Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !
Logo du site
Dossier : Banlieues, cités dans la cité

Ouverture


Dans d’autres pays d’Europe, les crises urbaines ont rarement pris la même ampleur que chez nous. En France, on a pourtant multiplié les projets et les plans. On a consenti des efforts considérables. Mais on n’a pas refait la ville dans son territoire. Et l’on a considéré les populations des quartiers comme des problèmes, plutôt que comme des acteurs qui fabriquaient le devenir de la cité. Dès lors, de programme en programme, on est toujours à la traîne.

Comment construire non pas seulement des pavillons, des immeubles, des grands ensembles…, mais des « habitations », qui soient à la fois protection, installation dans la vie, et possibilité d’avoir place dans un espace public ouvert. Construire des cités, mais aussi « construire » des habitants.

Les quartiers pauvres furent aussi des quartiers populaires, où une construction sociale et politique a été le support permettant de relier, en un sens, les lotissements à l’ensemble de la société et donnant son cadre à une culture. Aujourd’hui, les changements économiques, les bouleversements d’un univers individualiste et mobile, condamnent-ils les quartiers à l’isolement ?

La réponse ne sera pas celle des seuls urbanistes « L’urbanisme n’est pas la solution » (Th. Paquot). Il ne doit surtout pas apporter des remèdes standard, mais servir des humains dans leur quête à habiter. Dans les programmes de rénovation, la part consacrée au projet urbain prend souvent toute la place, et le projet social est réduit à la portion congrue. Mais si l’on ne se fonde pas sur les atouts sociaux, économiques, culturels de chaque cité dans son environnement, on assistera à un effondrement de l’urbanité.

Il ne suffit pas de déconstruire des ghettos pour mieux délimiter des territoires « résidentialisés » (des espaces clos mieux appropriés !). C’est un projet partagé de développement, et donc d’ouverture, qui est à construire.


J'achète Le numéro !
Banlieues, cités dans la Cité
Je m'abonne dès 3.90 € / mois
Abonnez vous pour avoir accès au numéro
Les plus lus

Les Marocains dans le monde

En ce qui concerne les Marocains, peut-on parler de diaspora ?On assiste à une mondialisation de plus en plus importante de la migration marocaine. On compte plus de 1,8 million de Marocains inscrits dans des consulats à l’étranger. Ils résident tout d’abord dans les pays autrefois liés avec le Maroc par des accords de main-d’œuvre (la France, la Belgique, les Pays-Bas), mais désormais aussi, dans les pays pétroliers, dans les nouveaux pays d’immigration de la façade méditerranéenne (Italie et ...

L’homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des...

Un héritage tentaculaire

Depuis les années 1970 et plus encore depuis la vague #MeToo, il est scruté, dénoncé et combattu. Mais serait-il en voie de dépassement, ce patriarcat aux contours flottants selon les sociétés ? En s’emparant du thème pour la première fois, la Revue Projet n’ignore pas l’ampleur de la question.Car le patriarcat ne se limite pas à des comportements prédateurs des hommes envers les femmes. Il constitue, bien plus, une structuration de l’humanité où pouvoir, propriété et force s’assimilent à une i...

Du même dossier

Banlieues, cités dans la Cité (introduction)

Cités, dans la cité ! Elles n’y seraient plus vraiment ? Quand une vague de violence enflamme toute une partie des banlieues, l’opinion s’interroge sur la place qu’elles occupent : des zones de non-droit ? Des ghettos ? Des grands ensembles dont les habitants se voient barrées les routes qui permettent de partager une même cité : celles d’un parcours de formation, d’un parcours résidentiel, d’un parcours d’utilité dans l’emploi, d’engagement citoyen au-delà des appartenances communautaires ?Au ...

Repenser la ville avec les élus

Resumé L’exemple d’une banlieue qui cherche à conjuguer rénovation urbaine et développement social. Située au nord du département des Hauts-de-Seine, en banlieue parisienne, Villeneuve-la-Garenne est une commune récente, qui a connu une croissance rapide de sa population, à la suite de constructions massives de logements sociaux sur de grandes parcelles privées, entre les années 1950 et 1970, essentiellement pour des raisons historiques de solidarité (appel de l’abbé Pierre en 1954, retour des r...

Avons-nous oublié les émeutes de 2005 ?

Resumé Les violences ont donné à voir les tensions et les transformations à l’œuvre dans les quartiers. Elles ont eu une portée politique. Les émeutes survenues à l’automne 2005 ont constitué un phénomène inédit à bien des égards. Pendant près de trois semaines, elles ont focalisé l’attention collective non seulement en France mais dans le monde occidental. À ces événements a succédé quelques mois plus tard une forte mobilisation collective contre le Contrat première embauche. Mesure phare du Pl...

Du même auteur

Mémoire vive d'une zone industrielle

Jean-Jacques Clément habite La Plaine, à Saint-Denis, un ancien secteur industriel en pleine métamorphose. Pour veiller à la mémoire de son quartier, il a choisi de le raconter. La rédaction de la Revue Projet se situe à La Plaine Saint-Denis. Vous êtes sans doute l’un des personnages que l’on croise le plus souvent dans le quartier…Je suis à La Plaine depuis l’an 2000. Et effectivement, je suis devenu un personnage un peu, parce que je circule beaucoup. C’est ...

Entendre la parole des victimes

Les victimes ont brisé le silence. Mais les écoutons-nous vraiment ? Au-delà de la plainte, c’est à un dialogue qu’elles nous invitent, pour renouer les liens que le traumatisme a rompus. Longtemps les victimes n’avaient pas la parole. On ne cherchait pas à les entendre ou elles ne parvenaient pas à s’exprimer. « Hosties » fut, en français, le premier mot pour les désigner : créatures offertes au destin, elles étaient silencieuses. Celui qui avait la parole, c’était le héros qui rétablissait la ...

Autonomie et solidarité

Autonomie, dépendance? Deux mots, à l’opposé l’un de l’autre, pour parler des enjeux autour de la vulnérabilité des personnes âgées! « Autonomie » parle de la dignité des personnes, « dépendance » de solidarité reconnue, acceptée. Les deux mots ne sont pas sans ambiguïté : l’autonomie comme exigence, où la vulnérabilité et les frustrations sont vécues comme un échec; la dépendance comme passivité et infantilisation…Notre espérance de vie à tous s’est heureusement allongée. Un temps libre pour s...

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules