Logo du site

Du coût du progrès technologique en agriculture L’exemple des Philippines

Cultivateurs de maïs philippins © Andres Ignacio
Cultivateurs de maïs philippins © Andres Ignacio

La pauvreté frappe les petits producteurs de maïs philippins. L’introduction des OGM a accru leur dépendance aux financeurs et entravé leur résilience aux catastrophes climatiques. On ne pourra guérir les blessures infligées à la société et aux sols qu’en sortant d’une logique purement marchande.


L’urbanisation augmente : en 2017, 45 % des habitants de la planète vivaient en milieu rural, contre 60 % en 19801. Cet exode rural est dû à l’absence de perspectives économiques dans les campagnes. Deux tiers des trois milliards de ruraux vivent dans les pays en développement (environ 475 millions de ménages) et travaillent sur des lopins de terre d’une surface inférieure à 2 hectares2. La pauvreté de nombre de ces petits fermiers les condamne à une insécurité alimentaire. Un accès limité aux marchés et aux services les oblige à exercer d’autres activités informelles afin d’améliorer leurs maigres revenus. Par ailleurs, pour des pays exposés aux conséquences des catastrophes naturelles et des crises économiques, l’activité agricole s’avère souvent très risquée : peu d’efforts sont entrepris pour amortir l’impact de ces perturbations sur les familles et leur permettre de survivre aux périodes de vaches maigres. Aussi bien, les opportunités qui pourraient s’ouvrir au niveau local pour les jeunes sont de plus en plus limitées, en particulier dans les zones rurales périphériques.

L’exode rural est dû à l’absence de perspectives économiques dans les campagnes.

Le maïs : un gouffre pour les agriculteurs

Les Philippines ont bataillé dur au cours des trente dernières années pour recouvrer un certain niveau d’intégrité politique après presque vingt ans de dictature. Sous le président Ferdinand Marcos, le pays était marqué par l’absence de liberté de parole, la corruption, l’oppression et une croissance entravée. Il s’est lentement redressé et a acquis une reconnaissance mondiale grâce à un regain économique extrêmement dynamique. Pourta

Cet article est réservé à nos abonné·e·s

vous pouvez l’acheter à l’unité pour 3€
Pour accéder à cet article :

Déjà abonné.e ?

M'identifier

La Revue Projet donne gratuitement accès aux articles de plus de 3 ans.

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules