l’harmonie du « tout ». Ce qui n’empêche pas l’instrumentalisation du concept à des fins politiques. Le buen vivir1 ne conçoit pas de bonheur sans tristesse. Selon la vision des peuples indigènes andins d’Amérique du Sud, il y...

Que nous apprend le « bonheur national brut » du Bhoutan ?

Si le bonheur national brut, propre au Bhoutan, n’est pas un indicateur parfait, il interroge tout de même notre manière de définir la richesse d’un pays. Qu’est-ce que l’on compte et comment ? Parler du Bhoutan n’est pas chose simple. Ce pays soulève des passions contradictoires : certains s’émerveillent devant la priorité donnée au « bonheur », aux humains et à la nature, d’autres critiquent son système monarchique (même parlementaire) et le traitement réservé aux minorités1. En octobre 2015, ...

Nord-Pas-de-Calais : une démarche ambitieuse mais fragile

Longtemps symbole d’un développement économique polluant, la région Nord-Pas-de-Calais a adopté des indicateurs de développement humain durable pour mieux orienter ses politiques. C’était avant la fusion dans les Hauts-de-France… Après avoir longtemps été la région du développement non durable, le Nord-Pas-de-Calais a voulu devenir la région du développement durable. Avant la fusion qui a vu naître les Hauts-de-France, un travail de longue haleine autour des indicateurs alternatifs de richesse a...

Du même auteur

Chocolat amer

L’or brun. En Côte d’Ivoire, les fèves de cacao font vivre une bonne partie de la population. Mais elles aiguisent aussi les appétits. Non sans conséquences sur les fuites de capitaux, l’impossibilité de déloger la classe dirigeante et la violence  armée. C’est ce que révèle cette enquête… au goût amer. Un seul pays d’Afrique est leader mondial dans l’exportation d’une matière première a...

Pour une économie relationnelle

« On peut en savoir beaucoup sur quelqu’un à ses chaussures ; où il va, où il est allé ; qui il est ; qui il cherche à donner l’impression qu’il est ». À cette observation de Forrest Gump dans le film éponyme1, on pourrait ajouter : « Quel monde il invente ». Car l’analyse du secteur de la chaussure, objet du quotidien s’il en est, en dit long sur notre système économique. Un système qui divise. À commencer par les humains : quel acheteur est capable de mettre un visage derrière la fabrication ...

Libérons-nous de la prison !

Nous aurions pu, comme en 1990, intituler ce numéro « Dépeupler les prisons » (Projet, n° 222). Car de l’inventaire dressé alors, il n’y a pas grand-chose à retirer. Les conditions de vie en détention, notamment pour les courtes peines et les détenus en attente de jugement, restent indignes d’un pays qui se veut « patrie des droits de l’homme ». Mais à la surpopulation carcérale, on préfère encore et toujours répondre par la construction de nouvelles prisons. Sans mesurer que plus le parc pénit...

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules