Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !
Logo du site
Dossier : Comment mesurer le bien vivre ?

« Faire de l’AFD une agence ‘100 % lien social’ »

©David Hecht/IRIN
©David Hecht/IRIN

Le débat sur les indicateurs de richesse, à la fin des années 2000, a-t-il fait évoluer le paradigme du développement chez les bailleurs de fonds ? Considère-t-on, par exemple, qu’un pays pétrolier s’appauvrit quand il commercialise une ressource qui s’épuise, une ressource dont l’exploitation pollue l’environnement immédiat et dont la combustion dérègle le climat ?

Gaël Giraud - Le débat sur les indicateurs de richesse a alimenté la réflexion de la communauté internationale sur le concept même de développement, laquelle a abouti à l’adoption, en septembre 2015, de l’Agenda 2030 sur le développement durable. Le rapport Stiglitz-Sen-Fitoussi de 2009 (sur la mesure de la performance économique et du progrès social) n’a pas fondamentalement innové, mais il a contribué à rappeler l’impressionnante palette d’indicateurs alternatifs au produit intérieur brut (PIB) déjà disponibles. Pourtant, il n’existe pas aujourd’hui d’indicateur composite utilisé par l’ensemble des bailleurs du développement et qui mesurerait le développement durable dans ses quatre dimensions (sociale, environnementale, politique et économique). À l’Agence française de développement (AFD), nous travaillons sur cette lacune, qui nécessite encore des efforts de recherche. Pour l’instant, nous développons des outils qui agrègent certains indicateurs du développement durable pour aider les pays avec lesquels nous travaillons à définir des trajectoires résilientes et bas-carbone. C’est le cas du modèle macro-économique « Gemmes », qui intègre notamment l’impact du changement climatique et la raréfaction des ressources naturelles. Les différentes mesures du capital naturel actuellement en vogue (notamment celle de la Banque mondiale) sont très insuffisantes. C’est bien la comptabilité nationale comme telle qu’il faut réviser, de manière à ne plus compter comme un « profit » ce qui est, en réalité, une perte en capital (comme la vente de pétrole).

De quelle manière les nouveaux indicateurs disponibles sont-ils pris en compte dans l’élaboration des politiques, des stratégies, des projets ?


En mars 2017, la Commission des Nations unies sur les statistiques a validé une liste de 244 indicateurs à la disposition des États pour évaluer les 17 objectifs de développement durable (ODD). Charge à chacun de récolter les données idoines… Il va clairement falloir établir des priorités dans cette longue liste, d’autant que certains objectifs peuvent entrer en contradiction, par exemple la croissance du PIB (objectif 8) et la protection de l’environnement (objectifs 13, 14 et 15). À l’AFD, les ODD, mais aussi l’Accord de Paris, font partie intégrante de notre stratégie. Nous nous sommes fixé un objectif « 100 % Accord de Paris » avec l’ambition de faire en sorte que l’intégralité de nos projets soit compatible avec les feuilles de route nationales que chaque pays s’est engagé à mettre œuvre en ratifiant l’Accord de Paris. Nous passons également nos projets au crible d’une grille de sélection qui vise à prendre en compte, de façon transversale, les enjeux de « développement durable ». Dans cette grille, nous allons d’ailleurs plus loin : nous essayons de prendre en compte la dimension des droits de l’homme, tragiquement absente des objectifs de développement durable négociés par les États.

Vous-même avez travaillé autour de l’idée d’indicateurs de qualité relationnelle. Quel en est le principe ? Quel écho ces réflexions rencontrent-elles ?

Avec Cécile Renouard, Hélène L’Huillier, Raphaële de la Martinière et Camille Sutter, nous avons travaillé sur un indicateur de capacité relationnelle : le « Relational Capability Index » (RCI). Ces travaux se fondent sur l’idée que les relations humaines constituent le cœur de la vie humaine. Un indicateur composite mesure la qualité des relations entre les personnes et le niveau de leur autonomisation relationnelle. Il révèle notamment comment l’accroissement des inégalités détruit la qualité du dialogue social. On en trouve un écho dans la réflexion menée à l’AFD pour mieux intégrer la dimension du lien social dans ses projets, via un mot d’ordre qui pourrait être de faire de l’AFD une agence « 100 % lien social ». Notre diagnostic est que, dans un contexte où la frontière conventionnelle entre l’humanitaire d’urgence et le développement de long terme est en train de disparaître, la plupart des crises qui secouent les pays ont partie liée avec des déchirures profondes du tissu social. Comment cicatriser ces blessures ? Il convient déjà d’apprendre à les mesurer… L’indicateur de capacité relationnelle y contribue.

Propos recueillis par la Revue Projet.

Les plus lus

Les Marocains dans le monde

En ce qui concerne les Marocains, peut-on parler de diaspora ?On assiste à une mondialisation de plus en plus importante de la migration marocaine. On compte plus de 1,8 million de Marocains inscrits dans des consulats à l’étranger. Ils résident tout d’abord dans les pays autrefois liés avec le Maroc par des accords de main-d’œuvre (la France, la Belgique, les Pays-Bas), mais désormais aussi, dans les pays pétroliers, dans les nouveaux pays d’immigration de la façade méditerranéenne (Italie et ...

L’homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des...

Aux origines du patriarcat

On entend parfois que le patriarcat serait né au Néolithique, près de 5 000 ans avant notre ère. Avant cela, les femmes auraient été libres et puissantes. Les données archéologiques mettent en doute cette théorie. De très nombreux auteurs, de ce siècle comme des précédents, attribuent la domination des hommes sur les femmes à l’essor de l’agriculture, lors du Néolithique. Cette idée est largement reprise dans les médias, qui p...

Du même dossier

La croissance, une addiction ?

Des mises en garde de plus en plus alarmistes semblent impuissantes à remettre en cause l’« objectif croissance » fixé après-guerre. Car notre addiction, individuelle et collective, est tenace. Mais une addiction, nous dit l’économiste Isabelle Cassiers, cela se soigne. Pour certains, la détox a déjà commencé. « Il sera bientôt trop tard pour dévier de notre trajectoire vouée à l’échec, car le temps presse ». Cette « Mise en garde des scientifiques à l’humanité : deuxième avertissement », récemm...

Que nous apprend le « bonheur national brut » du Bhoutan ?

Si le bonheur national brut, propre au Bhoutan, n’est pas un indicateur parfait, il interroge tout de même notre manière de définir la richesse d’un pays. Qu’est-ce que l’on compte et comment ? Parler du Bhoutan n’est pas chose simple. Ce pays soulève des passions contradictoires : certains s’émerveillent devant la priorité donnée au « bonheur », aux humains et à la nature, d’autres critiquent son système monarchique (même parlementaire) et le traitement réservé aux minorités1. En octobre 2015, ...

Le « buen vivir », une autre vision du monde

Pour les peuples indigènes des Andes, nulle frontière entre humains et nature, entre matériel et spirituel. Nulle place, non plus, pour une vision linéaire du progrès. Dans le « buen vivir », les tensions existent et sont assumées, mais c’est l’équilibre qui est recherché, l’harmonie du « tout ». Ce qui n’empêche pas l’instrumentalisation du concept à des fins politiques. Le buen vivir1 ne conçoit pas de bonheur sans tristesse. Selon la vision des peuples indigènes andins d’Amérique du Sud, il y...

Du même auteur

Analyse économique des programmes

Cette vidéo a été réalisée et publiée par le Centre Avec.Dans cet enregistrement, Gaël Giraud sj, collaborateur au Centre Avec et au Forum Saint Michel de Bruxelles, fournit son analyse des programmes économiques en concurrence à l’occasion des élections législatives françaises. Il passe en revue, en particulier, les points saillants de la note publiée la semaine dernière par l’Institut Rousseau au sujet du programme économique de la coalition nouvellement créée en France et baptisée Nouveau Fr...

Faut-il privatiser EDF ?

Le projet Hercule, qui vise à "réorganiser" EDF, laisse présager le pire quant à une potentielle privatisation de l'entreprise publique. Alors que la transition énergétique est l'un des piliers de la lutte contre le changement climatique, est-il pertinent d'ouvrir l'activité de ce fleuron national à la concurrence ? C'est cette question que Martin Monti-Lalaubie a posée à Gaël Giraud, économiste et jésuite, pour sa chronique à la Revue Projet.Les sources citées pendant la chronique :- Le guide ...

« Annuler les dettes est un choix politique »

Dans un contexte de pandémie, que faire de la dette publique ? Pour l’économiste Gaël Giraud, son annulation est d’ores et déjà possible, grâce à la Banque centrale européenne. Depuis le début de la pandémie, le déficit budgétaire se creuse. Le « quoi qu’il en coûte », nouveau credo du gouvernement, commence à susciter des questions sur les capacités du pays à rembourser ses dettes. Faut-il s’en inquiéter ?Gaël Giraud – Dans une si...

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules