Logo du site
Dossier : Banlieues, cités dans la cité

Ouverture


Dans d’autres pays d’Europe, les crises urbaines ont rarement pris la même ampleur que chez nous. En France, on a pourtant multiplié les projets et les plans. On a consenti des efforts considérables. Mais on n’a pas refait la ville dans son territoire. Et l’on a considéré les populations des quartiers comme des problèmes, plutôt que comme des acteurs qui fabriquaient le devenir de la cité. Dès lors, de programme en programme, on est toujours à la traîne.

Comment construire non pas seulement des pavillons, des immeubles, des grands ensembles…, mais des « habitations », qui soient à la fois protection, installation dans la vie, et possibilité d’avoir place dans un espace public ouvert. Construire des cités, mais aussi « construire » des habitants.

Les quartiers pauvres furent aussi des quartiers populaires, où une construction sociale et politique a été le support permettant de relier, en un sens, les lotissements à l’ensemble de la société et donnant son cadre à une culture. Aujourd’hui, les changements économiques, les bouleversements d’un univers individualiste et mobile, condamnent-ils les quartiers à l’isolement ?

La réponse ne sera pas celle des seuls urbanistes « L’urbanisme n’est pas la solution » (Th. Paquot). Il ne doit surtout pas apporter des remèdes standard, mais servir des humains dans leur quête à habiter. Dans les programmes de rénovation, la part consacrée au projet urbain prend souvent toute la place, et le projet social est réduit à la portion congrue. Mais si l’on ne se fonde pas sur les atouts sociaux, économiques, culturels de chaque cité dans son environnement, on assistera à un effondrement de l’urbanité.

Il ne suffit pas de déconstruire des ghettos pour mieux délimiter des territoires « résidentialisés » (des espaces clos mieux appropriés !). C’est un projet partagé de développement, et donc d’ouverture, qui est à construire.


Les plus lus

L'homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Resumé Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des hommes. Une ...

Ce que l’écologie fait à la politique

Un demi-siècle après les premières alertes scientifiques, l’écologie a bel et bien trouvé un débouché politique : de nouvelles instances, de nouveaux partis sont régulièrement mis sur pied. Mais pour faire advenir des changements politiques à la hauteur des enjeux, c’est notre cadre de pensée qu’il nous faut révolutionner. 1 « Écologisation » du politiqueLes enjeux écologiques sont désorm...

L’envol de la chouette

Le confinement mis en place pour contenir l’épidémie s’est traduit par toute une série de restrictions : limitation des déplacements, couvre-feu, port du masque… Comme les secouristes de haute montagne, nos comportements étaient dictés par une injonction à ne pas penser pour éviter une chute fatale. Un vent de liberté souffle à présent et l’on se réjouit de retrouver, petit à petit, nos libertés suspendues.Mais n’avançons-nous pas en terrain miné ? L’histoire nous enseigne que c’est dans les te...

Du même dossier

Ouverture

Plus qu’à d’autres époques, la ville se conjugue au pluriel et au singulier : une cité plurielle dans laquelle on peut être mobile sans être renvoyé à une précarité individuelle, mais où l’on peut construire un parcours personnel croisé avec celui des autres.Une cité qui permet donc de se représenter des itinéraires, plus incertains aujourd’hui que dans une société d’ordres, mais ouvrant sur des conjugaisons possibles. Une cité où des passeurs donnent aux habitants d’origines et d’âges divers u...

Un outil pour les bailleurs

Resumé Les Hlm peuvent aussi soutenir la vie associative et la tranquillité dans les quartiers. Faciliter la coopération entre les différents acteurs présents sur un même territoire ; impulser, animer et mettre en œuvre des projets en rapport avec les enjeux du renouvellement urbain, puis les évaluer ; assister et conseiller les bailleurs dans leurs relations avec tous les intervenants dans les opérations d’aménagement et de gestion urbaine de proximité : telles sont les missions principales des...

Parcours d'obstacles à l'embauche

Table ronde avec Ommar Benfaïd, Secrétaire confédéral Cfdt chargé de l’immigration et des libertés, Mustapha Bouras président du Cefir, association de Dunkerque, Inès Minin présidente de la Joc et Hughes Challan Belval, administrateur de l’association « Nos quartiers ont des talents » et du Medef 93. Ommar BenfaïdFace aux inégalités de traitement devant l’emploi, il y a urgence. Les organisations syndicales sont appelées à faire preuve d’inventivité pour mobiliser leurs partenaires du monde du t...

Du même auteur

Mémoire vive d'une zone industrielle

Jean-Jacques Clément habite La Plaine, à Saint-Denis, un ancien secteur industriel en pleine métamorphose. Pour veiller à la mémoire de son quartier, il a choisi de le raconter. La rédaction de la Revue Projet se situe à La Plaine Saint-Denis. Vous êtes sans doute l’un des personnages que l’on croise le plus souvent dans le quartier…Je suis à La Plaine depuis l’an 2000. Et effectivement, je suis devenu un personnage un peu, parce que je circule beaucoup. C’est ...

Entendre la parole des victimes

Les victimes ont brisé le silence. Mais les écoutons-nous vraiment ? Au-delà de la plainte, c’est à un dialogue qu’elles nous invitent, pour renouer les liens que le traumatisme a rompus. Longtemps les victimes n’avaient pas la parole. On ne cherchait pas à les entendre ou elles ne parvenaient pas à s’exprimer. « Hosties » fut, en français, le premier mot pour les désigner : créatures offertes au destin, elles étaient silencieuses. Celui qui avait la parole, c’était le héros qui rétablissait la ...

Autonomie et solidarité

Autonomie, dépendance? Deux mots, à l’opposé l’un de l’autre, pour parler des enjeux autour de la vulnérabilité des personnes âgées! « Autonomie » parle de la dignité des personnes, « dépendance » de solidarité reconnue, acceptée. Les deux mots ne sont pas sans ambiguïté : l’autonomie comme exigence, où la vulnérabilité et les frustrations sont vécues comme un échec; la dépendance comme passivité et infantilisation…Notre espérance de vie à tous s’est heureusement allongée. Un temps libre pour s...

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules