Logo du site
Dossier : Qui décide de ce qui compte ?

Pourquoi ne change-t-on pas plus vite d’indicateurs ?

©Aurore Chaillou/Revue Projet
©Aurore Chaillou/Revue Projet
Les modes d’évaluation de la richesse d’un pays ou d’une entreprise sont à ce point contestés que l’on comprend mal pourquoi le changement d'indicateurs, ce n’est pas encore maintenant. C’est ignorer qu’un tel chantier masque une contestation des savoirs, des pouvoirs en place, et finalement une remise en cause du capitalisme.

Les textes rassemblés dans ce dossier soulignent tous le caractère conventionnel, construit au travers de l’histoire, des indicateurs utilisés pour piloter tant l’économie des pays (indicateurs de richesse) que celle des entreprises (référentiels comptables). Les limites des formes de quantification actuellement dominantes sont largement documentées et les propositions alternatives ne manquent pas. Mais, du diagnostic à la mise en œuvre d’un changement, il y a un pas qui ne semble pas près d’être franchi. Aussi est-il intéressant de réfléchir aux forces qui pèsent en faveur d’un statu quo.

Sur ce sujet comme sur bien d’autres, une normalisation internationale et européenne est en vigueur. Les comptes des nations, comme ceux des entreprises, sont soumis à des normes qu’un pays, à lui seul, n’est pas en mesure de changer. Il y faudrait l’action concertée d’acteurs suffisamment puissants pour que l’adoption commune de normes alternatives produise un ébranlement international. S’il n’est pas nécessaire de mettre d’accord tout le monde, au moins faut-il quelques alliés de poids. Par ailleurs, les systèmes de quantification sont encastrés dans une multitude de dispositifs administratifs et économiques (fiscalité, critères de Maastricht, modélisations macro-économiques qui assistent les choix des gouvernants…) qui leur donne une solidité et une épaisseur bien supérieures à celles de simples chiffres. Ce sont tous ces rouages et leurs implications qui doivent être revisités. Il s’agit d’en défaire les fils, pour les nouer autrement. On ne saurait négliger l’énorme énergie, notamment intellectuelle, nécessaire à cela.

Routines idéologiques

Opter pour de nouveaux indicateurs suppose aussi un changement de paradigme et une transformation du regard tels que nombre de réflexes professionnels, acquis par les hauts fonctionnaires, les économistes qui les conseillent ou les responsables d’entreprise, deviendraient caducs. Experts et professionnels sont-ils prêts à accepter que les compétences qui fondent leur pouvoir deviennent obsolètes ? L’adoption d’indicateurs alternatifs modifie à ce point la compréhension des mécanismes de production de la richesse que beaucoup ne sont tout simplement pas capables de l’accepter. Car les idées qui nous gouvernent sont des idées du passé. Il faut compter avec l’arrivée d’une nouvelle génération de décideurs, formés dans la critique des indicateurs dominants et dans la compréhension de leur nécessaire dépassement, pour lever les résistances et faire bouger les représentations dominantes. Aussi ne doit-on pas cesser d’alimenter le débat sur ces questions, de façon à ce qu’elles entrent dans la formation des esprits le plus tôt possible.

Experts et professionnels sont-ils prêts à accepter que les compétences qui fondent leur pouvoir deviennent obsolètes ?

Ce poids du passé, des intérêts et des positions de pouvoir explique que les réformes les plus susceptibles d’être adoptées rapidement sont les moins radicales, mettant le moins en cause le paradigme actuel. Ainsi est-il plus facile, aujourd’hui, de repenser la question de la richesse en ajoutant au capital économique un capital naturel et un capital humain. Les solutions qui perturbent le moins les « savoir-penser » et « savoir-modéliser » des économistes risquent d’être les plus tentantes. Et ce sont bien ces modèles qui sont promus par les Nations unies ou la Banque mondiale. Là encore, au lieu d’entreprendre une véritable réflexion sur la façon dont on veut piloter l’économie, les rails de la pensée et les réflexes professionnels nous guident. Le défaut d’investissement sur des innovations de rupture, dans le domaine intellectuel comme dans celui des énergies renouvelables, est une faiblesse des temps actuels gouvernés par le culte de la rentabilité et du court terme.

Les routines idéologiques pèsent aussi du côté des réformateurs du capitalisme, qui continuent à opposer la question sociale à la question écologique. Le Pib (produit intérieur brut) et la croissance sont intimement associés dans les esprits à la création d’emplois. Peu importe que ceux-ci ne servent qu’à reboucher partiellement des trous créés par d’autres emplois. Peu importe que le système global coure à sa perte. Changer les indicateurs, c’est envisager une transformation du système économique, des secteurs d’activités et des façons de produire et de consommer qui aura bien sûr des impacts sociaux. Néanmoins, les acteurs politiques, quelle que soit leur couleur, commencent à comprendre qu’il est impossible de dissocier la question sociale de la question environnementale. Le fait que les pauvres soient les premiers touchés par les problèmes environnementaux souligne l’irresponsabilité de ceux qui pensent encore que les considérations écologiques sont une « préoccupation de riches ». Il est évident que pour réussir la transition écologique, il faut prendre au sérieux ses conséquences sociales et y apporter des réponses, sans quoi elle sera tout simplement impossible. Si la prise en compte de cette double contrainte progresse, le monde qui se dessine est loin du nôtre, bien plus que si une seule de ces contraintes était prise en charge. La radicalité de l’intention est difficile à assumer, quand le changement ne peut se faire que par étapes.

Redéfinir le profit

Enfin, comment concevoir autrement la richesse des nations sans redéfinir, aussi, le profit ? L’indicateur du Pib est aligné sur une conception de la valeur ajoutée partagée avec les entreprises. Changer la définition du profit, son calcul, c’est finalement attaquer le capitalisme à la base.

Changer la définition du profit, son calcul, c’est attaquer le capitalisme à la base.

Comme l’impôt sur le revenu a entamé la domination bourgeoise au début du XXe siècle, une autre définition du profit interroge la rémunération des apporteurs de capitaux. Mais puissants sont les intérêts visant à faire peser le moins possible les coûts des externalités négatives de l’économie sur les entreprises.

Face à de tels enjeux, restera-t-on tétanisé ? Se mettra-t-on en mouvement ? L’histoire a vu s’opérer des mutations considérables en quelques générations, même si le poids du passé pèse toujours sur le chemin, même si l’on compose avec les hommes et les femmes de son temps. La liste des difficultés que nous venons de dresser ne signifie pas que le changement est impossible. Mais il sera long et complexe. Il exige que l’on s’y investisse. Dès aujourd’hui.

Les plus lus

L'homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Resumé Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des hommes. Une ...

Ce que l’écologie fait à la politique

Un demi-siècle après les premières alertes scientifiques, l’écologie a bel et bien trouvé un débouché politique : de nouvelles instances, de nouveaux partis sont régulièrement mis sur pied. Mais pour faire advenir des changements politiques à la hauteur des enjeux, c’est notre cadre de pensée qu’il nous faut révolutionner. 1 « Écologisation » du politiqueLes enjeux écologiques sont désorm...

L’envol de la chouette

Le confinement mis en place pour contenir l’épidémie s’est traduit par toute une série de restrictions : limitation des déplacements, couvre-feu, port du masque… Comme les secouristes de haute montagne, nos comportements étaient dictés par une injonction à ne pas penser pour éviter une chute fatale. Un vent de liberté souffle à présent et l’on se réjouit de retrouver, petit à petit, nos libertés suspendues.Mais n’avançons-nous pas en terrain miné ? L’histoire nous enseigne que c’est dans les te...

Du même dossier

Nouveaux indicateurs de richesse : la mainmise des experts

On assiste depuis près d’une décennie à une floraison d’indicateurs qui viendraient contrecarrer le produit intérieur brut. L’économiste Jean Gadrey pointe ici leurs limites et insiste sur la nécessité d’un processus démocratique préalable à la mise en place de tels instruments de mesure. Depuis la fin des années 19901, des acteurs toujours plus nombreux se mobilisent en faveur d’indicateurs venant compléter et supplanter le Pib (produit intérieur brut) et sa croissance, symboliquement et politi...

Quand mesurer devient maladif

La floraison de nouveaux indicateurs ouvre un débat bienvenu sur ce qu’est la richesse, là où nos sociétés ont confié à des chiffres prétendument neutres le soin de les piloter. Mais attention : il serait illusoire de tout vouloir mesurer, dangereux de donner un prix à tout (y compris, la destruction de l’écosystème) et fou de laisser les experts en décider seuls. Qui décide de ce qui compte ? La question n’est pas récente. Elle était évoquée dès les années 1980 par Marilyn Waring, féministe néo...

Comptes rendus

Le rôle que nos sociétés font jouer au produit intérieur brut (Pib) est proprement inédit. Nous voilà contraints de scruter sa progression trimestre après trimestre, à la décimale près. De lui dépendraient notre prospérité, nos emplois, nos finances publiques, notre cohésion sociale, notre place dans le monde… Jusqu’à lui donner valeur constitutionnelle en faisant dépendre de lui le taux d’endettement public autorisé !Avec le Pib, on aurait résolu à jamais la question des objectifs que s’assign...

Du même auteur

Normes comptables : question de valeur(s)

Nous retrouvons en comptabilité au moins deux objectifs : donner une image de la richesse ou du patrimoine de l’entité dont on fait le compte et mesurer l’évolution de l’enrichissement. Dans la perspective de dresser une liste de chiffres reflétant l’image de mon patrimoine, quels éléments prendre en compte ? Évidemment, la réponse varie dans le temps. Prenons un cas classique : vous êtes une entreprise qui a investi dans du matériel il y a quelques années. Ce matériel vous sert toujours, mais ...

« Le développement durable a besoin de scandales pour avancer »

Le capitalisme, sous des formes toujours nouvelles, est porteur d’une violence terrible. Mais il reste séduisant et tellement ancré dans nos pratiques que les alternatives soulèvent la peur d’une régression. Seule une crise, ou le durcissement de la critique, ouvrira l’espace du changement. L ’exigence d’accumulation illimitée, inhérente au capitalisme, se heurte aux limites de la biosphère. Peut-on imaginer un capitalisme non productiviste ?Ève Chiapello– Un système économique fonctionnant avec...

Inégaux face à la mobilité

Resumé L’individualisme prend, dans le capitalisme contemporain, un caractère particulier lié à l’importance qu’y revêtent les relations en réseau. Il s’exprime par l’exigence de mobilité d’un contact à l’autre, d’un projet à l’autre au sein du réseau. Mais cette mobilité est inégalement accessible aux différents acteurs du monde économique ; elle peut, de plus, être utilisée dans une visée de bien commun ou, au contraire, de façon stratégique et purement égoïste. Une nouvelle forme d’exploitati...

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules