Logo du site

Le travail, un bien commun à protéger

Coiffeur dans son salon, à Kyoto (Jaon), 2011. © Copyright ILO/Marcel Crozet
Coiffeur dans son salon, à Kyoto (Jaon), 2011. © Copyright ILO/Marcel Crozet

Certains rêvent d’un monde où les robots et l’intelligence artificielle auraient mis fin au travail. D’autres annoncent l’effondrement de nos sociétés productivistes, sous la pression des changements climatiques et de l’épuisement des ressources. D’après le Global footprint network, il faudrait aujourd’hui 1,7 planète Terre pour subvenir à notre mode de vie actuel. Des centaines de millions d’emplois dépendent fortement de l’environnement : en 2014, l’Organisation internationale du travail (OIT) parlait d’1,2 milliard d’emplois concernés, soit 40 % de l’emploi mondial. Dans une économie mondialisée, qui dépend fortement de la planète mais la détruit de plus en plus vite, penser le travail engage à penser notre rapport à la nature. Car défendre le travail – décent s’entend – et défendre la planète relèvent d’un même combat.

Défendre le travail – décent s’entend – et défendre la planète relèvent d’un même combat.

Depuis plusieurs années, le Centre de recherche et d’action sociales (Ceras) approfondit le lien entre transition écologique et justice sociale1. En mai 2019, à l’occasion du centenaire de l’OIT, il organise un colloque international à l’Unesco : « Quel travail pour une transition écologique solidaire ? », issu d’une recherche-action de deux ans2.

Ceux qui sont exclus du travail en témoignent : au-delà des revenus qu’on en tire, le travail est essentiel pour trouver sa place dans la société. « Je travaille, donc j’existe ? » (déc. 2017), premier volet du triptyque que la Revue Projet consacre au travail, soulignait cette centralité du travail dans nos vies. Comment, dès lors, repenser notre système pour que chacun y ait sa place, quand le plein-emploi n’est plus assuré ? « Ceci n’est pas un numéro sur la chaussure » (oct. 2018) analysait la question de la valeur : à quoi notre économie donne-t-elle de la valeur (à la marque ? à la matière première ? au travail humain ?), dans un contexte mondialisé où les chaînes de production s’allongent de plus en plus ? Ce troisième numéro interroge le travail dans un contexte de transition écologique.

Les travailleurs les plus vulnérables sont de véritables sentinelles de l’état de l’humanité et de la planète. Victimes d’une double peine sociale et écologique (cf. L. Roblin), ils vivent dans leur chair les souffrances de notre temps, à l’image des petits paysans philippins, pris en tenaille entre le marché mondial des matières premières et des événements climatiques extrêmes (cf. A. Ignacio). Ce n’est pas le mythe de la théorie du ruissellement qui devrait guider nos économies, mais plutôt le phénomène de la capillarité. À l’instar de la manière dont la sève alimente les arbres, notre système devrait se nourrir de ce qui vit dans ses racines. Ainsi, pour imaginer ce que doit être un travail digne de l’humanité et de la planète, ce numéro s’appuie sur des expériences concrètes de nos partenaires internationaux, aux Philippines, en Argentine (cf. E. Cuda) ou au Brésil (cf. I. Hillenkamp). Et les met en dialogue avec les réflexions des milieux universitaires, associatifs ou privés pour ouvrir quelques pistes permettant de penser un avenir désirable du travail, considéré comme bien commun à protéger.

Les travailleurs les plus vulnérables sont de véritables sentinelles de l’état de l’humanité et de la planète.

Il en ressort qu’un travail digne procure joie et fierté à son auteur et se met au service du bien commun de toutes les créatures (cf. L. Roblin). Cela nécessite du temps, de la peine et de la gratuité, à l’opposé d’une recherche insatiable de profit. Cela requiert un cadre juridique protecteur, des conventions collectives, un management participatif, une responsabilité sociale et environnementale tout au long de la chaîne de production, une reconnaissance pécuniaire juste permettant une vie familiale et sociale, un engagement collectif à protéger la planète et à respecter la temporalité de chaque écosystème. Dans cette relation de soin et d’unité avec tout ce qui existe, la sobriété jaillit d’elle-même et doit être considérée comme une vertu par tous les acteurs économiques. Car elle est indispensable pour permettre un travail digne de l’humanité et de la Terre.

Les plus lus

L'homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Resumé Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des hommes. Une ...

Libéralisme et socialisme

Resumé Le libéralisme et le socialisme semblent s’opposer comme deux philosophies de l’homme et de la société. Pourtant, le socialisme est aussi une philosophie de la liberté. Les penseurs libéraux ne se sont pas privés d’attaquer violemment, dès ses premières formulations, la « présomption fatale » du socialisme, aussi bien dans son idée de buts assignés à l’activité économique et à la vie sociale que dans sa philosophie de l’homme et de la liberté 1.À partir des années 1930, et plus encore apr...

Le religieux face au politique

Resumé La société a-t-elle besoin du religieux ? Oui sans doute. Mais ce religieux est disséminé, vécu « à la carte » par l’individu. Quant au politique, il gère mais ne mobilise plus les citoyens. D’où la même relative faiblesse de l’Etat et des Eglises, le même déclin du militantisme. Le partage entre religion et politique, tel qu’il a été pensé depuis deux siècles, en France surtout, correspond à deux visions de base (certes en elles-mêmes très différenciées) du religieux et de ce qu’il repré...

Du même dossier

La « double peine » des petits producteurs ruraux

Partout, le travail des communautés rurales est affecté par le changement climatique. Souvent, un phénomène d’exclusion sociale s’ajoute à cette vulnérabilité. Mais des mouvements s’organisent pour rompre ce cercle vicieux, grâce notamment au levier de l’éducation. Les producteurs de maïs aux Philippines, les Dalits, ces « intouchables », et les communautés tribales en Inde, les 75 % de la population en Amériqu...

Plaidoyer pour un travail juste et solidaire

Rêver collectivement le futur du travail comme partie intégrante de la transition écologique : depuis deux ans, un groupe international d’acteurs sociaux s’attelle à cette tâche. Le plaidoyer qui suit est inspiré du « Manifeste pour un travail décent et durable », qui regroupe leurs constats et recommandations collectives. Pour identifier les germes du monde de demain dans celui d’aujourd’hui, un groupe international – réunis...

L’inaccessible réalité du travail

Les statistiques actuelles ne donnent qu’une vision tronquée du monde du travail : y intégrer l’informel et l’économie domestique permettrait de rendre justice à des formes de travail aujourd’hui invisibilisées. Nos statistiques du travail s’appuient généralement – pour des raisons historiques – sur une conception inspirée des caractéristiques du marché du travail dans les pays industrialisés durant les Trente Glorieuses. Le contrat form...

Du même auteur

Faut-il toujours payer ses dettes ?

La Revue Projet referme son dossier sur la dette en quatre points saillants. Retenons-en un : la dette est affaire de courage politique. Commençons par un point sémantique : « Faut-il »appartient au domaine de l’éthique. De fait, certaines dettes sont réputées immorales ou illégitimes, comme celles contractées dans les dictatures des pays du Sud ou le surendettement – souvent inévitable – de certaines familles en précarité. L’obligation renvoie également au juridique : ne pas payer les dettes pe...

La spirale du surendettement

Alors que la crise sanitaire fait basculer de nombreux foyers dans la précarité, les dettes contractées pour assurer ses besoins essentiels – logement, alimentation, études – renforcent la pauvreté. Dès lors, doivent-elles être honorées ? En 2008, à la suite de la crise immobilière aux États-Unis, dix millions de familles ont été expulsées de leur logement car elles ne pouvaient plus honorer leurs dettes. La crise du coron...

Convergence des refus

Refuser la misère. Non pas la soulager, la soigner, mais la détruire. Les mots d’Alwine de Vos van Steenwijk dans la revue Quart Monde, en 1992, résonnent particulièrement à l’approche de la journée mondiale du refus de la misère, ce 17 octobre. Celle-ci n’est jamais acceptable : parce qu’il n’y a pas de demi-misère, elle ne peut être combattue par des demi-mesures. La misère est radicale, au sens premier du terme, enracinée au plus profond de la personne.Ce 17  octobre, plus de soixante-dix as...

1 Le Ceras a organisé en 2013 un colloque sur le thème « Transition énergétique, un piège pour les pauvres ? », en 2017, un autre sur le thème « Inégalités, un défi écologique ? ».

2 Elle s’inscrit dans le projet « The futur of work, labour after Laudato si’ » qui vise à contribuer au centenaire de l’Organisation internationale du travail (OIT).


Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules