Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !
Logo du site
Dossier : Démocratie en Afrique : quels défis ?

Une page lourde à tourner

©Tournons la page
©Tournons la page

Vous ouvrez un numéro d’espoir et de combat ! Après les conférences nationales des années 1990, la période 2014-2016 pouvait marquer une nouvelle vague de démocratisation en Afrique. Dans plusieurs pays, des révisions de la Constitution visant à pérenniser le régime menaçaient, provoquant la légitime colère des populations. Le 15 octobre 2014, aux côtés d’intellectuels, d’artistes, de mouvements associatifs et syndicaux, en Afrique et en Europe, nous lancions l’appel « Tournons la page ! En Afrique comme ailleurs, pas de démocratie sans alternance ». Quelques jours plus tard, au Burkina Faso, la révolution donnait chair à cet espoir : un million de citoyens descendus dans la rue balayaient le régime de Compaoré, au pouvoir depuis 1987. L’espoir d’une alternance gagnait la jeunesse et les mouvements sociaux, partout, au sud du Sahara, où le pouvoir est confisqué par un clan. Au Togo et au Gabon, près de 90 % de la population n’a connu qu’une famille au pouvoir !

Un espoir violemment douché depuis (cf. R. Banégas). Car le pouvoir n’est jamais si dur que lorsqu’il se sent acculé (cf. B. Mackosso et P. Perdrix). Au Burundi, la campagne « Halte au 3e mandat » s’est heurtée à l’obstination criminelle de Nkurunziza et la répression fait chaque jour de nouvelles victimes. Au Congo-Brazzaville, les autorités ont maté toute résistance au coup d’État constitutionnel : plusieurs dizaines de tués en octobre 2015. Au Cameroun, le lancement de « Tournons la page » valait la prison à ses initiateurs. Mais la lueur persiste. En RDC, malgré la répression sanglante, la mobilisation a forcé le gouvernement à reculer. Jusqu’à présent.

De la communauté internationale, les démocrates africains ne peuvent espérer, au mieux, que quelques marques d’indignation. Les sanctions européennes à l’encontre du régime burundais sont bien tardives. Tout à la défense de ses intérêts économiques et sécuritaires, la France s’accommode fort bien de la reconduction des Sassou (Congo), Gnassingbé (Togo), Déby (Tchad)… L’Afrique, il faut s’y enrichir – les taux de rendement y battent des records (cf. B. Orval) –, s’en protéger (migrants, épidémies, terrorisme), éventuellement, la secourir. Pour la conquête d’une véritable liberté politique, les Africains ne peuvent compter que sur eux-mêmes.

Si la page peine tant à être tournée, c’est que la nature prédatrice de l’État est profondément ancrée. La colonisation, marquée au fer rouge par la traite et l’esclavage, est une histoire d’assujettissement. Elle fut négation de la liberté, de l’humanité de peuples entiers, « avilissant le colonisateur » (Aimé Césaire), compromettant certaines élites locales (cf. I. Thioub). Les indépendances des années 1960 ont surtout marqué une rupture formelle. Combien de leaders indépendantistes ont été assassinés pour avoir voulu se libérer vraiment de l’emprise coloniale ? Franc CFA, bases militaires, omniprésence d’entreprises légataires de la colonie : aujourd’hui encore, les stigmates sont visibles.

On objectera que la démocratie est un héritage colonial. L’argument, aveugle à la réalité des alternances au Bénin ou au Nigeria, est irrecevable, quand il naturalise une soi-disant inadaptation culturelle des Africains à la citoyenneté (cf. J.-P. Olivier de Sardan), ou quand il sert de justification à la dictature. Il l’est tout autant quand il conteste l’universalité de l’aspiration à la liberté et aux conditions concrètes de son exercice, selon la définition que Fabien Eboussi Boulaga – tout comme Amartya Sen – donne de la démocratie. Reste qu’il appartient à chaque peuple d’en inventer les formes, en puisant à ses propres sources (cf. F. Sarr), en inscrivant sa trajectoire collective dans une histoire longue, souvent passée sous silence (cf. C. Coquery-Vidrovitch). Mais ces pages nouvelles ne pourront être écrites par les seuls intellectuels. Réinventer la démocratie, c’est reconquérir l’étage intermédiaire de la société politique : celui des contre-pouvoirs, des enseignants, des journalistes (cf. F. Brisset-Foucault), des artistes, des groupes confessionnels (cf. L. Lado), des mouvements associatifs ou syndicaux. Ce défi passe par un engagement conscient, tenace, courageux. Il appelle notre solidarité.

À lire dans la question en débat
« Démocratie en Afrique : quels défis ? »

J'achète Le numéro !
Démocratie en Afrique : quels défis ?
Je m'abonne dès 3.90 € / mois
Abonnez vous pour avoir accès au numéro
Les plus lus

Les Marocains dans le monde

En ce qui concerne les Marocains, peut-on parler de diaspora ?On assiste à une mondialisation de plus en plus importante de la migration marocaine. On compte plus de 1,8 million de Marocains inscrits dans des consulats à l’étranger. Ils résident tout d’abord dans les pays autrefois liés avec le Maroc par des accords de main-d’œuvre (la France, la Belgique, les Pays-Bas), mais désormais aussi, dans les pays pétroliers, dans les nouveaux pays d’immigration de la façade méditerranéenne (Italie et ...

L’homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des...

Un héritage tentaculaire

Depuis les années 1970 et plus encore depuis la vague #MeToo, il est scruté, dénoncé et combattu. Mais serait-il en voie de dépassement, ce patriarcat aux contours flottants selon les sociétés ? En s’emparant du thème pour la première fois, la Revue Projet n’ignore pas l’ampleur de la question.Car le patriarcat ne se limite pas à des comportements prédateurs des hommes envers les femmes. Il constitue, bien plus, une structuration de l’humanité où pouvoir, propriété et force s’assimilent à une i...

Du même dossier

« Révolutionner notre rapport au pouvoir »

Pourquoi l’État en Afrique est-il souvent assimilé à un moyen de captation des biens publics à des fins personnelles ? Pourquoi a-t-il déserté son rôle nourricier pour celui de la violence et de la prédation ? Dans cet entretien lumineux accordé au quotidien sénégalais « Sud Quotidien » le 3 mars 2014, l’historien Ibrahima Thioub met en perspective l’expérience démocratique du Sénégal et appelle à une révolution culturelle du rapport au pouvoir. Sud Quotidien – En 2000, lorsque l’ancien présiden...

Afrique : quel sort réserver aux présidents déchus ?

Débat - En Afrique, plusieurs présidents arrivant au terme de leur mandat s’accrochent au pouvoir. La peur de perdre un statut, d’être poursuivi suffit-elle à expliquer cette attitude ? Comment favoriser des transitions démocratiques sereines ? Pourquoi des dirigeants qui exercent le pouvoir depuis déjà plusieurs décennies s’y accrochent-ils encore si fort ?Philippe Perdrix – Les termes du débat autour de la fin des régimes sont souvent caricaturaux. Les dirigeants sortants seraient autocratique...

L’Afrique a besoin d’une utopie

Entretien – L’écrivain Felwine Sarr invite à décoloniser les esprits pour penser l’Afrique de demain à partir de l’histoire et des besoins propres au continent. Il invite aussi à incarner activement cette utopie. Là où de nombreux auteurs se penchent au chevet de l’Afrique subsaharienne, vous voulez au contraire dessiner une utopie, une « Afrotopia ». Quels en sont les contours ?Felwine Sarr – À l’afropessimisme et à l’optimisme euphoriq...

Du même auteur

Chocolat amer

L’or brun. En Côte d’Ivoire, les fèves de cacao font vivre une bonne partie de la population. Mais elles aiguisent aussi les appétits. Non sans conséquences sur les fuites de capitaux, l’impossibilité de déloger la classe dirigeante et la violence  armée. C’est ce que révèle cette enquête… au goût amer. Un seul pays d’Afrique est leader mondial dans l’exportation d’une matière première a...

Pour une économie relationnelle

« On peut en savoir beaucoup sur quelqu’un à ses chaussures ; où il va, où il est allé ; qui il est ; qui il cherche à donner l’impression qu’il est ». À cette observation de Forrest Gump dans le film éponyme1, on pourrait ajouter : « Quel monde il invente ». Car l’analyse du secteur de la chaussure, objet du quotidien s’il en est, en dit long sur notre système économique. Un système qui divise. À commencer par les humains : quel acheteur est capable de mettre un visage derrière la fabrication ...

Libérons-nous de la prison !

Nous aurions pu, comme en 1990, intituler ce numéro « Dépeupler les prisons » (Projet, n° 222). Car de l’inventaire dressé alors, il n’y a pas grand-chose à retirer. Les conditions de vie en détention, notamment pour les courtes peines et les détenus en attente de jugement, restent indignes d’un pays qui se veut « patrie des droits de l’homme ». Mais à la surpopulation carcérale, on préfère encore et toujours répondre par la construction de nouvelles prisons. Sans mesurer que plus le parc pénit...

Vous devez être connecté pour commenter cet article

1 réactions pour « Une page lourde à tourner »

Rémi Manso
01 May 2016

Aveuglement : c'est le mot qui vient à l'esprit quand on a fini de lire cet article. Aveuglement, car il n'est pas fait mention de la raison principale des maux de l'Afrique : son explosion démographique. En effet, le continent qui ne comptait que 250 millions d'habitants au moment des indépendances en a aujourd'hui quasiment cinq fois plus. Une telle multiplication en si peu de temps : du jamais vu dans l'histoire de l'humanité ! Comment le continent aurait-il pu faire face à cela alors qu'il n'a pas gagné un pouce de terrain et que les conditions climatiques se sont dégradées ? Et que dire de l'avenir, quand on sait que l'ONU prévoit une population de 4,2 milliards de personnes en 2100, ce qui conduirait à une multiplication par 16 en 150 ans ?... http://demographie-responsable.org/

* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules