Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !
Logo du site
Dossier : Qui décide de ce qui compte ?

Comptes rendus

Source: Insee
Source: Insee

Le rôle que nos sociétés font jouer au produit intérieur brut (Pib) est proprement inédit. Nous voilà contraints de scruter sa progression trimestre après trimestre, à la décimale près. De lui dépendraient notre prospérité, nos emplois, nos finances publiques, notre cohésion sociale, notre place dans le monde… Jusqu’à lui donner valeur constitutionnelle en faisant dépendre de lui le taux d’endettement public autorisé !

Avec le Pib, on aurait résolu à jamais la question des objectifs que s’assigne la société (Florence Jany-Catrice). Nul dirigeant n’ignore bien sûr les béances de l’indice, objet de vives critiques médiatisées par la commission Stiglitz : le Pib passe sous silence l’activité domestique et celle des administrations, les destructions sociales et environnementales ; il augmente en cas de marée noire ou d’accidents de la route. Pourtant il rassure ! Fidèlement, les chiffres tombent : il suffit de suivre la courbe. Boussole par temps calme, il devient bouée face aux tempêtes sociales et écologiques qui s’annoncent. Se souvient-on que nos aïeux ont su s’en passer jusqu’au milieu du siècle dernier (Dominique Méda) ?

À ses côtés, on voit fleurir des indices alternatifs. Qui soulèvent bien des interrogations : peut-on utiliser la même unité de mesure pour rendre compte de l’opulence matérielle, du bien-être social et de l’état du patrimoine naturel ? Ou chiffrer la valeur d’une destruction irréversible ? Quand les réponses sont si lourdes de conséquences, est-il bien raisonnable de s’en remettre aux « experts » (Jean Gadrey) ? Et, rappellent à leur façon les dirigeants de l’Insee et les associations qui dressent le triste portrait social de l’Europe (Robin Hanan), la multiplication d’indicateurs ne suffira pas à détrôner le Pib : aussi aboutis soient-ils, encore faut-il que la société choisisse d’en faire usage.

La comptabilité privée, elle, ne fait même pas débat parmi les non initiés. Les enjeux ne sont pourtant pas moindres : les normes comptables internationales transforment l’entreprise (Jean Merckaert), comme le Pib formate notre conception du monde (Ève Chiapello). Or, fixées en Europe par un organisme privé méconnu, elles imposent la vision des investisseurs de court terme : il ne s’agit pas d’informer sur l’apport d’une entreprise à ses lieux d’implantation, ni même sur sa santé financière véritable, mais d’escompter une plus-value à la revente de l’action.

Prendre du champ permet d’entretenir un espoir : au Bhoutan comme en Amazonie équatorienne, la résistance au modèle économique dominant se nourrit d’une mesure différente de la richesse. Dans les régions Nord-Pas-de-Calais et Pays-de-la-Loire aussi (Altermondes, hors série, n° 14, nov. 2012). La comptabilité privée elle aussi pourrait « verdir » (Jacques Richard). Dans le monde de l’entreprise, la conscience progresse que l’essentiel n’entre pas assez en ligne de compte (Max de Chantérac ; Michel Capron). Autant de démarches qui donneront des idées à toutes celles et tous ceux qui portent le souci d’un horizon choisi et partagé.

Car derrière chaque indicateur de richesse, c’est l’enjeu démocratique qui est posé. Changer d’indicateur ne résoudra pas tous les maux : casser le thermomètre, on le sait, ne fait pas baisser la température. Et avec une même boussole, on peut mener des politiques très différentes ! Mais ouvrir le débat sur « ce qui compte », c’est poser la question du cap à viser. C’est d’emblée se situer dans une démarche délibérative. C’est reconnaître aussi que tout ne se mesure pas. C’est, enfin, reprendre à « ceux qui comptent » le pouvoir de transformer le monde.

J'achète Le numéro !
Qui décide de ce qui compte ?
Je m'abonne dès 3.90 € / mois
Abonnez vous pour avoir accès au numéro
Les plus lus

Les Marocains dans le monde

En ce qui concerne les Marocains, peut-on parler de diaspora ?On assiste à une mondialisation de plus en plus importante de la migration marocaine. On compte plus de 1,8 million de Marocains inscrits dans des consulats à l’étranger. Ils résident tout d’abord dans les pays autrefois liés avec le Maroc par des accords de main-d’œuvre (la France, la Belgique, les Pays-Bas), mais désormais aussi, dans les pays pétroliers, dans les nouveaux pays d’immigration de la façade méditerranéenne (Italie et ...

L’homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des...

Le clerc en sursis ?

La plupart des confessions religieuses excluent les femmes des charges sacerdotales. Pour combien de temps ? Patriarcale au superlatif, l’Église catholique voit son modèle vaciller. Le patriarcat demeure la règle dans le monde religieux. Dans des contextes très différents, les trois monothéismes le pratiquent. Tous invisibilisent les femmes, contrôlent leur corps et les tiennent éloignées de la sphère publique. Circonstance aggravante, ce bastion bien défendu l’est par...

Du même dossier

Comment le Pib a pris le pouvoir

Il sert de baromètre pour la croissance, pour l’emploi, pour l’endettement acceptable. Pourtant, le Pib n’a pas cent ans ! Et il repose sur une vision particulière de la richesse d’une société : celle des économistes. Laissant de côté la cohésion sociale, le patrimoine naturel, les services publics ou la production domestique. Retour sur l’histoire d’un dogme qui s’est imposé sans aucun débat démocratique. Le produit intérieur brut (Pib) reste l’une des grandeurs économiques les plus utilisées d...

De nouveaux repères pour changer de cap

Changer de repères, c’est possible. Dans les Pays de Loire et à Mulhouse, des groupes de citoyens tentent des aventures collectives pour décider ensemble de ce qui compte. Il n’est pas d’indicateur sans vision. Mais qui est légitime pour définir cette vision ? Les indicateurs de richesses sont aujourd’hui le monopole des détenteurs de savoirs académiques – des économistes principalement. Et cette mainmise, fût-elle légitimée par les institutions politiques, autorise quelques-uns à définir « en c...

La nature n’a pas de prix, mais sa maintenance a un coût

Beaucoup proposent de chiffrer, dans les comptes des entreprises ou d’une nation, les coûts des dommages infligés à l’environnement. Un exercice approximatif et périlleux. La tradition comptable, fondée sur la prudence, permet pourtant d’imaginer des solutions plus durables. Jacques Richard en propose une, particulièrement innovante. Pour « verdir » les comptes des entreprises, il faudrait choisir entre donner un prix à la nature ou, faute de mieux, utiliser des données purement quantitatives : ...

Du même auteur

Chocolat amer

L’or brun. En Côte d’Ivoire, les fèves de cacao font vivre une bonne partie de la population. Mais elles aiguisent aussi les appétits. Non sans conséquences sur les fuites de capitaux, l’impossibilité de déloger la classe dirigeante et la violence  armée. C’est ce que révèle cette enquête… au goût amer. Un seul pays d’Afrique est leader mondial dans l’exportation d’une matière première a...

Pour une économie relationnelle

« On peut en savoir beaucoup sur quelqu’un à ses chaussures ; où il va, où il est allé ; qui il est ; qui il cherche à donner l’impression qu’il est ». À cette observation de Forrest Gump dans le film éponyme1, on pourrait ajouter : « Quel monde il invente ». Car l’analyse du secteur de la chaussure, objet du quotidien s’il en est, en dit long sur notre système économique. Un système qui divise. À commencer par les humains : quel acheteur est capable de mettre un visage derrière la fabrication ...

Libérons-nous de la prison !

Nous aurions pu, comme en 1990, intituler ce numéro « Dépeupler les prisons » (Projet, n° 222). Car de l’inventaire dressé alors, il n’y a pas grand-chose à retirer. Les conditions de vie en détention, notamment pour les courtes peines et les détenus en attente de jugement, restent indignes d’un pays qui se veut « patrie des droits de l’homme ». Mais à la surpopulation carcérale, on préfère encore et toujours répondre par la construction de nouvelles prisons. Sans mesurer que plus le parc pénit...

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules