Logo du site

L’ancrage territorial des entreprises, un levier durable

Ostréiculteur dans la baie de Cancale (Bretagne, France), 2005. © Copyright ILO
Ostréiculteur dans la baie de Cancale (Bretagne, France), 2005. © Copyright ILO

Nombre de multinationales s’affranchissent aujourd’hui de leurs responsabilités locales ; or le territoire constitue une ressource et un levier pour penser des entreprises durables.


Parler de l’ancrage territorial des entreprises a-t-il encore un sens, quand on voit le nombre d’emplois délocalisés dès qu’une région offre une main-d’œuvre meilleur marché ou des avantages fiscaux ?

Mireille Viora – Oui. D’abord, parce qu’une grande partie de l’économie n’est pas productive mais est directement liée à une présence humaine ou à un lieu : on parle d’« économie présentielle ». Il suffit de penser aux services à la personne ou à l’économie du tourisme, qui impliquent des entreprises qui ne sont pas susceptibles d’être délocalisées. Ensuite, parce qu’aujourd’hui, dans plusieurs pays, une grande partie du rebond industriel est liée à la valorisation de l’identité territoriale. On ne vend plus seulement un produit mais une culture et des compétences locales. On convertit l’économie productive en une économie liée à un territoire, une « industrie patrimoniale » pour laquelle il n’est plus question de délocalisation. Cette mutation est particulièrement idoine dans l’agroalimentaire.

On ne vend plus seulement un produit mais une culture et des compétences locales.

Ceci dit, une grande partie des entreprises continuent de subir la pression sur les coûts salariaux et fiscaux qu’engendre la mondialisation. Aussi les territoires ont-ils longtemps joué sur la baisse de la fiscalité pour attirer des entreprises, persuadés que celles-ci leur étaient bénéfiques et qu’ils devaient payer pour leur installation. Or l’enjeu de la « relocalisation » n’est pas qu’une question de coût. L’installation d’entreprises dépend des infrastructures physiques et numériques, de l’image du territoire, de l’existence d’un bassin d’emploi et de structures de formation…

Swann Bommier – Le vocable d’entreprise reflète des réali

Cet article est réservé aux abonné.e.s

vous pouvez l'acheter à l'unité ou par Dossier
Pour accéder à cet article :

Déjà abonné.e ?

M'identifier

Revue-Projet.com offre l'accès gratuit aux articles de moins de 2 mois ou plus de 4 ans.

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules