Affiches électorales, Kinshasa, Congo RDC 2011 ©MONUSCO photos/FlickrAffiches électorales, Kinshasa, Congo RDC 2011 ©MONUSCO photos/Flickr


Pourquoi l’État en Afrique est-il souvent assimilé à un moyen de captation des biens publics à des fins personnelles ? Pourquoi a-t-il déserté son rôle nourricier pour celui de la violence et de la prédation ? Dans cet entretien lumineux accordé au quotidien sénégalais « Sud Quotidien » le 3 mars 2014, l’historien Ibrahima Thioub met en perspective l’expérience démocratique du Sénégal et appelle à une révolution culturelle du rapport au pouvoir.

Sud Quotidien – En 2000, lorsque l’ancien président Abdoulaye Wade a accédé au pouvoir après vingt-six années d’opposition, une de ses premières réactions a été de dire : « Maintenant nos problèmes d’argent sont terminés ». Quelle réflexion cela vous inspire-t-il ?
Ibrahima Thioub – Cet acte fondateur relaté par...


Cet article est réservé aux abonnés. Vous pouvez l’acheter à l’unité ou par question en débat.
Revue-Projet.com offre l’accès gratuit aux articles de moins de 2 mois ou plus de 4 ans.

Pour accéder à cet article :
abonnez-vous en ligne.
ou ajoutez à votre panier.

Si vous êtes déjà abonné, identifiez-vous.

Fonctionnalit\E9 r\E9serv\E9e aux abonn\E9s




Vous devez être abonné pour pouvoir consulter l'article intégral et réagir à cet article.