Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !
Logo du site
Dossier : Banlieues, cités dans la cité

Ouverture


Plus qu’à d’autres époques, la ville se conjugue au pluriel et au singulier : une cité plurielle dans laquelle on peut être mobile sans être renvoyé à une précarité individuelle, mais où l’on peut construire un parcours personnel croisé avec celui des autres.

Une cité qui permet donc de se représenter des itinéraires, plus incertains aujourd’hui que dans une société d’ordres, mais ouvrant sur des conjugaisons possibles. Une cité où des passeurs donnent aux habitants d’origines et d’âges divers une parole pour traduire leurs attentes, pour faire le deuil éventuel d’une partie de ce qu’ils pourraient exprimer mais pour enrichir aussi cette expression dans la découverte d’un « commun » possible, d’une cité de projet.

Car c’est de représentation que manquent les cités. L’enjeu est politique d’une parole reconnue qui fasse échapper aux représentations extérieures, mortifères. Représentations des jugements, qui invoquent des principes et ignorent leurs conditions d’application – l’intégration, l’égalité, la diversité… Représentations dans l’imaginaire public. Représentations relayées par les médias, qui entretiennent des clichés, sans écouter vraiment. Représentations des gens des quartiers eux-mêmes, qui se considèrent comme victimes…

C’est une quête de visibilité qu’ont exprimée les jeunes en 2005. Les cités manquent d’espaces de dialogue, de véritable participation, qui ne disqualifient pas d’emblée les habitants, de médiateurs qui leur permettent d’interpréter pour eux-mêmes d’abord leurs capacités de participation à une société commune. Les cités manquent d’une présence d’institutions sur le terrain autres que la police. Elles attendent que soient davantage soutenus les acteurs de cette représentation : formateurs, associations, réseaux. Ce sont des relais pour interpréter ce que vivent les cités comme un enjeu pour toute la Cité.


J'achète Le numéro !
Banlieues, cités dans la Cité
Je m'abonne dès 3.90 € / mois
Abonnez vous pour avoir accès au numéro
Les plus lus

Les Marocains dans le monde

En ce qui concerne les Marocains, peut-on parler de diaspora ?On assiste à une mondialisation de plus en plus importante de la migration marocaine. On compte plus de 1,8 million de Marocains inscrits dans des consulats à l’étranger. Ils résident tout d’abord dans les pays autrefois liés avec le Maroc par des accords de main-d’œuvre (la France, la Belgique, les Pays-Bas), mais désormais aussi, dans les pays pétroliers, dans les nouveaux pays d’immigration de la façade méditerranéenne (Italie et ...

L’homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des...

Aux origines du patriarcat

On entend parfois que le patriarcat serait né au Néolithique, près de 5 000 ans avant notre ère. Avant cela, les femmes auraient été libres et puissantes. Les données archéologiques mettent en doute cette théorie. De très nombreux auteurs, de ce siècle comme des précédents, attribuent la domination des hommes sur les femmes à l’essor de l’agriculture, lors du Néolithique. Cette idée est largement reprise dans les médias, qui p...

Du même dossier

Les banlieues populaires ont aussi une histoire

Une histoire d’urbanisation et d’industrie. Une culture entre enracinement et ébranlement. Les banlieues populaires apparaissent dans les médias à travers le prisme de la délinquance et des émeutes. Pourtant, leur histoire doit s’analyser dans la moyenne durée des deux siècles d’urbanisation et d’industrialisation, puis de disparition de la société industrielle. Les banlieues françaises, à la différence des suburbs anglo-saxonnes qui logent les classes moyennes blanches, ont é...

Politiques de la ville

Resumé A la question sociale se combine la question urbaine. Les quartiers pauvres peuvent-ils être aussi des quartiers populaires ? Il est toujours délicat de marquer d’une pierre blanche l’origine d’une politique, d’un mouvement social, d’une idée, d’une crise sociale, d’un « miracle économique » ou encore d’un changement culturel. Cela dépend du regard que l’on porte sur son objet d’étude, de son engagement vis-à-vis de celui-ci, des travaux des historiens, des suites plus ou moins directes e...

Ouverture

La périphérie dans laquelle les cités sont condamnées à vivre n’est pas que géographique. Elle est aussi celle de leurs droits pour les habitants, quand ils n’ont pas la capacité de les exercer.Après les émeutes de 2005, le gouvernement a nommé dans plusieurs départements des préfets « à l’égalité des chances », remplaçant les anciens sous-préfets à la ville. Mais des « chances », la capacité redonnée à chacun d’utiliser ses atouts pour accéder comme d’autres à la formation, à l’emploi, au loge...

Du même auteur

Mémoire vive d'une zone industrielle

Jean-Jacques Clément habite La Plaine, à Saint-Denis, un ancien secteur industriel en pleine métamorphose. Pour veiller à la mémoire de son quartier, il a choisi de le raconter. La rédaction de la Revue Projet se situe à La Plaine Saint-Denis. Vous êtes sans doute l’un des personnages que l’on croise le plus souvent dans le quartier…Je suis à La Plaine depuis l’an 2000. Et effectivement, je suis devenu un personnage un peu, parce que je circule beaucoup. C’est ...

Entendre la parole des victimes

Les victimes ont brisé le silence. Mais les écoutons-nous vraiment ? Au-delà de la plainte, c’est à un dialogue qu’elles nous invitent, pour renouer les liens que le traumatisme a rompus. Longtemps les victimes n’avaient pas la parole. On ne cherchait pas à les entendre ou elles ne parvenaient pas à s’exprimer. « Hosties » fut, en français, le premier mot pour les désigner : créatures offertes au destin, elles étaient silencieuses. Celui qui avait la parole, c’était le héros qui rétablissait la ...

Autonomie et solidarité

Autonomie, dépendance? Deux mots, à l’opposé l’un de l’autre, pour parler des enjeux autour de la vulnérabilité des personnes âgées! « Autonomie » parle de la dignité des personnes, « dépendance » de solidarité reconnue, acceptée. Les deux mots ne sont pas sans ambiguïté : l’autonomie comme exigence, où la vulnérabilité et les frustrations sont vécues comme un échec; la dépendance comme passivité et infantilisation…Notre espérance de vie à tous s’est heureusement allongée. Un temps libre pour s...

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules