Rassemblement du mouvement United Democratic Front à Johannesburg, janvier 1985. © UN PhotoRassemblement du mouvement United Democratic Front à Johannesburg, janvier 1985. © UN Photo



 

Longtemps, l’Europe a considéré que l’histoire africaine n’avait commencé qu’avec la colonisation… Longtemps, on a refusé de l’étudier – et, aujourd’hui encore, de l’enseigner. L’Afrique occupe pourtant une place centrale dans l’histoire du monde. Envisager la longue durée, voilà ce à quoi nous invite la grande historienne C. Coquery-Vidrovitch.


On ne peut comprendre la situation actuelle de l’Afrique subsaharienne, cinquante-cinq ans après les indépendances francophones de 1960, sans l’analyser à la lumière des héritages complexes et lourds du continent[1]. Celui-ci n’est « né » ni avec les indépendances, ni avec la...


Cet article est réservé aux abonnés. Vous pouvez l’acheter à l’unité ou par question en débat.
Revue-Projet.com offre l’accès gratuit aux articles de moins de 2 mois ou plus de 4 ans.

Pour accéder à cet article :
abonnez-vous en ligne.
ou ajoutez à votre panier.

Si vous êtes déjà abonné, identifiez-vous.

Fonctionnalit\E9 r\E9serv\E9e aux abonn\E9s




Vous devez être abonné pour pouvoir consulter l'article intégral et réagir à cet article.