Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !
Logo du site
Dossier : Agriculture : écologie pour tous ?

Polyphonie pastorale


Les campagnes françaises bruissent d’une rumeur croissante : l’agriculture se convertirait à l’écologie ! À tendre l’oreille, la rumeur couvre des mélodies variées : agriculture durable, raisonnée, biologique, écologiquement intensive… Les pouvoirs publics, eux aussi, y vont de leur couplet : « verdissement » à Bruxelles, « agro-écologie » à Paris (cf. S. Le Foll) ! Que couvrent ces dissonances ? Sont-elles vouées à durer, ou sont-elles le fait d’instrumentistes s’accordant avant le début de la symphonie (cf. M. Griffon) ?

Ce serait alors celle d’un nouveau monde. Car l’agriculture actuelle malmène gravement la planète. Au plan mondial, nulle autre activité humaine n’émet autant de gaz à effet de serre. Sapant la biodiversité par la déforestation et l’usage d’intrants chimiques, elle contribue au « sixième événement d’extinction majeure dans l’histoire de la vie sur terre »1 – et le premier d’origine humaine. Elle ponctionne 75 % de la consommation mondiale d’eau douce, provoquant des pénuries sans précédent. L’agriculture conventionnelle, OGM ou non, n’est pas non plus sans incidence sur la santé de sa main-d’œuvre et des consommateurs.

L’agriculture est elle-même victime des dégradations environnementales. Le changement climatique limite d’ores et déjà les rendements du riz, du blé et du maïs, tout comme la production laitière. Il influence les maladies des végétaux. L’érosion des sols réduit leur capacité à stocker l’eau.

Mais, si les pionniers du bio font école, aujourd’hui en France la majorité des agriculteurs restent les héritiers de la grande modernisation d’après-guerre. Animés par l’utopie du progrès, ils ont vu dans la science, le renouveau des techniques et les subventions publiques une promesse, longtemps tenue : celle de rendements accrus, d’un confort meilleur, de revenus garantis. Admettre maintenant qu’en épousant cet espoir ils maltraitaient à ce point leur premier outil de travail – la nature – n’est pas chose facile. Surtout si tout leur système de production est en cause.

Se sentant jugés, ces agriculteurs n’apprécient guère la chanson écolo (cf. le débat animé entre représentants de la FNSEA, Fédération nationale des syndicats d'exploitants agricoles, et de France nature environnement. On ne change pas si aisément de pratiques professionnelles, ni de modèle économique, pas davantage d’équipements sur lesquels on a investi pour des décennies. Encore moins d’environnement économique, quand l’agriculteur est devenu le sous-traitant de l’industrie et de la grande distribution (cf. M. Calame). Et quel rôle pour la science ?

L’Inra semble avoir finalement pris la mesure de l’enjeu (cf. J.-F. Soussana). Mais pourquoi ne pas d’abord miser sur la fantastique inventivité des agriculteurs eux-mêmes (cf. J. M. von der Weid) ? Il faut entendre leur enthousiasme à réinventer le métier (cf. V. Tardieu) ! Et si l’agroécologie, qui oppose l’ancrage territorial, le chant de la terre, la diversité et l’intensité du vivant à la standardisation des chaînes industrielles, portait en germe une transformation économique globale (cf. X. Ricard Lanata) ?

Bien sûr, les agriculteurs n’ont pas toutes les clés de la partition. Comment mettre des priorités entre les objectifs assignés à l’agriculture : produire plus, rémunérer le travail agricole, respecter l’environnement ? La réponse est éminemment politique. La FAO (Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture) prédit que la demande de produits agricoles augmentera de 70 % d’ici 2050. Mais rien n’est écrit d’avance : ni la généralisation du mode de vie occidental, ni la priorité donnée à l’alimentation du bétail et des moteurs sur celle des humains (cf. O. De Schutter). Ni la misère promise au 1,5 milliard de paysans pauvres si la loi de la compétitivité régit seule le marché agricole mondialisé (cf. H. Rouillé d’Orfeuil). Quelle loi faire prévaloir : celle du marché et des prix bas, ou celle du territoire et de sa population ?

Pathétique serait l’incapacité des pouvoirs publics à fixer un cap. En 2013, l’Europe doit décider de sa nouvelle politique commune, tandis qu’une loi d’avenir pour l’agriculture est promise en France à l’automne. Gageons que l’année ne laissera pas un goût d’inachevé.



J'achète Le numéro !
Agriculture : écologie pour tous ?
Je m'abonne dès 3.90 € / mois
Abonnez vous pour avoir accès au numéro
Les plus lus

Les Marocains dans le monde

En ce qui concerne les Marocains, peut-on parler de diaspora ?On assiste à une mondialisation de plus en plus importante de la migration marocaine. On compte plus de 1,8 million de Marocains inscrits dans des consulats à l’étranger. Ils résident tout d’abord dans les pays autrefois liés avec le Maroc par des accords de main-d’œuvre (la France, la Belgique, les Pays-Bas), mais désormais aussi, dans les pays pétroliers, dans les nouveaux pays d’immigration de la façade méditerranéenne (Italie et ...

L’homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des...

Un héritage tentaculaire

Depuis les années 1970 et plus encore depuis la vague #MeToo, il est scruté, dénoncé et combattu. Mais serait-il en voie de dépassement, ce patriarcat aux contours flottants selon les sociétés ? En s’emparant du thème pour la première fois, la Revue Projet n’ignore pas l’ampleur de la question.Car le patriarcat ne se limite pas à des comportements prédateurs des hommes envers les femmes. Il constitue, bien plus, une structuration de l’humanité où pouvoir, propriété et force s’assimilent à une i...

Du même dossier

L’agroécologie envoie paître l’industrie

Par son organisation et ses standards, l’agriculture conventionnelle imite l’industrie. Pour envisager une filière plus durable, plus respectueuse de l’environnement en amont comme en aval, c’est tout un modèle, à la fois économique et institutionnel, qu’il faut réinventer. La caractéristique principale de l’agriculture conventionnelle, en termes d’organisation, est le développement, en amont comme en aval, d’une puissante industrie. Faire évoluer ce modèle vers l’agroécologie aurait des impacts...

Figures de paysans écolos

Installés en bio ou récemment convertis à l’une des formes de l’agriculture écologique, néo-ruraux ou enfants de paysans, les portraits dressés par Vincent Tardieu laissent transparaître l’enthousiasme et la fierté d’agriculteurs qui réinventent leur métier. Les motivations pour emprunter l’un de ces itinéraires « agroécologiques » sont souvent les mêmes parmi les producteurs : le besoin d’effectuer un métier plus propre, de moins polluer et de moins s’intoxiquer, de mieux valoriser aussi les fr...

« L’agriculture industrielle a des coûts cachés pour la collectivité »

Entretien - Le développement de l’agriculture conventionnelle au XXe siècle s’est fait sur le dos de l’environnement et de la justice sociale. Face à cette crise silencieuse, le rapporteur spécial des Nations unies pour le droit à l’alimentation en appelle à la transition agroécologique, à une maîtrise de la demande et des déchets agricoles, et aux politiques publiques, en dialogue avec les agriculteurs. Les États ont fixé trois objectifs à l’agriculture : nourrir la planète, rémunérer décemment...

Du même auteur

Chocolat amer

L’or brun. En Côte d’Ivoire, les fèves de cacao font vivre une bonne partie de la population. Mais elles aiguisent aussi les appétits. Non sans conséquences sur les fuites de capitaux, l’impossibilité de déloger la classe dirigeante et la violence  armée. C’est ce que révèle cette enquête… au goût amer. Un seul pays d’Afrique est leader mondial dans l’exportation d’une matière première a...

Pour une économie relationnelle

« On peut en savoir beaucoup sur quelqu’un à ses chaussures ; où il va, où il est allé ; qui il est ; qui il cherche à donner l’impression qu’il est ». À cette observation de Forrest Gump dans le film éponyme1, on pourrait ajouter : « Quel monde il invente ». Car l’analyse du secteur de la chaussure, objet du quotidien s’il en est, en dit long sur notre système économique. Un système qui divise. À commencer par les humains : quel acheteur est capable de mettre un visage derrière la fabrication ...

Libérons-nous de la prison !

Nous aurions pu, comme en 1990, intituler ce numéro « Dépeupler les prisons » (Projet, n° 222). Car de l’inventaire dressé alors, il n’y a pas grand-chose à retirer. Les conditions de vie en détention, notamment pour les courtes peines et les détenus en attente de jugement, restent indignes d’un pays qui se veut « patrie des droits de l’homme ». Mais à la surpopulation carcérale, on préfère encore et toujours répondre par la construction de nouvelles prisons. Sans mesurer que plus le parc pénit...

1 F. Stuart Chapin et al., « Consequences of Changing Biodiversity », Nature, n° 405, 2000, pp. 234-242.


Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules