Logo du site

[VIDÉO] « Une fois les charges payées, il reste 58€ pour vivre. »

Véronique Fayet
Question de sens

Pourquoi le Secours catholique, engagé auprès des plus pauvres et contre les inégalités, se préoccupe-t-il d'écologie ? Véronique Fayet, sa présidente, répond en ouverture du colloque "Réduire les inégalités : une exigence écologique et sociale". Et pousse un mémorable coup de gueule sur le sort réservé aux migrants à Calais. Pourq...

[VIDÉO] « L’inégalité est une menace pour la prospérité de tous »

Nicolas Hulot
Responsable politique

Pourquoi son engagement pour l’écologie passe par la lutte contre les inégalités ? Nicolas Hulot intervient lors de la table-ronde d'ouverture du colloque Réduire les inégalités : une exigence écologique et sociale. Il y présente sa vision de l’écologie, « une forme de radicalité en humanité », et nous invite à un combat global po...

Inégalités & écologie [5/5] Qu’en dit Yannick Jadot ?

Sandrine Rousseau
Responsable politique

S’il a officiellement rallié la campagne de Benoît Hamon depuis, que proposait Yannick Jadot pour que les habitants de notre pays et de notre monde « vivent bien dans les limites de notre maison commune » ? Nous avons posé les questions à Sandrine Rousseau, membre du bureau national d'Europe Écologie-Les Verts. S'il a officiellement ralli...

Inégalités & écologie [4/5] Qu'en dit Benoît Hamon ?

Michel Pouzol
Responsable politique

Que proposent les candidats à l'élection présidentielle pour que les habitants de notre pays et de notre monde « vivent bien dans les limites de notre maison commune » ? Pour Benoît Hamon, c'est son porte-parole, Michel Pouzol, qui répond à nos questions. Que proposent les candidats à l'élection présidentielle pour que les habitants de n...

Inégalités & écologie [3/5] Qu'en dit François Fillon ?

Isabelle Le Callenec
Responsable politique

Que propose François Fillon pour que les habitants de notre pays et de notre monde « vivent bien dans les limites de notre maison commune » ? Nous avons posé la question à Isabelle Le Callenec, vice-présidente nationale du parti Les Républicains. Que propose François Fillon pour que les habitants de notre pays et de notre monde vivent bien ...

Inégalités & écologie [2/5] Qu'en dit Jean-Luc Mélenchon ?

Liêm Hoang Ngoc
Responsable politique

Que proposent les candidats à l'élection présidentielle pour que les habitants de notre pays et de notre monde « vivent bien dans les limites de notre maison commune » ? Nous avons posé la question à Liêm Hoang Ngoc, représentant de La France Insoumise. Que proposent les candidats à l'élection présidentielle pour que les habitants de no...

Inégalités & écologie [1/5] Qu'en dit Emmanuel Macron ?

Sylvie Goulard
Responsable politique

Que proposent les candidats à l'élection présidentielle pour que les habitants de notre pays et de notre monde « vivent bien dans les limites de notre maison commune » ? Pour Emmanuel Macron, c'est l'eurodéputée Sylvie Goulard qui répond à nos questions. Que proposent les candidats à l'élection présidentielle pour que les habitants de n...

Allemagne : pas de transition énergétique sans les citoyens

Andreas Rüdinger
Vu d'ailleurs

Les débats sur la transition énergétique se focalisent souvent sur les aspects techniques et économiques. Mais pour opérer un tel virage, encore faut-il veiller au soutien dont il bénéficie chez les citoyens. Retour sur l’expérience allemande. Les débats sur la transition énergétique se focalisent souvent sur les aspects techniques et ...

Fiscalité verte : ne lui en demandons pas trop

Aurore Lalucq
Chercheur

Face aux résistances clairement exprimées contre une fiscalité environnementale, quelles solutions permettraient de penser un système fiscal juste et écologique ? Et pourrait-il, à lui seul, assurer une transition plus globale ? Face aux résistances clairement exprimées contre une fiscalité environnementale quelles solutions permettraient ...

Habiter le monde autrement : pour une politique du commun

Michel Renault
Chercheur

Débattus par les chercheurs, les « communs » renvoient au partage, au fait de privilégier l’usage à la propriété, à la reconquête par les citoyens de la gestion de l’eau, des terres… Mais quelle en est précisément la nature ? Quel projet politique incarnent-ils face à l’enjeu des inégalités ? Débattus par les chercheurs les c...

Des institutions garantes du temps long ? Les défis de la démocratie écologique

Clémence Guimont
Chercheur

Happées par le temps court des médias et des mandats, nos démocraties peinent à répondre aux enjeux écologiques. Faut-il inscrire le temps long dans la Constitution ? Modifier nos institutions ? Ou, pour éviter des bouleversements irréversibles, imposer des délais à la décision et à l’action publiques ? Happées par le temps court des...

Penser la justice sociale dans un monde fini

Marie Drique et Caroline Lejeune
Question de sens

Justice sociale et dégradations de l’environnement ont longtemps été perçues comme deux enjeux opposés. Les mouvements sociaux de la « justice environnementale » appellent pourtant à regarder leurs interactions. Justice sociale et dégradations de l'environnement ont longtemps été perçues comme deux enjeux opposés Les mouvements socia...

L'inégalité mise en récit

Jean-Marc Boisselier
Acteur de terrain

Comment sont-elles vécues par des personnes vivant des situations de pauvreté et d’exclusion sociale ? Des personnes accompagnées par le Secours catholique à Dreux, Créteil et Paris, réagissent, lors d'ateliers d'écriture. Comment sont elles vécues par des personnes vivant des situations de pauvreté et d'exclusion sociale Des personnes a...

Éradiquer toute tolérance envers les inégalités

Marie Duru-Bellat
Chercheur

Les pauvres ? Ils le méritent bien. De même, les riches seraient récompensés de leur talent... Imposture idéologique, quand le niveau de revenus dépend avant tout du pays et du milieu où l'on naît ! Quel rôle l'école peut-elle jouer pour délégitimer la méritocratie, qui fait le lit des inégalités ? Les pauvres Ils le méritent bien D...

Repenser les inégalités face au défi écologique

350.org, Réseau Action Climat, Secours catholique, CCFD-Terre Solidaire, CFTC, Collectif Roosevelt, Emmaüs-France, Humanité et biodiversité, Fondation Abbé Pierre, Fondation Nicolas Hulot, Oxfam-France, Revue Projet, Solidarités nouvelles pour le logement, Unaf et Institut Veblen
Question de sens

Lutter contre les inégalités est le leitmotiv de bien des mobilisations. Mais la finitude de notre planète oblige à renouveler la réflexion. Une tâche à laquelle s’est attelé, avec la Revue Projet, un groupe d’associations, syndicats et chercheurs de sensibilités variées. D'où un texte fort, qui refuse d’opposer enjeux sociaux et e...

Pour que d’autres puissent simplement vivre

Jean Merckaert
L'équipe de rédaction

En 2015 la fortune cumulée de 62 personnes équivaut à celle de la moitié la plus pauvre de l'humanité selon Oxfam Même si la méthode de calcul peut toujours être débattue le chiffre reflète une réalité insupportable Si les inégalités entre pays ont reculé au cours des dernières décennies Afrique subsaharienne mise à part celles e...

L’égalité n’a pas à être «performante»

Réjane Sénac
Chercheur

Plus de femmes ou d’immigrés, c’est « bon pour la croissance » ? Défendre l’égalité au nom de la « performance » est une démission politique. L’égalité doit rester un principe sans conditions, non soumis à la loi du marché. Plus de femmes ou d'immigrés c'est bon pour la croissance Défendre l'égalité au nom de la performance...

Ordonner une société par le mérite, est-ce juste ?

Dominique Girardot
Chercheur

Le mérite est-il un instrument de justice sociale ? En 1958, un récit satirique du sociologue Michael Young alertait sur les dangers d’une société réglée par le mérite. La notion, aujourd’hui répandue d’un bout à l’autre du spectre politique, a perdu sa charge ironique ; mais l’ouvrage, qui en propose une critique radicale, n’a...

« Distribuer équitablement les revenus primaires »

Philippe Askenazy
Chercheur

Entretien - Pour l’économiste Philippe Askenazy, nous avons tort de justifier l’inégalité des revenus par les différences de productivité entre les travailleurs les plus qualifiés et les autres. L’apport de nombreux métiers à la création de valeur est sous-estimé. À la recherche d’une plus grande équité, il s’agit de faire é...

Vers un plafonnement des écarts de revenus

Lucile Leclair et Jean Merckaert
L'équipe de rédaction

« Réduire les inégalités, une exigence écologique et sociale » (voir notre colloque des 16-18 fév. 2017). Oui mais comment ? L'appel gandhien à « vivre simplement pour que d'autres puissent simplement vivre » n'invite-t-il pas à plafonner les écarts de revenus ? Une proposition prise au sérieux par les associations partenaires de ce nu...

« Un espace sûr et juste pour l’humanité »

Kate Raworth
Vu d'ailleurs

Entretien – À partir d'un doughnut, viennoiserie américaine, Kate Raworth explique le lien intrinsèque entre inégalités sociales et limites environnementales. Elle défend l’absolue nécessité de les considérer comme deux bornes indépassables de nos systèmes politiques et économiques. Entretien À partir d'un doughnut viennoiserie am...

Portland : faire du climat un enjeu local

Susan Anderson
Responsable politique

Entretien - Depuis les années 1970, Portland, dans l'Oregon, met en place une politique publique en faveur d’une ville écologiquement responsable et tournée vers ses habitants. À l’inverse de la plupart des grandes villes américaines… Entretien Depuis les années 1970 Portland dans l'Oregon met en place une politique publique en faveur d...

L’allocation universelle est-elle juste ?

Floran Augagneur
Chercheur

Sortir de l'aliénation par le salariat, dynamiter la société de croissance, pallier la disparition du travail, démanteler l'État-providence... Le revenu de base, ou allocation universelle, trouve autant de justifications que de partisans, à gauche comme à droite. Or, pour être pérenne, une institution doit être ancrée sur des principes s...

Inégalités monétaires : quelques repères

Revue Projet
cqfs

Multiples sont les visages de l'inégalité Ainsi l'espérance de vie est de 50 ans en Sierra Leone contre 82 ans en France Si l'on s'en tient aux inégalités monétaires Une tendance au resserrement des inégalités entre paysDe très grandes disparités persistent entre pays si l'on s'attache au Pib moyen par habitant en 2015 de 270 environ au ...

L’empreinte écologique à l’épreuve des inégalités

Aurélien Boutaud et Natacha Gondran
Chercheurs

Si l’empreinte écologique est discutée sur le plan méthodologique, elle n’en traduit pas moins une réalité : notre humanité vit au-dessus de ses moyens. Du moins, une partie de l’humanité. Car c’est bien le mode de vie des plus riches qui est en cause. Si l'empreinte écologique est discutée sur le plan méthodologique elle n'en tra...

Colloque : Réduire les inégalités, exigence écologique et sociale

Revue Projet
Droit de cité

Notre monde doit faire face simultanément à des défis écologiques inédits et à une explosion des inégalités. Alors faut-il choisir son combat ? Notre génération contre celles à venir ? Sauver la planète ou les pauvres ? Avec quinze associations partenaires, la Revue Projet vous invite au colloque : Notre monde doit faire face simultané...

Dossier : Inégalités, un défi écologique ?

SFO Streets: Welcome to the city
San Francisco, Juillet. 2015.
©Franck Michel / Flickr
SFO Streets: Welcome to the city San Francisco, Juillet. 2015. ©Franck Michel / Flickr

L’égalité n’a pas à être «performante»


Plus de femmes ou d’immigrés, c’est « bon pour la croissance » ? Défendre l’égalité au nom de la « performance » est une démission politique. L’égalité doit rester un principe sans conditions, non soumis à la loi du marché.

« Plus de femmes dans les instances dirigeantes des entreprises, c’est une valeur ajoutée. » « La diversité, c’est bon pour le business. » « Plus d’immigrés, ça améliore la croissance. » De tels arguments se retrouvent de plus en plus fréquemment, à gauche comme à droite1. Peut-on encore, en France, défendre l’égalité sans conditions, comme un principe fondamental, sans avoir besoin de prouver son « utilité » ? Et que se passerait-il, à l’inverse, si le coût de l’égalité était prouvé ? Cela justifierait-il les discriminations sexistes, racistes ou la fermeture des frontières ?

La survie de l’État-providence et des politiques d’égalité semble reposer sur la démonstration que l’égalité est « meilleure pour tous »2. L’OCDE montre par exemple que les politiques de redistribution et d’égalité femmes-hommes sont nécessaires pour augmenter la croissance économique, permettant en particulier que l’éducation soit un investissement rentable pour tous et pas seulement pour les plus aisés3. De nombreux rapports4 légitiment ainsi les politiques d’égalité : un investissement coûtant moins qu’il ne rapporte, si l’on tient compte de la « performance » économique et sociale à terme.

Il est naïf ou cynique de croire que des arguments de justice et d’utilité peuvent cohabiter, sans que les premiers soient conditionnés par les seconds. Dépassons l’attrait de formules telles que le « gagnant-gagnant » : il faut assumer qu’une victoire pour certains est une perte pour d’autres. Promouvoir l’égalité entre femmes et hommes5, la diversité ou l’immigration, comme une démarche économiquement rationnelle et rentable, c’est les mettre sous condition de la démonstration de leur performance6.

Le risque est double. Si la performance de l’égalité est prouvée, le risque est d’enfermer les inégaux dans une mise en scène de leur « plus-value ». Loin de remettre en cause leur assignation à une singularité sexuée ou racialisée, il la « modernise ». Concrètement : justifier l’inclusion des femmes ou des « non-blancs » au nom de la rentabilité de la mixité, c’est attendre d’elles/d’eux qu’ils soient et demeurent des compléments rentables (le trop fameux « management au féminin » ou « capital féminin ») et non des égaux. Le second risque est que l’égalité de principe devienne une option. S’il est prouvé que les inégalités sont performantes, les politiques discriminatoires et d’exclusion sont légitimées. Or le lien de causalité entre mixité et performance est discuté et discutable7. S’il est démontré que la sortie des femmes de l’emploi et la préférence nationale pourraient contribuer à résorber le chômage, que ferons-nous ?

Si la performance de l’égalité est prouvée, le risque est d’enfermer les inégaux dans une mise en scène de leur « plus-value ».

En procédant à ce type d’argumentation, nous acceptons implicitement d’indexer les choix politiques à des variables économiques. La brèche est ouverte au questionnement sur la « rentabilité » des dépenses publiques de solidarité, en particulier dans le domaine de la santé et de l’éducation. Est-on sûr que les bourses sur critère social « rapportent » plus qu’elles ne coûtent ? Que la gratuité de l’école soit un « plus » pour la croissance ? Qu’il soit économiquement fondé d’héberger des SDF l’hiver ?

Les débats sur les coûts ou les bénéfices liés à l’immigration constituent une bonne illustration de cette évolution idéologique8. Le lien entre performance et mixité, et celui entre performance et immigration participent d’une même logique de soumission du politique à l’économique. Quand arrêtera-t-on de justifier les entrées de migrants par leur « apport » à l’économie ou inversement de les refuser du fait de leur coût pour le pays, pour l’Europe ?

La tentation est forte de défendre l’égalité comme une valeur dans laquelle on investit, sans prendre conscience qu’elle est ainsi sacrifiée, en tant que principe de justice, à la valorisation et à la performance de la différence. Tout se passe comme si les tenants de l’égalité abandonnaient la bataille idéologique pour s’en remettre aux thèses néolibérales qu’ils contestent. Pour que l’égalité retrouve un sens et une épaisseur politiques, il faut dénoncer cette ruse de la raison néolibérale, qui consiste à la paralyser, voire à l’empoisonner, en l’exaltant à son profit.

Il faut politiser le principe d’égalité en le libérant de son conditionnement à la performance.

Afin de ne pas être contraints de participer à un arbitrage cynique entre inégalités coûteuses et inégalités rentables, il faut politiser le principe d’égalité en le libérant de son conditionnement à la performance. C’est accepter de passer par la porte étroite de la reformulation d’un principe d’égalité qui a été pensé et porté au sein d’une fraternité républicaine excluant historiquement et théoriquement les « non-frères »9 : les femmes et les « non-blanc.he.s ». C’est remettre en cause un mouvement historique et théorique qui les a exclu.e.s au nom de leur prétendue « moins-value » naturelle et qui les inclut aujourd’hui au nom de leur prétendue « plus-value » culturelle, sociale et économique et non en tant que pairs. L’égalité est morte, vive l’égalité !



1 Cet article reprend de larges extraits d’un article paru sur le site de l’Observatoire des inégalités, le 29 janvier 2016.

2 Pour reprendre le titre de l’ouvrage des britanniques Kate Pickett et Richard Wilkinson, Pourquoi l’égalité est meilleure pour tous, Les petits matins, 2013.

3 « Tous concernés. Pourquoi moins d’inégalités profite à tous », OCDE, mai 2015.

4 Cf. par exemple Le coût économique des discriminations, Gilles Bon-Maury et al., rapport remis à la ministre du Travail, de l’emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social, et au ministre de la Ville, de la jeunesse et des sports, France Stratégie, 2016. Bruno Palier, La stratégie de l’investissement social, Rapport du Conseil économique social et environnemental, février 2014 ; Conseil économique social et environnemental, L’Apport économique des politiques de diversité à la performance de l’entreprise : le cas des jeunes diplômés d’origine étrangère, avril 2014.

5 Le portail de données sur la parité de l’OCDE : www.oecd.org/fr/parite ; Willem Adema, « L’égalité hommes-femmes peut stimuler l’économie », L’Observateur de l’OCDE, n° 298, T1 2014, éditions OCDE.

6 Réjane Sénac, L’égalité sous conditions. Genre, parité, diversité, Paris, Presses de Sciences Po, 2017.

7 Cf. en particulier Julie A. Nelson, « Not-So-Strong Evidence for Gender Differences in Risk Taking », Feminist Economics, Juillet 2015.

8 Cf. en particulier les rapports de l’OCDE, ainsi que pour le cas français Xavier Chojnicki, « Bénéfices et coûts de l’immigration : les perspectives macroéconomiques d’une politique d’immigration active », e-Migrinter, n° 12, 2014 ; Hippolyte d’Albis, Ekrame Boubtane, Dramane Coulibaly, Immigration Policy and Macroeconomic Performance in France, documents de travail du centre d’économie de la Sorbonne, 2015.

9 Réjane Sénac, Les non-frères au pays de l’égalité, Presses de Sciences Po, 2017.


Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules