Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !
Logo du site
Dossier : Banlieues, cités dans la cité

Ouverture


Plus qu’à d’autres époques, la ville se conjugue au pluriel et au singulier : une cité plurielle dans laquelle on peut être mobile sans être renvoyé à une précarité individuelle, mais où l’on peut construire un parcours personnel croisé avec celui des autres.

Une cité qui permet donc de se représenter des itinéraires, plus incertains aujourd’hui que dans une société d’ordres, mais ouvrant sur des conjugaisons possibles. Une cité où des passeurs donnent aux habitants d’origines et d’âges divers une parole pour traduire leurs attentes, pour faire le deuil éventuel d’une partie de ce qu’ils pourraient exprimer mais pour enrichir aussi cette expression dans la découverte d’un « commun » possible, d’une cité de projet.

Car c’est de représentation que manquent les cités. L’enjeu est politique d’une parole reconnue qui fasse échapper aux représentations extérieures, mortifères. Représentations des jugements, qui invoquent des principes et ignorent leurs conditions d’application – l’intégration, l’égalité, la diversité… Représentations dans l’imaginaire public. Représentations relayées par les médias, qui entretiennent des clichés, sans écouter vraiment. Représentations des gens des quartiers eux-mêmes, qui se considèrent comme victimes…

C’est une quête de visibilité qu’ont exprimée les jeunes en 2005. Les cités manquent d’espaces de dialogue, de véritable participation, qui ne disqualifient pas d’emblée les habitants, de médiateurs qui leur permettent d’interpréter pour eux-mêmes d’abord leurs capacités de participation à une société commune. Les cités manquent d’une présence d’institutions sur le terrain autres que la police. Elles attendent que soient davantage soutenus les acteurs de cette représentation : formateurs, associations, réseaux. Ce sont des relais pour interpréter ce que vivent les cités comme un enjeu pour toute la Cité.


Les plus lus

L'homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Resumé Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des hommes. Une ...

Religion et conflits

Resumé Quand la religion est phagocytée par la menace et la peur, elle ne peut plus se mettre à distance de la violence souveraine. Existe-t-il des conflits à proprement parler religieux ? A priori, on serait tenté de répondre de manière affirmative au vu des incidents sanglants qui opposent des groupes et des communautés, se réclamant, de par le monde, de leurs croyances religieuses pour défendre et promouvoir des intérêts politiques. L’actualité internationale évoque avec constance ces guerres...

Rôle et nature de l'actionnariat dans la vie des entreprises

Resumé Si la croissance rentable est le principal objectif pour les actionnaires, elle ne peut être leur seule visée. Il importe de mettre en œuvre des processus qui précisent les modes de relation avec les dirigeants de l’entreprise. Celle-ci a les actionnaires qu’elle mérite : seront-ils les partenaires du développement social ? De nombreuses situations récentes ont montré l’influence grandissante des actionnaires. Dernier exemple en date, en France, celui de Danone : après avoir renoncé à acq...

Du même dossier

Repenser la ville avec les élus

Resumé L’exemple d’une banlieue qui cherche à conjuguer rénovation urbaine et développement social. Située au nord du département des Hauts-de-Seine, en banlieue parisienne, Villeneuve-la-Garenne est une commune récente, qui a connu une croissance rapide de sa population, à la suite de constructions massives de logements sociaux sur de grandes parcelles privées, entre les années 1950 et 1970, essentiellement pour des raisons historiques de solidarité (appel de l’abbé Pierre en 1954, retour des r...

Ouverture

La périphérie dans laquelle les cités sont condamnées à vivre n’est pas que géographique. Elle est aussi celle de leurs droits pour les habitants, quand ils n’ont pas la capacité de les exercer.Après les émeutes de 2005, le gouvernement a nommé dans plusieurs départements des préfets « à l’égalité des chances », remplaçant les anciens sous-préfets à la ville. Mais des « chances », la capacité redonnée à chacun d’utiliser ses atouts pour accéder comme d’autres à la formation, à l’emploi, au loge...

Parcours d'obstacles à l'embauche

Table ronde avec Ommar Benfaïd, Secrétaire confédéral Cfdt chargé de l’immigration et des libertés, Mustapha Bouras président du Cefir, association de Dunkerque, Inès Minin présidente de la Joc et Hughes Challan Belval, administrateur de l’association « Nos quartiers ont des talents » et du Medef 93. Ommar BenfaïdFace aux inégalités de traitement devant l’emploi, il y a urgence. Les organisations syndicales sont appelées à faire preuve d’inventivité pour mobiliser leurs partenaires du monde du t...

Du même auteur

Mémoire vive d'une zone industrielle

Jean-Jacques Clément habite La Plaine, à Saint-Denis, un ancien secteur industriel en pleine métamorphose. Pour veiller à la mémoire de son quartier, il a choisi de le raconter. La rédaction de la Revue Projet se situe à La Plaine Saint-Denis. Vous êtes sans doute l’un des personnages que l’on croise le plus souvent dans le quartier…Je suis à La Plaine depuis l’an 2000. Et effectivement, je suis devenu un personnage un peu, parce que je circule beaucoup. C’est ...

Entendre la parole des victimes

Les victimes ont brisé le silence. Mais les écoutons-nous vraiment ? Au-delà de la plainte, c’est à un dialogue qu’elles nous invitent, pour renouer les liens que le traumatisme a rompus. Longtemps les victimes n’avaient pas la parole. On ne cherchait pas à les entendre ou elles ne parvenaient pas à s’exprimer. « Hosties » fut, en français, le premier mot pour les désigner : créatures offertes au destin, elles étaient silencieuses. Celui qui avait la parole, c’était le héros qui rétablissait la ...

Autonomie et solidarité

Autonomie, dépendance? Deux mots, à l’opposé l’un de l’autre, pour parler des enjeux autour de la vulnérabilité des personnes âgées! « Autonomie » parle de la dignité des personnes, « dépendance » de solidarité reconnue, acceptée. Les deux mots ne sont pas sans ambiguïté : l’autonomie comme exigence, où la vulnérabilité et les frustrations sont vécues comme un échec; la dépendance comme passivité et infantilisation…Notre espérance de vie à tous s’est heureusement allongée. Un temps libre pour s...

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules