À la sortie de la messe du dimanche, village de Monga, Côte d'Ivoire ©Koko Taillé/FlickrÀ la sortie de la messe du dimanche, village de Monga, Côte d'Ivoire ©Koko Taillé/Flickr



 

En Afrique, le politique est en permanence traversé par les religions et les croyances mystiques. Les chefs d’État s’entourent de gourous pour asseoir leur puissance, les forces religieuses peuvent avoir partie liée avec les élites économiques et politiques, tout comme elles peuvent être des sources de dissidence. Une dimension trop souvent négligée par les acteurs de la scène politique internationale.


L’Afrique reste un continent profondément religieux, aussi bien au niveau des croyances que des pratiques. Sans exclure d’autres rationalités, la grille de lecture religieuse y occupe encore une place centrale dans les représentations individuelles et collectives. Ces trois dernières décennies ont été marquées par une sorte de libéralisation...


Cet article est réservé aux abonnés. Vous pouvez l’acheter à l’unité ou par question en débat.
Revue-Projet.com offre l’accès gratuit aux articles de moins de 2 mois ou plus de 4 ans.

Pour accéder à cet article :
abonnez-vous en ligne.
ou ajoutez à votre panier.

Si vous êtes déjà abonné, identifiez-vous.

Fonctionnalit\E9 r\E9serv\E9e aux abonn\E9s




Vous devez être abonné pour pouvoir consulter l'article intégral et réagir à cet article.