©Tournons la page©Tournons la page


Au sud du Sahara, les mouvements citoyens porteurs des espoirs d’alternance ne sont pas une génération spontanée. Leur succès, au Sénégal et au Burkina Faso, se situe dans une histoire de contestation, de déception partisane et dans un contexte de moindre recours à la violence qu’en Afrique centrale.

Les mouvements « Y’en a marre ! » au Sénégal et « Balai citoyen » au Burkina Faso ont fait irruption dans le paysage politique avec une redoutable efficacité. Quelles en sont les caractéristiques ?
Richard Banégas – « Y’en a marre ! » est apparu au Sénégal dans le contexte des printemps arabes, le jour même de la chute...


Cet article est réservé aux abonnés. Vous pouvez l’acheter à l’unité ou par question en débat.
Revue-Projet.com offre l’accès gratuit aux articles de moins de 2 mois ou plus de 4 ans.

Pour accéder à cet article :
abonnez-vous en ligne.
ou ajoutez à votre panier.

Si vous êtes déjà abonné, identifiez-vous.

Fonctionnalit\E9 r\E9serv\E9e aux abonn\E9s




Vous devez être abonné pour pouvoir consulter l'article intégral et réagir à cet article.