Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !
Logo du site
Dossier : Monde cherche citoyens

Le volontariat : un élargissement de la citoyenneté

©La DCC
©La DCC
Chaque année, des centaines de volontaires partent vivre un ou deux ans à l’étranger, au nom de la solidarité internationale. Une démarche non sans incidence au retour, sur la façon de se concevoir citoyen.

Vouloir partir : un premier acte de citoyenneté

Nombre de candidats au départ pour une expérience de volontariat de solidarité internationale viennent avec des idéaux et des rêves plein la tête. Ils portent aussi la volonté de devenir « un peu plus citoyens ». Expérience singulière qui propose d’exercer une forme de citoyenneté à l’étranger, en acceptant soi-même de devenir étranger durant un à deux ans de mission. Il y a, chez les candidats au départ, une forte intuition : « Le riche et le pauvre ont une égale dignité "parce que le Seigneur les a faits tous les deux (Pr 22,2)" 1 ». Ce souci profond d’égalité ne demande qu’à être vécu dans l’expérience de volontariat.

Un tel déplacement n’est pas anodin ; il se prépare durant plusieurs mois, signe que la démarche est exigeante. Le volontaire doit construire son projet et réfléchir à la place qu’il prendra dans le monde de l’autre. Chaque candidat arrive avec ses compétences, mais il sera peut-être appelé à en développer de nouvelles, pour mieux répondre aux besoins sur place. Cette forme de citoyenneté ne s’improvise pas et relève d’un engagement personnel profond.

Découvrir ce à quoi on tient

Une fois arrivé dans le pays, le volontaire s’insère et s’attache à respecter une autre culture. En se confrontant à la réalité de l’autre, il découvre que sa façon d’être citoyen n’est pas forcément universelle. Paradoxalement, loin de chez lui, il réalise quelles sont ses valeurs profondes, ancrées malgré lui. C’est une occasion inédite de se rendre compte de l’espace de citoyenneté qui s’offre à lui dans son pays d’origine : les droits de l’homme, le vote, le droit de manifester… sont autant de repères parfois mis à mal durant l’expérience à l’étranger.

Certains volontaires peuvent ressentir un choc en découvrant un pays dont le système judiciaire est différent, où la condition des femmes n’est pas la même, où le rapport à l’éducation des enfants va à l’encontre des pratiques occidentales… Mais ce choc, s’il est anticipé par une préparation au départ sérieuse, peut « éduquer » sa propre citoyenneté. Il révèle, par exemple, l’importance à nos yeux d’un cadre étatique pour protéger les populations les plus fragiles, la valeur d’un fonctionnement démocratique… un environnement dans lequel le volontaire a baigné toute sa vie, sans s’en rendre compte.

Confronté à d’autres formes de citoyenneté, le volontaire mesure aussi que la sienne n’est pas toute puissante, que l’autre est aussi citoyen, autrement, avec des codes différents. Cette expérience d’humilité est renforcée par l’expérience qui impose souvent d’observer et de comprendre la culture avant d’agir… mieux vaut s’asseoir avant de bâtir une tour2 ! Jean-Marie, parti au Cameroun en 1971, raconte : « J’ignore ce que j’ai pu apporter à l’Afrique et aux Africains. Mais je sais ce je dois à l’Afrique. C’est notamment pour cette raison que je me suis mis au service d’associations humanistes et humanitaires. »

Une citoyenneté renouvelée

Reconnaître l’impact du volontariat au retour fait pleinement partie de la démarche. Il porte ses fruits au « Sud » pendant la mission, puis au « Nord » au retour. Agir là-bas permet de faire bouger le regard et les idées ici. Le bénéfice premier est alors de revenir différent, de voir les choses, de décrypter l’actualité et la société autrement. Ce nouveau regard sur son propre pays est un moteur d’engagement. Le témoignage en est une des premières formes. Les volontaires apportent une vision de l’étranger différente de celle, souvent réductrice, véhiculée par les médias. Ils deviennent « ponts » entre les cultures, des cultures qui cohabitent aussi en France. Julien, parti en Colombie en 2011, puis aux Philippines déclarait au retour : « Après plus de 4 ans, j’ai décidé de rentrer en France pour passer du temps avec mes proches, mais aussi pour défendre, dans mon pays, des valeurs d’humanité, de solidarité, de partage, de simplicité et de joie de vivre que j’ai pu aiguiser pendant mon volontariat. (…) Cette expérience m’a donné encore plus envie de faire bouger les choses, à mon échelle, et c’est ce que je fais tous les jours en travaillant dans le milieu associatif. »

Ayant été étrangers eux-mêmes, au moins un temps, les volontaires portent une autre conception de l’accueil de l’étranger.

La mission a profondément changé la vision du pays d’accueil, mais aussi la perception de la situation des étrangers vivant en France. Ainsi, revenir de mission de volontariat peut susciter le désir de s’engager auprès des migrants ou de populations étrangères en situation vulnérable. Ayant été étrangers eux-mêmes, au moins un temps, les volontaires portent une autre conception de l’accueil de l’étranger.

Surtout, le retour pourra être l’occasion de vivre autrement la solidarité au quotidien. Chaque volontaire aura expérimenté qu’à défaut d’aider le monde entier, il a su reconnaître en quelques personnes son prochain, et les aider simplement. Au retour en France, le « prochain » sera peut-être son voisin de palier, qui était un étranger avant le départ en mission.

En 2017, la DCC fait un pas de plus vers une citoyenneté renouvelée, en expérimentant la réciprocité : elle invite, en France, des personnes issues des pays dans lesquels elle envoie des volontaires. L'objectif ? Se laisser bousculer par une autre vision du monde, une autre façon d’agir et d’être ensemble.


Les plus lus

Les Marocains dans le monde

En ce qui concerne les Marocains, peut-on parler de diaspora ?On assiste à une mondialisation de plus en plus importante de la migration marocaine. On compte plus de 1,8 million de Marocains inscrits dans des consulats à l’étranger. Ils résident tout d’abord dans les pays autrefois liés avec le Maroc par des accords de main-d’œuvre (la France, la Belgique, les Pays-Bas), mais désormais aussi, dans les pays pétroliers, dans les nouveaux pays d’immigration de la façade méditerranéenne (Italie et ...

L'homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Resumé Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des hommes. Une ...

Rôle et nature de l'actionnariat dans la vie des entreprises

Resumé Si la croissance rentable est le principal objectif pour les actionnaires, elle ne peut être leur seule visée. Il importe de mettre en œuvre des processus qui précisent les modes de relation avec les dirigeants de l’entreprise. Celle-ci a les actionnaires qu’elle mérite : seront-ils les partenaires du développement social ? De nombreuses situations récentes ont montré l’influence grandissante des actionnaires. Dernier exemple en date, en France, celui de Danone : après avoir renoncé à acq...

Du même dossier

Citoyens empêchés ?

Dès la naissance, je m’inscris dans l’humanité entière : une humanité diverse, mais une. Le droit, produit de l’histoire, a beau me rattacher à une communauté délimitée, c’est là mon attachement le plus fort. Interdire aux associations, comme la maire de Calais en ce 2 mars 2017, de nourrir certaines personnes, parce qu’elles n’entrent pas (encore) dans la case « autorisé sur le territoire français », est un déni de cette commune humanité. Ce lien, comme celui qui m’unit aux couturières du Bang...

« La citoyenneté entraîne une responsabilité collective »

Entretien - Pourquoi nous sentons-nous concernés par le sort des individus, à l’autre bout de la planète ? Pouvons-nous être responsables de tout, en permanence, et devenir de « Supers citoyens » ? Qu’est-ce qui vous a amenés à investir la question de la responsabilité ?Rony Brauman : En 1985, alors que j’étais président de Médecins sans frontières (MSF) depuis trois ans, je suis parti en Éthiopie, pendant la grande famine qui frappait le pays. Le gouvernement organisait des déplacements de popu...

Plaidoyer pour le plaidoyer. Ou la force des causes justes

Impuissants, les citoyens ? Non, s'ils s'organisent, s'ils croient à la justesse des causes défendues, s'ils en font la pédagogie, s'ils proposent des alternatives sans rechigner à la technicité, s'ils ne lâchent rien sans s'enfermer dans des postures. Depuis 20 ou 30 ans, des mouvements, des ONG mènent ce lobbying citoyen que l'on nomme "plaidoyer". Et, des paradis fiscaux à la lutte contre le sida, du climat au devoir de vigilance, ils font bouger les lignes. « C’est un texte sur lequel person...

Du même auteur

L'éducation populaire

Resumé Trois jeunes responsables de mouvements témoignent du rôle joué par ceux-ci dans leur itinéraire et partagent leurs questions. Sophia de Oliveira – Je suis venue à la Joc, appelée par une religieuse de mon quartier. Malgré mes limites, on m’a confié très vite des responsabilités dans mon équipe. J’ai dû préparer, anticiper les rencontres… En relisant les notes après nos rencontres, je reprenais l’expression des copains en étant attentive à la place à leur donner. Je pouvais aussi préciser...

1 Lettre encyclique du pape François, Laudato si’, §94.

2« Car, lequel de vous, s’il veut bâtir une tour, ne s’assied d’abord pour calculer la dépense et voir s’il a de quoi la terminer ? » (Lc, 14).


Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules